Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2015

Sauvetage d'un lionceau par sa mère

Sauvetage d'un lionceau par sa mère

 

Ces photos spectaculaires ont été prises en août 2011 par le photographe de faune et de flore Jean-François Largot au Kenya's Masai Mara, réserve naturelle. Le photographe a repéré la chute d'un lionceau qui a glissé d'une falaise et s'est accroché à la paroi friable.

 

Lionne-sauvant-son-petit_01-400.jpg

Le petit reste galvanisé dans la pente et est voué à une mort quasi certaine

 

Lionne-sauvant-son-petit_04-400.jpg

Les autres lionnes de la troupe essayent de sauver le lionceau,

mais renoncent quand elles se rendent compte que la pente est trop raide

 

Lionne-sauvant-son-petit_03-400.jpg

Sa mère se lance à son secours

 

Lionne-sauvant-son-petit_02-400.jpg

Pour ne pas écouler la paroi, elle se fraie une voie latérale

 

Lionne-sauvant-son-petit_05-400.jpg

Elle se glisse en dessous de lui et va le saisir dans ses mâchoires

 

Lionne-sauvant-son-petit_06-400.jpg

Elle tente alors le retour au sommet un voyage difficile

 

empathie animale,comportement altruiste,lions,mammifères

Ouf, le lionceau est sauvé

 

Lionne-sauvant-son-petit_08-400.jpg

Saine et sauve, la lionne réconforte son petit

 

14/04/2014

Entre chien et loup

loup_02-logo.jpg

Entre chien et loup

 

 La domestication du Loup

(dernière mise à jour : 10 août 2017)

 

 

D'un côté, un loup gris massif, capable de briser net le fémur d'une proie trois fois plus grosse que lui. De l'autre, un minuscule chihuahua, niché sur un canapé. Entre les deux ? L'Homme : c'est lui qui, il y a des milliers d'années, à partir d'un être sauvage, le Loup, se composa un compagnon docile et fidèle, le chien.

 

Ou plutôt, les chiens. On en compte aujourd'hui plus de 400 races, depuis le chihuahua jusqu'au berger anatolien. Une extraordinaire diversité née des efforts de nos ancêtres, qui réussissent à transformer une bête sauvage en alliés à quatre pattes. La domestication était née. Une première dans l'histoire du vivant... Une première aussi pour l'homme : les scientifiques ont établi que la domestication du chien précéda - et de beaucoup ! - celle du cheval, du cochon, du chat... Ils savent aussi que toutes les races de chien descendent du loup.

 

Mais quant à savoir quand le Loup devint chien pour la première fois, et quels furent les hommes qui façonnèrent à leurs besoins ce grand prédateur... Là, le mystère persiste.

 

Le chien, un loup rempli d'humanité. Cette formule de Jean de La Fontaine (1621-1695) est prémonitoire.

 

Pour être vraie, cette frappante formule de Jean de La Fontaine sous-entend que le chien descend du loup. Est-il possible que les formes colorées si diverses de cet animal domestique soient issues du seul Canis lupus ? Ou bien, comme le crurent Charles Darwin (1809-1882) et le cofondateur de l'éthologie Konrad Lorenz (1903-1989), descendait-il aussi du chacal, lui aussi du genre Canis, voire de toute une variété de canidés sauvages : renards, dingos, lycaons… ? Jusqu'à ces dernières années, il était tout simplement impossible de déterminer l'origine du chien. Puis la biologie moléculaire a tranché : le chien est le descendant du loup et de lui seul, et la jolie formule de La Fontaine s'est révélée prémonitoire ! Le chien est bien une création de l'homme préhistorique par sélection artificielle. C'est ce que démontre Pierre Jouventin dans un article publié dans la revue "Pour la Science"

 

biologie loup,france,alpes,massif jurassien,vosges,mercantour

Des chasseurs gravettiens, antérieurs à la dernière glaciation, capturent les louveteaux non sevrés d'une meute de loups. Ils les apporteront ensuite à leurs femmes qui les nourriront au sein afin de les intégrer à la horde humaine. Ils en feront ainsi des chiens, précieux auxiliaires de chasse.

