Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2019

Balades naturalistes : fréquentation

Objectifs de ce blog

Statistiques de fréquentation

 

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n'être qu'un penseur…

If, Rudyard Kipling, 1896.

 

 

CLASSEMENT INTERNATIONAL DE

"BALADES NATURALISTES"

 

Blog distingué par Golden Blogs Awards 2014

et classé troisième dans la catégorie "Biodiversité"

 

 

Lire la suite

Exposition photographique de Sermamagny de dominique Delfino

Delfino-expo photos de printemps 2019-450.jpg

19/03/2019

Mondes microscopiques cachés

Mondes microscopiques cachés

par Jannicke Wiik-Nielsen

 

Microscopie à balayage

D'après un article de "National Geographic" n° 142 du 10 mars 2019

 

Les électrons ont des longueurs d'onde beaucoup plus courtes que les ondes lumineuses, ce qui permet d'obtenir en microscopie électronique une résolution bien supérieure à celle d'un microscope optique ordinaire.

 

En microscopie électronique à balayage, un faisceau d'électrons focalisé capture une image haute résolution en niveaux de gris d'un spécimen en balayant sa surface. Le faisceau étant sensible à la poussière et à l'eau, ce balayage est effectué à l'intérieur d'une chambre sous vide poussé. Une fois que la photographe Jannicke Wiik-Nielsen a recueilli un spécimen, elle le place dans une solution qui aide à maintenir sa structure. Ensuite, elle sèche soigneusement l'échantillon et le recouvre d'une fine couche de métal. Cela aide le spécimen à rester intact tout au long du processus d'imagerie, ce qui ne prend que quelques minutes. Une fois qu'une image est créée, Jannicke Wiik-Nielsen utilise Photoshop© pour la coloriser. Selon le but de la photo, les couleurs sont manipulées pour reproduire ce dont l'auteur voit de ses propres yeux, ou, dans d'autres cas, les couleurs peuvent être manipulées sous une forme artistique ou laissées telles quelles en noir et blanc.

La microscopie électronique à balayage est un territoire familier pour Jannicke Wiik-Nielsen. Ses portraits d'insectes, de parasites, de bactéries et d'autres formes de vie exceptionnellement petites — faisant partie d'une collection surnommée Hidden World — présentent ces créatures d'une manière qui les fait moins ressembler à des bestioles, mais plutôt à des personnages humains.

 

Ci-dessous quelques photos de Jannicke Wiik-Nielsen.

 

Hydroïdes-450.jpg

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

À gauche,

 Appartenant au même phylum que le corail, les anémones de mer et les méduses, les Hydraires ou Hydroïdes comprennent soit des formes polypes qui vivent solitaires ou qui donnent des colonies par bourgeonnement, soit des espèces avec alternance de formes polypes fixés et de méduses libres et sexuées.

L'hydroïde représenté ici (Echtopleura larynx) peut paraître délicat et doux. Ces organismes, souvent fixés sur des cordages, des bouées, des moules et des algues sous-marines, présentent deux anneaux de tentacules piquants et venimeux qui sont utilisés pour capturer et mater leurs proies.

 À droite,

 Sur cette image, un hydroïde utilise ses tentacules pour protéger ses bourgeons sexuels, appelés gonophores, des menaces extérieures.

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

Un Nématode femelle s'enroule autour d'un mâle dont les deux structures d'accouplement en forme d'aiguille, appelées spicules, dépassent de son extrémité postérieure. Les Nématodes sont souvent parasites des poissons ainsi que des oiseaux et des phoques. Selon M. Wiik-Nielsen, les identifier "est important pour la sécurité des produits de la mer et la santé publique, car les êtres humains peuvent être infectés".

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

Détail d'une tête de Nématode montrant la bouche et les trois lèvres du parasite.
 

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

Les ténias sont des parasites qui vivent dans l'intestin des humains et des animaux, y compris de nombreux poissons. Ils ne possèdent pas de tube digestif, mais absorbent par leur tégument — c'est-à-dire leur revêtement du corps —,  les nutriments contenus dans les aliments digérés de leur hôte.

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

À travers le tégument, le parasite absorbe les nutriments de son hôte. Cette photo révèle les minuscules microvillosités ressemblant à des soies qui recouvrent le tégument et aident à en maximiser la surface.

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

Détail d'une tête de ver solitaire (Bothriocéphale) révélant des rainures connues sous le nom de bothria, que le ver solitaire utilise pour se fixer à la paroi intestinale d'un hôte.

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

De très près, un cloporte ressemble à un personnage de film de science-fiction. "Ce petit crustacé terrestre respire avec des branchies. Son habitat est donc limité aux zones très humides, sous des roches ou des bûches de bois, dans une litière de feuilles ou dans des crevasses. Les cloportes se nourrissent de matières végétales et animales en décomposition, jouant un rôle vital dans le cycle de décomposition.

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

Les fourmis forment des colonies décrites comme des super-organismes, car elles semblent fonctionner comme une entité unifiée, travaillant toutes ensemble pour soutenir la colonie.

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

Tête de chenille après un repas de brocoli

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

Une puce de chien a une bouche conçue pour percer la peau et sucer le sang, ainsi que des pattes allongées pour faciliter le saut. Son corps est plat et couvert d'épines et de soies.

