Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2015

Le retour du Castor en Franche-Comté

Castor-200.jpgLe retour du Castor en Franche-Comté

Castor fiber

 

(Dernière mise à jour 19/03/2017)

 

En France, le Castor peuplait autrefois nos cours d'eau. Il était présent dans toute la France au siècle dernier. On l'appelait bièvre, du latin biber qui signifie brunâtre, comme la couleur du pelage de l'animal. D'ailleurs un affluent de la Seine, la Bièvre, recouverte sur toute la longueur de son parcours urbain, tire son nom du Castor disparu au XIIIe siècle en Île-de-France. La valeur commerciale de son épaisse fourrure, la consommation de sa chair et les soi-disant vertus du castoréum ont motivé sa chasse et son piégeage. Sauvé de l'extinction grâce à une opération de réintroduction sur la Loire dans les années soixante-dix, l'espèce recolonise progressivement ses anciens territoires.

 

Or le voilà qui réapparaît dans la basse vallée du Doubs. En Bourgogne Franche-Comté, le Castor occupe désormais la Loire et ses affluents (l'Allier, l'Aron, l'Arconce, l'Alène, l'Arroux, le Soinan), et le bassin de la Saône (la Saône, le Doubs, la Grosne, la Seille et la Dheune).

 

Présent sur la basse vallée du Doubs depuis la fin des années 90, la dynamique de la population de Castor d'Europe restait méconnue. D'après Sophie Horent (2016), cette basse vallée du Doubs constitue un territoire d'exception au carrefour entre Bresse et Finage. La ripisylve qui délimite le lit mineur est constituée essentiellement de saules blancs, de frênes et de peupliers noirs. Cet habitat, considéré comme prioritaire à l'échelle européenne, assure la subsistance du Castor d'Europe et l'installation du Milan noir.

 

En 1992, l'avènement du réseau européen Natura 2000 va venir conforter le territoire dans le caractère exceptionnel de la biodiversité qu'il héberge. En 1995, le site Natura 2000 des « Prairies inondables de la basse vallée du Doubs à l'amont de Navilly » fait partie des trente-cinq sites pilotes retenus à l'échelle du territoire national pour éprouver la mise en œuvre du réseau. Sur 1 450 ha et 5 communes, la stratégie pour la préservation du patrimoine naturel de la basse vallée du Doubs est en marche. C'est alors le début d'une reconnaissance dont l'histoire est encore en cours d'écriture.

 

C'est ainsi qu'une étude portée en 2014 par l'Établissement Public Territorial du Bassin Saône-Doubs (EPTB) grâce au dispositif Natura 2000 et réalisée par l'AOMSL et Jura Nature Environnement (JNE) a pu être menée sur l'ensemble de la basse vallée du Doubs (RÉVILLON, 2015).

 

En 2014, le Castor d'Europe est signalé pour la première fois sur l'Ognon par Pierre Cheveau et Nick Derry. Voici leur récit: "Le 12 janvier 2014, à l'occasion d'observations ornithologiques en compagnie de Nick Derry sur les rives de l'Ognon, un timide Grèbe castagneux m'amène à constater que le saule sous lequel il tente de se dissimuler a été taillé récemment et ce, d'une façon qui ne laisse pas de doute sur l'identité du jardinier. Les branches sont de section modeste mais taillées en crayon, de nettes traces de dents sont visibles par deux sur le bois qui a été dénudé de son écorce. Ignorant si la présence du Castor d'Europe est déjà connue sur ce cours d'eau, la surprise fut confirmée ultérieurement : aucun indice de ce rongeur n'avait jusqu'alors été noté sur l'Ognon. La découverte que nous avons faite a ainsi été réalisée à plus de 60 kilomètres (par le réseau hydrographique) de la confluence entre la Tille (où l'espèce est présente plus en amont) et la Saône (Réseau castor de l'ONCFS), laissant envisager un éventuel jeune en dispersion. Aussi impressionnant que soit ce bond (tant pour les connaissances sur la répartition du castor que par le castor lui-même dans sa colonisation), cette heureuse découverte n'est pas si surprenante (voir Bulletin Obsnatu n°27, été 2013). […] Une question reste tout de même en suspens dans le cas de cette observation : s'agit-il d'indices laissés par un individu simplement de passage ou l'Ognon compte t-il déjà un ou plusieurs territoire (s) permanent(s) de castor ?"

Nick Derry et Pierre Cheveau (pierrecheveau@yahoo.fr).

 

D'après Lerat Damien, Varanguin Nicolas & Siruge Daniel (2015), sur le territoire de la Saône-et-Loire, la population de Castor occupe les 18 km de cours d'eau les plus dynamiques entre Fretterans et Navilly. Compte tenu des indices recensés, la population est évaluée à 9 familles. Le milieu est ainsi occupé à son optimum. La population du Doubs constitue à l'heure actuelle la seule population viable du bassin versant de la Saône en Saône-et-Loire produisant chaque année des jeunes qui s'émancipent et qui sont alors à coloniser de nouveaux secteurs. Le territoire d'une famille en basse vallée du Doubs se compose d'une ressource alimentaire en salicacées abondante et directement accessible (île colonisée par les saules, ripisylve continue...), de berges hautes pouvant abriter les gîtes en période de crue ou d'étiage (terrier ou terrier-hutte), d'une zone de très faible courant (< 1 m3/s) en dehors de la veine d'eau principale, généralement derrière une île ou bien dans un ancien bras connectif. La présence de l'espèce est donc étroitement liée à la dynamique de la rivière.

 

Castor-d'Eurasie-450.jpg

Castor d'Eurasie

(dessin d'Helmuth Diller)

 

Le Castor est le plus gros rongeur d'Europe, il pèse 12 à 30 kg et peut mesurer de 90 cm à 1,20 m (corps 65 à 80 cm + queue 25 à 40 cm). Son corps est parfaitement adapté au déplacement dans l'eau : des pieds palmés pour la nage et une queue plate, large et multifonctionnelle.

 

Le Castor d'Europe est un animal nocturne, difficilement observable. Il vit en groupe familial composé d'un couple d'adultes, des jeunes de l'année et des jeunes de l'année précédente. Le territoire, bien marqué par une sécrétion odorante, le castoréum, s'étend de 500 m à 3 km de rivière. La femelle donne naissance de 2 à 4 petits chaque printemps.

 

Répartition : Jadis le Castor était largement répandu dans le nord de l'Eurasie. De nombreuses populations ont été anéanties par les chasseurs de fourrure. Pour sa fourrure, mais également pour sa chair, il a été massacré du XVIIe au XIXe, en frôlant l’extinction. Au début des années 1900, il ne restait plus que quelques dizaines d’individus, en Camargue. La première interdiction de chasse intervient en 1909 dans le Rhône.

 

Aujourd'hui, malgré la protection de l'espèce, les populations sont réduites à des vestiges : cours inférieur du Rhône ; cours moyens de l'Elbe, Mulda, embouchure de la Saale (Allemagne) ; sud de la Norvège : ici et là en URSS et à la frontière sino-mongole. Réintroduit ici et là en France : Marne et Haute-Marne. Alsace (sur la Doller) et sud du Bas-Rhin, Finistère (sur l'Aulne), Maine-et-Loire, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Yonne, Lozère. Introduit en Suisse (1956). En Europe, réintroduit sur le Danube (Neustadt), l'Inn inférieur, en Franconie, dans le nord de la RDA, une grande partie de la Scandinavie.

 

Répartition naturelle du Castor de la Vallée du Rhône

 

Le Castor de la Vallée du Rhône a subsisté dans le Gard, le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône, le long du Rhône et de certains affluents, puis a gagné vers le nord jusqu'à Lyon (Rhône, Isère, Ardèche). C'est la basse vallée du Rhône, dans sa partie méridionale, qui lui offrit son ultime refuge.

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre,pascal juif

Castor de la Vallée du Rhône

(Cliché © G. Érome)

 

Dans la Vallée du Rhône, il fallut attendre 1909 pour qu'apparaissent les premières mesures de protection de l'espèce. Son redressement fut rapide et en 1965 les castors étaient à nouveau présents jusqu'à l'aval de Lyon, la traversée de l'agglomération restant toutefois rédhibitoire.

 

Puis l'aménagement de la basse vallée du Rhône a été réalisé et avec lui est apparu un nouvel espace, un autre paysage au sein duquel le castor conserve sa place.

 

En outre, à partir de la souche rhodanienne, plusieurs réintroductions ont été opérées. Ainsi, le Haut-Rhône, la Marne, la Loire, le Tarn, le Doller, l'Isère abritent désormais notre bièvre.

 

Les gîtes

 

On enregistre toute une gradation dans l'adaptation et dans l'effbrt. Par ordre chronologique :

 

— les cavernes naturelles sont les premières utilisées, elles ne nécessitent qu'un aménagement mineur,

les terriers, cavités artificielles que l'animal creuse et agence,

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre,pascal juif

Terrier d'un castor de la Vallée du Rhône

(Cliché © G. Érome)

 

 

— les terriers-hutte, ensembles complexes de constructions où se trouvent conjugués l'action de fouissage et l'assemblage de matériaux ligneux,

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre,pascal juif

 

la hutte enfin, rarissime dans la vallée du Rhône, où tout n'est que branches.

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre,pascal juif

Hutte d'un castor de la Vallée du Rhône

(Cliché © G. Érome)

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre,pascal juif

Terrier-hutte de castor dans la basse vallée du Doubs

(Cliché © S. Horent, 2016)

 

Le devenir de l'espèce dans la Vallée du Rhône

 

La quasi industrialisation des monocultures fruitières de la basse vallée du Rhône ont conduit un grand nombre de riverains à supprimer et à détruire la ripisylve. Les arbres cultivés sont plantés au ras de l'eau. On peut deviner la suite.

Que faire ? Nous emprunterons « la réponse » à G. Érome. "Là où la ripisylve a été fortement amputée, les castors, en période d'ératisme notamment, doivent se satisfaire d'essences cultivées (arbres fruitiers, peupliers de plantation, etc.)".

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre,pascal juif

Attaques sur saules (cliché © Alexandre Cartier)

 

Le rôle du Castor dans les écosystèmes aquatiques

 

Le Castor joue un rôle important dans la stabilisation des berges et des îles. En effet, le recépage régulier des saules stimule leur système racinaire, favorisant leur ancrage dans la berge ou sur les graviers. Par cette action, il contribue à maintenir une saulaie arbustive dense, efficace en période de crue pour ralentir les écoulements, et favorise l'émergence de points durs qui deviennent à leur tour des supports de la dynamique alluviale.

 

En outre, les branchages régulièrement apportés autour du terrier pour en consolider la structure constituent des zones refuges très appréciées par les alevins qui peuvent ainsi se protéger des prédateurs.

 

Les impacts du castor sur l'environnement

 

Les dégâts causés par les Castors sont rares, localisés, généralement sur de faibles surfaces, proches des cours d'eau et nettement moins importants que ceux causés par les Ragondins. Au regard de son régime alimentaire et de la présence de cultures et d'arboricultures, le Castor peut occasionner des préjudices plus ou moins importants. Les dégâts s'illustrent notamment par la coupe de troncs et de branchages de peupliers ou de saules et l'écorçage sur les peupliers et les fruitiers.

 

Des moyens de protection existent : grillage, sacs plastiques ou répulsif chimique. Ils ne constituent qu'un palliatif. C'est à la racine qu'il faut soigner le mal. Il n'existe aucune solution, aucune potion miracle. La seule vérité, celle autour de laquelle tout doit être construit, reste le respect des nécessités et des habitudes alimentaires des castors par une préservation d'une bande riveraine de salicacées (cinq mètres suffisent) ».

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre,pascal juif

Protection anti-castors sur des arbres fruitiers

(Cliché © G. Érome)

 

Il peut également entraîner l'inondation de certaines zones en érigeant des barrages. Des solutions existent ! Le maintien ou la création d'une bande rivulaire boisée de 10 à 20 m de large permet de limiter les risques à long terme en satisfaisant les besoins écologiques du Castor.

 

Pour les dommages sur cultures, des manchons de protections individuelles, clôtures électriques, palissades ou engrillagements des berges sont autant de solutions efficaces.

 

Pour les inondations liées aux barrages, une solution pour chaque cas doit être recherchée. Toutefois, la pose de buses à travers le barrage évacuant le trop d'eau peut s'avérer efficace.

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre,pascal juif

Barrage de Castor (cliché Bourgogne Nature, 2016)

 

Dans le cadre de la réservation d'une bande riveraine de salicacées, la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) a mis en place plus de trente mille boutures de saules le long des contre-canaux des aménagements d'Avignon et de Vallabrègues. Sur le Haut-Rhône, entre cinq et dix mille boutures sont plantées sur chaque aménagement.

 

Peu à peu, l’espèce recolonise la vallée du Rhône, remontant les fleuves. Certains ouvrages étant infranchissables pour ces rongeurs, des captures ont été effectuées pour les relâcher en amont. De sorte que le Castor reconquiert doucement des biotopes aquatiques favorables.