 

D'après Pierre Jouventin, "le chien et le loup sont interféconds ainsi que leurs descendants. Les espèces du genre Canis séparées dans la nature, tels le loup, le chacal et le coyote, possèdent toutes 39 chromosomes et se croisent sans difficulté, avec une descendance fertile. D'un autre côté, bien des races de chiens, de tailles trop différentes, ne peuvent se croiser…

 

La définition biologique de l'espèce implique que des populations interfécondes soient isolées, par le comportement ou la génétique, des autres taxons (l'ensemble des organismes vivants partageant certains caractères) présents dans ce même lieu, tous constituant ainsi des espèces à part entière. Sa différenciation ne s'étant pas faite dans la nature, mais par l'action de l'homme et sans créer de barrière de reproduction avec son ancêtre le loup, le chien a donc le statut qu'on veut bien lui donner. Bref, le meilleur ami de l'homme ne constitue peut-être pas une espèce au sens strict, comme tout animal domestique dont le statut n'est qu'affaire de convention.

 

Le chien est néanmoins très différent du loup, en ceci qu'il cohabite avec l'homme sans conflit. La domestication du loup n'a pas été seulement une sélection artificielle, mais aussi une éducation pour lui apprendre à vivre avec nous. Sans l'avoir recherché, Pierre Jouventin a été amené à élever un loup dans un appartement, ce qui est considéré comme impossible par les spécialistes. cela a permis à la famille Jouventin de dominer psychologiquement son loup sans entrer en conflit ouvert avec lui. Les gènes de cet animal, né en zoo et qui devait être euthanasié, étaient pourtant les mêmes que ceux d'un loup sauvage de Pologne.

 

La France compte 7 millions de chiens. Certains animaux d'attaque et de défense peuvent échapper à leurs maîtres : on dénombre ainsi des centaines d'attaques de troupeaux d'ovins par an (voir à ce propos : Le mur facebook de la Buvette des Alpages). L'instinct de chasseur hérité du loup demeure.

 

Le patrimoine génétique du loup devenu chien a donc été modifié de génération en génération. Même si ce changement ne touche qu'une toute petite partie de l'ensemble des gènes, il nous paraît très grand, car les caractères qui nous importent le plus ont été supprimés ou amplifiés. Par exemple, l'homme a développé chez le chien adulte le comportement soumis que l'on observe chez le loup juvénile. D'ailleurs, à le comparer à son ancêtre, on peut décrire le chien comme un éternel adolescent, ce qui permet à son maître de s'imposer comme le substitut incontesté du chef de meute. Ce trait majeur d'éternel adolescent pour la domestication est cependant très variable d'une race de chien à l'autre.

 

Toutefois, le loup est bien plus proche de nous que bien d'autres mammifères du fait de son immaturité de plusieurs années. Cette dernière permet en effet une éducation aux méthodes complexes de chasse, lesquelles varient d'une meute à l'autre en fonction du gibier présent sur le territoire. Cet enseignement peut se transmettre en un même lieu pendant plusieurs dizaines d'années, donc sans que les loups de la première génération soient présents auprès de ceux de la dernière : il s'agit donc véritablement d'une sorte d'héritage culturel. Cela illustre la grande idée de Darwin selon laquelle il n'y a pas une différence de nature, mais de degré, entre l'homme et les autres espèces.

 

Si la domestication du loup ne peut qu'avoir résulté d'un processus de sélection, on ignore comment elle a débuté et s'est déroulée. Deux hypothèses sont envisagées.

 

1. Des individus affaiblis cherchant à survivre ou tout simplement curieux ont-ils appris à fréquenter des campements d'hommes préhistoriques pour profiter de leurs restes ? C'est l'hypothèse de la commensalité, qui trouve des arguments dans les pays où des chiens errants vivent de rapines et côtoient les humains sans vivre pour cela dans les maisons. En Italie, les loups sauvages fréquentent les décharges et le portrait de l'un d'entre eux, la gueule dégoulinante de spaghettis, a circulé sur Internet !


Les hommes du Paléolithique ont-ils alors pris le risque de capturer quelques adultes parmi ces fauves, des loups affamés, ou plus simplement curieux, qui auraient fréquenté les campements humains pour profiter des restes alimentaires ? Auraient-ils misé sur les animaux les plus dociles, notamment pour les aider à la chasse, exploitant leur flair et leur rapidité de course ? L'avantage est manifeste : les déchets auraient été éliminés et la présence des loups aurait pu dissuader les autres prédateurs d'attaquer le campement. La science ne permet pas de confirmer un tel scénario. Certes, l'alliance du loup et de l'homme possède des atouts naturels. Le rapprochement aurait en effet amélioré le résultat de la chasse chez les deux espèces.

