Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2014

À la rencontre du Pluvier Guignard

À la rencontre du Pluvier Guignard

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Le début de l'automne est une période très favorable pour tenter d'observer le Pluvier Guignard en pleine migration.

 

Les crêtes du Chasseral, ces montagnes du Jura Suisse, constituent l'un des points de halte régulière pour cette espèce nicheuse dans le nord de l'Europe (Écosse, Norvège, Scandinavie).

 

Si le Pluvier Guignard est réputé très peu farouche, le repérer dans l'herbe des prairies rases à zones de terre dénudée ou caillouteuse n'est pas toujours chose facile et nécessite patience et observation.

 

Mais la chance était au rendez-vous en cette première quinzaine de septembre avec la présence régulière de quelques oiseaux de passage sur les sommets.

 

Assis sur une pierre, j'observe deux oiseaux chassant leur nourriture dans l'herbe à quelques mètres de moi, se laissant photographier sans se soucier le moindre instant de ma présence, évoluant même parfois à porter de bras !

 

Images extraordinaires que celles de ces très beaux oiseaux s’inscrivant au sein des paysages exceptionnels qu'offre le massif du Chasseral, avant qu'ils ne poursuivent leur migration vers l'Afrique du Nord.

 

 

Pluvier-guignard-delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

31/08/2014

À bon chat, bon rat

 Face à face

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Nous devons le cliché de cette semaine à mon ami  Alain Debecker résidant à Montbéliard et photographe à ses heures perdues. Alain me soumet de temps à autre une sélection d'images qu'il me demande de commenter afin de s'appliquer au mieux dans ses prises de vues.

 

Son regard sur la vie qui nous entoure est empreint d'une certaine originalité et la petite scène de vie animalière de ces animaux domestiques retient toute mon attention.

 

En effet, Texas le chat et Max le rat domestique semblent bien indifférents l'un par rapport à l'autre, l'attention de chacun étant portée sur le morceau de fromage qui semble mettre l'eau à la bouche du matou, à moins que ne se profile une autre idée derrière sa tête à la vue de la langue léchant ses babines…

 

Mais que les âmes sensibles se rassurent : le rat plus téméraire profitera de la petite friandise sans se laisser impressionner par plus gros que lui.

 

Chat-et-rat-450.jpg

Cliché © Alain Debecker

Brochet profiteur

Brochet profiteur

 

par Dominique Delfino

photographe animalier et naturaliste

 

 

Quelques jours avant la rentrée scolaire consacrés à l'initiation de mon fils Aurélien à la délicate technique de pêche au chènevis.

 

Le cours de l'Allan à Étupes se révèle prometteur. Une place de pêche bien préparée provoque des ''touches'' franches occasionnant la capture de nombreux gardons et rotengles de belle taille.

 

Chaque jour au fil de l'eau présente son lot de surprises et celle de ce brochet en fin de journée ne manquera pas de nous étonner.

 

En effet, le carnassier s'attaque une première fois à un gardon que nous venions d'attraper avant de s'en dessaisir quelques instants plus tard. Mais notre brochet n'abandonne pas la partie. En rodant dans le secteur durant une heure, c'est à quatre reprises que le prédateur profite des poissons frétillants que nous attrapons pour bondir dessus et tenter de s'en accaparer ! C'est l'illustration même du comportement de prédateur qui s'attaque de préférence aux proies en difficulté.

 

Une partie de pêche animée dans les eaux poissonneuses de l'Allan  permettant également d'observer les oiseaux inféodés au milieu aquatique.

 

Brochet-profiteur-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

19/08/2014

Cactus géant

Cactus géant

 

par Dominique Delfino

photographe animalier, naturaliste et… curieux

 

Dans les ruelles du petit port du village de Bol sur l’île de Brac en Croatie je découvre un superbe Cereus de taille impressionnante grimpant le long d'un mur.

En opposition avec le chéneau qui recueille l'eau de pluie, la plante grasse s'élance vers le ciel, contourne la maison jusqu'à rejoindre le toit et la lumière qui lui profite tant.

Destin contraire de ces deux "organismes". Liés l'un à l'autre, si le chéneau se gorge d'eau de temps à autre, le cactus se gorge de soleil pour se développer sans que rien ne semble pouvoir l’arrêter.

