Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2018

Droit debout, toujours sur ses racines

Droit debout, toujours sur ses racines

 

par Dominique Delfino

photographe naturaliste

 

 

Les vieux arbres constituent un symbole toujours vivant du temps qui passe. L'image de ce cerisier dont il ne reste plus que le tronc en est la parfaite représentation.

 

Il demeure l'un des derniers arbres isolés sur cette parcelle agricole du plateau de Brognard où le colza s'est imposé dans le paysage.

 

Il en aurait des choses à raconter. Combien d'oiseaux s'y sont posés, s'y sont abrités, ont trouvé refuge dans son feuillage le temps d'une nichée. N'oublions pas tous ceux qui ont pu profiter des fruits qu'il a pu offrir que ce soit les animaux ou l'homme et qui, sans doute, ont bien dû à un moment ou un autre, sombrer dans une petite sieste d'été à l'abri de son feuillage.

 

Et combien d’étoiles a-t-il vu tourner inlassablement au-dessus de lui, d'éclairs d'orages violents qui auraient pu le mettre à terre en une fraction de seconde ?.

 

Merci à l'agriculteur car les propriétaires sont rares à laisser encore ces vieux arbres de plein champ vivre leur vie jusqu'au bout !

 

Mais ce cerisier est toujours là. Chaque jour où je passe à proximité je le salue, il s'impose encore dans le paysage et me réjouit de voir des promeneurs le photographier.

 

L'ambiance de ce jour laisse penser qu'il s'élance vers le ciel pour arrêter la fuite des nuages et par la même occasion celle du temps.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,pays de montbéliard,cerisier,

Cliché © Dominique Delfino

14/05/2018

Grive musicienne

La musicienne du printemps

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Dès le mois de février, le chant de la Grive musicienne résonne dans la campagne. Haut perché sur un arbre, ou un mur de pierres, cet oiseau domine le paysage en diffusant des notes claires, hautes, puissantes et mélodieuses.

 

C'est l'un de nos meilleurs oiseaux chanteurs. Au printemps, le mâle se manifeste inlassablement du lever du jour au crépuscule pour défendre son territoire.

 

La Grive musicienne vit dans les forêts claires de feuillus et de conifères, dans les buissons, les parcs et les jardins arborés. Encore récemment, c'était l'un des oiseaux les plus communs des jardins.

 

À cette période de l'année, il n'est donc pas rare de l'observer chasser et capturer vers de terre, insectes, escargots dont elle brise la coquille sur une pierre qui lui sert d’enclume.

 

Comme l'illustre ce cliché, cette grive musicienne témoigne d'une certaine confiance en chassant à proximité de moi. Pas de temps à perdre, ses poussins l'attendent avec impatience au nid pour la becquée.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier, grive musicienne,

Document © Dominique Delfino

 

24/04/2018

Voiles de pluie

Voiles de pluie

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

 

L'épisode orageux qui a traversé le pays de Montbéliard il y quelques jours s'est particulièrement bien manifesté durant quelques instants au niveau du plateau de Brognard.

 

Au regard de cette image, les rideaux de pluie mêlée de glace qui se sont répandus durant quelques minutes plongeaient le ciel dans une tourmente spectaculaire.

 

La masse orageuse s'éloigne progressivement sur la Suisse voisine accompagnée de quelques beaux éclairs et coups de tonnerre.

 

Surpris dans ma balade par cette intempérie, je profite de ce très beau ciel libérant son énergie à travers ces voiles de précipitation.

 

Le soleil s'impose progressivement mêlant lumière et eau avant que le spectacle ne se dissipe sur l'horizon.

 

Voiles-de-pluie-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

18/04/2018

Bergeronnette des ruisseaux

bergeronnette des ruisseaux,dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,pays de montbéliardGracieuse Bergeronnette des ruisseaux

 

par Dominique Delfino

photographe naturaliste et animalier

 

 

Comme son nom l'indique, la Bergeronnette des ruisseaux vit le long des cours d'eau et bénéficie d'une protection totale en tant qu’espèce sensible.

 

Elle niche à proximité des eaux vives, construit son nid souvent dans une anfractuosité rocheuse toujours bien à l'abri des prédateurs. Elle se déplace en hochant fortement la queue et son vol onduleux s’accompagne de petits cris secs « tsip, tsip »

 

Les oiseaux que j'observe sur la source de la Doue sont probablement les Bergeronnettes du printemps dernier, la reproduction ayant souvent lieu dans le même secteur.