 

 L'extension de l'espèce en Franche-Comté

 

Depuis sa protection au niveau national, et par la recolonisation du bassin rhodanien, le Castor est aujourd'hui présent dans les départements du Jura et du Doubs (Suran, Doubs, Loue) grâce à l'extension des populations implantées en aval sur la Saône et l'Ain. Suite au franchissement par l'espèce de la ligne de partage des eaux entre la Moselle et la Saône au cours des années 2 000. une colonisation est apparue sur le haut bassin de la Saône avec des animaux arrivés en Haute-Saône en provenance des Vosges (Lanterne, Semouse et Coney).

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre,pascal juif

Document obsnatu n° 27

 

Dans le département du Doubs, des premières traces d’un nouveau peuplement datent de 2011, dans la rivière Doubs. "À Osselle d’abord, on a découvert un premier terrier-hutte" précise Sébastien Courbet. Puis peu à peu l’animal a colonisé la rivière et le département. Il est présent actuellement sur la Loue à Arc-et-Senans ou Chenecey-Buillon. Regarder la vidéo nocturne réalisée par Pascal Juif, le 2 janvier 2016.

Il serait présent dans les environs de Besançon selon Sébastien Courbet, qui suit l’espèce dans le département du Doubs à l’Office National de la Chasse et de la Faune sauvage (ONCFS). Les prospections ont mis en évidence des indices de présence probable en amont de Besançon sur les communes de Chalèze, Vaire-Arcier et Vaire-le-Grand. Sur l'Ognon, affluent de la Saône, aucun indice n'a été observé de Bonnal à Flagey.

D'après Jean-Louis Romand, "le Castor est très présent chez moi depuis plus de 5 ans (à Saint-Vit et environ). Je n'ai jamais pu le photographier. Traces plus rares en ce début d'hiver très doux [2016]. Il attaque surtout le saule mais je l'ai vu élaguer un cornouiller sanguin".

castor fiber,castor canadensis,bièvre,pascal juif

Maman Castor approvisionne ses petits

Cliché © Pascal Juif (juillet 2016)

 

Dans le département du Jura, les efforts de prospection de l'ONCFS se sont portés principalement sur les secteurs de présence probable et sur les rivières encore non prospectées (Seille/Brenne). Aucun indice n'a été relevé sur la partie jurassienne de ces deux dernières. Sur la Loue, deux nouveaux sites de présence certaine ont été identifiés sur la commune de Port-Lesney à la frontière du département du Doubs et sur Gevry. Sur le Doubs, la population est croissante en aval de Dole. Les indices les plus intéressants pour le Jura ont été réalisés sur la Bienne attestant de la présence certaine du Castor sur la commune de Lavancia.

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre,pascal juif

Document obsnatu n° 27

 

Dans le département de la Haute-Saône, les indices de présence découverts laissent penser que les effectifs sont en légère augmentation sur le Coney, affluent de la Saône.

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre

Des arbres taillés en crayon : c'est l'œuvre de castors

Cliché © Est Républicain

 

La famille des Castors (Castoridae) est constituée des plus gros rongeurs après les Capybaras sud-américains. Les Castors sont répandus dans l'hémisphère nord. Ils appartiennent à un seul genre récent, dont les représentants eurasiatiques et nord-américains sont placés dans une ou deux espèces étroitement apparentées. L'orifice uro-génital et l'anus débouchent dans un pseudo-cloaque. Formule dentaire : 10-1-3/10-1-3 = 20 dents.

 

En Europe, on rencontre deux espèces : l'espèce autochtone : le Castor d'Eurasie, Castor fiber, et une espèce introduite surtout en Scandinavie : le Castor d'Amérique du Nord, Castor canadensis.

 

CASTOR D'EURASIE, Castor fiber Linné 1758

 

Description : silhouette lourde, trapue. Yeux et oreilles petits ; queue aplatie, large (12-16,5 cm), en palette, écailleuse, velue à la racine seulement. Orteils palmés.

 

Dessus gris noir ou brun très foncé, dessous un peu plus clair. Pelage ventral presque deux fois plus dense que sur le dos (caractéristique des mammifères amphibies). Deux paires de mamelles pectorales.

 

La sécrétion (castoreum) des glandes anales et préputiale s'ouvrant dans le pseudo-cloaque, sert à graisser le pelage. Le 2e orteil porte une griffe spéciale utilisée pour lisser les poils et les enduire de castoreum.

 

Régime alimentaire : essentiellement végétarien

Mœurs : aquatique, crépusculaire et nocturne

Vue : médiocre

Ouïe : très bonne

Odorat : très bon

Gestation : trois mois

Portée : un à quatre petits

Maturité sexuelle : deux ans

Intervalle entre deux naissances : un an

 

Dimensions : Longueur totale du corps : 74-90 cm ; Hauteur : 16-18 cm; queue : 28-38 cm ; poids : 12-38 kilos. c'est-à-dire sensiblement comme un chevreuil. C'est le plus gros rongeur d'Europe. Longueur du crâne supérieure à 12 cm (atteint 16,8 cm).

 

Espèces semblables : Ragondin, Rat musqué. Le Castor d’Europe est souvent assimilé au Ragondin. Si d’apparence, les deux rongeurs paraissent assez proches, ils sont pourtant bien différents sur de nombreux points.

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre

Le Ragondin ou Myocastor est une espèce envahissante

(dessin d'Helmuth Diller)

 

Habitat : il lui faut des eaux courantes ou stagnantes ayant au moins 1,50 m de profondeur et entourées de saules, trembles, peupliers, frênes, bouleaux, aulnes et de fourrés. Ces eaux douées ne doivent pas geler jusqu'au fond ni se dessécher entièrement.

 

Il mange exclusivement des végétaux (écorces, feuillages, plantes herbacées aquatiques ou terrestres) qu'il va trouver dans ses milieux de vie : cours d'eau, rivières, fleuves lents et zones humides proches. Les gîtes du castor sont assez diversifiés allant du terrier qu'il creuse dans la berge, à la hutte.

Le Castor d'Europe est un animal nocturne, difficilement observable. Il vit en groupe familial composé d'un couple d'adultes, des jeunes de l'année et des jeunes de l'année précédente. Le territoire, bien marqué par une sécrétion odorante, le castoréum, s'étend de 500 m à 3 km de rivière. La femelle donne naissance de 2 à 4 petits chaque printemps.

 

Biologie : Le Castor surtout crépusculaire et nocturne. Il vit en couple ou en famille. Il nage facilement et plonge, tenant les membres antérieurs serrés contre le corps, les membres postérieurs et la queue servant de propulseurs. Il peut rester 15 (20) minutes en plongée (maximum). Marque son territoire avec le castoreum. Le long des cours d'eau, son domaine atteint 3 km de long.

 

À la différence du Ragondin, chaque famille de castors ne supporte pas d’autres congénères sur son territoire. On ne pourra donc jamais avoir une surpopulation de castors, car la territorialité répartit les territoires. Si le Castor repeuple à nouveau nos contrées, Sébastien Courbet tient à être précis. « Cela ne signifie pas du tout que la qualité des eaux s’améliore. Si l’animal dispose d’un habitat disponible, il l’occupera. »

castor fiber,castor canadensis,bièvre

En danger, le Castor sonne l'alarme en frappant l'eau à plat avec sa queue aplatie

 

Selon les lieux, il creuse des terriers dans les berges (avec un orifice immergé et une cheminée d'aération), construit des digues avec des troncs, branches, de la boue et des végétaux pourris, ou encore des huttes (environ 50 cm-1 m de diamètre interne et environ 50 cm de hauteur interne). En France, il vit dans des terriers simples ou des terriers dont l'entrée est dissimulée par des branchages apportés, plus rarement des huttes. Les huttes sont faites avec les mêmes matériaux que les digues. Elles peuvent être utilisées par plusieurs générations de castors qui les améliorent. Les digues, qui atteignent plusieurs dizaines de mètres de long, 1 m de haut et 80 cm de large, servent surtout à régulariser le niveau de l'eau. Le Castor coupe avec ses dents des arbres atteignant 20 cm de diamètre, rarement plus (maximum : 60 cm). Peu actif en hiver.

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre

Le Castor "au bouleau"

 

Nourriture : purement végétale. Écorces, rameaux, feuilles d'arbres (frêne, tremble, saules, peupliers, aulnes, résineux), nombreuses plantes herbacées aquatiques ou terrestres) qu'il va trouver dans ses milieux de vie : cours d'eau, rivières, fleuves lents et zones humides proches. Les provisions d'hiver, entassées sous l'eau, servent surtout à l'alimentation des jeunes car les adultes subsistent principalement aux dépens de leurs réserves de graisse.

 

Reproduction et longévité : La copulation se déroule dans l'eau entre janvier et mars. La gestation dure environ 15 semaines et la mise-bas a lieu d'avril à juin. 1 à 5 petits par portée (une seule portée annuelle). À la naissance, les petits sont velus et ont les yeux ouverts ; ils se mettent à nager peu après. Allaitement : environ 2 mois. Émancipation dans la troisième année. Maturité sexuelle à 3 ou 4 ans. En liberté, le Castor atteint 20 ans, en captivité 35 ans.

 

Voix : peu bruyant. Grognements, sifflements, cris, gémissements (petits), soufflements ; frotte ses dents s'il est excité. «O-o-o» long : appel de la femelle. Signal d'alarme : bruyant coup de queue sur la surface de l'eau, au moment où le Castor plonge.

 

Prédateurs : dans le nord de l'Eurasie : gros carnivores comme le Glouton, le Loup et l'Ours brun.

 

 

CASTOR D'AMÉRIQUE DU NORD, Castor canadensis Kuhl 1820.

 

Ressemble fortement au Castor d'Eurasie : un peu plus grand et plus foncé. Considéré comme une espèce distincte à cause du nombre de chromosomes et de la structure du crâne).

 

Le Castor d'Amérique était jadis répandu dans de vastes étendues de la taïga nord-américaine, il a été décimé et menacé de disparition par les chasseurs de fourrure. Aujourd'hui, il a été introduit dans de nombreuses régions où il est protégé. Introduit en Finlande et dans l'est de l'Europe, il s'y est propagé. Là où il cohabite avec le Castor eurasiatique, mais on n'a jamais observé d'hybridation. Ses effectifs ont augmenté beaucoup plus fortement que ceux de son cousin, sans doute à cause du nombre plus important de petits par portée (jusqu'à 8).

 

castor fiber,castor canadensis,bièvre

Castor d'Amérique du Nord (Castor canadensis)

Cliché © Planet'mammifères

 

Ajout du 16 janvier 2016  (Ma.commune.fr)

 

Avec FNE, LPO et Jura Nature Environnement

 

Le castor a élu domicile par chez nous. L'ensemble des Francs-Comtois sont invités à donner leur avis sur cette espèce par le biais d'un questionnaire.

 

S'il reste difficile de les chiffrer, on estime néanmoins leur population à 4 ou 500 individus sur l’ensemble du territoire franc-comtois. Les castors "comtois" sont principalement concentrés sur la Loue et ses affluents, mais aussi sur le Doubs, l’Ain, la Saône et la Lanterne.



Ils seraient réapparus naturellement au début des années 2000 d'abord sur le Suran. Avant cela, "la dernière trace de sa présence en région remontait à l’époque mérovingienne", d’après Vincent Dams, chargé de mission à Jura Nature Environnement. Il suit l’espèce depuis 15 ans et avoue avoir été surpris de ne trouver aucun groupe de travail à ce sujet à son arrivée dans le Jura il y a cinq ans.

 

Depuis 2014, une vaste étude est ainsi menée par FNE Franche-Comté, LPO Franche-Comté et Jura Nature Environnement pour améliorer la cohabitation entre les activités humaines et ce rongeur aquatique. Un "groupe castor" a été monté avec divers initiatives et actions de sensibilisation.

 

 

Une "espèce-ingénieur" qui favorise la biodiversité

 

Aujourd'hui, un questionnaire circule par la poste et Internet, adressé aux élus locaux, naturalistes et simples habitants, pour permettre d'expérimenter des moyens de résolution de conflits (barrage, replantation d’arbres…) et d'affiner les impacts de l'espèce sur les milieux aquatiques et la végétation rivulaire. Car certains peuvent voir d'un mauvais oeil sa présence sur le territoire. Il serait même parfois arrivé qu'on le confonde avec le ragondin, "une espèce nuisible", alors que le castor est "une espèce protégée". Il aurait pourtant plus d'un effet bénéfique sur l'environnement.

 

"Le castor fait partie des espèces dites ‘ingénieur’ (ndlr : avec l'homme et l'éléphant) qui réaménagent des milieux. Il a été prouvé que sa présence favorise la biodiversité. Il peut notamment reconstruire des zones humides. " Des financements ont été apportés jusqu’ici par la DREAL et la Région Franche-Comté et diverses initiatives ont vu le jour comme à Louvenne, dans le Jura, où en novembre 500 saules ont été plantés au bord de cours d’eaux lors d’un chantier éco-volontaire.

castor fiber,castor canadensis,bièvre,pascal juif

Bouturage du plants de saules sur les rives du Suran

(Clliché © D. Dorin)

 

Regardez le reportage de France 3 Franche-Comté du 23/02/2016 consacré au Castor

 

Sources :

Ma commune

Blanchet M., (1977).— Le castor et son royaume. Ligue suisse pour la protection de la nature, Neuchâtel, 242 pages.