 

2. L'autre théorie est celle de l'adoption.

Le premier pas pourrait aussi bien s'être fait via une véritable adoption : des hommes auraient installé des louveteaux au sein de leur tribu, que les loups auraient fini par considérer comme leur propre meute. "Cette hypothèse présente l'avantage d'une intimité beaucoup plus grande entre les deux espèces, et donc d'une influence plus significative et plus rapide de l'homme sur révolution du loup", appuie Pierre Jouventin, qui, au début de sa carrière d'éthologue a élevé un loup en ville, confié par le zoo de Montpellier. Quatre jours après la naissance, le louveteau, les yeux encore clos, a débarqué dans le petit appartement familial pour cinq années de cohabitation. " Lorsqu'un loup est intégré très tôt dans une famille, il la considère comme sa meute et finit par la protéger. Pour notre louve, j'étais le dominant, mais il fallait régulièrement trouver des astuces pour maintenir ce statut, comme monter sur un tabouret ou l'entourer à plusieurs et la houspiller, raconte le scientifique. Dans ces conditions, l'adoption est si facile qu'elle a probablement été réalisée à plusieurs reprises dans l'histoire de l'humanité. "

 

Les hommes du Paléolithique ont-ils vu d'emblée dans les loups des alliés potentiels ? Ont-ils alors pris le risque de capturer quelques adultes parmi ces fauves, des loups affamés, ou plus simplement curieux, qui auraient fréquenté les campements humains pour profiter des restes alimentaires ? Auraient-ils misé sur les animaux les plus dociles, notamment pour les aider à la chasse, exploitant leur flair et leur rapidité de course ? L'avantage est manifeste : les déchets auraient été éliminés et la présence des loups aurait pu dissuader les autres prédateurs d'attaquer le campement.

 

La science ne permet pas de confirmer un tel scénario. Certes, l'alliance du loup et de l'homme possède des atouts naturels. Le rapprochement aurait en effet amélioré le résultat de la chasse chez les deux espèces. Mais le premier pas pourrait aussi bien s'être fait via une véritable adoption : des hommes auraient installé des louveteaux au sein de leur tribu, que les loups auraient fini par considérer comme leur propre meute.

 

"Cette hypothèse présente l'avantage d'une intimité beaucoup plus grande entre les deux espèces, et donc d'une influence plus significative et plus rapide de l'homme sur l'évolution du loup", appuie Pierre Jouventin, qui, au début de sa carrière d'éthologue a élevé un loup en ville, confié par le zoo de Montpellier. Quatre jours après la naissance, le louveteau, les yeux encore clos, a débarqué dans le petit appartement familial pour cinq années de cohabitation. "Lorsqu'un loup est intégré très tôt dans une famille, il la considère comme sa meute et finit par la protéger. Pour notre louve, j'étais le dominant, mais il fallait régulièrement trouver des astuces pour maintenir ce statut, comme monter sur un tabouret ou l'entourer à plusieurs et la houspiller, raconte le scientifique. Dans ces conditions, l'adoption est si facile qu'elle a probablement été réalisée à plusieurs reprises dans l'histoire de l'humanité." L'aventure de la famille Jouventin d'élever un loup dans un appartement ne fut pas seulement une expérience extrême. Le fait d'être parvenus à cohabiter et même à vivre en famille avec un fauve dangereux démontre la facilité avec laquelle nos ancêtres ont pu domestiquer le loup, puisqu'en plein air, ils disposaient de conditions plus favorables que dans un appartement moderne au deuxième étage… Cette expérience nous a montré qu'un loup intégré à une famille humaine la considère comme sa meute et en protège les membres. Elle suggère que la capture de louveteaux a dû être réalisée plusieurs fois au cours de l'histoire de l'humanité, car leur intégration au sein de la horde humaine ne présente aucune difficulté : le loup ne connaissant pas son espèce, il s'assimile à ses compagnons de vie.