 

Mais, c'est avant tout une jolie touche de lumière et de couleurs qui accompagne le bruit de l'eau vive dans cet écrin de mousse.

 

Bergeronnette-des-ruisseaux-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

 

 

11/04/2018

Ballon d'Alsace et Grand Ballon

Horizon évasion

 

par Dominique Delfino

photographe naturaliste et animalier

 

 

Encore un ciel de fin de journée qui ne laissera pas indifférent au regard de ces lueurs du soleil couchant sur la ligne bleue des Vosges.

 

C'est Jules Ferry qui, le premier, utilise ces mots, pour exprimer le traumatisme de la perte de l'Alsace-Moselle en 1870. Mais elle est aussi une vraie frontière géographique que les plus chanceux peuvent apercevoir.

 

Ce cliché a été réalisé en avril 2018 depuis le panorama que l'on découvre sur le plateau de Brognard.

 

La formation de nuages lenticulaires d’altitude, brossés par des vents forts balayant les sommets du Ballon d'Alsace et du Grand Ballon, plonge l'horizon dans une ambiance d'aquarelle.

 

Des nuances qui persisteront jusqu'aux dernières lueurs avant que les étoiles ne percent le bleu de la nuit tombante.

 

Ballon-d'Alsace-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

06/04/2018

Autre temps, autre époque

Autre temps, autre époque

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

 

Insolite ce vieux camion reconverti en abri à bétail dans une pâture en lisière de bois à Villars-sous-Écot.

 

L'aspect du véhicule et la mousse qui recouvre certains éléments ne laissent aucun doute sur les nombreuses années qui se sont écoulées depuis la date de ce recyclage de fortune.

 

Vieille-bagnole_01-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

Un ami directeur d'une entreprise du Pays de Montbéliard me confie « Cela ressemble à un Berliet GLR, le camion que l'on voit dans le film 100 000 dollars au soleil... Si ça se trouve c'est une vente réalisée à l'époque par mon grand-père.»

 

La cabine me laisse entrevoir cet ancien tableau de bord et ce volant de bois qui pourrait s’afficher telle une option de luxe à notre époque.

 

Vieille-bagnole-02-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

Mais il y a bien des décennies que les compteurs se sont arrêtés, le temps ayant imposé son empreinte sur la vieille épave encore marquée ''RAPIDE-EXACT''.

 

Pas perdu pour tout le monde, en témoignent les anciens nids de Rouges-queues, Rouges-gorges ou Bergeronnettes confectionnés et bien dissimulés dans les recoins de ce gros nichoir improvisé.

26/03/2018

Le Troglodyte mignon

Trop mignon le Troglodyte

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Le Troglodyte mignon compte parmi les plus petits oiseaux d'Europe après le Roitelet. Discret, il évolue souvent au ras du sol à la recherche de petits insectes qu'il chasse avec une vive agilité tel une petite souris. Impossible de le confondre avec une autre espèce, sa queue dressée à la verticale constitue sa principale caractéristique.

 

Le Troglodyte s’affirme par un chant puissant, mélodieux, ainsi que des cris soutenus lorsqu'il est excité qui contrastent avec la taille de l'oiseau. Il s'impose ainsi sur son territoire qu'il défend farouchement lors de la période de reproduction.

 

Une jolie scène pleine de vie que celle de cette minuscule boule de plumes chassant sur les pierres moussues au moulin de la Doue.

Troglodyte-mignon-Delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

13/03/2018

La Mésange bleue

La Mésange bleue

raffinée jusqu'au sommet de la tête

 

par Dominique Delfino

photographe naturaliste et animalier

 

La douceur de cette première quinzaine de mars 2018 accompagnée du chant matinal des oiseaux laisse présager un printemps qui arrive à grands pas.

 

L'activité autour des mangeoires n'est plus aussi intense, les oiseaux adoptant pour certains des comportements territoriaux.

 

Le chant constitue le moyen de s'imposer sur l'aire de nidification choisie tout en essayant de séduire une femelle.

 

La Mésange bleue est certainement l'une des espèces manifestant un caractère et une attitude des plus déterminés.

 

Joliment colorée, raffinée jusqu'au sommet de la tête, elle n’hésite pas à hérisser sa calotte bleue pour intimider ses congénères.

 

Un nichoir judicieusement installé, et vous pourrez profiter de la compagnie de ce sympathique passereau tout au long de la saison de reproduction.