Érome G. et Broyer J. (1981).—  Étude de la sélectivité du castor sur la végétation ligneuse. Rapport établi à la demande de la C.N.R., n° 998 032, 88 pages.

Érome G. (1982).— Contribution à la connaissance éco-éthologique du castor dans la vallée du Rhône, Thèse doctorat d'université Lyon I, 284 pages.

Horent Sophie (2016).— La basse vallée du Doubs, un territoire d'exception au carrefour entre Bresse et Finage. Bourgogne Nature n° 23, pp. 86-91.

Lerat Damien, Varanguin Nicolas & Siruge Daniel (2015). — La Loutre d'Europe et les autres mammifères semi-aquatiques en Bourgogne. Bourgogne Nature n° 21-22, pp. 22-42.

Richard P.B (1967).— Le déterminisme de la construction des barrages chez le castor du Rhône, Terre Vie, 114, 4, 339, 472.

Schilling. D., Singer D. Diller H. (1986). — Guide des Mammifères d'Europe, Delachaux & Niestlé, Éd., 284 p.

Castor (genre) Wikipedia

 

Voir la vidéo de Pascal Juif : Castor au repas le long des rives du Doubs

https://www.youtube.com/watch?v=VjmoCOPulDw&feature=y...

Voir la vidéo de Pascal Juif : Castor s'amuse le long des rives du Doubs

https://www.youtube.com/watch?v=QGbuiBrPK6I&feature=s...

 

Pour en savoir plus sur l'écologie du Castor et ses menaces :

www.oncfs.gouv.fr/connaitre-les-especes-ru73/Le-Castor-dE...

http://files.biolovision.net/franche-comte.lpo.fr/userfil...

 

Pour en savoir plus sur la répartition du Castor sur le réseau hydrographique :

www.oncfs.gouv.fr/Cartographie-ru4/Le-portail-cartographi...

Voir les Bulletins obsnatu n°5, 13, 20 et 27 pour l'historique et l'évolution.

Contacts : Caroline Le Coff caroline-le-goff@oncfs.gouv.fr

et Isabelle Leducq-Giroud isabelle.leduc@lpo.fr

15/12/2015

Hermine en robe d'hiver

Portrait sorti de terre

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

C'est une image de mon ami Michel Paratte domicilié dans le Haut-Doubs à Maîche que je souhaite publier.

 

À 91 ans le mois prochain, Michel profite toujours de la même énergie pour arpenter les chemins de sa terre natale à l’affût des oiseaux et des mammifères qui le passionnent tant.

 

Point de neige cette année sur le plateau de Maîche et encore moins d'hermines ce qui le pousse à se rendre jusque dans les environs de Pontarlier pour observer le petit mammifère en robe d'hiver.

 

D'une blancheur immaculée, l'Hermine se montre très craintive, ne demeurant que très peu de temps sans bouger, probablement du fait de ne pouvoir se confondre totalement dans la neige.

 

Malgré tout, la patience finira par payer. Alors que la petite tête se présente à l'entrée du terrier, notre photographe en profite pour saisir ce portrait tout droit sorti de terre.

 

Hermine-Michel-Paratte-450.jpg

cliché © Michel Paratte

29/11/2015

Abattage des bouquetins du Bargy

Bouquetinlogo.jpgL'abattage des bouquetins arrêtera-t-il la brucellose ?

 

Le 8 octobre 2015, le préfet de Haute-Savoie a lancé une opération d'abattage massif des bouquetins du Bargy. En réponse à ce massacre programmé, une pétition a circulé sur Internet demandant l'arrêt immédiat de cette opération contre-productive. Cette pétition s'appuyait sur des arguments écologiques irréfutables.

 

On a eu l'exemple de l'abattage des renards français lors d'une menace de l'extension de la rage, à la fin du XXe siècle. À la suite du vide causée par la disparition des renards dans l'Est de la France, cette mesure avait déclenché un afflux de renards contaminés provenant de l'Europe centrale. Les autorités suisses, plus astucieuses, avaient résolu le problème en vaccinant les renards indigènes par un vaccin dans des appâts répandus par hélicoptères, attitude imitée ensuite par la France.

 

Dans le magazine "Sciences et Avenir" n° 825 de novembre 2015, Morgane Kercoat revient sur cette information. Depuis plusieurs d'années, politiques et agriculteurs d'un côté, associations de protection des animaux de l'autre, s'affrontent sur la question de l'abattage des bouquetins du massif du Bargy en Haute-Savoie atteints par la brucellose, une maladie infectieuse. Un problème d'autant plus épineux que l'espèce, emblématique de la montagne, est protégée.

 

Cette maladie est provoquée par une bactérie du genre Brucella. Bien connue dans le milieu de l'élevage, elle frappe d'abord les animaux domestiques, en particulier les bovins. Un passage à la faune sauvage (bouquetins, chamois...) est possible, sans que l'on sache véritablement comment. L'homme peut aussi être infecté — en consommant des produits laitiers non pasteurisés en particulier — comme en témoignent deux cas recensés en France depuis 2012. Le premier symptôme est une fièvre, suivie de douleurs articulaires et musculaires. Potentiellement mortelle, la brucellose est bien soignée par un traitement antibiotique, à condition d'être diagnostiquée à temps.

 

Un arrêté préfectoral publié le 16 septembre 2015 a donc autorisé un abattage partiel des bouquetins vivant dans le massif du Bargy pour tenter de stopper la contagion. Seule une soixantaine d'animaux identifiés comme sains devraient en réchapper. Initialement, la préfecture voulait autoriser un abattage total, mais l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) s'y est opposée en juillet dernier, jugeant la solution irréaliste et contre-productive avec un risque de dissémination d'individus survivants malades.

 

Le gros problème, c'est qu'on ignore le nombre exact de bouquetins qui vivent sur le massif, la population ayant été estimée en 2014 entre 275 et 352 individus. Personne ne peut donc dire donc combien il conviendrait de tuer d'animaux pour en laisser 60 vivants... En 2013, lors d'une précédente autorisation d'abattage, les chasseurs avaient estimé avoir abattu 80 % des bouquetins, mais un décompte après l'opération avait donné le même résultat qu'avant l'abattage... Pour Dominique Gauthier, vétérinaire naturaliste et directeur du Laboratoire départemental vétérinaire et d'hygiène alimentaire des Hautes-Alpes, « soit le troupeau avait d'abord été mal comptabilisé, soit des bouquetins des troupeaux voisins sont venus combler le vide créé par l'abattage. Depuis un demi-siècle, la méthode d'abattage sur la faune sauvage a toujours échoué. »

 

Désorganisation sociale et diffusion de l'épidémie

 

Elle n'a pas non plus prouvé son efficacité pour éradiquer la brucellose ! Au contraire. En 2013, la part d'individus contaminés chez les bouquetins ayant échappé à l'abattage est passée de moins de 10 % à plus de 50 % ! L'opération a en effet eu lieu juste avant le rut annuel. « Sans les vieux mâles dont beaucoup ont été tués, il y a eu une désorganisation sociale et une absence de hiérarchie, explique Dominique Gauthier. Des jeunes mâles, qui n'auraient pas pu le faire habituellement, ont eu accès aux vieilles femelles pour la reproduction et se sont contaminés. » Selon l'avis de l'Anses, le stress important induit par ce désordre a pu contribuer à fragiliser les jeunes femelles, les rendant plus sensibles à l'infection. Quand l'opération en cours sera terminée, il est certain que quelques bouquetins, peut-être malades, auront survécu. Stressés et désorganisés, ces animaux pourraient aller contaminer les troupeaux voisins, comme celui de la chaîne des Aravis.

 

C'est pourquoi, loin de régler le problème de la brucellose, l'abattage pourrait au contraire accélérer la diffusion de l'épidémie.







Sorties naturalistes en Franche-Comté

Sorties naturalistes en Franche-Comté

Balades nature de l'Office du Tourisme

et des Congrès de Besançon

 

Propositions de balades nature du premier semestre 2016


Sur inscription préalable et indispensable, auprès de l'Office du Tourisme et des Congrès de Besançon (03 81 80 92 55) ; annulations possibles ou sorties différées si trop peu d'inscrits ou en fonction des aléas de la météorologie.

 

DÉCOUVREZ LES SENTIERS AMÉNAGÉS SUR LE GRAND BESANÇON
18 boucles pédestres, 115 km de circuits (hors liaisons) :

8 boucles de difficulté familiale, 8 boucles de difficulté moyenne, 2 boucles de difficulté sportive, 6 boucles VTT

100 km de circuits (hors liaisons) : 2 circuits de difficulté moyenne (bleu), 3 circuits de difficulté difficile (rouge), 1 circuit de difficulté très difficle (noir)


Pour découvrir les circuits pédestres et VTT, imprimez les fiches, télécharger les fichiers GPS, cliquez ICI

 

 

 

01/11/2015

Sauvetage d'un lionceau par sa mère

Sauvetage d'un lionceau par sa mère

 

Ces photos spectaculaires ont été prises en août 2011 par le photographe de faune et de flore Jean-François Largot au Kenya's Masai Mara, réserve naturelle. Le photographe a repéré la chute d'un lionceau qui a glissé d'une falaise et s'est accroché à la paroi friable.

 

Lionne-sauvant-son-petit_01-400.jpg

Le petit reste galvanisé dans la pente et est voué à une mort quasi certaine

 

Lionne-sauvant-son-petit_04-400.jpg

Les autres lionnes de la troupe essayent de sauver le lionceau,

mais renoncent quand elles se rendent compte que la pente est trop raide

 

Lionne-sauvant-son-petit_03-400.jpg

Sa mère se lance à son secours

 

Lionne-sauvant-son-petit_02-400.jpg

Pour ne pas écouler la paroi, elle se fraie une voie latérale

 

Lionne-sauvant-son-petit_05-400.jpg

Elle se glisse en dessous de lui et va le saisir dans ses mâchoires

 

Lionne-sauvant-son-petit_06-400.jpg

Elle tente alors le retour au sommet un voyage difficile

 

empathie animale,comportement altruiste,lions,mammifères

Ouf, le lionceau est sauvé

 

Lionne-sauvant-son-petit_08-400.jpg

Saine et sauve, la lionne réconforte son petit

 

02/10/2015

Le brame du cerf

Le temps du brame

 

Par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Période incontournable de l'année pour se plonger dans cette ambiance d'automne durant un mois à l'écoute du brame du cerf.

 

Ce grand mammifère voit depuis quelque temps ses populations augmenter progressivement. Dans notre région, la forêt de Chaux compte encore aujourd'hui les effectifs les plus importants de cerfs mais la Haute-Saône, le Haut-Doubs et les Vosges offrent à ce cervidé les forêts où il s'est largement implanté et la période du brame permettant de le localiser plus facilement.

 

Le parc de Sainte-Croix près de Sarrebourg (57) offre des conditions d'accès et d'observation particulièrement intéressantes pour profiter de cette ambiance déclenchée par la saison des amours.

Que ce soit pour les photographes ou pour les familles accompagnées d'enfants, tous seront aux premières loges pour profiter de ce spectacle dans un vaste cadre naturel très bien aménagé et sécurisé alors que les animaux peuvent croiser votre sentier de découverte.

 

Les vieux mâles veillent jalousement sur leur harde qu'ils ont réintégrée, essayant en plus d'attirer les femelles de la harde voisine.

 

Principalement actif en soirée et jusqu'au petit matin, le cerf brame pour s'imposer et défendre sa harde de biches. Aux provocations sonores succèdent parfois des combats impressionnants durant lesquels les bois des animaux s’entrechoquent. Mais c'est avant tout le brame, qui résonne dans l'univers de la forêt, qui restera gravé dans votre mémoire imprégnée de cette atmosphère d'automne unique.

 

Cerf-Brame-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

01/10/2015

Chamois en herbe

 Chamois en herbe

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Nul besoin de parcourir la montagne aujourd'hui pour observer le Chamois. Aux portes du Pays de Montbéliard, les environs de Saint-Hippolyte offrent de superbes sites pour le découvrir.

 

Les pâtures bordées de falaises et de pierriers constituent le biotope où l'on aura le plus de chances de pouvoir observer ce mammifère. Bien plus que l'altitude, c'est le relief qui conditionne l'établissement du chamois. Partout où il est présent, on remarque un relief plus ou moins accidenté d'où sa présence dans notre secteur à basse altitude dans la vallée du Doubs.

 

C'est une harde de près de 25 chamois que j'observe régulièrement tous ces jours et la présence de nombreux jeunes de l'année confirme que la reproduction s'est particulièrement bien déroulée en 2015.

 

Un grand moment de bonheur au cours de cette fin de journée, lorsque par chance, la harde sortie du bois encercle mon affût. Les Chamois et leurs jeunes broutent tranquillement, pour certains à une dizaine de mètres de moi dans la plus grande confiance tout en s'éloignant progressivement dans les dernières lueurs du jour.

 

Chamois-Delfion-450.jpg

08/08/2015

Ségolène Royal, va-t-en guerre face au loup !

Ségolène Royal, va-t-en guerre face au loup !

 

loups et troupeaux

 

Depuis le retour naturel du Loup en France, par l’Italie en 1992, jamais un gouvernement n’avait donné l’autorisation d’abattre un si grand nombre de canidés. De la même manière, jamais les préfets avaient été aussi prompts à signer des autorisations de tirs effectives sur le terrain.