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

Puce du chien. Détail des pattes

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

Le grossissement de la tête d'un ver de farine (Tenebrio molitor) révèle les "yeux" et les pièces buccales. Le ver de farine est la forme larvaire du Coléoptère Tenebrio molitor. Il est couramment utilisé comme aliment riche en protéines pour les animaux domestiques. En se tortillant dans la terre, un ver de farine peut sembler banal. Mais le grossissement de la larve de ce coléoptère, son visage exquis deviendrait net. Vous verriez des fonctionnalités miniatures qui semblent si expressives que vous pourriez être tenté d’anthropomorphiser cette larve.

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

Tête d'abeille. Les structures à la base de sa tête sont appelées mandibules, que les abeilles utilisent pour couper, manger du pollen et travailler la cire.

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Clichés© Jannicke Wiik-Nielsen

 

À gauche,

 Quelques grains de pollen dispersés sont visibles dans ce détail d'un œil de syrphe (aussi appelé mouche des fleurs). L'œil est composé de nombreuses facettes. Chacune d'entre elles contient une lentille dont l'ensemble, aide l'insecte à s'orienter et à détecter les mouvements.

 À droite,

Tête d'un syrphe. Les syrphes, qui sont répandus dans le monde entier, se nourrissent de pollen et de nectar. Malgré leur apparence, qui imite les guêpes et les abeilles, ils sont inoffensifs pour l'homme.

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

Quelques grains de pollen dispersés sont visibles dans ce détail d'un œil de syrphe. L'œil est composé de nombreuses facettes" dont chacune contient une lentille dont l'ensemble, aide l'insecte à s'orienter et à détecter les mouvements.

 

national geographic,jannicke wiik-nielsen,microscopie électronique à balayage

 Cliché© Jannicke Wiik-Nielsen

 

Tête de bourdon. Comme les abeilles, les bourdons sont d'importants pollinisateurs agricoles.

18/03/2019

Beau comme un pinson

Beau comme un pinson

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Depuis qu'il est en retraite, Michel Butillon s'adonne à sa passion, la photographie et plus particulièrement la prise de vue animalière.

 

Un affût en bois construit à demeure dans son jardin en bordure d'un ruisseau, le Rupt à Semondans, lui permet d'observer de nombreux oiseaux dans des conditions remarquables.

 

À la bonne école avec ses amis photographes naturalistes, durant de longues heures, il observe et partage des instants nature.

 

Le cliché de ce pinson des arbres, joliment mis en valeur dans ce cadrage, illustre une parfaite maîtrise technique permettant de découvrir et d'admirer ce superbe mâle en plumage nuptial.

 

Le Pinson des arbres est une espèce typiquement forestière à l'origine, mais qui est capable de s'adapter à de très nombreuses situations en terme d'habitat. Si cet oiseau demeure relativement commun, mieux vaut être très bien caché pour le photographier à courte distance pour ne pas éveiller son instinct farouche.

 

Pinson des arbres-Photo Michel Butillon-450.jpg

Cliché © Michel Butillon

15/03/2019

Nuit de la chouette le 22 mars 2019 à Cernon

 

 

Site Natura 2000 petite montagne du Jura-450.jpg

Calendrier 2019 des Orchampis

Calendrier 2019 des Orchampis

calendrier orchampis 2019_Page_1.jpg

calendrier orchampis 2019_Page_2.jpg

calendrier orchampis 2019_Page_3.jpg

calendrier orchampis 2019_Page_4.jpg

calendrier orchampis 2019_Page_5.jpg

calendrier orchampis 2019_Page_6.jpg

13/03/2019

Giboulées de mars

Giboulées de mars

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

La météo de ces derniers jours, caractérisée par des vents violents et averses soutenues, rappelle ces ambiances que l'on connaît plus souvent en Bretagne. C'est sur les terres de Brognard que je surveille les trouées de lumière, prêt à réagir face à ces tableaux que le ciel offre soudainement dans la fuite des nuages.

 

Les précipitations faiblissent laissant apparaître des percées de ciel bleu et des rayons lumineux qui illuminent l'atmosphère.

 

Tout s'accorde pour profiter au miracle des éléments naturels. Dans une tourmente de lumière, de rideaux de pluie, l'arc-en-ciel qui monte en puissance et coiffe le village, s'inscrit dans le paysage pour un bref instant.

 

Mieux vaut alors avoir l'appareil sous la main pour le photographier rapidement avant qu'il ne s'évanouisse dans l'espace.

 

Arc en ciel-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

06/03/2019

Espaces naturels et urbanisation dans la basse vallée de l'Allan

Espaces naturels et urbanisation de la basse vallée de l'Allan

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

 

L’urbanisation galopante sur le pays de Montbéliard au cours de ces trente dernières années n'est pas demeurée sans conséquence sur l'environnement

 

 

dominique delfino,basse vallée de l'allan,pays de montbéliard,espaces naturels,urbanisation

Ancienne gravière au niveau de la sortie de l'A36

Cliché © Dominique Delfino

 

C'est certainement la basse vallée de l'Allan, plaine inondable majeure, qui a connu le plus grand bouleversement avec deux détournements consécutifs de la rivière.

 

1987 : remblaiement du lit de l'Allan traversant le site PSA pour gagner des terrains et moderniser l'usine.