 

mésange bleue,dominique delfino,photographe naturaliste et animalier

Cliché © Dominique Delfino

 

Voir également sur ce même blog :

 

 Jolie mésange bleue ;

Mésange bleue au nourrissage ;

Mésange bleue : un oiseau acrobate ;

Mésanges au nourrissoir.

06/03/2018

Le castor prend racine sur l'Allan

Le castor prend racine sur l'Allan

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Cette photographie, issue de pièges photos installés à demeure sur les rives de l'Allan, ne relève pas d'une grande qualité mais constitue un document précieux sur la présence et les activités du castor.

 

Notre ami photographe Claude Nardin en avait fait état cet été, mettant en évidence des arbres écorcés, indices de l'activité nocturne de ce grand rongeur.

 

Régulièrement, les naturalistes de l'Association de la Vallée de l'Allan surveillent le secteur au jour le jour depuis plusieurs mois.

 

Nous constatons, y compris lors des crues, une présence régulière du castor, néanmoins difficilement observable en journée. Cela m'incite à installer des pièges photos qui délivreront régulièrement des images nocturnes très intéressantes. L'une d'entre elles confirme la présence de deux animaux, laissant espérer une éventuelle reproduction.

 

Espèce protégée aujourd'hui, le castor est progressivement de retour après avoir été traqué, exterminé totalement, au siècle dernier, pour sa fourrure, sa chair et son musc aux senteurs mêlant le goudron et le cuir.

 

Cela augure une saison à venir qui ne manquera d'intérêt dans le suivi faunistique de la basse vallée de l'Allan.

 

Castor-DominiqueDelfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

Voir également sur ce même blog l'article consacré au retour du castor en Franche-Comté et notamment dans la vallée du Doubs.

01/03/2018

Coup de froid sur la Creuse

Coup de froid sur la Creuse

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste

 

Rien de surprenant avec les températures glaciales de ces derniers jours. Le cadre naturel de la source de la Creuse au pied de Blamont revêt un caractère très hivernal que l'on pourra découvrir grâce à la balade qui conduit à la petite chute d'eau.

 

Partiellement glacée, la cascade s'inscrit dans une ambiance magique animée par l'eau libre qui ruisselle sur les colonnes d'eau gelées.

 

Le contre-jour de la cavité, renforcé par la brillance de l'eau qui s'écoule, accentue la lumière filtrée par la transparence des concrétions.

 

Alors, si le cœur vous en dit, profitez de ce joli spectacle avant que la douceur n'efface ce tableau d'hiver.

 

Coup-de-froid-sur-la-Creuse-Delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

22/02/2018

Le pied de géant

Le pied de géant

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste

 

Les formations végétales sont étonnantes de diversité par leurs formes et leurs compositions.

 

Chacun pourra y voir, selon son interprétation, une image propre à son imagination dont dépend le regard et l'approche sur le sujet.

 

Cet arbre implanté sur une rive de l'Allan et dont la base du tronc est recouverte d'un chausson de mousse me fait penser à un pied de géant dans cet environnement aquatique.

 

Une façon de se plonger dans une dimension surréaliste grâce à un cadrage photo permettant de se concentrer sur cette composition naturelle.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,allan,pays de montbéliard

Cliché © Dominique Delfino

14/02/2018

Rapaces -intimidation

Intimidation

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

 

Les paysages de neige offrent souvent la possibilité de réaliser de belles observations.

 

Les traces animales témoignent de l'activité faunistique, la reconnaissance des empreintes permettant l'identification de nombreuses espèces.

 

La concentration de nombreux rapaces, en l’occurrence de Buses variables, indique que les oiseaux profitent d'un petit mammifère mort pour se nourrir.

 

Chaque rapace tente de s'imposer en adoptant des attitudes d'intimidation afin de profiter de cette nourriture providentielle.

 

La scène rappelle évidemment les observations enregistrées dans le parc national des Cévennes avec les Vautours ou en Afrique, les rapaces jouant le rôle d'éboueurs naturels.

 

Buse-intimidation-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

06/02/2018

Équilibre cristallin

Équilibre cristallin

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

En ce dimanche de février 2018, une promenade matinale me conduit dans les prairies inondables de l'Allan, l'eau venant progressivement de se retirer.

 

La température négative de la nuit a permis la formation d'une très fine et délicate pellicule de glace recouvrant les dépressions encore en eau.

 

Je pose le regard sur ces formations aux lignes harmonieuses, au graphisme intemporel, laissant libre cours à l'imagination.