 

Cactus-géant-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

18/08/2014

Voie lactée en lumière

Voie lactée en lumière

 

par Dominique Delfino

 

Photographe naturaliste, animalier et… paysagiste

 

Difficile sous nos contrées, de profiter du spectacle que nous offre le ciel en raison de la pollution lumineuse.

 

Si les choses évoluent lentement dans le bon sens, le gaspillage énergétique lié au fait d'éclairer tout et n'importe quoi, n'importe comment, souvent durant toute la nuit, impose de s'éloigner très loin des centres urbains pour retrouver un fond de ciel obscur.

 

L'image ci-dessous a été réalisée en août 2014 à l'occasion d'un séjour sur l’île de Brac en Croatie où le fait de lever les yeux vers le ciel vous plonge la tête dans les étoiles.

 

Je redécouvre la voie lactée qui se dessine dans la carte étoilée du ciel. Trente secondes de pose longue en photo, un grand angle de 12 mm et 2000 ISO de sensibilité suffiront à enregistrer et amplifier la lumière du fond de la nuit avant que ne se lève la pleine lune.

 

L’horizon profitera du halo lumineux des villes sur l’île voisine rappelant l'impact négatif d'un éclairage mal adapté et mal contrôlé que réfléchit la couverture nuageuse.

 

Une soirée de prise de vue qui s’accompagnera du passage de quelques étoiles filantes pour animer le rêve de la nuit.

 

Voie-lactée-Delfino-450.jpg

cliché © Dominique Delfino

 

09/08/2014

Milan noir versus Pie bavarde

Haute voltige

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Spectaculaire cette image que m'a fait parvenir mon ami Philippe Vauthier de Montbéliard.

Ce cliché de Milan noir poursuivi par une Pie bavarde témoigne de la concurrence des territoires dont font preuve les oiseaux pour défendre leurs terrains de chasse.

Le Milan noir n'est pas un très bon chasseur. Il est cependant capable de réaliser des acrobaties aériennes étonnantes pour trouver sa nourriture et planer lentement à faible hauteur à la recherche d'une proie facile ou d'une charogne (rongeurs, oiseaux ou poissons morts).

Le foin récemment fauché lui facilite la tâche, mais la présence des pies complique la situation, celles-ci n'hésitant pas à poursuivre dans les airs le grand rapace qui n'aura souvent pas d'autres solutions que de quitter les lieux.

Mais l'heure de la migration a déjà sonné. Les milans noirs, comme de nombreux autres oiseaux, quittent l'Europe pour rejoindre leurs quartiers d'hiver en Afrique.

 

Milan&pie-Vauthier-450.jpg

Cliché © Philippe Vauthier

28/07/2014

Le ballet aérien des étourneaux

Ballet aérien

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Les foins fraîchement coupés dans l'espace naturel de l'Allan à Brognard, offrent à de nombreux oiseaux le terrain de chasse privilégié à cette période de l'année.

 

Hérons cendrés, buses variables, milans noirs et royaux, faucons crécerelles, tous sont présents à l'affût des petits rongeurs largement exposés à ces prédateurs une fois la prairie naturelle fauchée.

 

Il n'est d'ailleurs pas rare d'y surprendre le renard muloter profitant lui aussi de cette aubaine.

 

Mais le grand spectacle de fin de journée nous vient tout droit du ciel. Ce sont des centaines d’étourneaux sansonnets, dont les effectifs sont gonflés par les nombreux jeunes de l'année évoluant dans un vol acrobatique.

 

En se posant momentanément d'un endroit à un autre de la prairie en quête de nourriture également, le contre jour de ces vols d’étourneaux à travers la lumière du soleil couchant, découvre une transparence qui illumine ce ballet aérien scintillant de ces mille ailes.

 

dominique delfino, étourneaux

Cliché © Dominique Delfino

 

 

06/07/2014

Le Petit Gravelot cohabite avec les installations industrielles

Cohabitation

 

par Dominique Delfino

photographe animalier et naturaliste

 

L'observation de ce Petit-Gravelot nicheur sur une plate-forme industrielle terrassée au sein de la ZAC Technoland 2 à Brognard, confirme la recherche de milieux de substitution pour cette espèce protégée.

 

Pour la deuxième année consécutive, ce sont plusieurs couples qui ont pris possession des terrains encore inoccupés, trouvant là le milieu rappelant son biotope d'origine.