 

Alors que la population lupine est en baisse significative pour la première fois, 282 loups sur la période hivernale 2014-2015, contre plus de 300 un an auparavant, le gouvernement accentue sa pression sur le loup. Avec un nombre de tirs autorisés s’élevant à 24 pour la période passée (déjà un record avec 19 loups tués officiellement), la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, a fixé une hausse des abattages de 50 % en autorisant jusqu’à 36 « prélèvements » d’ici le 30 juin 2016. Autrement dit, Ségolène Royal se prononce en faveur d’une réduction de la population de loups de plus de 10 %. Après ses déclarations sur les ours, la ministre fait, une nouvelle fois, la démonstration de sa grande volonté de préserver la faune sauvage, fusil en main. Ce faisant, elle fait fi des engagements internationaux pris par la France en 1979, lors de la convention de Berne, et en 1992 avec la directive européenne Habitat-faune-flore, reconnaissant à ces animaux le statut d’espèces strictement protégées.

 

Si un encadrement du développement de la population de loups est nécessaire pour limiter son impact sur l’élevage ovin, le fait de privilégier les tirs comme principale solution apparaît pourtant comme un échec. L’explosion de la prédation sur les troupeaux tend en effet à démontrer leur caractère contre-productif. Alors que le nombre de loups a diminué l’année dernière, jamais les prédations sur les troupeaux domestiques n’ont été aussi importantes. En 2014, 9190 bêtes ont ainsi été attaquées pour un effectif de 282 loups, quand, en 2013, plus de 300 loups « ne faisaient que » 6 812 victimes dans les troupeaux.

 

Un tel paradoxe s’explique par la pression mise sur le Loup, comme tendent à le démontrer des études réalisées en Italie, en Espagne, etc. Si les tirs de défense, lorsqu’un loup est à proximité ou attaque un troupeau, ne sont pas discutables, que cela soit pour l’éleveur ou pour leur impact sur le loup. Celui-ci est en position de chasse, dans une situation à risque, le stress engendré sur l’individu et/ou la meute, même en cas de tir, est naturel. À l’inverse, les tirs de prélèvements sont une source de déstabilisation des loups et meutes auxquelles ils appartiennent. Or une meute désorganisée, voire éclatée, est source d’attaques plus fréquentes. Peu nombreux, voire isolés, les prédateurs désorientés privilégient ainsi les proies les plus faciles. Par ailleurs, le taux de réussite étant moindre, le nombre d’attaques augmente…

 

Aujourd’hui, avec une telle approche, le risque est grand d’une escalade totalement contre productive pour tous. Si les associations doivent accepter les tirs de défense, les tirs de prélèvement actuels doivent être stoppés et les éleveurs doivent protéger effectivement leurs troupeaux. Malgré les subventions, la mise en place des moyens de protection demeure aléatoire et non vérifiée. Rien n’est fait pour contraindre les nombreux récalcitrants, les attaques sont indemnisées même si les animaux ne sont pas protégés.

 

En absence de vison et courage politique, le calme n’est pas prêt de revenir dans les zones où le Loup a élu domicile, ce dernier et les éleveurs faisant leur travail en étant les premières victimes !

 

Source : Ségolène Royal, va-t-en guerre face au loup ! Univers Nature, 23 août 2015.

05/07/2015

Chevreuils en amour

Poursuite amoureuse

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Une très belle image réalisée par l'un de mes amis, Michel Balanche demeurant à Villers le Lac.

 

Michel Balanche est un gars de terrain pur et dur, en poste presque tous les jours avant l'aube sur les terres du Haut-Doubs. Il n'hésite d'ailleurs pas de temps à autres pas à venir taquiner les martins-pêcheurs et autres oiseaux à Brognard. La patience est sa devise, mais il en a l'habitude, retraité depuis peu d'un département de sécurité d'état où la persévérance était le maître mot pour résoudre des enquêtes.

 

"C'est ma troisième soirée d'affût et je n'ai encore rien vu" raconte Michel. "Pourtant, je les vois fréquemment dans ce pré et c'est la période du rut. J'insiste car je sais qu'il faut user la malchance pour obtenir de belles images.

En effet, loin en contrebas je vois d'abord la chevrette suivie par un jeune brocard. La femelle avance au trot en effectuant un trajet sinueux, dans le pré puis dans une haie, le mâle la poursuivant inlassablement.

Ils arrivent à proximité de mon affût et le mâle est au plus près de sa compagne. L'accouplement a lieu à trois reprises puis la poursuite reprend, lentement en direction de la forêt.

La soirée s'achève pour le photographe, mais le brocard et la chevrette vont continuer toute la nuit jusqu'à épuisement ce jeu de poursuite amoureuse."

 

dominique delfino,michel balanche,photographe naturaliste et animalier,photographie animalière

Cliché © Michel Balanche

 

 

Tir des loups : Réaction de Brigitte Bardot

Tir des loups : Réaction de Brigitte Bardot

 

On peut ne pas partager toutes les idées de Brigitte Bardot, mais cette lettre ouverte à Ségolène Royal recentre vivement les décisions de la Ministre de l'Écologie.

Loups-Brigitte-Bardot-à-Ségolène-Royal-450.jpg

21/03/2015

Renardeau en herbes

Renardeau en herbes

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Dominique Delfino nous propose ce cliché dû à Jean-Louis Vermot-Desroches demeurant à Vieux-Charmont et photographe passionné d'oiseaux et de mammifères sauvages. Ensemble, nous suivons depuis le début de l'année un certain nombre de terriers sur lesquels nous posons des pièges photos afin d'en identifier les éventuels occupants.

 

Le site que Jean-Louis surveille en bordure de la Savoureuse s'avère prometteur et le terrier creusé en lisière de haie laisse présager une activité régulière, l'herbe de la prairie étant tassée à proximité.

 

Bien dissimulé sous un filet à l'affût, le photographe ne tardera pas à découvrir les renardeaux jouant au soleil. L'un d'entre eux se risquera même à la découverte du monde qui l’entoure.

 

Le renard est encore bien souvent considéré comme nuisible, bien que les a priori semblent évoluer. En effet, quelques-uns des agriculteurs-chasseurs que nous connaissons, le préservent, ayant bien compris que ce grand prédateur de campagnols et de mulots leur rendait service en leur évitant de traiter leurs prairies contre les rongeurs à l'aide de produits chimiques dangereux.

 

Renardeau_Vermot-Desroches-450.jpg

Cliché © Jean-Louis Vermot-Desroches

19/03/2015

Le blaireau et le photographe

Tête à tête

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Beaucoup de temps passé ces derniers jours, à observer et surveiller les terriers de renards et de blaireaux, afin d'y déceler une activité liée à la présence des jeunes à cette époque de l'année.

 

Ainsi, après une fin de journée infructueuse à proximité d'un terrier de renard, je profite de la nuit tombante pour visiter une blaireautière sur le plateau d'Allenjoie.

 

Creusés en limite d'un champ de blé, les terriers abritent une famille de blaireaux dont je devine par chance les déplacements dans le blé qui frémit à leurs contacts.

 

Appuyé sur les coudes en limite de culture, j'observe les animaux évoluer à quelques mètres de moi, avant que deux d'entre eux finissent par présenter leur museau à cinquante centimètres de mon objectif !

 

  Je n'ose pas déclencher aussi près de peur de briser ce tête à tête. J'attendrai que l'un des blaireaux reprenne le chemin de son terrier pour figer cette scène à la plus grande surprise de l’animal maître de la nuit.

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,blaireau,

Cliché © Dominique Delfino

13/03/2015

Femelle Vervet et son petit

 Tendresse maternelle

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Parmi les images réalisées lors de mon séjour au Kenya, je ne résiste pas à vous faire partager cet instant de grande  tendresse.

Le Babouin olive et le Vervet monkey représentent les deux espèces de singes les mieux représentées dans le Masaï-Mara.

Le comportement de ces animaux revêt un comportement social exceptionnel favorisant des observations aussi intéressantes qu’étonnantes. Avec le groupe que j'accompagne, nous passons de longs moments à les observer, profitant ainsi de scènes de vie très animées au sein de ces familles ou groupes d'animaux.

Comment ne pas faire le parallèle avec l'espèce humaine à la vue de cette femelle Vervet tenant contre elle son bébé avec un attachement tout particulier, empreint d'un naturel extraordinaire dans un milieu où domine une prédation permanente.

Une image qui donne à méditer, dans ce monde où la nature et l'homme ne sont plus forcément toujours en harmonie.

Femelle-Vervet-et-son-petit-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

11/03/2015

Léopard au regard perçant

Regard perçant

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier

 

Lors de mon dernier séjour au Kenya en mars 2015,  j'ai pu saisir cette image de Léopard réalisée lors d'une rencontre inattendue avec le félin.

 

Je propose au groupe que j'accompagne de profiter de cette fin de journée pour tenter d'observer en forêt les Mangoustes naines qui partagent d'ailleurs le même biotope que le Léopard. C'est alors que l'œil avisé d'une photographe du groupe localise au sein d'un buisson une queue difficile à discerner et finalement identifiée par notre guide découvrant alors le félin se déplaçant à couvert.

 

Nous contournons le secteur localisé pour tenter de croiser le parcours du Léopard quand soudain, posant sur des bois morts comme nous ne pouvions pas l'espérer, cette femelle nous observe d'un regard perçant durant quelques minutes.

 

Les téléobjectifs braqués en sa direction immortaliseront cet instant fabuleux à proximité de ce fauve considéré comme le roi des animaux.

Léopard-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

07/03/2015

Combat d'hippopotames

Combat d'hippopotames

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Séjournant actuellement dans la réserve du Masaï-Mara au Kenya où j'anime un stage photo du 8 au 18 mars 2015, je vous fais parvenir ce cliché saisi au cœur de la vie sauvage.

 

Le camp de brousse de mon ami Tony Crocetta installé confortablement au bord de la rivière Mara nous permet de profiter dès le lever du jour de nombreuses scènes de vie à quelques minutes de notre base, les bruits et cris de la nuit nous rappelant que nous ne sommes pas les maîtres des lieux.

 

En journée, l’Hippopotame passe la majeure partie de son temps dans l'eau pour se protéger de la chaleur et c'est la nuit qu'il trouvera la terre ferme pour brouter l'herbe dont il se nourrit.

 

Il n'est pas rare en fin de journée, de croiser des animaux au comportement spectaculaire s'affrontant avec une énergie redoutable dans un volume sonore tout aussi impressionnant.

 

Cette image illustre l'épisode d'une soirée durant laquelle l'animal dominant finit par s'imposer, obligeant son concurrent à battre en retraite.

 

Hippopotames-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

24/01/2015

Cheval comtois bravant l'hiver

Braver la tempête

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

À chacun sa méthode pour faire face aux intempéries de ces derniers jours. Les chevaux en pâture ne sont pas pour autant pris au dépourvu. Que ce soit dans le Haut-Doubs où s'impose la neige tombée abondamment accompagnée de températures largement négatives ou dans le Pays de Montbéliard, les animaux au pré ont développé un important poil d'hiver.

 

La loge, qui pourrait les abriter du froid en hiver, sert surtout de protection pour le foin en complément de nourriture à cette saison. les chevaux l'occupant plus souvent en été pour se protéger du soleil et des mouches.

 

Ainsi en témoigne l'image de ce cheval de l'Écurie des Cotottes réalisée dernièrement après une petite tempête de neige à Brognard.

 

 ''Cul au vent'' pour se protéger, c'est finalement d'un blanc manteau de saison que se parera notre compagnon à l'issue de cette chute de neige.

 

Cheval-comtois-neige-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

30/12/2014

La caverne de Goupil

La caverne de Goupil

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Étonnante et surprenante l'image que mon ami Michel Cottet, écointerprète à Pouligney près de Besançon m'a fait parvenir et qui me laisse le soin de relater son aventure.

“ Par l'odeur caractéristique alerté, c'est dès l'entrée de cette petite cavité, que j'avance très doucement, courbant le dos en observant empreintes et épreintes, qu'un renard a laissées nombreuses, comme une sorte de balisage. Au fur et à mesure de mon cheminement, je m'attends à chaque virage, à voir fuser le pelage roux et blanc du malin goupil.

Ce n'est qu'après une progression d'une quarantaine de mètres que celui-ci daigne montrer son museau : il est tout près, il me fait face tranquillement avec sa truffe humide toute frémissante de surprise étonnée et de curiosité inquiète. Il me dévisage un moment qui me semble long et je le scrute de même.

 Dès lors qu'il m'a identifié comme "bipède" pas forcément bienveillant et "sapiens", pas vraiment rassuré, il cherche à s'éloigner ! Mais le salut ne réside guère pour lui que dans l'escalade de la paroi presque verticale contre laquelle il se plaque sous un massif de coulées de concrétions calcaires d'une belle couleur ocre. L'éclair du flash le surprend et l'inquiète un peu plus encore ; il fait alors un acrobatique demi-tour pour commencer à grimper prestement dans un conduit vertical, en "ramonage" comme un alpiniste. Après un dernier cliché, je m'éloigne à reculons sur la pointe des pieds, lui rendant sa quiétude pour le laisser se remettre de ses émotions.