 

Mon objectif photo me permet de cerner des détails, d'isoler ces éléments fragiles qui se révèlent à mes yeux comme de véritables tableaux.

 

Pas à pas au, fil de l'eau, je m'inspire de cet art de la nature qui n'existe que par l’œil qui le contemple.

 

Équilibre-cristallin-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

01/02/2018

Coucher de soleil

Le soleil joue les prolongations

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste

 

Ce coucher de soleil qui a embrasé le ciel la semaine dernière n'est pas passé inaperçu au regard des nombreux témoignages photos que j'ai pu partager.

 

La lumière et la couverture nuageuse de cette fin de journée laissent à penser que tout est réuni pour profiter d'une ambiance hors du commun lorsque le soleil disparaîtra sur l'horizon.

 

Rien n'est jamais joué d'avance, l'astre du jour se cache derrière la bande nuageuse qui semble boucher définitivement l'horizon.

 

Le ciel et le paysage s'éteignent progressivement me laissant penser que l'embrasement du ciel sera pour une autre fois.

 

Alors que j'ai regagné mon domicile depuis peu, la surprise est de taille lorsque je remarque les lueurs d'une intensité incroyable illuminer le ciel.

 

Juste le temps de prendre un peu de hauteur dans le verger voisin pour profiter durant de longues minutes de cette ambiance inespérée que je concentre dans le viseur de mon appareil photo.

 

Coucher-de-soleil-Delfino-450.jpg

Document © Dominique Delfino

 

 

24/01/2018

Inondations de janvier 2018

Un tableau grandeur nature

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste

 

 

Petite accalmie dimanche sur le front des précipitations durant la huitième manche de Coupe du Monde de cyclo-cross, organisée sur la base de loisirs de Brognard.

 

J'en profite pour couvrir l’événement vu du ciel, mais les champs d’inondations de la basse vallée de la Savoureuse et de l'Allan retiennent tout autant mon attention.

 

Entre Brognard et Fesches-le-Châtel, l'eau se retire très progressivement laissant apparaître par endroits, prairies et terres cultivées.

 

Les couleurs qui s'en dégagent s’harmonisent et le graphisme des arbres isolés dans cet espace revêt un caractère particulier, vu du ciel.

 

C'est un tableau grandeur nature dans lequel ''je me plonge'', la magie de la lumière et de l'eau imprégnant sans relâche mon regard.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,pays de montbéliard,inondations janvier 2018

Cliché © Dominique Delfino

 

 

16/01/2018

Geai des chênes

Un imitateur nommé Geai des chênes

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Malgré la douceur relative de ce début d'année, les oiseaux n'ont pas abandonné totalement les mangeoires. Les petits matins givrés de ces derniers jours ont ravivé l'activité au sein de ces postes de nourrissage offrant ainsi la possibilité d'observer dans d’excellentes conditions de nombreuses espèces.

 

S'imposant par sa taille, son caractère, le Geai des chênes s'annonce grâce à ses cris bruyants avant de se présenter, prudent, à portée de mon télé-objectif.

 

Le bleu strié de noir et blanc qui pare les rémiges caractérise le plumage. Bon imitateur, il est capable de reproduire des chants ou des cris d'autres oiseaux. Particulièrement à la fin de l'hiver, il émet une multitude de sons inspirés de ceux qu'il a perçus dans son environnement, pour le plus grand plaisir de notre oreille.

 

Geai-des-chênes-Dominique-Delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

 

02/01/2018

L’Allan en mode hivernal

L’Allan en mode hivernal

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste

 

La basse vallée de l’Allan à Allenjoie revêt, quel que soit le moment de l’année, un caractère naturel et sauvage que le rythme des saisons façonne au jour le jour.

 

La dynamique des crues de la rivière, libre sur cet espace de dessiner son lit, fait comprendre comment ce cours d’eau s’équilibre avec le temps qui s’écoule.

 

Le paysage m’apparaît sans cesse différent. Les nombreuses prises de vues réalisées par tous les temps, du lever du jour à la nuit tombée, traduisent des ambiances singulières qui s’inscrivent durablement dans ma mémoire.

 

La crue de ces derniers temps a laissé place à ce cadre hivernal.

 

Le contraste s’affiche en noir et blanc le temps d’une giboulée de neige, dans une atmosphère de douceur malgré tout.

 

Allan en mode hivernal-450.jpg

Document © Dominique Delfino

20/12/2017

Volée de Grives

Volée de Grives

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

La neige fraîchement tombée ce début de semaine me pousse à parcourir les chemins qui traversent les champs et les vergers sur le plateau de Brognard-Allenjoie.