 

L'Allan, avant son détournement dans un cours artificiel banalisé, offrait chaque année de superbes gravières et grèves de sable, redessinées et entretenues naturellement par les crues au cours du temps.

Ce sont ces milieux originels, que recherche dès son retour de migration le Petit-Gravelot, pour garnir de petits cailloux une légère dépression qu'il aménage à même le sol.

 

À ma grande surprise, c'est dans une empreinte de mes chaussures de marche que notre petit limicole s'est installé économisant ainsi le terrassement de la petite cuvette qui abritera la ponte.

 

Quel avenir pour le Petit-Gravelot sur le secteur de l'Allan ? La présence de cette nichée installée entre les deux usines récemment inaugurées (ZIMMER et Metalhom) crée, le temps d'une saison une cohabitation hors du commun.

 

Petit--Gravelot-ZI-Brognard_Delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

      

02/07/2014

Lumière de scène

Lumière de scène

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Les épisodes orageux que nous connaissons ces derniers jours[1] offrent pour le photographe des conditions lumineuses particulièrement extraordinaires.

 

La photographie est avant tout un jeu permanent avec la lumière. Le paysage, baigné dans cette ambiance de fin de journée, profite de ces contrastes liés aux rayons du soleil projetés sur ces étendues jusqu'à l'horizon et accentué par un ciel dense d'orage.

 

Le plateau de Brognard est à nouveau le théâtre où je me concentre pour parcourir les chemins de champ à l’affût de cette lumière éphémère que les nuages s'empressent d'éteindre.

 

Il faut alors faire vite. Les cultures brillent sous ces lueurs intenses et la toile de fond représentée par le massif des Vosges pris dans les intempéries, donne toute la profondeur à l'image que recherche le photographe en prise de vues paysagère.



[1] Début juillet 2014

 

Plateau-Brognard-450.jpg

                                       

30/06/2014

Rouge-queue à domicile

Rougequeue à domicile

par Dominique Delfino

 

Photographe animalier et naturaliste

À voir mon site internet

 

Chaque année, les nichoirs installés autour de la maison sont très prisés par les petits passereaux, le Rougequeue noir ne manquant jamais à l'appel.

 

D'un printemps à l'autre ce petit oiseau familier occupe un nichoir différent allant même, jusqu'à s’installer dans un nid artificiel d'hirondelles demeuré libre.

 

La météo très favorable cette année permet à notre Rougequeue de poursuivre la reproduction avec une seconde nichée. Un petit chalet de bois aménagé à cet effet qui accueillera discrètement la ponte pour donner naissance à quatre oisillons dont les petits cris timides signalent déjà la présence.

C'est un va-et-vient alors permanent que les deux parents vont assurer du lever du jour au soleil couchant durant une quinzaine de jours pour nourrir les jeunes.

Les oisillons grandissent à vue d’œil et les cris de plus en plus bruyants qu'ils manifestent à l'approche des adultes, suffisent à se rendre compte de l'activité soutenue de la nichée jusqu'au jour de leur envol.

 

rouge-queue-Delfino-450.jpg

22/05/2014

Bain de soleil pour un chevreuil

Bain de soleil pour un chevreuil

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Les soirées d'observation se suivent, mais ne ressemblent pas, procurant ainsi cette sensation de découverte permanente et de contact avec la vie sauvage.

 

À l'affût dans la plaine de l'Allan à Brognard, je profite des fins de journées un peu moins chaudes pour espérer photographier les oiseaux qui se révèlent un peu plus actifs que durant la journée et surtout jouir de l'ambiance lumineuse de ces soirées.

 

Les oiseaux sont au rendez-vous, mais la présence d'un chevreuil de l'autre côté de la rive prêt à traverser le plan d'eau me tient en haleine. Le rêve devient alors réalité lorsque l'animal se met à l'eau, nage dans ma direction avant de reprendre pied tranquillement face à mon téléobjectif.

 

C'est un véritable tableau que m'offre la nature avec la scène de cette chevrette profitant quelques instants de ce bain de soleil couchant tout en surveillant dans ma direction.

 

Juste le temps de contrôler le côté technique pour assurer mes prises de vues et notre reine d'un soir ira se dissimuler dans la végétation en quête des herbes tendres dont elle se délectera.

 

Quelle belle soirée !

