Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2019

Un crâne de Australopithecus anamensis découvert

Un crâne de Australopithecus anamensis découvert

 

Publié le 28 août 2019 par Michael Greshko (National Geographic 28 août 2019).

 

Un crâne sans précédent révèle le visage d'un ancêtre humain.
L'incroyable fossile offre un instantané de l'aube de l'évolution humaine. « C'est le crâne que nous attendions », a déclaré le paléoanthropologue Yohannes Hailé-Sélassié.

 

Désigné officiellement MRD-VP-1/1, ce nouveau crâne appartient à un ancêtre humain primitif appelé Australopithecus anamensis.

 

australopithecus anamensis,ancêtre de l'homme,michael greshko,national geographic

Photographie de Dale Omori, don gracieux du Cleveland Museum of Natural History

 

Une rencontre fortuite dans un enclos éthiopien a donné un fossile unique en son genre : le crâne presque complet d'un ancêtre humain mort il y a 3,8 millions d'années.

 

Le nouveau spécimen — décrit dans la revue Nature — est le plus vieux crâne jamais découvert d'un australopithèque, un groupe pivot d'anciens ancêtres humains ayant vécu entre 1,5 et 4 millions d'années. C'est aussi le tout premier crâne d'Australopithecus anamensis, l'un des premiers membres de ce genre, jamais découvert.

 

« Cela vous prend environ 3,8 millions d’années pour penser à ce que nos ancêtres ressemblaient à cette époque. C’est vraiment un moment excitant.  », explique l’auteur principal de l’étude, Yohannes Hailé-Sélassié, paléoanthropologue au Cleveland Museum of Natural History.

 

Le paléoartiste John Gurche a reconstitué le visage d'A. Anamensis à partir des scans du crâne retrouvé.

australopithecus anamensis,ancêtre de l'homme,michael greshko,national geographic

Reconstitution de la tête de Australopithecus anamensis par John Gurche

 

La découverte pourrait combler plusieurs lacunes importantes dans l’étude de l’évolution humaine. Les fossiles des homininés, ou ancêtres humains, de cet âge sont extrêmement rares et souvent de simples fragments d'os. En revanche, le nouveau crâne est presque complet, ce qui devrait révéler de nombreux détails sur la vie et l’évolution de nos ancêtres les plus anciens.


« C’est le crâne que nous attendions », déclare Carol Ward, une paléoanthropologue de l’Université du Missouri qui n’a pas participé à l’étude. « Les crânes d'Homininés sont ces trésors exceptionnellement rares, et en trouver un aussi ancien et aussi complet est presque sans précédent. »

 

australopithecus anamensis,ancêtre de l'homme,michael greshko,national geographic

Arbre généalogique humain

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Les racines de l’arbre généalogique humain enchevêtré remontent à l'Afrique, il y a plus de quatre millions d'années, dans une collection d'anciens primates tels que Ardipithecus et Sahelanthropus. Il a fallu jusqu'à trois millions d'années pour que notre genre Homo arrive, une saga de l'évolution dans laquelle des ancêtres tels que l'Australopithecus afarensis ont joué un rôle de premier plan. Ce premier homininé appelé "Lucy" et ses derniers parents avaient un cerveau plus grand que les primates précédents, la capacité de marcher sur deux pieds et une forte mâchoire qui leur permettait de manger une grande variété d'aliments. Cette flexibilité aurait été utile : à l'apogée de A. afarensis il y a 3,5 millions d'années, des changements naturels du climat rendaient l'Afrique de l'Est plus fraiche et plus sèche, réduisant ainsi les forêts que nos ancêtres appelaient chez nous. Au fil du temps, l'évolution a amené A. afarensis et ses successeurs à tirer parti d'environnements plus ouverts et variés.

 

A. afarensis n'était pas la première créature avec ces caractéristiques. En 1995, des scientifiques ont décrit A. anamensis, un australopithèque encore plus ancien et l’ancêtre probable de A. afarensis. L'espèce a séduit les scientifiques, car elle partageait les caractéristiques principales avec Lucy et les australopithèques ultérieurs. A. anamensis est resté longtemps inconnu. Son seul vestige connu consistait uniquement en des fragments de dents et de mâchoire. « Malgré les nombreux crânes d’A. Afarensis, nous ne savions pas quel était le visage des tout premiers membres du genre », explique Zeray Alemseged, paléoanthropologue de l’Université de Chicago, qui n’a pas participé à l’étude.

 

Cette lacune sera comblée le 10 février 2016, grâce à l'incroyable chance d'un éleveur nommé Ali Bereino.

 

À cette époque, une expédition co-dirigée par Hailé-Sélassié était en train de fouiller à Woransomille, un terrain situé dans la région d’Afar, en Éthiopie, à moins de cinq kilomètres de Miro Dora, où habitait Bereino. Selon Hailé-Sélassié, Bereino avait essayé pendant des années de se faire embaucher dans l’équipe de Hailé-Sélassié. Il avait prétendu que des fossiles avaient émergé d'un rocher érodé, découverte qui avait échappée précédemment à Hailé-Sélassié.

 

Ce jour-là, Bereino était en train de construire un ajout à un enclos temporaire pour chèvres lorsqu'il remarqua un os exposé à la surface du grès. Bereino avait contacté un responsable du gouvernement local, qui a convenu que cela pourrait être quelque chose d'intéressant pour Hailé-Sélassié. Lorsque qu’il a appelé Hailé-Sélassié, ce dernier est resté sceptique, en répliquant que Bereino devait indiquer l’endroit où il avait trouvé le fossile et le conduire dans son enclos.

 

Quand Bereino et le fonctionnaire sont arrivés, Hailé-Sélassié a vite compris l'ampleur de la découverte : Bereino avait trouvé un maxillaire, ou maxillaire supérieur, appartenant à un ancien homininé. Hailé-Sélassié a immédiatement arrêté ce qu’il était en train de faire et a parcouru les quatre kilomètres jusqu’à l’enclos de Bereino. À quelques pas de l'endroit où Bereino avait trouvé le maxillaire Hailé-Sélassié découvrit rapidement ce qui se révélait être la majeure partie du crâne restant. « Je ne l’ai même pas ramassé et j’ai commencé à sauter de joie », savoura Hailé-Sélassié.

australopithecus anamensis,ancêtre de l'homme,michael greshko,national geographic

Localisation du site de découverte du crâne

 

 

Écrire un commentaire