 

Au menu de mes prises de vues s'inscrit le graphisme des vieux arbres fruitiers habillés pour la circonstance d'un léger manteau de neige.

 

La présence au pied d'un arbre d'un important groupe d'oiseaux fouillant le sol enneigé attire mon attention. Il s’agit essentiellement de Grives litornes.

 

Les oiseaux profitent des pommes tombées au sol pour se nourrir dans une activité frénétique. Merles noirs et Étourneaux sansonnets s'invitent également au festin, animant ainsi de bruyantes envolées dans le paysage.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,hiver,neige,pays de montbéliard,grive litorne

Document © Dominique Delfino

 

05/12/2017

Improvisation

Improvisation en noir et blanc

 

par Dominique Delfino, photographe

 

La neige est «belle» et bien là, elle transforme nos paysages, habille la saison en ce mois de fêtes de fin d'année.

 

Un regard particulier sur le milieu urbain laisse découvrir les traces de la vie courante que le tapis neigeux enregistre et dévoile aussitôt à nos yeux au rythme de l'activité du moment.

 

Vu du balcon, le graphisme qui se dégage de cette composition s'impose en noir blanc pour mieux illustrer cette scène de rue.

 

Seules les traces subsistent dans ce décor où les acteurs n'apparaissent pas, laissant découvrir l'animation permanente qui règne au sein de ce petit carrefour.

 

Improvisation-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

29/11/2017

Un tableau nommé Champagney

Un tableau nommé Champagney

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

 

Atmosphère limpide, lumière chaude et rasante, couleurs d'automne chatoyantes, toutes les conditions sont réunies pour profiter d'un survol de notre région.

 

Décollage de Montbéliard en direction de la Haute-Saône. Très vite apparaît dans le paysage le site du Bassin de Champagney qui revêt pour la circonstance un caractère inhabituel en cette période de travaux.

 

D'une superficie de 107 hectares, ce réservoir d'eau, construit à partir de 1882, retient 13 millions de m3 d'eau sur un périmètre de 7 km environ. Sa digue, d'une hauteur de 36 mètres pour une épaisseur de 32 mètres à la base s'élève sur une longueur de 785 mètres.

 

Durant cette vidange décennale, VNF (Voies Navigables de France) assure les travaux de génie civil (entretien et sécurisation de l'ouvrage) devant s'achever en fin d'année.

 

Vu du ciel, c'est un véritable tableau que dévoile ce paysage.

 

Sous certains angles de prises de vues, la végétation se mêlant aux éléments gréseux qui composent le sol me rappelle l'horizon de grands sites naturels qu'offre notre patrimoine mondial.

 

 Champagney1-450.jpg

 

Cliché © Dominique Delfino

 

 Champagney2-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

14/11/2017

''Vache'' de câlin

''Vache'' de câlin

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Cliché réalisé au détour d'une petite route de campagne proche des Terres de Chaux (25). Les longs câlins que partagent ces vaches de race montbéliarde me laissent le temps de m'équiper d'un téléobjectif pour saisir cet instant de complicité animale.

 

Le stress vous envahit ? Dans ce cas allez voir les vaches. C'est une pratique qui se développe beaucoup aux Pays-Bas ; faire des mamours avec un bovin. C'est bon pour le moral des câlineurs mais aussi des vaches. Il y a quand même quelques règles à connaître avant d'essayer de caresser ces animaux.

 

Inquiètes, mais surtout curieuses de ma présence et du matériel photo en appui sur le rétroviseur de mon véhicule, les vaches ne me lâcheront pas du regard durant un long moment avant de poursuivre leurs activités.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,vaches montbéliardes

Cliché © Dominique Delfino

 

08/11/2017

Bécassines en transit

Bécassines en transit

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

L'image est de tradition à cette époque de l'année. Le passage migratoire des Bécassines des marais revêt toujours un caractère exceptionnel pour qui a la chance de pouvoir les observer.

 

La météo de ce très bel automne conditionne des niveaux d'eau anormalement bas de nos rivières, offrant aux limicoles les vasières qu'ils apprécient notamment pour se ressourcer.

 

La Bécassine des marais évolue en petits groupes, souvent à l’aube et au crépuscule, dans des eaux peu profondes. Elle se nourrit en sondant la terre meuble et la vase avec son long bec très sensible afin d'en extraire les vers. Les longues pattes dont elle est dotée lui éviteront de salir un plumage offrant à cet oiseau le bénéfice d'un camouflage exceptionnel.