 

Chevreuil-Delfino-450.jpg

 

 

 

Comité d'accueil

Comité d'accueil

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Météo idéale en ce dimanche 9 avril 2014 pour un survol du Pays de Montbéliard en montgolfière. Invité par le pilote Nicolas Maurice à partager la nacelle de son ballon (montgolfière Pays Montbéliard Agglomération), je profite de l'occasion pour réaliser toute une série de prises de vues à la lumière du soleil levant.

 

Pas un souffle de vent au décollage de l'aérodrome de Courcelles lès Montbéliard. Le ballon s'élève lentement jusqu'à s'engager dans un léger flux d'air qui nous dirigera progressivement sur le centre ville de Montbéliard, avant de survoler à un peu moins de mille mètres la basse vallée de la Savoureuse.

 

La lumière chaude et rasante, baignée d'une légère brume matinale imprègne le paysage d'une ambiance d'un grand calme que seul les brûleurs à gaz du ballon viennent troubler.

 

Je redécouvre ces paysages que je connais bien pour les avoir survolés de nombreuses fois mais cette fois, avec l'impression de reposer sur un balcon accroché au ballon.

 

C'est dans la vallée de la Bourbeuse à Charmois, une heure trente plus tard que se prépare l'atterrissage avec comme comité d'accueil, les vaches toujours inquiètes par cette arrivée intrusive dans leur pâture.

 

Comité-d'accueil-450.jpg

 

 

21/05/2014

Le Coucou gris

Le Coucou gris

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Cet oiseau, dont le chant est certainement le plus connu, est habituellement calme en dehors de la saison de reproduction. Mais à cette époque, il chante presque continuellement manifestant son comportement territorial et ainsi que lors des parades amoureuses.

 

C'est à cette occasion que j'ai pu réaliser cette image dans le delta du Danube où la population de coucous est particulièrement bien représentée, en raison du biotope favorable car d'importantes roselières abritent de nombreux nids de rousserolles que recherche en particulier cette espèce parasite, propre au coucou, pour y pondre y ses œufs.

 

Le voici perché pas très haut sur un arbre dépourvu de feuilles. C'est l'occasion rêver pour tenter une approche progressive. Moteur coupé, la barque dérive tout en douceur au gré d'un léger courant. L'image du coucou s'affiche à travers le téléobjectif jusqu'à offrir un plan presque plein cadre. ''Cerise sur le gâteau'' notre oiseau capture alors une chenille qu'il exhibe fièrement et qu'il offrira certainement à sa femelle, les bonnes intentions étant toujours de circonstance en cette période des amours...

 

Coucou-Delfino-450.jpg

Le Crabier chevelu

Le Crabier chevelu

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Observé très rarement sur l'espace naturel de Brognard, ce petit Héron fort sympathique a été photographié dans le delta du Danube en Roumanie où je séjourne actuellement en compagnie de trois amis ornithologues à Crisan, petit village de pêcheurs situé en plein cœur du delta.

 

Classé première biosphère de l'Europe occidentale, ce milieu exceptionnel abrite une avifaune particulièrement riche. Toutes les espèces inféodées au milieu aquatique sont ici très largement représentées.

 

Parcourant inlassablement les berges, le Crabier chevelu est facilement observable dès lors que l'on dispose d'une barque pour une approche discrète.

 

Comme le montre cette image, le Crabier chevelu capture prestement différentes proies grâce à une vue perçante et une approche adaptée.

 

Le téléobjectif bien calé sur la barque permettra de saisir ces différentes scènes de la vie au cœur des roseaux dès le lever du jour.

 

Crabier-chevelu-Delfino-450.jpg

12/05/2014

Clocher en pâture

Clocher en pâture

 

par Dominique Delfino

Photographe paysagiste et naturaliste

 

Coup d’œil ou clin d’œil, ce cliché bien franc-comtois est à l'image de la surprise rencontrée au détour d'un chemin sur le plateau du Lomont.

 

Alors que je roule lentement sur la petite route départementale, le sommet du clocher se dessine et monte progressivement sur l'horizon jusqu'à finir par apparaître comme reposant sur la prairie.

 

Le jeu des courbes et niveaux de terrain me permet ainsi de parfaire mon cadrage en jouant avec le clocher émergeant du vallon et, traduire au mieux cette illusion.

 

Clocher-comtois-450.jpg

 

Vous avez été nombreux à avoir reconnu le clocher du village de CHAMESOL !