Belle rencontre ! Nous nous en souviendrons tous les deux. ”

Renard-M-Cottet-450.jpg

Cliché © Michel Cottet

05/09/2014

Le territoire du Bouquetin

Le territoire du Bouquetin

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Le cirque du Creux du Van, célèbre réserve naturelle du Pays de Neuchâtel au cœur des crêtes du Jura Suisse, fait toujours l'objet d'une découverte sans cesse renouvelée de ce site panoramique unique, proche de notre région.

 

Ce milieu naturel particulier abrite les biotopes favorable à une faune et une flore rares et protégées, souvent difficiles à observer.

 

La présence d'une petite population de bouquetins fait le plus grand bonheur des randonneurs ou simples promeneurs qui parcourent le sommet du cirque et qui, souvent en fin de journée, se retrouvent presque en tête à tête avec les ongulés qui remontent du cirque pour se délecter de feuilles tendres dans les prairies sommitales.

 

Il suffit alors de s’asseoir dans l'herbe sans mouvement brusque pour que les bouquetins entrent rapidement en confiance et de déguster des instants de vie libre et sauvage.

 

C'est ainsi qu'au cours de la mi-septembre 2014, dès lors que le brouillard leva son rideau, j'ai pu profiter de scènes animées entre femelles et jeunes à portée de mon objectif.

 

Une scène que de nombreux touristes souhaitaient également immortaliser par appareils photos et téléphones qui enregistraient des images à profusion.

Le préjugé inféodant à la haute montagne le Chamois des Alpes Rupicapra rupicapra n’existe plus guère. On rencontre le Chamois à moyenne et basse altitude, notamment en Franche-Comté dans la région de Poligny et dans la vallée du Doubs à Deluz ou à Montfaucon.

En ce qui concerne le Bouquetin des Alpes Capra ibex, le préjugé l'inféodant à la haute montagne existe encore. Tout comme le Chamois, il est avéré qu'on le rencontre également à moyenne et basse altitude, notamment dans le Vercors et ici dans le Jura suisse.. Les biologistes et/ou les naturalistes familiers de l’espèce l'ont démontré depuis au moins une trentaine d’années.

bouquetin,dominique delfino

Cliché © Dominique Delfino

31/08/2014

À bon chat, bon rat

 Face à face

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Nous devons le cliché de cette semaine à mon ami  Alain Debecker résidant à Montbéliard et photographe à ses heures perdues. Alain me soumet de temps à autre une sélection d'images qu'il me demande de commenter afin de s'appliquer au mieux dans ses prises de vues.

 

Son regard sur la vie qui nous entoure est empreint d'une certaine originalité et la petite scène de vie animalière de ces animaux domestiques retient toute mon attention.

 

En effet, Texas le chat et Max le rat domestique semblent bien indifférents l'un par rapport à l'autre, l'attention de chacun étant portée sur le morceau de fromage qui semble mettre l'eau à la bouche du matou, à moins que ne se profile une autre idée derrière sa tête à la vue de la langue léchant ses babines…

 

Mais que les âmes sensibles se rassurent : le rat plus téméraire profitera de la petite friandise sans se laisser impressionner par plus gros que lui.

 

Chat-et-rat-450.jpg

Cliché © Alain Debecker

25/06/2014

Destruction de renards : Souris et campagnols vous disent merci !

Destruction de renards : Souris et campagnols vous disent merci !

 

Un renard mort : 6000 à 10 000 souris, mulots et campagnols sauvés que le dit nuisible renard aurait mangé dans l'année ! Merci les gars ! Et vive la bromadiolone et autres anticoagulants !

 

Ça se passe  en 2014 et c'est relaté dans Le Journal de Saône-et-Loire du 17 juin 2014. Lamentable !

 

 Le Journal de Saône-et-Loire -  le 27/06/2014 à 05:00 | Gaëtan Boltot
 
Bresse


561 renards piégés en vingt ans par Léon Boully
 
 
Mardi soir à Branges, Léon Boully (à dr.) a remis son imposante collecte de queues de renards.

561-renards-pieges-en-vingt-ans-par-leon-boully.jpgPhoto Michel Sylvain (CLP)
 

Avec le renard, Léon Boully joue au chat et à la souris. Mais à la fin, c’est le piégeur qui gagne. Rencontre.
 
La médaille est dans sa cuisine, tout simplement. En 2008, Léon Boully a été sacré meilleur piégeur de Saône-et-Loire au Beslile (une marque de pièges). Mais c’est tous les ans, depuis presque deux décennies, que ce retraité des établissements Guérin se distingue par ses résultats. « C’est quelqu’un de fiable, de très appliqué et de performant sur son secteur », dit de lui Jean-Paul Voisin, président de l’Association départementale des piégeurs de Saône-et-Loire. Et pour cause ! Depuis l’obtention de son agrément, pour la saison 1996-1997, le Montponnais totalise 561 queues de renards.
 
Appelé à la rescousse par un éleveur de poulets. - Léon Boully était déjà un chasseur expérimenté (il a présidé la société locale pendant une vingtaine d’années) quand « un éleveur de poulets de Montpont, chez qui un renard faisait des dégâts », l’a appelé à la rescousse. « J’allais monter la garde. C’est comme ça que je suis ensuite devenu piégeur, après avoir suivi une formation. » Comme l’atteste son cahier où il note tout, à l’instar d’une comptabilité, la première année avait été faste, avec 59 goupils capturés.
 
S’il participe aussi à l’éradication des autres nuisibles, l’ancien ébéniste avoue sa préférence pour le renard. « Le ragondin, vous mettez le piège, il saute dedans », alors que le renard, lui, « est plus difficile à prendre car il est malin, méfiant, et a un bon odorat. Des fois, il me faut un jour pour l’avoir, mais d’autres fois ça peut durer quinze jours, trois semaines ». Commence alors, entre le piégeur et le nuisible, le jeu du chat et de la souris.
 
Une technique éprouvée. - S’il a toujours les jumelles dans la voiture, Léon Boully ne voit jamais l’animal. « Mais grâce aux traces, on peut voir où il passe, explique-t-il. Le renard aime le fumier, parce qu’il y a toujours quelques carcasses de poulets dedans. C’est là que je pose mes pièges, que je recouvre avec du fumier bien pourri, bien défait. Je camoufle un poulet – même faisandé – et parfois je laisse dépasser une patte. » Le relevé des pièges se fait tous les matins, avant 9 heures. Si un animal est pris au piège, son sort est le suivant : une balle entre les deux yeux, et la queue coupée, pour la preuve. « Dans le temps, je faisais tout le tour de la commune. J’avais une douzaine de pièges et je parcourrais 45 km, se souvient-il. C’était très prenant. Je les relevais avant le jour, avec une grosse lampe. C’est prenant… »
 
Malgré ses 85 ans bientôt, une épaule et une rotule du genou opérées récemment, Léon Boully continue son activité, même s’il a baissé le pied, avec seulement « quatre-cinq pièges ». Ce qui ne l’a pas empêché, mardi soir à Branges (lire ci-dessous), de rapporter encore 25 queues. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne fait « pas ça pour l’argent ». Une queue rapporte « 4 € et quelques », pas de quoi couvrir les frais de gasoil. « Je fais ça pour le plaisir, et pour aider », confie-t-il modestement.
 
Et de l’aide, les éleveurs de volaille en ont bien besoin, qui subissent les assauts répétés des renards. À cause de l’un d’eux, 49 poulets sont morts étouffés il y a deux semaines à Montpont. Le criminel est prévenu : Léon est sur ses traces.
 
ruse-comme-leon-boully.jpg

 Léon Boully, piégeur :   

“Je ne fais pas ça pour l’argent, mais pour le plaisir et pour aider.”

 

Photo Michel Sylvain (CLP)

 

 « Si un animal est pris au piège, son sort est le suivant : une balle entre les deux yeux, et la queue coupée, pour la preuve » … in : Le Journal de Saône-et-Loire du 17 juin 2014

 

Un article sur la chasse au renard : Au plus près d'une battue au renard

 

La Hulotte : une revue au service de la nature

 

Ci-desssous une photo de juin 2014 due à Michel Cottet et deux extraits de "La Hulotte" — " le journal le plus lu dans les terriers" ; N° double 33-34 ! pages 34 et 35... C'était dans les années 1970, non ?

Jeune-ind.-Vulpes-vulpes-450.jpg

Renardeau photographié le 5 juin 2014 © Michel Cottet

La-Hulotte-n°-33-34-page-34-450.jpg

La Hulotte n° 33-34 page 34

La-Hulotte-n°-33-34-page-35-450.jpg

La Hulotte n° 33-34 page 35

22/05/2014

Bain de soleil pour un chevreuil

Bain de soleil pour un chevreuil

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Les soirées d'observation se suivent, mais ne ressemblent pas, procurant ainsi cette sensation de découverte permanente et de contact avec la vie sauvage.

 

À l'affût dans la plaine de l'Allan à Brognard, je profite des fins de journées un peu moins chaudes pour espérer photographier les oiseaux qui se révèlent un peu plus actifs que durant la journée et surtout jouir de l'ambiance lumineuse de ces soirées.

 

Les oiseaux sont au rendez-vous, mais la présence d'un chevreuil de l'autre côté de la rive prêt à traverser le plan d'eau me tient en haleine. Le rêve devient alors réalité lorsque l'animal se met à l'eau, nage dans ma direction avant de reprendre pied tranquillement face à mon téléobjectif.

 

C'est un véritable tableau que m'offre la nature avec la scène de cette chevrette profitant quelques instants de ce bain de soleil couchant tout en surveillant dans ma direction.

 

Juste le temps de contrôler le côté technique pour assurer mes prises de vues et notre reine d'un soir ira se dissimuler dans la végétation en quête des herbes tendres dont elle se délectera.

 

Quelle belle soirée !

 

Chevreuil-Delfino-450.jpg

 

 

 

14/04/2014

Entre chien et loup

loup_02-logo.jpg

Entre chien et loup

 

 La domestication du Loup

(dernière mise à jour : 2 juillet 2016)

 

 

D'un côté, un loup gris massif, capable de briser net le fémur d'une proie trois fois plus grosse que lui. De l'autre, un minuscule chihuahua, niché sur un canapé. Entre les deux ? L'Homme : c'est lui qui, il y a des milliers d'années, à partir d'un être sauvage, le Loup, se composa un compagnon docile et fidèle, le chien.

 

Ou plutôt, les chiens. On en compte aujourd'hui plus de 400 races, depuis le chihuahua jusqu'au berger anatolien. Une extraordinaire diversité née des efforts de nos ancêtres, qui réussissent à transformer une bête sauvage en alliés à quatre pattes. La domestication était née. Une première dans l'histoire du vivant... Une première aussi pour l'homme : les scientifiques ont établi que la domestication du chien précéda - et de beaucoup ! - celle du cheval, du cochon, du chat... Ils savent aussi que toutes les races de chien descendent du loup.

 

Mais quant à savoir quand le Loup devint chien pour la première fois, et quels furent les hommes qui façonnèrent à leurs besoins ce grand prédateur... Là, le mystère persiste.

 

Le chien, un loup rempli d'humanité. Cette formule de Jean de La Fontaine (1621-1695) est prémonitoire.

 

Pour être vraie, cette frappante formule de Jean de La Fontaine sous-entend que le chien descend du loup. Est-il possible que les formes colorées si diverses de cet animal domestique soient issues du seul Canis lupus ? Ou bien, comme le crurent Charles Darwin (1809-1882) et le cofondateur de l'éthologie Konrad Lorenz (1903-1989), descendait-il aussi du chacal, lui aussi du genre Canis, voire de toute une variété de canidés sauvages : renards, dingos, lycaons… ? Jusqu'à ces dernières années, il était tout simplement impossible de déterminer l'origine du chien. Puis la biologie moléculaire a tranché : le chien est le descendant du loup et de lui seul, et la jolie formule de La Fontaine s'est révélée prémonitoire ! Le chien est bien une création de l'homme préhistorique par sélection artificielle. C'est ce que démontre Pierre Jouventin dans un article publié dans la revue "Pour la Science"

 

biologie loup,france,alpes,massif jurassien,vosges,mercantour

Des chasseurs gravettiens, antérieurs à la dernière glaciation, capturent les louveteaux non sevrés d'une meute de loups. Ils les apporteront ensuite à leurs femmes qui les nourriront au sein afin de les intégrer à la horde humaine. Ils en feront ainsi des chiens, précieux auxiliaires de chasse.

 

D'après Pierre Jouventin, "le chien et le loup sont interféconds ainsi que leurs descendants. Les espèces du genre Canis séparées dans la nature, tels le loup, le chacal et le coyote, possèdent toutes 39 chromosomes et se croisent sans difficulté, avec une descendance fertile. D'un autre côté, bien des races de chiens, de tailles trop différentes, ne peuvent se croiser…

 

La définition biologique de l'espèce implique que des populations interfécondes soient isolées, par le comportement ou la génétique, des autres taxons (l'ensemble des organismes vivants partageant certains caractères) présents dans ce même lieu, tous constituant ainsi des espèces à part entière. Sa différenciation ne s'étant pas faite dans la nature, mais par l'action de l'homme et sans créer de barrière de reproduction avec son ancêtre le loup, le chien a donc le statut qu'on veut bien lui donner. Bref, le meilleur ami de l'homme ne constitue peut-être pas une espèce au sens strict, comme tout animal domestique dont le statut n'est qu'affaire de convention.