 

Ces deux théories sont souvent opposées. Cependant, elles ne sont pas contradictoires et les deux scénarios de domestication ont pu se produire simultanément ou se succéder. Ces hypothèses, si elles ne sont pas exclusives paraissent cependant hiérarchisées : la théorie de l'adoption permet une bien plus grande intimité que celle de la commensalité. Or la domestication du chien n'a pas conduit à un compagnonnage, mais bien à une véritable vie commune, d'abord pour chasser ensemble (les chiens servant de pisteurs et de rabatteurs) et pour protéger le campement, puis, bien plus tard, pour garder les troupeaux.

 

L'association entre hommes et loups apprivoisés a ainsi pu constituer un avantage adaptatif majeur pour les premiers. Ce point est à prendre en compte dans le débat récurrent sur les raisons de la disparition des Néandertaliens après l'arrivée en Eurasie des hommes anatomiquement modernes, il y a 35 000 à 30 000 ans, c'est-à-dire à l'époque des premiers indices connus de l'existence de chiens…

 

Ainsi, nous savons depuis peu que le loup, transformé en chien, est présent à nos côtés depuis quelques dizaines de milliers d'années d'évolution, époque-charnière de la mise en place de la civilisation. La prédation accrue rendue possible par cet animal a sans doute favorisé la démographie humaine ; mais avec la forte augmentation des prélèvements dans la nature, elle a aussi probablement poussé certains de nos ancêtres à se sédentariser en domestiquant non seulement des plantes qu'ils cueillaient, mais aussi des proies (vache, mouton, chèvre, cochon…).

 

La longue coévolution de l'homme et du loup avait auparavant modifié le plus vieil ami de l'homme dans le sens de lui faire accepter les ordres et les gestes de son maître (substitut du loup dominant), et par là d'augmenter sa capacité à communiquer avec nous. Au cours de ce processus, le plus vieil ami de l'homme a reçu une nouvelle mission, qu'il assure toujours aujourd'hui : surveiller les troupeaux et les rassembler pour les protéger des loups."

 

biologie loup,france,alpes,massif jurassien,vosges,mercantour

Groupes principaux de races de chiens et leurs ancêtres possibles

© Clutton Brock J., Jewel P.

 

Apports de la génétique moderne

 

Les efforts pour remonter aux origines du chien se sont intensifiés car les techniques pour faire parler aussi bien les cellules des canidés contemporains que celles de leurs ancêtres fossilisés s'affinent sans cesse. Et ces derniers mois, les résultats sont tombés en pluie.

 

Plusieurs équipes de recherche, de tous les pays, ont fait assaut de découvertes et de nouvelles hypothèses, qui précisent la part du Loup dans les différentes races de chien, remontent toujours plus haut dans l'arbre généalogique des canidés. Mais leur berceau ultime reste incertain (Eurasie ?), comme le moment exact où le Loup devint chien.

 

1. Les chiens les plus proches du loup ne lui ressemblent pas

 

Contrairement à ce que pensait Darwin, du sang de loup coule dans les veines de chacune des 400 races de chiens modernes, sans distinction. Et du sang de loup uniquement ! "Lors du séquençage intégral du génome canin en 2004-2005, nous avions montré une différence d'à peine 0,2 % entre chien et loup", précise Christophe Hitte, de l'Institut de génétique et développement de Rennes.

 

Toutefois, les bergers allemands ou les huskies aux flagrantes allures de loup ne posséderaient-ils pas plus de loup en eux que les caniches? Sont-ils les descendants des premiers canidés domestiqués ? Tout faux. Les apparences trompent. Le chow-chow, un chien asiatique d'environ 50 cm de hauteur à l'épaisse fourrure et à l'allure de peluche, comme le shar-peï, ce petit molosse chinois tout plissé, sont génétiquement plus proches du loup que le doberman !

 

L'héritage du loup se révèle donc différent pour chaque chien... et la plus grande part du loup ne se trouve finalement pas dans les gènes de ceux qui semblent le plus s'apparenter au fauve. Plus précisément, 64 % des races de chiens modernes (groupe A) possèdent un ancêtre commun qui remonte à 18 000 ans environ. Et ce parent commun à tous ces chiens partage quant à lui un ancêtre avec les loups âgé d'environ 32 000 ans. Les autres races de chiens modernes (groupes B, C, D) ont des ancêtres communs aux loups plus récents (voir arbre généalogique ci-dessous, d'après Science, 2013).