11/05/2014

La chienne et le bébé mésange

La chienne et le bébé mésange

 

La prise de risque est immense pour les oisillons qui prennent leur envol pour la première fois ! Témoin cette menue mésange charbonnière. Mais la chienne intriguée par cette petite boule de plumes ne lui fera aucun mal.

 

Chien-mésange-450.jpg

14/04/2014

La Spatule, plumes au vent

La Spatule, plumes au vent

 

par Dominique Delfino

photographe animalier et naturaliste

 

À l'occasion du Festival de la Nature et de l'Oiseau, le stage photo que j'anime au parc du Marquenterre (Baie de Somme) me permet de profiter de la tour d'observation qui domine la pinède de quarante mètres. De ce point de vue exceptionnel, nous pouvons découvrir avec la plus grande discrétion l'ensemble de la héronnière mais également les autres échassiers nicheurs qui cohabitent sur cet espace.

 

Cigognes blanches, aigrettes garzettes, et les étonnantes spatules blanches dont les nids construits pour certains à proximité de la tour, offrent alors un spectacle permanent.

 

Les oiseaux assurent un va-et-vient permanent, entre la relève de couvaison, le nourrissage des poussins déjà éclos ou, tout simplement comme le montre cette image, l'apport de branches destinées à renforcer le nid souvent secoué par le vent à la cime des pins.

     

Les fines plumes blanches de sa huppe qui orne sa tête se détachent au grand air mais, c'est avant tout son bec en forme de spatule qui lui confère son nom.

 

Spatule-blanche-Delfino-450.jpg

L'arbre aux cigognes

L'arbre aux cigognes

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Le vingt-quatrième festival de l’Oiseau et de la Nature de Baie de Somme vient de s’achever. Comme chaque année, j'y assurais un stage photo nature.

 

Invité par mon ami Pierre installé dans une ancienne ferme au cœur du marais, j'ai découvert que le vieux saule situé au bout du jardin et dont seul le tronc a été conservé, abrite désormais un nid de cigognes.

 

Le propriétaire des lieux a ainsi épargné ce vieil arbre dans l’espoir d’y voir un jour s’installer un couple de ce magnifique échassier, déjà bien présent en Baie de Somme. Cela fait trois ans que le rêve de Pierre s'est réalisé.

 

Le graphisme de l’arbre, allié à la présence des oiseaux fait le bonheur du photographe le jour comme les nuits de pleine lune. Une image qui illustre parfaitement la cohabitation entre l’homme et la Cigogne blanche.

Cigognes-Delfino-450.jpg

 

La réserve naturelle dans un écrin

La réserve naturelle dans un écrin

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Les soirs d'avril 2014, j'ai enchaîné les prises de vues aériennes profitant des superbes lumières de fin de journée aux couleurs de printemps.

 

La floraison des fruitiers a largement retenu mon attention, mais le vert tendre et transparent des feuillages qui ''explose'' ne manque pas d'intérêt, particulièrement lorsqu’il est exposé à une lumière rasante.

 

Ce cliché de l'espace naturel de l'Allan à Brognard vu du ciel prend alors toute sa dimension, le mariage de l'eau et de la végétation s'imposant dans une harmonie parfaite sous les feux des derniers rayons du soleil couchant.

 

Je rappelle que cet espace naturel est entièrement artificiel, dernier témoignage de la basse vallée de l'Allan encore inondable. Il a été créé en 1988 dans le cadre des mesures compensatoires liées au second détournement de la rivière ALLAN, suite aux actions menées par l’association de protection de la nature que je préside et que PMA (Pays de Montbéliard Agglomération) qualifie aujourd'hui de Parc des deux canaux (canal du Rhône au Rhin et canal de Haute-Saône).

 

Déjà vingt-cinq ans que nous veillons à préserver et entretenir cet espace enclavé au sein de la ZAC Technoland pour laquelle la plaine inondable a été remblayée entraînant par la suite des travaux destinés à essayer de lutter contre les crues.

Réserve naturelle dans un écrin-450.jpg

31/03/2014

Abeilles au cœur de la forêt

Au cœur de la forêt

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Un domaine ignoré du commun des mortel : la forêt est le terrain d'activité d'apiculteurs passionnés. En effet, les agents de l'ONF sont chargés de récupérer des essaims d'abeilles installées dans des cavités naturelles des arbres abattus lors d'exploitations forestières.