 

Le chien est néanmoins très différent du loup, en ceci qu'il cohabite avec l'homme sans conflit. La domestication du loup n'a pas été seulement une sélection artificielle, mais aussi une éducation pour lui apprendre à vivre avec nous. Sans l'avoir recherché, Pierre Jouventin a été amené à élever un loup dans un appartement, ce qui est considéré comme impossible par les spécialistes. cela a permis à la famille Jouventin de dominer psychologiquement son loup sans entrer en conflit ouvert avec lui. Les gènes de cet animal, né en zoo et qui devait être euthanasié, étaient pourtant les mêmes que ceux d'un loup sauvage de Pologne.

 

La France compte 7 millions de chiens. Certains animaux d'attaque et de défense peuvent échapper à leurs maîtres : on dénombre ainsi des centaines d'attaques de troupeaux d'ovins par an (voir à ce propos : Le mur facebook de la Buvette des Alpages). L'instinct de chasseur hérité du loup demeure.

 

Le patrimoine génétique du loup devenu chien a donc été modifié de génération en génération. Même si ce changement ne touche qu'une toute petite partie de l'ensemble des gènes, il nous paraît très grand, car les caractères qui nous importent le plus ont été supprimés ou amplifiés. Par exemple, l'homme a développé chez le chien adulte le comportement soumis que l'on observe chez le loup juvénile. D'ailleurs, à le comparer à son ancêtre, on peut décrire le chien comme un éternel adolescent, ce qui permet à son maître de s'imposer comme le substitut incontesté du chef de meute. Ce trait majeur d'éternel adolescent pour la domestication est cependant très variable d'une race de chien à l'autre.

 

Toutefois, le loup est bien plus proche de nous que bien d'autres mammifères du fait de son immaturité de plusieurs années. Cette dernière permet en effet une éducation aux méthodes complexes de chasse, lesquelles varient d'une meute à l'autre en fonction du gibier présent sur le territoire. Cet enseignement peut se transmettre en un même lieu pendant plusieurs dizaines d'années, donc sans que les loups de la première génération soient présents auprès de ceux de la dernière : il s'agit donc véritablement d'une sorte d'héritage culturel. Cela illustre la grande idée de Darwin selon laquelle il n'y a pas une différence de nature, mais de degré, entre l'homme et les autres espèces.

 

Si la domestication du loup ne peut qu'avoir résulté d'un processus de sélection, on ignore comment elle a débuté et s'est déroulée. Deux hypothèses sont envisagées.

 

1. Des individus affaiblis cherchant à survivre ou tout simplement curieux ont-ils appris à fréquenter des campements d'hommes préhistoriques pour profiter de leurs restes ? C'est l'hypothèse de la commensalité, qui trouve des arguments dans les pays où des chiens errants vivent de rapines et côtoient les humains sans vivre pour cela dans les maisons. En Italie, les loups sauvages fréquentent les décharges et le portrait de l'un d'entre eux, la gueule dégoulinante de spaghettis, a circulé sur Internet !


Les hommes du Paléolithique ont-ils alors pris le risque de capturer quelques adultes parmi ces fauves, des loups affamés, ou plus simplement curieux, qui auraient fréquenté les campements humains pour profiter des restes alimentaires ? Auraient-ils misé sur les animaux les plus dociles, notamment pour les aider à la chasse, exploitant leur flair et leur rapidité de course ? L'avantage est manifeste : les déchets auraient été éliminés et la présence des loups aurait pu dissuader les autres prédateurs d'attaquer le campement. La science ne permet pas de confirmer un tel scénario. Certes, l'alliance du loup et de l'homme possède des atouts naturels. Le rapprochement aurait en effet amélioré le résultat de la chasse chez les deux espèces.

 

2. L'autre théorie est celle de l'adoption.

Le premier pas pourrait aussi bien s'être fait via une véritable adoption : des hommes auraient installé des louveteaux au sein de leur tribu, que les loups auraient fini par considérer comme leur propre meute. "Cette hypothèse présente l'avantage d'une intimité beaucoup plus grande entre les deux espèces, et donc d'une influence plus significative et plus rapide de l'homme sur révolution du loup", appuie Pierre Jouventin, qui, au début de sa carrière d'éthologue a élevé un loup en ville, confié par le zoo de Montpellier. Quatre jours après la naissance, le louveteau, les yeux encore clos, a débarqué dans le petit appartement familial pour cinq années de cohabitation. " Lorsqu'un loup est intégré très tôt dans une famille, il la considère comme sa meute et finit par la protéger. Pour notre louve, j'étais le dominant, mais il fallait régulièrement trouver des astuces pour maintenir ce statut, comme monter sur un tabouret ou l'entourer à plusieurs et la houspiller, raconte le scientifique. Dans ces conditions, l'adoption est si facile qu'elle a probablement été réalisée à plusieurs reprises dans l'histoire de l'humanité. "

 

Les hommes du Paléolithique ont-ils vu d'emblée dans les loups des alliés potentiels ? Ont-ils alors pris le risque de capturer quelques adultes parmi ces fauves, des loups affamés, ou plus simplement curieux, qui auraient fréquenté les campements humains pour profiter des restes alimentaires ? Auraient-ils misé sur les animaux les plus dociles, notamment pour les aider à la chasse, exploitant leur flair et leur rapidité de course ? L'avantage est manifeste : les déchets auraient été éliminés et la présence des loups aurait pu dissuader les autres prédateurs d'attaquer le campement.

 

La science ne permet pas de confirmer un tel scénario. Certes, l'alliance du loup et de l'homme possède des atouts naturels. Le rapprochement aurait en effet amélioré le résultat de la chasse chez les deux espèces. Mais le premier pas pourrait aussi bien s'être fait via une véritable adoption : des hommes auraient installé des louveteaux au sein de leur tribu, que les loups auraient fini par considérer comme leur propre meute.

 

"Cette hypothèse présente l'avantage d'une intimité beaucoup plus grande entre les deux espèces, et donc d'une influence plus significative et plus rapide de l'homme sur l'évolution du loup", appuie Pierre Jouventin, qui, au début de sa carrière d'éthologue a élevé un loup en ville, confié par le zoo de Montpellier. Quatre jours après la naissance, le louveteau, les yeux encore clos, a débarqué dans le petit appartement familial pour cinq années de cohabitation. "Lorsqu'un loup est intégré très tôt dans une famille, il la considère comme sa meute et finit par la protéger. Pour notre louve, j'étais le dominant, mais il fallait régulièrement trouver des astuces pour maintenir ce statut, comme monter sur un tabouret ou l'entourer à plusieurs et la houspiller, raconte le scientifique. Dans ces conditions, l'adoption est si facile qu'elle a probablement été réalisée à plusieurs reprises dans l'histoire de l'humanité." L'aventure de la famille Jouventin d'élever un loup dans un appartement ne fut pas seulement une expérience extrême. Le fait d'être parvenus à cohabiter et même à vivre en famille avec un fauve dangereux démontre la facilité avec laquelle nos ancêtres ont pu domestiquer le loup, puisqu'en plein air, ils disposaient de conditions plus favorables que dans un appartement moderne au deuxième étage… Cette expérience nous a montré qu'un loup intégré à une famille humaine la considère comme sa meute et en protège les membres. Elle suggère que la capture de louveteaux a dû être réalisée plusieurs fois au cours de l'histoire de l'humanité, car leur intégration au sein de la horde humaine ne présente aucune difficulté : le loup ne connaissant pas son espèce, il s'assimile à ses compagnons de vie.

 

Ces deux théories sont souvent opposées. Cependant, elles ne sont pas contradictoires et les deux scénarios de domestication ont pu se produire simultanément ou se succéder. Ces hypothèses, si elles ne sont pas exclusives paraissent cependant hiérarchisées : la théorie de l'adoption permet une bien plus grande intimité que celle de la commensalité. Or la domestication du chien n'a pas conduit à un compagnonnage, mais bien à une véritable vie commune, d'abord pour chasser ensemble (les chiens servant de pisteurs et de rabatteurs) et pour protéger le campement, puis, bien plus tard, pour garder les troupeaux.

 

L'association entre hommes et loups apprivoisés a ainsi pu constituer un avantage adaptatif majeur pour les premiers. Ce point est à prendre en compte dans le débat récurrent sur les raisons de la disparition des Néandertaliens après l'arrivée en Eurasie des hommes anatomiquement modernes, il y a 35 000 à 30 000 ans, c'est-à-dire à l'époque des premiers indices connus de l'existence de chiens…

 

Ainsi, nous savons depuis peu que le loup, transformé en chien, est présent à nos côtés depuis quelques dizaines de milliers d'années d'évolution, époque-charnière de la mise en place de la civilisation. La prédation accrue rendue possible par cet animal a sans doute favorisé la démographie humaine ; mais avec la forte augmentation des prélèvements dans la nature, elle a aussi probablement poussé certains de nos ancêtres à se sédentariser en domestiquant non seulement des plantes qu'ils cueillaient, mais aussi des proies (vache, mouton, chèvre, cochon…).

 

La longue coévolution de l'homme et du loup avait auparavant modifié le plus vieil ami de l'homme dans le sens de lui faire accepter les ordres et les gestes de son maître (substitut du loup dominant), et par là d'augmenter sa capacité à communiquer avec nous. Au cours de ce processus, le plus vieil ami de l'homme a reçu une nouvelle mission, qu'il assure toujours aujourd'hui : surveiller les troupeaux et les rassembler pour les protéger des loups."

 

biologie loup,france,alpes,massif jurassien,vosges,mercantour

Groupes principaux de races de chiens et leurs ancêtres possibles

© Clutton Brock J., Jewel P.

 

Apports de la génétique moderne

 

Les efforts pour remonter aux origines du chien se sont intensifiés car les techniques pour faire parler aussi bien les cellules des canidés contemporains que celles de leurs ancêtres fossilisés s'affinent sans cesse. Et ces derniers mois, les résultats sont tombés en pluie.

 

Plusieurs équipes de recherche, de tous les pays, ont fait assaut de découvertes et de nouvelles hypothèses, qui précisent la part du Loup dans les différentes races de chien, remontent toujours plus haut dans l'arbre généalogique des canidés. Mais leur berceau ultime reste incertain (Eurasie ?), comme le moment exact où le Loup devint chien.

 

1. Les chiens les plus proches du loup ne lui ressemblent pas

 

Contrairement à ce que pensait Darwin, du sang de loup coule dans les veines de chacune des 400 races de chiens modernes, sans distinction. Et du sang de loup uniquement ! "Lors du séquençage intégral du génome canin en 2004-2005, nous avions montré une différence d'à peine 0,2 % entre chien et loup", précise Christophe Hitte, de l'Institut de génétique et développement de Rennes.

 

Toutefois, les bergers allemands ou les huskies aux flagrantes allures de loup ne posséderaient-ils pas plus de loup en eux que les caniches? Sont-ils les descendants des premiers canidés domestiqués ? Tout faux. Les apparences trompent. Le chow-chow, un chien asiatique d'environ 50 cm de hauteur à l'épaisse fourrure et à l'allure de peluche, comme le shar-peï, ce petit molosse chinois tout plissé, sont génétiquement plus proches du loup que le doberman !

 

L'héritage du loup se révèle donc différent pour chaque chien... et la plus grande part du loup ne se trouve finalement pas dans les gènes de ceux qui semblent le plus s'apparenter au fauve. Plus précisément, 64 % des races de chiens modernes (groupe A) possèdent un ancêtre commun qui remonte à 18 000 ans environ. Et ce parent commun à tous ces chiens partage quant à lui un ancêtre avec les loups âgé d'environ 32 000 ans. Les autres races de chiens modernes (groupes B, C, D) ont des ancêtres communs aux loups plus récents (voir arbre généalogique ci-dessous, d'après Science, 2013).

 

loup,chien,prédateurs,carnivores,mammifères,canidés

Origine des différentes races de chiens © Science & Vie

 

 2. L'Homo sapiens a domestiqué le loup avant de cultiver la terre

 

Le cheval a beau avoir la réputation d'être la plus noble conquête de l'Homme, elle est loin d'être la première. Il fut domestiqué, au plus tôt, il y a 8500 ans. Le cochon, le bœuf et le mouton furent conquis avant lui. Le chat également. Mais ni les premiers, malgré leurs évidents mérites nutritifs, ni le second, malgré l'aide précieuse qu'il pouvait apporter pour préserver les récoltes des rongeurs, ne firent alliance avec l'Homme avant le Loup. Ils furent conquis pendant le Mésolithique, période courant de -12 000 à -6500 ans. La domestication du Loup les précède de plusieurs milliers d'années. Les dernières estimations des paléontologues et des généticiens, appuyées par la comparaison des séquences d'ADN et des fossiles de loups et de chiens anciens et contemporains, la font remonter au Paléolithique. Au plus tôt, il y a environ 30 000 ans. Au plus tard, il y a environ 18 000 ans.