 

1988 : suppression des méandres de l'Allan pour assécher la plaine de Brognard et remblaiement de centaines d'hectares pour aménager la ZAC Technoland.

 

dominique delfino,basse vallée de l'allan,pays de montbéliard,espaces naturels,urbanisation

Technoland et ancienne gravière au niveau de la sortie de l'A36

Cliché © Dominique Delfino

 

Les espaces naturels que l'on rencontre sur ce secteur sont tous consécutifs à une réflexion engagée à l'époque avec le District Urbain du Pays de Montbéliard et l'association de protection des basses vallées de l'Allan et de la Savoureuse créée et conduite par Dominique Delfino.

 

Dans le cadre de mesures compensatoires, le milieu naturel de l'Allan sera ainsi aménagé de manière totalement artificielle et classé depuis quelques années en espace naturel sensible (PMA et Conseil départemental).

 

D'autres secteurs comme la Source phréatique du "Trou Vervelle" et l'ancienne gravière située en contrebas de la sortie sur A36 en direction d'Étupes répondent également aujourd'hui à ces mesures de protection.

 

Une mosaïque de milieux naturels qui permet néanmoins de conserver une forme d'équilibre fragile dans un secteur fortement soumis aux nuisances des activités environnantes.

 

dominique delfino,basse vallée de l'allan,pays de montbéliard,espaces naturels,urbanisation

Technoland 1 et 2 et espaces naturels

Cliché © Dominique Delfino

 

01/03/2019

Pascal Juif et les lynx

Pascal Juif et les lynx

 

Pascal Juif est amoureux de la faune sauvage. Il a surpris le lynx, fin février 2019. "J'ai vu le lynx à 6 mètres de moi le vendredi après-midi 22 février. Je n'ai pas fait de photos, mais j'ai profité du super-moment. J'ai installé mon piège photo. Ci-dessous, le film obtenu le samedi 23 février."


https://www.youtube.com/watch?v=TXvjgJ7m-Ds

En cas d'échec, saisissez l'ensemble de cette adresse et installez-la dans votre navigateur.

 

Dans ce blog, de nombreux articles saluent la présence de ce magnifique félin en Franche-Comté. Pour les atteindre, tapez "lynx" dans la fenêtre "Recherchez" de la page d'accueil.

27/02/2019

Secrets de la Creuse

Secrets de la Creuse

 

Par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Le vallon de la Creuse offre une balade pleine de découvertes rythmée par le parcours du ruisseau qui serpente à travers un relief karstique.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,pays de montbéliard,la creuse,le gland,la doue,karst

Cliché © Dominique Delfino

 

De sa source au pied de Blamont (25) à sa confluence avec la Doue à Glay (pour former le Gland), la Creuse témoigne des particularités de la nature du terrain.

 

Le murmure de l'eau qui court sur les rochers s'infiltre, disparaît pour resurgir plus en aval est à l'origine d'un phénomène naturel curieux.                

 

Lorsque que la Creuse est à un niveau moyen, une partie de ses eaux disparaît entre les dalles jusqu’à provoquer une baisse sensible du niveau ce qui, à petite échelle, rappelle et explique simplement l'épisode de sécheresse du Doubs en aval de Pontarlier durant l'été dernier 2018.

 

Un ruisseau où il fait bon se poser, contempler l'eau qui file avec le temps telle cette pose photographique où la Creuse semble défier les saisons.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,pays de montbéliard,la creuse,le gland,la doue,karst

Cliché © Dominique Delfino

 

26/02/2019

Milieux humides, milieux utiles du Jura

Milieux humides, milieux utiles du Jura

Exposition / Causerie


 

La soirée "Milieux humides, milieux utiles" débutera à 18h30 par une présentation de l’exposition de photographies de Gérard JACQUIER intitulée « Trésors des eaux jurassiennes », et ce jusqu’à 19h45.

 

Trésors des eaux jurassiennes-450.jpg



Après une courte pause, la soirée reprendra vers 20h30 avec l’intervention de Manon GISBERT, Coordinatrice du Pôle Milieux humides Bourgogne-Franche-Comté (Conservatoire d’espaces naturels de Franche-Comté) sur les intérêts et les enjeux associés aux milieux humides.
 
Exposition/causerie organisée vendredi 8 mars.
Rendez-vous dès 18h30 (exposition) à la médiathèque d'Orgelet, ou à 20h30 pour l'intervention.
 
Animé par le Pôle Milieux Humides Bourgogne-Franche-Comté.

L’équipe Natura 2000
Site Natura 2000 Petite Montagne du Jura
http://petitemontagnedujura-n2000.fr
natura2000@petitemontagne.fr
03 84 25 39 78

20/02/2019

Trop beau, l'étourneau sansonnet

Trop beau, l'étourneau sansonnet

 

par Dominique Delfino

Photographe naturiste et animalier

 

Contrairement à d'autres espèces, l'étourneau sansonnet n'est pas un oiseau qui fréquente de manière régulière les mangeoires. Omnivore, il pratique un régime alimentaire qui comporte à la fois des aliments d’origine végétale ou animale.

 

Souvent confondu avec le merle noir, l'étourneau est pourtant bien différent. Son plumage noir brillant et moucheté dont émanent de nombreux reflets métalliques, en fait un oiseau de toute beauté.