 

Le ventre bien rempli, les oiseaux s'accorderont de longues pauses comme pour profiter du soleil d’automne tout en gardant un œil vigilant sur leur environnement.

 

Bécassines-en-transit-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

 

 

01/11/2017

Sur les chemins de l'école buissonnière

Sur les chemins de l'école buissonnière

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

 

Image d'automne réalisée sur le plateau de Dambenois où les vieux arbres fruitiers s'imposent encore dans le paysage.

 

Je les qualifie souvent de monuments naturels tant l'ampleur et le graphisme qui s'en dégage évoquent toute l'histoire du temps qui s'écoule sur cet horizon.

 

Chemins que je parcours depuis mon enfance, l'image que je viens de saisir, alors que la brume et la rosée illuminent encore ce paysage monochrome, me rappelle ces moments , gamin, je m'évadais dans cette nature refuge pour échapper à la messe dominicale ou participer à quelques leçons d'école buissonnière.

 

Espace de découverte, d'évasion, où les rencontres avec les acteurs de la nature nous offrent ces moments de bonheur quotidien.

 

École-buissonnière-Delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

24/10/2017

Cygnes au soleil couchant

Harmonie d'un soir

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

La fin de journée offre plus particulièrement au photographe des instants de lumière furtifs dont il faut savoir profiter.

 

Le mariage de l'eau et de la lumière constitue certainement le cadre dans lequel le sujet bénéficiera de la meilleure mise en scène.

 

Le paysage s’inscrit complètement dans cette perceptive, mais lorsque la faune s'invite dans le décor c'est presque avec une troisième dimension qu'il va falloir compter.

 

La présence sur l'Allan de ce couple de cygnes tuberculés s'adonnant à la toilette du soir contraste sur le miroir aquatique.

 

Ma position, au ras du sol, me permet de profiter au mieux du reflet des oiseaux que me renvoie la surface de l'eau parfaitement plane.

 

Le jeu des mouvements de cou des cygnes plongeant la tête dans les plumes révèle un graphisme des plus harmonieux au cours de ces instants d'animation alors que les derniers rayons de soleil s'éteignent progressivement.

 

Cygnes(3)-Delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

18/10/2017

Toile d'araignée perlée par la rosée

Parure matinale

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Les matins enveloppés de brouillard délivrent, aux premières lueurs de lumière, le graphisme et la transparence des toiles d’araignées ornées de rosée.

 

Je profite de cette ambiance pour capturer dès le lever du jour les éléments qui s’harmonisent à travers l’objectif de mon appareil photo.

 

Au détour d'un chemin à Allenjoie, le tableau qui s'offre à moi ne pouvait que retenir mon attention pour illustrer ce sujet.

 

Contre-jour parfait sur cette très grande toile accrochée à la fontaine et qui s’inscrit parfaitement dans le symbole de l’eau.

 

Telle une parure matinale, cette œuvre tissée brille de mille éclats rappelant que la décoration naturelle et la magie de l’eau n’ont pas d’égal au regard de certains aménagements souvent de mauvais goût.

 

Ce décor éphémère s’effacera dès les premiers rayons de soleil. Pas de temps à perdre avant que le sujet ne s’évapore pour ne laisser que la trace de son image.

 

Parure-matinale-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

11/10/2017

Nestore : le mulot profiteur

Nestor le profiteur

 

par Dominique Delfino

photographe naturaliste et animalier

 

 

Petite animation dans le jardin ce dimanche à proximité de la véranda. Comme d'habitude, les quelques déchets de repas finissent à un endroit bien précis. Ce lieu est fréquemment fréquenté par des petits et gros oiseaux qui s'empressent de manger sur place ou en emportant leur butin à l'abri des concurrents.

 

Mais cette fois-ci, les enfants m'interpellent suite à la présence d'un petit rongeur qui s'impose sur place tout en assurant un va-et-vient permanent depuis sa cache située sous une racine.

 

C'est un joli mulot qui en train de stocker cette nourriture providentielle. Caché sous des orties, il pointe prudemment la tête afin de s'assurer qu'aucun prédateur ne soit à sa portée et court rapidement s'emparer de quelques morceaux de nourriture abandonnés aux oiseaux.

 

Durant une petite heure, à la barbe des moineaux, merles et mésanges, notre petit mulot fait le ménage, me laissant le temps de réaliser quelques images à travers la vitre de la fenêtre, dans des conditions de lumière très médiocres.