 

En Haute-Saône, Yvan et Yann se chargent de cette mission au cœur des massifs forestiers autour de Magny Danigon près de Lure. Après avoir examiné soigneusement la cavité abritant des milliers d'abeilles, les bûcherons apiculteurs se saisissent d'une tronçonneuse pour découper le tronc pour finir par l'ouvrir tel un sarcophage.

 

dominique delfino,photographie naturaliste,photographie animalière

Ouverture du sarcophage

 

Fabuleux, extraordinaire, de découvrir alors le travail de cette ruche naturelle au cœur de l'arbre.

 

Délicatement, Yvan et Yann récupèrent le couvain en le transférant sur des cadres qui prendront place dans une ruche. Sans problème, les abeilles adopteront naturellement ce nouvel abri pour poursuivre leur œuvre autour de la reine pas toujours facile à localiser au sein des milliers d'insectes. Son rôle de reine lui confère l'autorité et son organisation, traduisant ainsi toute l’âme de la ruche.

 

dominique delfino,photographie naturaliste,photographie animalière

Dégagement de la colonie

 

Cerisiers en lumière

Cerisiers en lumière

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

La floraison des cerisiers est à son apogée avec quelques semaines d'avance en cette année 2014 sur la saison. Je profite de ces quelques jours durant lesquels les fruitiers sont en fleurs pour concentrer mes prises de vues sur ce symbole du printemps qui ne laisse personne indifférent.

 

CERISIERS-EN-LUMIERE_01-450.jpg

Cliché @Dominique Delfino

 

Ce sont bien sûr pour le photographe les lumières matinales et de fin de journées, qui permettront d'en apprécier la transparence en parcourant les nombreux chemins des vergers de Vandoncourt et de ses environs.

C'est en avion que je décide, en ce dimanche soir 6 avril, de profiter des derniers rayons de lumière rasante pour redécouvrir ces gros pompons de fleurs projetant leurs ombres sur la prairie.

 

CERISIERS-EN-LUMIERE_02-450.jpg

Cliché @Dominique Delfino

 

11/02/2014

Désherbage chimique

Pas de place pour les herbes folles

 

par Dominique Delfino

 Photographe naturaliste et animalier

 

C'est en animant dernièrement un stage photo nature à Montbéliard que j'ai saisi cette image surprenante. Avec le groupe que je conduisais le long du canal du Rhône au Rhin à la recherche de sujets photographiques, la vision de ce qui me semblait être un astronaute sur la lune m'a stupéfié.

 

Et pour cause : le travail que cet employé est en train de réaliser impose une tenue de grande rigueur, le traitement chimique réalisé dans l'aménagement de l’extension d'un grand parc urbain à vocation.

 

À quand des aménagements, où l'on puisse observer et évoluer au cours du temps la dynamique végétale naturelle où s'impose une biodiversité riche d'une flore et d'une faune unique au sein d'espaces non aseptisés !

 

Désherbage_Delfino-450.jpg

 

Neige de printemps

Neige de printemps

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Invité le week-end du 23 mars 2014, à participer au festival de photos de nature de Bex (près de Lausanne) dans le Valais Suisse, j'ai aimé ce paysage de neige provoquée par la chute brutale des températures.

 

Depuis la salle d'exposition, j'ai pu toute la journée contempler les versants du massif alpin et, en fin d’après-midi, j'ai pu prendre la route pour me plonger au cœur de ces paysages de moyenne altitude.

 

La neige fraîchement tombée offre des paysages somptueux. C’est finalement dans un petit village sur les hauteurs de Bex que, bloqué par la neige, mon escapade s’arrêtera, le charme de cette petite chapelle retenant toute mon attention.

 

Neige-de-printemps-Delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

Harmonie d'un soir

Harmonie d'un soir

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

C'est un petit coin de rivière encore libre de dessiner son profil au gré du travail des crues.

 

La lumière chaude en fin de journée en ce dimanche de mars 2014, ne pouvait que mettre en valeur cette gravière d'un méandre de l'Allan à Allenjoie.

 

Remodelé sans cesse par le travail d'érosion et le dépôt des alluvions, ce milieu naturel aquatique est à l'image de la définition même d'une rivière au cours libre et sauvage telle que les manuels de géographie ou de sciences naturels nous l'apprenaient.