 

Connu pour ses performances vocales, il est capable d'imiter avec une grande précision d'autres espèces ainsi que des bruits non biologiques issus de son environnement.

 

Le caractère social de cette espèce est très particulier. Sauf durant la période de reproduction où ces oiseaux vivent en couple, ils peuvent former différents types de rassemblements. C'est notamment la formation de ''dortoirs'' pour la nuit qui se révèle le phénomène le plus spectaculaire.

 

Étourneau sansonnet-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

Diaporama sur : estrepublicain.fr Édition Belfort-Montbéliard.

19/02/2019

Dole Tourisme & week-end Gourmand du Chat Perché

Dole Tourisme & week-end Gourmand du Chat Perché

 

C'est avec grand plaisir que nous vous adressons le nouveau dossier de presse de Dole Tourisme.

Notre destination que certains d'entre vous connaissent déjà et apprécient, bénéficie de nombreux atouts.


Située à mi-chemin entre Dijon et Besançon, au cœur de la Bourgogne/Franche-Comté, elle présente l'avantage d'une très bonne desserte ferroviaire et autoroutière.

Riche d'un patrimoine prestigieux reflet de son histoire, les amateurs d'art et d'histoire se trouvent charmés devant autant de trésors.


La ville est au cœur d'une nature composée de vastes forêts, de rivières et canaux, supports de nombreuses activités sportives et touristiques.


Quant aux épicuriens et gastronomes, ceux-ci trouvent également des tables de renom où produits frais et du terroir sont travaillés à leur juste valeur.


Enfin, riche en évènementiels, la ville et ses environs offrent de nombreuses possibilités de distraction pour chaque goût, tout au long de l'année.

Nous attirons d'ailleurs à juste titre votre intérêt sur quelques-uns méritant particulièrement une mise en avant (cf pièce jointe) :


- Pupitres en Liberté les 06 & 07 avril 2019,


- Dole en Médiéval le 18 mai 2019,


- Le festival Cirque et Fanfares les 08 & 09 juin 2019  www.cirqueetfanfaresadole.com,


- La Fête de l'Eau le 07 juillet 2019,


- Le week-end gourmand du Chat Perché les 27,28 et 29 septembre 2019  www.weekend-gourmand-dole.fr,


Nous vous invitons d'ailleurs à découvrir le nouveau dossier de presse du Weekend Gourmand du Chat perché.


Cette année, nous vous informons en primeur que la vente des pass se fera à partir du lundi 03 juin pour les pass et du lundi 1er juillet pour les banquets en ligne.


- La Salon Régal Expo (22 au 24 nov 2019).

Restant à votre disposition pour toute question, suggestion ou conseil sur vos prochains projets de reportages, je vous souhaite une bonne lecture.
Très cordialement,

dole tourisme,week-end gourmand du chat perché

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

dole tourisme,week-end gourmand du chat perché

16/02/2019

Comment la couverture de survie, si fine, peut-elle nous protéger ?

Comment la couverture de survie, si fine, peut-elle nous protéger ?

 

Par Sarah Sermondadaz le 23.11.2018 à 17h33 (Sciences et Avenir)

 

Qu'est-ce qui fait l'efficacité des couvertures de survie, qui mesurent pourtant moins d'un millimètre d'épaisseur ? Retour sur l'histoire d'un matériau originellement conçu... pour l'espace !

 

Pourquoi les pompiers nous recouvrent-ils, lors d'une intervention de secours, d'une couverture de survie qui mesure moins d'un millimètre ? Comment fonctionne-t-elle ?.

 

Place à l'étonnante histoire de la couverture de survie, un matériau à l'origine développée par la Nasa... pour ses équipements spatiaux !

 

couverture de survie,sciences et avenir

 

La couverture de survie développée par la Nasa dès 1964

 

Ce matériau est en fait formé d'une très fine couche de plastique (le plus souvent du polytéréphtalate d'éthylène, abrégé "PET"), ensuite recouvert sur ses deux faces par un revêtement métallique, à l'origine de l'aluminium. L'intérêt : le revêtement métallique réfléchit à 90% le rayonnement infrarouge pour limiter un refroidissement ou à l'inverse un échauffement. Pourquoi bloquer les infrarouges pour éviter les déperditions thermiques ? Rappelons que les objets chauds émettent spontanément du rayonnement, principalement dans le domaine des infrarouges. Cela a été théorisé par plusieurs lois physiques, dites du "corps noir". Le rayonnement n'est toutefois qu'un des trois modes de transfert thermique, avec la conduction à travers le matériau (l'intérêt du PET étant sa faible conductivité thermique), et la convection, liée aux mouvements d'air.

 

TRANSFERT TECHNOLOGIQUE. Mais cet ingénieux matériau a au départ été conçu... pour l'espace ! En anglais, on les appelle d'ailleurs aussi "space blankets". Dès 1964, l'Agence spatiale américaine (Nasa) planche en effet sur l'isolation des satellites, navettes, ou même combinaisons spatiales, qui doivent être protégées de la lumière du soleil pour éviter la surchauffe, délétère non seulement pour les cosmonautes, mais aussi pour les instruments. La problématique s'est à l'origine posée pour la première station américaine Skylab (depuis désorbitée), qui surchauffait régulièrement à plus de 54°C. Depuis, le matériau a été utilisé sur quasiment toutes les missions spatiales américaines, d'Apollo au télescope James Webb. Mais un jour, un ancien employé de la société sous-traitant sa fabrication pour l'agence américaine a eu l'idée de l'utiliser... en fin de marathon, afin d'éviter l'hypothermie ! La Nasa relate cette longue histoire sur son site web (an anglais).