 

Comme en témoigne cette image, la gourmandise pour le gras de jambon ne fait pas défaut et Nestor, du nom dont nous l'avons baptisé, a assurément constitué sa petite réserve pour quelques jours.

 

Mulot-Delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

02/10/2017

Marmottes jurassiennes avant hibernation

Prête pour l'hiver

par Dominique Delfino

photographe naturaliste et animalier

 

Culminant à 1600 mètres d'altitude dans le Jura suisse, le massif du Chasseral arbore ses couleurs d'automne.

 

Le soleil décline de plus en plus vite et malgré le beau temps d'arrière-saison les animaux qui demeurent sur place se préparent à affronter l'hiver.

 

Marmotte-Delfino-450.jpg

Document © Dominique Delfino

 

Les Marmottes jurassiennes pointent encore le bout de leur nez et s'offrent un petit bain de soleil mais s'activent surtout à aménager un lit douillet au fond du terrier.

 

Les rongeurs confectionnent un épais matelas de foin qui contribuera à éviter la déperdition de chaleur.

 

Après s’être gavées durant tout l'été doublant ainsi leur poids en réserves de graisse, elles fondent littéralement pendant ce long et profond sommeil de près de six mois. Leur température interne chute de façon considérable passant de 37°C à 5 ou 6°C.

 

Encore fragiles, les jeunes de l'année ne sont guère à même d'hiberner seuls, les adultes servent donc de bouillotte, l'une des raisons entre autres de la vie en groupe des marmottes.

 

L'automne est là. Malgré le beau temps d'arrière-saison, les jours ont raccourci, marquant la fin de l'été. Beaucoup d'animaux s'y sont préparés, sensibles au changement d'atmosphère. La course du soleil déclinant de plus en plus, les brumes de l'aube, la chaleur moins forte sont autant de signes pour eux. Les hirondelles sont déjà parties. Les autres oiseaux migrateurs ont entamé leur long périple vers le Sud. Les animaux qui restent sur place devront faire face à l'hiver et son cortège de neige et de glace. Ceux qui habitent la montagne sont particulièrement exposés aux intempéries. Le froid arrive de bonne heure en altitude, où les températures descendent rapidement. La neige tombe en masse et persiste longtemps. La fonte ne s'effectue pas avant mars voire avril, selon les endroits.

 

Pour survivre, les créatures montagnardes vont devoir passer la mauvaise saison à l'abri, en vivant au ralenti : c'est l'hibernation. Beaucoup de mammifères entrent en léthargie dès le milieu de l'automne. Ainsi l'ours et le blaireau, mais dans ce cas, il ne s'agit pas d'hibernation à proprement parler, car la température du corps descend de quelques degrés " seulement ".

 

Chez les marmottes alpines, les plus gros rongeurs de nos contrées à pratiquer ce système, la température interne chute bien davantage passant de 37 °C à 5 ou 6 °C ! Une perte de plus de trente degrés qui permet d'économiser ainsi de l'énergie durant plusieurs mois. Les battements cardiaques diminuent aussi sensiblement, tout comme les mouvements respiratoires, à peine perceptibles.

 

Les marmottes tombent dans un sommeil profond. Pourtant, elles vont se réveiller plusieurs fois au cours de l'hiver… et se rendormir ! Les scientifiques s'interrogent encore sur la cause de ces reprises de conscience, car les animaux n'en profitent pas pour se nourrir. De plus, cela demande une très grande dépense d'énergie. Elles semblent pourtant obligatoires, peut-être pour éviter la mort, l'organisme ne supportant pas une léthargie totale et ininterrompue pendant six mois…

 

Heureusement, les marmottes ont tout prévu pour passer au mieux cette période. Elles se sont gavées durant l'été afin de constituer des réserves de graisse. Elles doublent ainsi leur poids avant l'hibernation et fondent littéralement pendant cette période. Leur organisme est ainsi fait qu'il va puiser directement dans la couche de graisse accumulée sous la peau pour continuer de fonctionner.

 

Les rongeurs ont pris soin d'aménager un nid douillet au fond de leur terrier en apportant du foin. L'herbe sèche forme un épais matelas qui contribue à éviter la déperdition de chaleur. Celle-ci est également conservée grâce à l'hibernation en groupe. En effet, conserver une température constante, même si elle est basse, durant aussi longtemps, n'est possible que si plusieurs marmottes se serrent les unes contre les autres. Roulées en boule, le nez dans la queue, elles passent ainsi l'hiver en famille.