 

loup,chien,prédateurs,carnivores,mammifères,canidés

Domestication du Loup ©Science & Vie

 

Même si la fourchette est large, il n'y a plus de doute : les premiers chiens sont apparus avant que la civilisation humaine ne se fonde sur l'agriculture et la sédentarité. Ce sont ainsi des chasseurs-cueilleurs qui, les premiers, osèrent approcher le superprédateur.

 

Une association de superprédateurs

 

La suite de l'histoire, c'est une explosion démographique de nos aïeux, qui finirent par se sédentariser, pratiquer l'agriculture et domestiquer d'autres espèces. C'est ce qu'on a baptisé la "révolution néolithique" qui eut lieu il y a 10 000 ans. Et si la domestication du Loup avait joué un rôle décisif dans cette période critique ? Et si cette association du Loup et de l'Homme, deux superprédateurs, avait alors offert aux deux espèces des avantages supplémentaires tels qu'ils ont fini par s'imposer comme véritables maîtres de la nature ?

 

"Les loups devaient représenter un énorme avantage, explique Pierre Jouventin. Les chasseurs-cueilleurs d'Afrique ramènent par exemple trois fois plus de gibier s'ils sont accompagnés de leur chien. Il n'est pas impossible d'ailleurs que cette alliance nous ait permis de prendre le dessus par rapport aux hommes de Neandertal qui n'ont, semble-t-il, jamais domestiqué de loup." Voilà de quoi redorer l'image du chihuahua. Lui aussi porte du Loup dans ses gènes. Nous avons fait de lui un chien. Mais lui, d'une certaine manière, a fait de nous des hommes.

 

3. Le chien n'a pas pu naître en un seul endroit, mais il provient d'Eurasie

 

Pour peu qu'on le cherche, le chien le plus ancien, celui qui le premier se serait différencié du Loup sous l'effet de la domestication est partout... Si nombre de spécimens de 12 000 à 15 000 ans ont été découverts en Europe, dont un de 31 700 ans en Belgique, ce sont les Russes qui détiennent le plus vieux : un fossile d'environ 33 000 ans. Ce qui n'empêche pas des chercheurs chinois de voir dans leurs chiens les plus anciens canidés domestiqués sur la foi d'une comparaison minutieuse de génomes entiers de loups issus de Mongolie, d'Europe et de Russie. Comment s'y retrouver ? "On peut envisager que plusieurs populations de loups, l'une en Europe, l'autre en Asie du Nord, une autre en Israël par exemple, aient contribué à donner naissance aux chiens, explique Greger Larson, généticien à l'université de Durham. Les croisements et les déplacements ultérieurs font que ces origines différentes sont désormais illisibles dans l'ADN moderne."

 

 

loup,chien,prédateurs,carnivores,mammifères,canidés

 

4. Le Loup a pu devenir chien en quelques générations

 

Au fil des quatre derniers siècles, les éleveurs ont conduit une sélection minutieuse, renforçant certains traits - docilité, taille... - par croisements successifs. Résultat : il existe aujourd'hui environ 400 races aux différences souvent plus évidentes que celles qui distinguent les chiens des loups. Celles-ci sont subtiles (voir ci-contre), chiens et loups, toujours interféconds, n'étant pas séparés par une frontière définitive. Ces différences n'en sont pas moins caractéristiques de la domestication. Les loups se retrouvent en effet alors proches d'un prédateur (l'Homme), avec une mobilité réduite et une promiscuité inédite. Ce nouvel environnement social modifie la production d'hormones influençant le développement et maintient les animaux dans un état de dominé permanent.

 

Le processus de domestication a pu aller très vite, comme le montre une expérience menée depuis 1959 en Sibérie sur le renard argenté, un animal sauvage apparenté au loup. En sélectionnant les renards les plus dociles, puis en les croisant entre eux, le généticien Dmitry Belyaev a obtenu en six générations des animaux qui recherchaient le contact avec les expérimentateurs. À partir de la huitième génération, le pelage de certains est devenu tacheté, vers la douzième génération, certaines oreilles sont restées pendantes et la queue enroulée, et à la vingtième génération, des individus présentaient des pattes plus courtes. À la dixième génération, 18 % des renards étaient devenus sociables. Ils sont plus de 80 % aujourd'hui, après quelque 35 générations...

 

5. Le chien provient d'Eurasie (Ajout du 2 juillet 2015)

 

L'ADN d'un loup vieux de 35 000 ans retrouvé en Russie atteste de sa proche parenté avec notre compagnon.

 

Le chien ne descend pas directement du Loup gris car celui-ci est apparu trop récemment. Une nouvelle analyse génétique révèle qu'il descendrait plutôt d'une ou de plusieurs espèces de canidés voisines plus anciennes aujourd'hui disparues. C'est la découverte d'une côte vieille de 35 000 ans d'une espèce éteinte, le Loup de la péninsule de Taimyr (Russie) qui apporte cet éclairage nouveau sur les origines du chien.

 

Des chercheurs du Muséum suédois d'histoire naturelle et de l'université de Stockholm (Suède), après étude de son ADN, révèlent dans la revue Current Biology[1]qu'il s'agit d'un proche parent à la fois du loup et du chien. Ce dernier proviendrait donc bien du continent eurasiatique comme le suggérait déjà son absence sur le continent américain avant l'arrivée de l'Homme, il y a plus de 12 000 ans. Mieux, les chercheurs ont retrouvé des traces génétiques du Loup de Taimyr chez certains chiens actuels comme le husky sibérien et dans une moindre mesure chez le spitz et le shar-pei.



[1]  Skoglund P. Ersmark E. Palkopoulou E & Dalén L. (2015). - Ancient Wolf Genome Reveals an Early Divergence of Domestic Dog Ancestors and Admixture into High-Latitude Breeds, Current Biology 25 (11) 1515-1519.

loup,chien,prédateurs,carnivores,mammifères,canidés

D'après Skoglung & al (2015)

 

Entre chien et loup : 4 différences subtiles

 

Chez le chien :

  • une taille inférieure (en moyenne, les chiens sont plus petits).

 

  • une physionomie plus juvénile. Comme chez la plupart des espèces domestiquées, les chiens conservent également certains traits juvéniles comme les oreilles pendantes, une queue enroulée, un pelage tacheté, des dents moins longues, un museau raccourci et un cerveau moins grand.

 

  • Une reproduction plus fréquente. Les chiens atteignent leur maturité sexuelle plus tôt et connaissent deux périodes de chaleur au lieu d'une.

 

  • Un comportement plus docile. Les chiens sont globalement bien plus dociles que leur ancêtre sauvage. Logique : les chasseurs du Paléolithique avaient tout intérêt à sélectionner les animaux les plus soumis.

 

Ajout de juillet 2016 (Sciences et Avenir n° 833, juillet 2016 p. 20) : Les chiens ont une double origine

par Jean-Denis Vigne, archéozoologue au CNRS et au Muséum national d'histoire naturelle

 

L'origine du chien est difficile à déterminer. Si toutes les races de chiens descendent du Loup, elles ont été tellement croisées et modifiées, entre le XVIIIe et le XXe siècle, que les traces des premières domestications sont difficiles à interpréter. Selon les analyses génétiques menées depuis dix ans, il y aurait une « Ève canine », issue soit de Chine, soit d'Europe. Mais les archéozoologues privilégiaient l'hypothèse d'une domestication multiple.

 

Une étude pluridisciplinaire conduite par 29 chercheurs internationaux en apporte la preuve. C'est un fonds exceptionnel qui comprend 59 séquences d'ADN mitochondrial de chiens européens âgés de 3000 à 14 000 ans ainsi que le génome d'un chien vieux de 4800 ans découvert en Irlande. Ces données ont été comparées au génome de 2500 chiens modernes. Les résultats montrent l'existence d'au moins deux origines indépendantes : l'une en Europe de l'Ouest, l'autre en Asie orientale, respectivement vers -15 000 et -12 500 ans.

 

De sorte que les hypothèses concurrentes se voient ainsi conciliées. La domestication multiple confirme que des interactions fortes ont existé entre les chasseurs-cueilleurs du paléolithique et les loups, produisant des résultats comparables dans des régions éloignées. Elle permet aussi de mieux expliquer la diversité génétique des chiens actuels.

 

Sources :

 

- Barnéoud L. (2014). - Origine, domestication, diversité… Les nouveaux mystères du chien. Science & Vie, Avril 2014, n° 1160, pp. 78-83.

 

- Clutton Brock J., Jewel P. (1993). - Origin and domestication of the dog. In Miller’s anatomy of the dog 3ème ed. W B Saunders in H. E Ewans, 1993, 21-31.

 

- Germonpré M. et al. (2009). - Fossil dogs and wolves from Palaeolithic sites in Belgium, the Ukraine and Russia : osteometry, ancient DNA and stable isotopes, Journal of Archaeological Science, vol. 36, pp. 473-490, 2009.

 

- Jouventin P. (2012). - Kamala, une louve dans ma famille, Flammarion, 2012. et http://kamala-louve.fr/

 

- Jouventin P. (2013). - La domestication du Loup, Pour la Science n° 423 janvier 2013, 42-49.

 

- de Landry J.-M. (2006). - Le loup, Delachaux & Niestlé.

 

- Néault L. S. P. (2003) . - Entre chien et loup : étude biologique et comportementale. Thèse vétérinaire. Université Paul Sabatier, Toulouse.

 

- Papet R. & Duchamp Chr. (2005) - Rapport Réseau Grands Carnivores.

 

- Schilling D., Singer D. & Diller H. (1986) - Guide des Mammifères d'Europe 284 p. Delachaux & Niestlé Éd.

 

- Teroni E. et J. Cattet J. (2004). - Le chien, un loup civilisé, Les Éditions de l'Homme.

 

- Vadrot C.-M. (2009). - Le roman du loup, Les Éditions du Rocher.

 

07/03/2014

Braconnage du lynx dans le Jura : Athénas et Férus envoient une lettre ouverte au préfet

lynx,braconnage,athénas,férusBraconnage du Lynx dans le Jura : Athénas et Férus envoient

une lettre ouverte au préfet

 

Mise à jour du 25 avril 2014

 

Suite à la découverte d'un cadavre d'un lynx le 27 janvier 2014 dans le belvédère de Granges de Ladoye, les associations Athénas[1], et Férus[2] demandent à l'État de se positionner de façon ferme et publique contre le braconnage du Lynx. Ce jour-là, un adhérent du centre Athénas découvrait un cadavre de lynx dans le belvédère de Granges de Ladoye. Alors qu'il était dissimulé par les branchages, une équipe de l'association récupère l'animal mort, et le signale immédiatement à l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS).

 

lynx,braconnage,athénas,férus

 

Rappelons que le lynx est un animal protégé en France depuis 1976. "Il n'y a pas de doute, le tir est celui d'un chasseur. Les auteurs se sont débarrassés du cadavre, mais il a été retenu par des branches" explique Gilles Moyne, directeur du centre Athénas. "Un examen superficiel, puis une radio et l’autopsie réalisée au Laboratoire Départemental d’Analyses confirment que l’animal a été exécuté dans les règles de l’art, par une balle qui a traver l'épaule et le thorax. L'autopsie a estimé une date de tir remontant au 10 janvier 2014. C'est un tir très académique et intentionnel. D’après nos sources, il s’agit de façon certaine de la femelle de MIREBEL, rendue célèbre par le laisser-faire de l’administration de 2010 à 2012 et par un éleveur qui a touché des indemnisations durant plusieurs années sans s’acquitter de la contrepartie pour laquelle il était subventionné, à savoir la nécessaire protection de son exploitation. Résultat de cet acte illégal et imbécile, deux jeunes non émancipés qui, livrés à eux mêmes risquent… de rechercher des proies domestiques, plus faciles à capturer, ce que semble déjà avoir fait l’un d’entre eux à Vatagna (commune de MONTAIGU-39)".

 

Le braconnage de cet animal dans le Jura serait d'après lui un problème récurrent. Selon les données du centre Athénas et celles de l'ONCFS, une cinquantaine d'individus auraient été tués en 20 ans. L'association a porté plainte et l'enquête de l'ONCFS suit son cours. "Avec Férus, nous avons souhaité interpeller le préfet du Jura sur la problématique du braconnage. Elle est sous-estimée, la situation est préoccupante. Dans les Vosges, on sait que l'espèce a disparu à cause au braconnage. On note des signes inquiétants chez nous, à l'instar de la recrudescence de jeunes lynx orphelins, non émancipés, dont la mère a disparu brutalement".

 

La population dans le Jura serait estimée à une quarantaine d'individus adultes, concentrés uniquement sur le massif du Jura, autre signe alarmant. "Nous avons une responsabilité dans la conservation de l'espèce. Nous demandons au préfet et à l'État une condamnation ferme et publique, avec la mise en œuvre de moyens dédiés à la lutte contre le braconnage, et aussi que tous les moyens soient mis en place pour retrouver les auteurs".

 

À notre connaissance, cette missive postée le 5 mars 2014, est toujours sans réponse.