 

Deux faces métallisées distinctes pour lutter contre le chaud et le froid

 

Progressivement, l'usage de ces "couvertures", dites "isothermes" puisqu'elles permettent le maintien du corps à la température de 37°C, s'est étendu à l'armée américaine, aux hôpitaux afin de prévenir l'hypothermie avant ou après une opération, et finalement au secours aux personnes. Aujourd'hui, le principe a même été décliné pour certains sacs de couchage et vêtements techniques. L'épaisseur du matériau varie selon ses usages : quelques centaines de microns pour les applications spatiales, mais à peine plus d'un micron pour une couverture de survie médicale, selon cette fiche technique.

 

DOUBLE-FACE. Les couvertures de survie actuelles sont revêtues de deux faces métallisées distinctes, respectivement dorée et argentée. Elles répondent à deux fonctions distinctes : le côté argenté, initialement développé par la Nasa, réfléchit 90% du rayonnement infrarouge, tandis que le côté doré absorbe 50% de la chaleur incidente. De ce fait, si on positionne la face dorée vers l'extérieur, on protège la personne de l'humidité et du froid, en retenant sa chaleur corporelle. Si à l'inverse, on la place côté intérieur, on le protège du coup de chaud. Le PET joue de plus le rôle de pare-vapeur, en isolant de l'humidité ambiante, ou à l'inverse en évitant la déshydratation.

 

Miraculeux puisqu'il permet de sauver des vies, cet étonnant produit doit toutefois être manipulé avec précautions : facilement inflammable, il ne doit jamais être utilisé à l'extérieur en cas d'orage ou près de matières incandescentes... et surtout, il ne faut jamais recouvrir la tête de la victime ou du malade avec, afin de ne pas lui faire risquer un étouffement. Une bonne raison, donc, de laisser faire les pompiers !

 

13/02/2019

Le grand show des pinsons du nord

Le grand show des pinsons du nord

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Établi depuis au début de 2019 à la frontière entre Vendlincourt (Suisse) et Courtavon (Haut-Rhin), ce nouveau dortoir de pinsons du nord offre tous les jours un spectacle grandiose dont on ne peut se lasser.

 

Dès 16h30, les oiseaux arrivent par groupes de plus en plus importants jusqu'à constituer des flots continus de milliers de pinsons. À l'approche du site, ils tournoient, dessinent des ballets dans le ciel avant d'envahir les arbres sur lesquels ils passeront la nuit.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,pinson du nord,ornithologie,courtavon,vendlincourt

Cliché © Dominique Delfino

 

Le silence de la forêt se transforme progressivement en un fond de bruit de cascade produit par les cris de plus de vingt millions de pinsons concentrés sur un territoire restreint.

 

Durant une heure et demie, ce show céleste captive l'attention avant que cette féerie ne s'efface progressivement dans l'obscurité.

 

Les pinsons quittent le dortoir dès huit heures le matin. À la recherche de faînes (fruits du hêtre), ils se dispersent jusqu'à cinquante kilomètres de leur dortoir. Avec un peu de chance, quelques-uns d'entre eux fréquenteront votre mangeoire où ils trouveront les graines de tournesol dont ils sont également friands.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,pinson du nord,ornithologie,courtavon,vendlincourt

Cliché © Dominique Delfino

06/02/2019

GRAND DÉBAT SORTIR DU CADRE POUR PERMETTRE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOLIDAIRE

 COMMUNIQUÉ DE PRESSE

de France Nature Environnement
 
MERCREDI 6 FÉVRIER 2019
GRAND DÉBAT SORTIR DU CADRE
POUR PERMETTRE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOLIDAIRE
 
Le "Grand Débat National" lancé par le Gouvernement en réponse à la Mobilisation des gilets jaunes est en cours. France Nature Environnement présente aujourd’hui une série de propositions pour que la transition écologique et solidaire y trouve sa place.
 
Une participation malgré des doutes : Pas d’instances indépendantes pour assurer une organisation neutre, des fiches cadres biaisées et partielles, pas d’engagement clair sur la façon dont les résultats seront traités... les raisons pour se défier du «Grand Débat National» sont nombreuses. Nouvel exercice de démocratie ou pantomime pour apaiser les esprits, le doute est permis.
 
Mais pour Michel Dubromel, président de France Nature Environnement, ce qui ne fait aucun doute, c’est que la transition écologique est une nécessité absolue, une question de survie. Et si elle n’est pas portée dans ce débat, il y a des vrais risques de régressions. On l’a vu avec la suspension de la taxe carbone, dont l’accompagnement en terme de justice sociale a été négligé par le gouvernement alors qu’elle est utile pour faire évoluer les comportements, non seulement des citoyens mais aussi de tous les acteurs (du logement, des transports, de l’énergie, etc.) qui doivent contribuer à construire un avenir plus sobre, plus économe et plus sain pour toutes et tous.
 