 

Biotopes indispensables à certaines espèces d'oiseaux, ils deviennent de plus en plus rares, les aménagements artificiels ''bien pensés et profilés'' de nos cours d'eau les transformant trop souvent en simple canalisation d'écoulement des eaux...

 

Harmonieux et reposant, ce milieu naturel dépend du travail que seule la nature est capable de réaliser, au regard de ce mariage de l'eau avec les graviers, les racines, le tout baigné dans cette ambiance de reflets et de lumière.

 

Allan-Delfino-450.jpg

Lumière-du-soir-sur-l'Allan©M.Cottet-450.jpg

10/02/2014

Le Printemps des Campenottes

Le Printemps des Campenottes

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Oui elle est là bien là, illuminant les sous-bois de sa couleur jaune vif pour nous rappeler qu'elle est avant tout la fleur du printemps.

 

La Campenotte, comme on la surnomme dans le Pays de Montbéliard est chère à ses habitants. Une histoire ou légende de vieux Druide et sa fille vivant dans le Mont-Bart lui accorderait l'origine de sa naissance à cet endroit magique.

 

Alors quelle qu’en soit la croyance, les centaines de jonquilles qui tapissent le sol sont toutes autant de raisons de poser le regard sur chacune d’entre elles, la lumière qui les traverse, transformant chaque corolle en une petite tache couleur d'or.

 

Campenottes-Delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

La Jonquille (Narcissus pseudonarcissus, famille des Amaryllidaceae), appelée Campenotte en Franche-Comté a fait l'objet d'une chanson que publie le site "La Cancoillotte".

 

Sur l’air de "Ma Normandie"

 

Premier couplet

Dans Paris, fleur abandonnée,
De mon pays doux souvenir.
Ô ! Campenotte infortunée
Toi qui viens jusqu’ici mourir,
N’as-tu pas vu dans ton voyage
Ma jolie diaichotte aux yeux doux ?
Ô ! parle moi de mon village,
De mon pays et des rives du Doubs.

 

Deuxième couplet

Si tu viens de cette montagne
Qui de l’Allan voit les roseaux,
Si tu as vu notre campagne
Du haut de la roche aux corbeaux,
Ah ! tu dois connaître je gage
Ma jolie diaichotte aux yeux doux,
C’est la plus belle du village
De mon pays et des rives du Doubs.

 

Troisième couplet

As-tu vu passer le dimanche
En corset noir baissant les yeux,
Les bras nus sous la guimpe blanche
Le diairi sur ses longs cheveux
Rubans flottants sur son corsage,
Ma jolie diaichotte aux yeux doux ?
C’est la plus belle du village,
De mon pays et des rives du Doubs.

 

Quatrième couplet

Mais si ma mie est la plus belle
Toi, notre emblème de gaieté,
Vous deux à la saison nouvelle
Serez toujours de la Comté
Toi, reine de nos fleurs sauvage
Et la diaichotte aux yeux si doux,
Reine des fleurs et des villages
De mon pays et des rives du Doubs.

 

Paroles de P. de Resener, dédié au poète Frédéric Bataille et chantée pour la première fois le 11 juillet 1891 à Montbéliard par M. Jordy.

 

09/02/2014

Le Léopard ou Panthère (Panthera pardus)

Le Léopard ou Panthère (Panthera pardus)

 

par Dominique Delfino

photographe animalier et naturaliste

 

Le Léopard est un félin très agile qui grimpe aux arbres pour hisser ses proies à l'abri des autres prédateurs comme le Lion et les charognards.

Léopard_Delfino-450.jpg

Pour ne pas se faire piquer son sandwich  – ici une femelle impala –­­ la fourche de l'arbre lui servira de garde-manger. 

 

 

 

L'accouplement du Roi Lion

Le Roi Lion

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Le tri et la sélection des images au retour d'un safari photos représente un travail exigeant beaucoup d'attention et de rigueur.

Parmi mes coups de cœur, ce cliché d'un accouplement de lions, réalisé en février 2014 dans la réserve du Masaï Mara (Kenya) exprime à mon goût l'ambiance particulière que reflète la savane africaine.