 Les adultes servent de bouillotte

 

Les adultes, plus résistants, réchauffent les jeunes, nés le printemps précédent. Encore fragiles, ils ne sont guère à même d'hiberner seuls. Plus la famille est nombreuse et plus les chances de ressortir sain et sauf au printemps sont importantes.

 

C'est l'une des raisons de la vie en groupe des marmottes. Contrairement aux écureuils, leurs cousins arboricoles, les marmottes — parfois surnommées écureuils terrestres — ne restent pas solitaires. L'union faisant la force, les marmottes forment de petites tribus avec un mâle et une femelle dominants, d'autres, subordonnées, qui gravitent autour d'eux, des jeunes d'un ou deux ans, et les petits nés dans l'année. La vie en communauté permet de mieux se défendre contre les prédateurs qui sont nombreux. Les aigles guettent dans le ciel et repèrent leur proie de leur vue perçante. Les renards sont à l'affût et parviennent à capturer les petits ou les étourdis grâce à leur ruse. La martre et l'hermine se faufilent parfois dans le terrier pour s'emparer des nouveau-nés.

 

26/09/2017

Le chardonneret

Le chardonneret au chardon

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Ce petit passereau dont la taille est un peu plus petite que celle d’un moineau est reconnaissable grâce à ses couleurs. Sa tête noire et blanche ornée d'un masque rouge recouvre ses yeux et ses joues. Ses ailes sont noires ornées d’une magnifique bande jaune vif.

 

Le chardonneret élégant émet un chant très caractéristique que l’on peut entendre dans nos jardins à partir du mois de mars : un gazouillis agréable, mélodieux, impossible à confondre avec le chant d'un autre oiseau.

 

Un espace que nous conservons en friche au titre de la biodiversité sur le plateau de Brognard, offre à de nombreux oiseaux un biotope de choix dont de nombreuses espèces protégées.

 

La Cardère sauvage s'y est naturellement implantée. Il me semble évident de rendre hommage à ce beau chardon trop souvent relégué au triste rang de « mauvaise herbe » et qui a donné son nom au chardonneret.

 

Ainsi donc on pourra observer de nombreux chardonnerets, toujours groupés, agrippés à cette plante dont ils picorent les graines.

 

Chardonneret-Delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

19/09/2017

Héron stoïque sous la pluie d'automne

Les pattes au sec sous la pluie

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Petites séances d’affût dans les derniers jours de septembre au bord de l'Allan pour observer les oiseaux profitant des gravières et vasières hors d'eau lors d'une halte migratoire de saison.

 

Les petits limicoles (Chevaliers, Bécassines des marais …) sont plus ou moins au rendez-vous. Les conditions météo, déterminantes pour le déplacement des oiseaux migrateurs, offrent des épisodes climatiques et de lumières particulièrement intéressants dont le photographe doit savoir profiter en toutes circonstances.

 

Habitué des lieux et sédentaire, le Héron cendré assure un va-et-vient permanent en quête de proies dans ces eaux peu profondes.

 

Surpris par une averse qui s'intensifie, notre échassier trouve refuge complètement immobile sur un minuscule îlot constitué par une racine. La pluie ruisselle sur le plumage de ce Héron au caractère bien trempé.

 

Il bravera l'intempérie dans une ambiance aquatique de rigueur mais, les pattes bien au sec !

 

Héron sous la pluie-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

 

 

13/09/2017

Faisan au plumage aux couleurs d'automne

Plumage aux couleurs d'automne

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste animalier

 

Rencontre sympathique alors que je me promène en soirée sur le plateau de Brognard tout en profitant d'une belle lumière au soleil couchant.

 

Dans un champ de maïs récemment coupé, je remarque  trois Faisans de Colchide semblant profiter des grains tombés au sol attirant plus leur attention que ma présence à distance.

 

Un superbe coq se présente progressivement à portée de mon téléobjectif m’autorisant une série d'images de ce beau mâle ouvrant la marche aux femelles plus en arrière par vigilance.

 

Tout en picorant les grains de maïs providentiels, l'oiseau ne me quitte pas des yeux adoptant une posture élégante pour resplendir dans le cadre de mon appareil photo.

 

Mais attention pour lui et ses femelles, prudence, tous les viseurs ne sont pas forcément inoffensifs en cette période de chasse...

 

Faisan de Colchide,dominique delfino,photographe naturaliste et animalier

Cliché © Dominique Delfino