Alors sans être dupes, nous continuerons à porter inlassablement notre message, au sein du Grand débat, mais aussi partout ailleurs, sur les ronds-points et à tous les échelons. Une participation au-delà du cadre établi. France Nature Environnement souhaite apporter ses propositions pour la transition écologique au sein du Grand Débat National, sans pour autant rester enfermé dans le cadre fixé.
 
Pour cette première phase de consultation, la fédération invite donc les participants à s’affranchir du questionnaire contenu dans la fiche cadre. Les questions qu’il contient ne sont en effet ni pertinentes ni neutres. France Nature Environnement refuse notamment de hiérarchiser les enjeux environnementaux, de devoir décider s’il est préférable de respirer un air propre ou de lutter contre la disparition de la biodiversité. De plus, ce questionnaire omet des volets majeurs de la transition écologique, notamment le partage de l’eau, l’aménagement du territoire qui a contribué à la crise des gilets jaunes ou encore les questions de santé, alors que les plus démunis sont les premiers exposés aux produits chimiques et aux pollutions industrielles.
 
La fédération invite au contraire les citoyens à se saisir de ces enjeux. Par ailleurs, pour assurer de la transparence dans le traitement des résultats de cette consultation, France Nature Environnement demande à ce que des représentants des corps intermédiaires (associations, syndicats...) soient associés aux phases de synthèse et de concrétisation, en complément des citoyens tirés au sort.
 
Nous serons vigilants tant au sujet des conclusions que des suites données à ce débat.
 
Pour une transition écologique ET solidaire
 
Les plus démunis sont souvent les plus touchés par les pollutions et les changements climatiques, ici et ailleurs. France Nature Environnement affirme qu’il est nécessaire et possible de concilier les enjeux de justice sociale et de transition écologique. La fédération a donc préparé pour ceux qui veulent participer au « Grand débat » mais aussi à toute autre forme de débat, quelle que soit sa taille, des propositions concrètes pour y parvenir, à adapter selon les contextes locaux.
 
Voir les propositions de France Nature Environnement
 
France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement. C'est la porte-parole d'un mouvement de 3500 associations, regroupées au sein de 71 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. Retrouvez-nous sur fne.asso.fr, Facebook,Twitter (@FNEasso) et Linkedin.
 
 

L'Allan en mode hivernal

L'Allan en mode hivernal

par Dominique Delfino


Photographe naturaliste et animalier

Ambiance hivernale sur la basse vallée de l'Allan après les quelques chutes de neige en plaine de ces derniers jours.

Le lieu-dit ''du Moulin'' à Allenjoie revêt un caractère particulier. Le cours libre et sauvage de la rivière modelé chaque année par la dynamique naturelle du cours d'eau offre, au jour le jour, à chaque saison, de véritables tableaux.

Ce sont les crues qui façonnent ce paysage tout en maintenant des biotopes indispensables à de nombreuses espèces animales.

La neige accentue un graphisme sur ce secteur classé en espace naturel sensible, renforçant ainsi le dessin qui caractérisent ce milieu.

Une ambiance éphémère, renforcée par quelques rayons de lumière dont il faut vite profiter le temps d'un jour.

 

L'Allan en mode hivernal-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

30/01/2019

Élégance à la mangeoire

Élégance à la mangeoire

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Parmi les nombreux oiseaux fréquentant les mangeoires en hiver, la présence particulière du Chardonneret élégant fait le bonheur des amoureux des oiseaux.

 

Chardonneret_02-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino 

 

Étonnée par la quantité de ces petits passereaux qui, tous les jours durant cet hiver, occupent les postes de nourrissage, Nicole, retraitée demeurant au Fort Lachaux à Montbéliard, me contacte afin de me faire part de ce spectacle permanent.

 

Ce sont effectivement entre trente et cinquante chardonnerets qui, par vagues durant la journée, envahissent et décorent un très beau pommier avant de prendre possession des mangeoires.

 

Durant des heures, Nicole les observe pour son plus grand plaisir tout en constatant que ses sacs de graines fondent quotidiennement comme neige au soleil !

 

Les friches proposant des chardons sauvages constituent pour le Chardonneret son milieu de prédilection. Malheureusement cette espèce protégée fait encore aujourd'hui l'objet de braconnage et de trafic (pour être mis en cage) y compris dans le Pays de Montbéliard.

 

Chardonneret_01-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino 

 

22/01/2019

Dentelle de glace

Dentelle de glace

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste

 

 

Janvier 2019 : La rivière retrouve peu à peu un débit normal après les quelques précipitations de ces derniers jours. Les prairies inondables de l'espace naturel de l'Allan laissent alors découvrir des œuvres travaillées par le gel progressif de la surface de l'eau.

 

dominique delfino,dentelle de glace,allan

Cliché © Dominique Delfino

 

La glace demeure en suspension alors que l'eau se retire progressivement. Se dessinent alors des formes géométriques illustrées par un graphisme sans cesse renouvelé.

 

dominique delfino,dentelle de glace,allan

Cliché © Dominique Delfino

 

Lentement, pas à pas, le regard posé sur le sol, je scrute cette étroite et fragile bande de dentelle de glace que la douceur d'un jour prochain effacera tout naturellement pour libérer la végétation.