Chez les lions, les femelles sont réceptives plusieurs fois par an, en dehors des périodes de gestation et d'allaitement.  En guise de préliminaires, mâle et femelle frottent leur tête l'une contre l'autre et se reniflent sous l'aine. Dès que la femelle se montre conquise, le couple s'écarte du groupe ; un accouplement d'une vingtaine de secondes a lieu, pendant lequel le lion feule sourdement, mordille et lèche le cou de la femelle, qui ronronne.

Au moment de l'accouplement, le lion maintient fermement le cou de la lionne entre ses dents, puis il se retire brusquement lorsque la femelle menace en grognant de lui décocher un coup de patte ou de le mordre.

L'accouplement se répète ainsi jusqu'à 50 fois en 24 heures, de jour comme de nuit et à chaque fois, quelques brefs instants d'attention à travers l'objectif pour saisir au mieux cette scène de la vie sauvage.

 

dominique delfino

08/02/2014

Massacre de haies dans le pays de Montbéliard

Pas de sentiments pour les haies

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

C'est un véritable massacre végétal que l'on peut constater dans la pâture qui borde l'A36 avant la Savoureuse sur la commune de Vieux-Charmont.

 

massacre-de-haies_01.jpg

 

À mon retour de voyage, je constate que l'ensemble des haies et massifs buissonnants qui caractérisaient le biotope de cette pâture, avaient été coupés. En me rendant sur place, le spectacle de désolation est à son comble. Ce sont près d'une centaine de massifs qui ont été arrachés, déracinés, broyés, laissant place nette, seuls les pylônes électriques sont encore debout, mais il s'en fallait de peu !

 

Le service environnement de PMA me confirme qu'il avait également constaté cet état de faits mais que les terrains sont totalement privés sans contrôle de leur services.

 

Massacre-haies_02.jpg

 

Alors qu'aujourd'hui, l'intérêt majeur que représente les haies n'est plus à démontrer, ce type de gestion radicale d'un milieu naturel est grave de conséquences pour la faune locale surtout dans un secteur au contact de l'agglomération montbéliardaise.

 

 La Pie Grièche-écorcheur, espèce protégée dont les effectifs se font de plus en plus rares, trouvait là le biotope idéal. Il est dorénavant sûr de ne plus la revoir comme d'ailleurs d'autres espèces dépendantes de ces milieux ouverts clairsemés d'espaces buissonnants devenus rares sur le Pays de Montbéliard.

 

Pie-grièche-écorcheur-450.jpg

 

Un très bon ami naturaliste me confiait, il y a quelques années que les hivers doux étaient souvent fatals pour la nature, car certains agriculteurs passaient leur temps à couper les vieux arbres et les haies à tort et à travers... La preuve en est.

22/01/2014

Du fond des yeux

Du fond des yeux

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Dans la série '' la mère et son petit '', voici un cliché de babouins du Kenya témoignant d'une scène de grande tendresse.

 

Non loin du camp où nous logeons, nous croisons régulièrement la route d'une population de Babouins. Les scènes de la vie quotidienne de ces primates ne nous laissent pas indifférents et je prends plaisir avec les photographes qui m'accompagnent à observer le comportement et les attitudes particulièrement amusantes des très jeunes babouins.

 

Ce sont des animaux forts et agressifs. Ils vivent en groupes dominés chacun par un mâle dominant reconnaissable à sa façon de s'asseoir. La pratique de l’épouillage mutuel qui peut durer des heures témoigne de la solidarité qui règne dans le groupe. Chez les babouins, il existe une hiérarchie stricte. Si un babouin veut intégrer un groupe, il devra se battre contre le mâle dominant et le vaincre pour entrer dans le groupe. Un comportement social qui ne manque pas d'intérêt.

 

Babouins-Delfino-450.jpg

La Hyène maternelle

La Hyène maternelle

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Si ce terrier peut rappeler celui que le renard terrasse en Franche-Comté, la présence de cette Hyène confirme que ce cliché nous parvient d'un autre continent.

 

En effet, le Kenya est actuellement mon terrain de chasse photographique, où les scènes de la vie sauvage sont au rendez-vous quotidiennement.

 

La Hyène souffrant d'une mauvaise réputation, nous montre aujourd'hui l'image d'une mère très attentive. Contrairement au renard, ce prédateur sociable, est capable d'assurer l'éducation des jeunes de l'ensemble des autres membres de la communauté installés au sein du même groupe.

 

Hyène-maternelle-Delfino-450.jpg