 
 

Ajout du 25 avril 2014

 

À cette lettre ouverte, M. Christian Lagalice, président de la Fédération Départementale des Chasseurs du Jura apporte un droit de réponse :

 

Dans ce texte, il est écrit "il n'y a pas de doute, le tir est celui d'un chasseur". Je m'insurge contre de tels propos que rien ne permet, aujourd'hui, d'étayer. De plus, les conditions opaques dans lesquels l'information a été portée à la connaissance du public - le Président de la Fédération Départementale des Chasseurs en a été informé près d'un mois après les faits - laissent plausibles toutes les hypothèses - L'enquête doit se dérouler dans la sérénité : s'il s'agit du tir d'un chasseur, la Fédération, comme elle l'a déjà fait, condamnera cet acte et se portera partie civile. S'il s'agit du tir d'une autre origine, nous porterons plainte auprès de l'auteur de ces propos pour diffamation. Dans tous les cas, au-delà du simple mot "braconnage" qui sous-entendrait une certaine complaisance que nous ne tolérons pas. Il s'agit d'un délit qui doit être sévèrement réprimé.

 

La Fédération Départementale des Chasseurs du Jura, association agréée au titre de l'environnement ne laissera pas salir le monde de la chasse par des groupements dont le but réel est de réduire l'activité cynégétique, même à travers la diffusion d'informations erronées sur la situation du lynx.

 

En effet, le "Bulletin lynx du réseau" de 2013, réalisé par l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, écrit à ce sujet très clairement que "le cœur historique jurassien de présence de l'espèce est de plus en plus consolidé. Les mesures récentes de la densité du lynx confortent cette évaluation positive du statut local de l'espèce." On voit donc bien l'intérêt partisan d'une telle prise de position de ces deux associations allant à l'encontre des évaluations officielles.



[1] Centre de soins aux animaux sauvages localià L'Étoile dans le Jura

[2] Association nationale de protection et de conservation de l'ours, du lynx et du loup en France

09/02/2014

Le Léopard ou Panthère (Panthera pardus)

Le Léopard ou Panthère (Panthera pardus)

 

par Dominique Delfino

photographe animalier et naturaliste

 

Le Léopard est un félin très agile qui grimpe aux arbres pour hisser ses proies à l'abri des autres prédateurs comme le Lion et les charognards.

Léopard_Delfino-450.jpg

Pour ne pas se faire piquer son sandwich  – ici une femelle impala –­­ la fourche de l'arbre lui servira de garde-manger. 

 

 

 

L'accouplement du Roi Lion

Le Roi Lion

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Le tri et la sélection des images au retour d'un safari photos représente un travail exigeant beaucoup d'attention et de rigueur.

Parmi mes coups de cœur, ce cliché d'un accouplement de lions, réalisé en février 2014 dans la réserve du Masaï Mara (Kenya) exprime à mon goût l'ambiance particulière que reflète la savane africaine.

Chez les lions, les femelles sont réceptives plusieurs fois par an, en dehors des périodes de gestation et d'allaitement.  En guise de préliminaires, mâle et femelle frottent leur tête l'une contre l'autre et se reniflent sous l'aine. Dès que la femelle se montre conquise, le couple s'écarte du groupe ; un accouplement d'une vingtaine de secondes a lieu, pendant lequel le lion feule sourdement, mordille et lèche le cou de la femelle, qui ronronne.

Au moment de l'accouplement, le lion maintient fermement le cou de la lionne entre ses dents, puis il se retire brusquement lorsque la femelle menace en grognant de lui décocher un coup de patte ou de le mordre.

L'accouplement se répète ainsi jusqu'à 50 fois en 24 heures, de jour comme de nuit et à chaque fois, quelques brefs instants d'attention à travers l'objectif pour saisir au mieux cette scène de la vie sauvage.

 

dominique delfino

22/01/2014

Du fond des yeux

Du fond des yeux

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Dans la série '' la mère et son petit '', voici un cliché de babouins du Kenya témoignant d'une scène de grande tendresse.

 

Non loin du camp où nous logeons, nous croisons régulièrement la route d'une population de Babouins. Les scènes de la vie quotidienne de ces primates ne nous laissent pas indifférents et je prends plaisir avec les photographes qui m'accompagnent à observer le comportement et les attitudes particulièrement amusantes des très jeunes babouins.

 

Ce sont des animaux forts et agressifs. Ils vivent en groupes dominés chacun par un mâle dominant reconnaissable à sa façon de s'asseoir. La pratique de l’épouillage mutuel qui peut durer des heures témoigne de la solidarité qui règne dans le groupe. Chez les babouins, il existe une hiérarchie stricte. Si un babouin veut intégrer un groupe, il devra se battre contre le mâle dominant et le vaincre pour entrer dans le groupe. Un comportement social qui ne manque pas d'intérêt.

 

Babouins-Delfino-450.jpg

24/11/2013

Ours noirs : photo de famille

ours noir,mammifères,usa,canadaOurs noirs : photo de famille

 

Les ours noirs ont généralement deux petits, rarement, un ou trois. Au printemps 2007, dans le nord du New-Hampshire[1], une ourse noire a donné naissance à cinq jeunes en bonne santé.

 

On connaît deux ou trois cas de naissance de quadruplés,mais des quintuplés c'est extraordinaire.

 

Le photographe a été prévenu de ce cas dès que les oursons sont sortis de leur tanière et n'a eu de cesse que de vouloir photographier les cinq oursons avec leur mère. Il savait qu'ils suivaient assez régulièrement la même piste, généralement peu de temps avant la nuit.

 

Après avoir passé près de quatre heures par jour, sept jours par semaine, pendant plus de six semaines, il eut cette opportunité unique de les photographier. Il a utilisé un appareil photo numérique à une vitesse très rapide. L'image est bien cadrée et bien exposée, avec les six ours posant comme s'ils étaient dans un studio pour un portrait de famille.

 

Ours-noir+5-petits-2007-450.jpg

 

Le photographe est resté en contact avec d'autres personnes qui ont vu les ours durant l'été et la saison de chasse à l'automne . Tous les six ours ont continué à prospérer. Comme le temps pour l'hibernation approchait, il est resté sur place jusqu'à fin octobre, mais sans succès de rencontre.

 

De retour au printemps 2008, après la fonte des neiges, il eut la chance d'observer les six ours sortant de leur tanière et parcourant le même territoire familier qu'au printemps 2007.

 

Le 25 avril 2008, il eut la chance de pouvoir renouveler une photo de toute la famille.

 

Ours-noirs+25_04_2008-450.jpg


[1] État dans la région de la Nouvelle-Angleterre du Nord-Est des États-Unis, bordé à l'ouest par le Vermont et au nord par la province canadienne du Québec.

06/11/2013

Vidéo : le Blaireau, petit ours de nos campagnes

Le Blaireau, petit ours de nos campagnes

Voir la vidéo

 

Autre vidéo : MNHN et Tour de France de la diversité

03/11/2013

Vidéo : l'ourse Hvala et ses deux oursons

Une vidéo exceptionnelle de l'ourse Hvala et ses deux oursons de l'année
 

C'est probablement la plus belle vidéo depuis les derniers lâchers d'ours en 2006 dans les Pyrénées : l'ourse Hvala et ses deux oursons nés en 2013 filmés en plein jour près d'un arbre équipé d'une caméra automatique du réseau Ours brun.

Des images exceptionnelles qui répondent d'elles-mêmes aux démagogues qui présentent le retour de l'ours comme un échec ...

 

Voir la vidéo

07/10/2013

Municipales : ours, loups, lynx, rapaces et phoques victimes de la démagogie électorale

loup,jura,prédateursMunicipales : ours, loups, lynx, rapaces et phoques victimes de la démagogie électorale

Les loups, les ours, les lynx ou les vautours n’ont décidément pas de chance car dans leurs existences difficiles il y a toujours une ou deux élections à l’horizon.

par Claude-Marie Vadrot

Et les municipales sont traditionnellement les plus mortifères pour la faune sauvage, même si les législatives, les cantonales ou la présidentielle déclenchent également des actions, prises de positions et déclarations démagogiques sur les espèces sauvages coupables de faire concurrence à la prédation et à la présence humaine.

Logiquement donc, les chasses au loup, l’organisation de battues administratives ou illégales et les empoisonnements ont entrainé la disparition d’au moins une dizaine de ces animaux depuis le début de l’année, dont une femelle dont les louveteaux ne survivront pas. Le pouvoir veut prouver qu’il agit avec la même fermeté et la même absence de remord contre les Roms et les loups que beaucoup d’élus rangent sans la moindre honte dans la catégorie des prédateurs « impossibles à assimiler ».


Alors les démagogues et les chasseurs crient au loup en maquillant les chiffres à la tribune de l’Assemblée nationale et du Sénat, dans les journaux régionaux ou dans Le Figaro qui accueillent leurs diatribes et statistiques mensongères. Des fantasmes qui, comme pour les Roms, n’ont rien à voir avec la réalité. Car s’il est incontestable que les 250 à 300 loups désormais présents sur le territoire mangent aussi des brebis, les dégâts n’ont rien à voir avec les statistiques brandies par ceux qui crient au loup. Les 4.524 brebis tuées ou blessées en 2012 par Canis lupus représentent 0,06 % du cheptel français de 7 millions d’ovins. Victimes toutes remboursées en 2012 aux éleveurs pour une somme de 1,5 million d’euros, loin des bilans financiers faramineux assénés par les élus de tous bords.

Cette réalité n’implique pas que le métier d’éleveur ou de berger soit facile, qu’il ne comporte pas de nombreuses difficultés qui devraient le faire accéder au rang de métier pénible pour le calcul de la retraite. Passer plusieurs mois seul dans la montagne et courir de temps à autre après son troupeau pour un salaire souvent ridicule, cela n’a rien de drôle. Mais les éleveurs, les bergers et tous les syndicats agricoles confondus se trompent en liant l’existence du loup et d’autres espèces sauvages à la crise de la filière ovine. Ils feraient mieux de tourner leur courroux vers la filière de la viande, vers les importations, vers les politiques de prix des grandes surfaces ou vers le traité qui contraint encore la France à importer de l’agneau congelé de Nouvelle-Zélande.

Ils pourraient, comme certains le font heureusement comme je viens de le constater dans la Drôme, se poser des questions sur leur instrumentation par les chasseurs qui se moquent des moutons mais craignent la concurrence pour leur gibier. Il ne faut pas oublier que ce sont les chasseurs qui pourchassent les loups et réclament un droit de tir à vue. Ce sont aussi eux qui ont abattu les derniers ours Pyrénéens, contraignant les pouvoirs publics à leur chercher des remplaçants en Slovénie.

Les mêmes problématiques entraînent le harcèlement, voir l’assassinat des ours alors qu’ils ne "consomment", en général en automne, que 0,9% des brebis qui vivent dans la montagne pyrénéenne. Des chiffres qui n’ont aucune commune mesure avec les dizaines de milliers de moutons tués chaque année par les chiens errants ou fugueurs, bien souvent ceux des chasseurs. La même remarque vaut pour les Alpes et le Massif central, puisque selon une estimation de la FNSEA, ce sont au minimum 150.000 ovins qui sont tués ou estropiés chaque année par des chiens.

La situation pré-électorale n’est pas meilleure dans les Vosges et le Jura, où, depuis 1983, les lynx tentent de se multiplier en dépit des tirs clandestins ou des campagnes d’empoisonnement menées discrètement par les chasseurs. Au point que l’espèce est en danger, alors qu’en Espagne, le sauvetage d’une espèce voisine, le Lynx pardel est désormais réussie. Mais une part de la France rance, à commencer par celle des élus locaux, ne supporte pas le sauvage, ne supporte pas que le milieu naturel ne ressemble pas à un parc urbain, que les animaux sauvages n’obéissent pas aux syndicats d’initiative, que les routes circulent encore entre des arbres. Lesquels, c’est bien connu, ont la fâcheuse habitude de se jeter sur les routes au devant des automobilistes. Rien à voir avec les loups, les lynx ou les ours ? Mais si, car les chantres et représentants d’une ruralité qui n’existe plus que dans leurs imaginations et leur nostalgie d’un autre âge, se battent depuis des années contre ce qui ne ressemble pas à un jardin à la Le Nôtre. Alors qu’en Espagne et en Italie, les loups et les ours sont efficacement protégés.

La rage envers le sauvage a entraîné au cours des derniers mois, des élus à faire détruire des nids d’hirondelles parce que ces oiseaux salissaient les rues et des inconnus à empoisonner des vautours, des gypaètes, des milans royaux, des buses ou des hérons dans de nombreux départements. Sans que la justice se saisisse des ces délits alors que comme le loup, le lynx et l’ours, il s’agit d’espèces protégées.

La vindicte contre les animaux sauvages a même atteint depuis quelques mois les phoques veau-marins qui vivent autour de la Baie de Somme. Une espèce sauvée de justesse par les naturalistes et désormais accusée (ils sont 460 !) de dévaster les bancs de poissons par des pêcheurs (et des élus) qui devraient plutôt se poser des questions sur les méfaits de la surpêche dans les mêmes secteurs.

Le "sauvage" n’intéresse ni la droite, ni l’extrême droite, ni les socialistes, ni le Front de gauche, ni le Parti communiste. Ni d’ailleurs, dans le fond, les Verts qui ont d’autres chats à fouetter puisque les animaux ne votent pas. Seules les associations de protection de la nature râlent. Mais qui les entend, qui les écoute ?

Réalité encourageante : il est à peu près certain que le loup a désormais réussi sa reconquête du territoire français et qu’il peuplera de plus en plus de départements.

Claude-Marie Vadrot
Source : Politis