 

16/01/2019

Lumière de scène à Écot

Lumière de scène à Écot

 

Par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

 La présence du brouillard matinal conditionne souvent l'émergence de belles ambiances lumineuses lorsque le soleil arrive à s'imposer.

 

 Le plateau d'Écot (25) culmine à environ 530 mètres, altitude à laquelle souvent plafonne le brouillard dans la région.

 

 Mon choix s'oriente sur ce point haut dominant le Pays de Montbéliard pour en parcourir l'horizon.

 

 Le soleil émerge très rapidement du brouillard qui se dissipe de plus en plus rapidement.

 

Alors que je replonge dans le versant opposé, je découvre une crête où se marient soleil et brume avec comme témoin la végétation qui rayonne dans une ambiance de lumière de scène.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,brouillard hivernal,plateau d'Écot,pays de montbéliard,

Cliché © Dominique Delfino

 

07/01/2019

Meilleurs vœux pour 2019.

 

Bonjour, 

Un Bruant jaune dans un cadre de saison pour vous souhaiter le meilleur pour 2019.

  Je tiens à vous remercier de votre fidélité et de l’intérêt que vous témoigniez à la découverte du sujet diffusé chaque semaine.

Cordialement

Dominique Delfino

VOEUX 2019-Delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

26/12/2018

Rouge-gorge de Noël

Rouge-gorge de Noël

 

par Dominique Delfino

photographe naturaliste et animalier

 

Le Rouge-gorge familier est un oiseau au comportement solitaire et territorial.

 

Il use de son plastron "rouge" comme avertisseur et n'hésite pas à l'exhiber en toutes occasions quand il s'agit de s'imposer sur son territoire. Les mâles s'affrontent ainsi, poitrine haute, tout en vocalisant abondamment afin de défendre les limites de leur domaine.

 

Les oiseaux du nord de l'Europe (les femelles en particulier) descendent vers le sud en hiver. Beaucoup, parmi les oiseaux hivernant dans notre région, sont originaires de Scandinavie (et Finlande). Ceux qui décident de nous quitter par grand froid peuvent aller jusqu'à traverser la Méditerranée. Quant aux résidents, en autres les vieux mâles, ils restent fidèles à leur site d'hivernage.

 

En hiver, le chant est donc un moyen d'affirmer sa présence pour protéger son espace et sa nourriture à défaut de séduire une femelle.

 

Quelle harmonie sonore et visuelle que celle du Rouge-gorge donnant de la voix à pleine gorge au sein d'un roncier aux tons d'automne et d'hiver !

 

Rouge-gorge-de-Noël-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

 

 

20/12/2018

Entre neige et givre

Entre neige et givre

 

Par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

 

L’hiver n’est plus qu'une question de jours. Du moins sur le calendrier. Sur le terrain il en est tout autre, la météo de ces derniers temps ayant un peu précipité les choses plus particulièrement à moyenne altitude.

 

La neige est bien présente à partir de mille mètres dans le massif des Vosges et du Jura. Une balade matinale guidée par les paysages de givre me conduit à remonter le Doubs jusque dans son cours supérieur à la frontière Suisse.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,hiver,neige et givre,haut-doubs

Cliché © Dominique Delfino

 

Le froid a figé ces paysages enneigés des plateaux du Haut-Doubs laissant parfois penser que le temps s'est arrêté.

 

Soleil timide jouant à cache-cache avec le brouillard favorisant des ambiances de saison particulières.

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,hiver,neige et givre,haut-doubs

Cliché © Dominique Delfino

 

 

13/12/2018

L'univers des champignons

L'univers des champignons

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Les champignons constituent à eux seuls un univers captivant qui laisse encore place à de nombreuses découvertes et interrogations. Partout où la vie s'est développée les champignons sont présents sous une forme ou sous une autre.

 

Du plus imposant au plus microscopique, leurs couleurs, leurs apparences sont étonnantes et fascinent par leur diversité.

 

Amanite tue-mouches-450.jpg

Amanite Tue-Mouches

Cliché © Dominique Delfino

 

Présents dans de nombreux milieux, c'est en forêt que les champignons sont les plus abondants. Leur temps de croissance varie de quelques heures à plusieurs jours voire même plusieurs années pour certains polypores.

 

L'automne est la période idéale partir à la cueillette de champignons à condition bien sûr de savoir les identifier. La promenade forestière peut être tout simplement motivée par un esprit de découverte et de contemplation même si certains d'entre eux contribuent largement aux délices de notre gastronomie.

 

Pleurote en forme d'huître-450.jpg

Pleurote en forme d'huître

Cliché © Dominique Delfino

 

 

 

 

 

 

 

      

 

 

 

04/12/2018

Panoramique vallée de l'Allan

Panoramique vallée de l'Allan

 

Par Dominique Delfino

Photographe paysagiste et animalier

 

Brume et nuages font partie des ingrédients incontournables à la magnificence d'un paysage.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,pays de montbéliard,plaine de l'allan,brognard

Cliché © Dominique Delfino

 

C'est dans cette ambiance que je conduis ma balade matinale en parcourant la plaine de l'Allan, la brume dévoilant à peine le cours de la rivière.

 

La lumière perce progressivement, le rideau de brouillard laissant apparaître l'horizon. Le ciel bleu azur s'impose soudainement animé par une formation nuageuse qui semble prendre la fuite au-dessus de Brognard.

 

La technique du panorama s'impose à la prise de vue pour figer cette ambiance éphémère.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,pays de montbéliard,plaine de l'allan,brognard

Cliché © Dominique Delfino

 

27/11/2018

Automne tout Doubs

 

Automne tout Doubs

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Flâner sur les rives du Doubs à l'automne offre à notre regard des images d'une grande douceur quelle qu'en soit la lumière qui les imprègne.

 

Cette belle rivière qui traverse notre département présente encore, malgré les aménagements, un cours d'eau dont les berges sont le reflet d'une harmonie végétale dans un cadre naturel parfois sauvage.

 

Flâner, c'est aussi se poser pour découvrir avec passion, contempler au rythme de nos sens, ces paysages renforcés par le miroir de la surface de l'eau.

 

Une manière de s'évader en '' Doubs'eur ''.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,automne,doubs,pays de montbéliard,paysage automnal

Cliché © Dominique Delfino

20/11/2018

Légumes et couleurs d'automne

Légumes et couleurs de saison

 

Par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

 

S'il est un légume qui symbolise l'automne, la coloquinte s’inscrit par son originalité en harmonie parfaite avec la saison.

 

Cultivée pour ses formes et ses couleurs étonnantes, cette courge ne peut être consommée mais est souvent utilisée en décoration dans la maison.

 

La récolte offre de véritables surprises et le panier de légumes délivre à notre imagination une libre mise en scène de ces acteurs du jardin.

 

Comment ne pas voir à travers ces sujets, un ibis rouge face à un colvert dans leur plus bel apparat et dans leur attitude pleine de grâce et d'élégance.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,automne,coloquinte

Cliché © Dominique Delfino

14/11/2018

Automne éphémère

Automne éphémère

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Nul ne pouvait prévoir, compte tenu de la sécheresse persistante en Franche-Comté lors de cet été 2018, ce que l'automne allait nous dévoiler en palettes de couleurs.

 

Automne éphémère_02-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

Les ambiances varient selon les endroits et les altitudes. Je me balade, sur les hauteurs de Mathay et de celles du plateau d'Écot, le long des rives du Doubs, de la côte de Maîche pour finalement dominer la vallée du Dessoubre au Rocher du Bourbet.

 

Automne éphémère_03-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

Le brouillard matinal offre souvent ces ambiances particulières, la lumière cherchant à percer le feuillage aux couleurs chaudes et transparentes.

 

Automne éphémère_01-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

Il faudra ainsi profiter à chaque instant des rayons du soleil qui animent ces panoramas au cours de la journée, le temps étant compté à cette saison sur la mise en lumière de ces tableaux éphémères.

      

07/11/2018

Lions du Masaï Mara

Arrêt sur image dans la savane

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Les vastes plaines de savane herbeuse du Masaï Mara (Kenya) sont le domaine des grands herbivores. Côté prédateurs, si les guépards demeurent dans les plaines ouvertes, et si les léopards affectionnent les grands arbres qui bordent les rivières, les lions sont chez eux partout. Grâce à une nourriture abondante tout au long de l’année, ils sont particulièrement bien représentés sur ce territoire.

 

Mais le futur s'assombrit pour les lions du Masaï Mara, menacés par la destruction de son habitat au sein même de cette formidable réserve.

 

Les hommes ont besoin de plus en plus d’espace pour leur bétail et n’hésitent pas à entrer dans les aires protégées pour permettre aux troupeaux de se nourrir et de s’abreuver.

 

Pour un prédateur à la recherche de proies, il est bien plus tentant de s’attaquer à des chèvres ou des vaches sans défense, plutôt que de s’épuiser à courir derrière un grand mammifère.

 

La perturbation dans le comportement des groupes de lions est énorme. Quand ils ne font pas l’objet directement de mesure de rétorsion de la part des éleveurs Masaï.

 

Regard de lion-450.jpg

Regard de lion

Cliché © Dominique Delfino

 

Lionne et lionceau-450.jpg

Lionne et lionceau

Cliché © Dominique Delfino

 

Lionceau-450.jpg

Lionceau

Cliché © Dominique Delfino

31/10/2018

Un petit joyau, le Guêpier nain

Un petit joyau, le Guêpier nain

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

 

Après avoir observé le Guêpier d'Europe durant sa période de reproduction en Franche-Comté, c'est au Kenya, dans la réserve du Masaï-Mara que je le retrouve dernièrement. Après un long voyage migratoire, cet oiseau passera l'hiver sous des contrées plus clémentes en compagnie d'autres espèces telle que celle de son cousin le Guêpier nain.

 

Comme le Guêpier d'Europe, le Guêpier nain (Merops pusillus) est un oiseau qui appartient à la famille des Méropidés et à l'ordre des Coraciiformes.

 

Beaucoup plus petit que le Guêpier d'Europe, le Guêpier nain ne quitte pas l'Afrique et se reproduit dans les berges de la rivière Mara.

 

Il ne passe néanmoins pas inaperçu, peu farouche, il resplendit dans le viseur de mon appareil.

 

Les couleurs dont il se pare le transforme en un petit joyau de plumes éblouissantes dans cet écrin de nature sauvage.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,guêpier nain,oiseaux,masaï mara

Cliché © Dominique Delfino