 

loup,chien,prédateurs,carnivores,mammifères,canidés

Origine des différentes races de chiens © Science & Vie

 

 2. L'Homo sapiens a domestiqué le loup avant de cultiver la terre

 

Le cheval a beau avoir la réputation d'être la plus noble conquête de l'Homme, elle est loin d'être la première. Il fut domestiqué, au plus tôt, il y a 8500 ans. Le cochon, le bœuf et le mouton furent conquis avant lui. Le chat également. Mais ni les premiers, malgré leurs évidents mérites nutritifs, ni le second, malgré l'aide précieuse qu'il pouvait apporter pour préserver les récoltes des rongeurs, ne firent alliance avec l'Homme avant le Loup. Ils furent conquis pendant le Mésolithique, période courant de -12 000 à -6500 ans. La domestication du Loup les précède de plusieurs milliers d'années. Les dernières estimations des paléontologues et des généticiens, appuyées par la comparaison des séquences d'ADN et des fossiles de loups et de chiens anciens et contemporains, la font remonter au Paléolithique. Au plus tôt, il y a environ 30 000 ans. Au plus tard, il y a environ 18 000 ans.

 

loup,chien,prédateurs,carnivores,mammifères,canidés

Domestication du Loup ©Science & Vie

 

Même si la fourchette est large, il n'y a plus de doute : les premiers chiens sont apparus avant que la civilisation humaine ne se fonde sur l'agriculture et la sédentarité. Ce sont ainsi des chasseurs-cueilleurs qui, les premiers, osèrent approcher le superprédateur.

 

3. Une association de superprédateurs

 

La suite de l'histoire, c'est une explosion démographique de nos aïeux, qui finirent par se sédentariser, pratiquer l'agriculture et domestiquer d'autres espèces. C'est ce qu'on a baptisé la "révolution néolithique" qui eut lieu il y a 10 000 ans. Et si la domestication du Loup avait joué un rôle décisif dans cette période critique ? Et si cette association du Loup et de l'Homme, deux superprédateurs, avait alors offert aux deux espèces des avantages supplémentaires tels qu'ils ont fini par s'imposer comme véritables maîtres de la nature ?

 

"Les loups devaient représenter un énorme avantage, explique Pierre Jouventin. Les chasseurs-cueilleurs d'Afrique ramènent par exemple trois fois plus de gibier s'ils sont accompagnés de leur chien. Il n'est pas impossible d'ailleurs que cette alliance nous ait permis de prendre le dessus par rapport aux hommes de Neandertal qui n'ont, semble-t-il, jamais domestiqué de loup." Voilà de quoi redorer l'image du chihuahua. Lui aussi porte du Loup dans ses gènes. Nous avons fait de lui un chien. Mais lui, d'une certaine manière, a fait de nous des hommes.

 

4. Le chien n'a pas pu naître en un seul endroit, mais il provient d'Eurasie

 

Pour peu qu'on le cherche, le chien le plus ancien, celui qui le premier se serait différencié du Loup sous l'effet de la domestication est partout... Si nombre de spécimens de 12 000 à 15 000 ans ont été découverts en Europe, dont un de 31 700 ans en Belgique, ce sont les Russes qui détiennent le plus vieux : un fossile d'environ 33 000 ans. Ce qui n'empêche pas des chercheurs chinois de voir dans leurs chiens les plus anciens canidés domestiqués sur la foi d'une comparaison minutieuse de génomes entiers de loups issus de Mongolie, d'Europe et de Russie. Comment s'y retrouver ? "On peut envisager que plusieurs populations de loups, l'une en Europe, l'autre en Asie du Nord, une autre en Israël par exemple, aient contribué à donner naissance aux chiens, explique Greger Larson, généticien à l'université de Durham. Les croisements et les déplacements ultérieurs font que ces origines différentes sont désormais illisibles dans l'ADN moderne."

 

 

loup,chien,prédateurs,carnivores,mammifères,canidés

 

5. Le Loup a pu devenir chien en quelques générations

 

Au fil des quatre derniers siècles, les éleveurs ont conduit une sélection minutieuse, renforçant certains traits - docilité, taille... - par croisements successifs. Résultat : il existe aujourd'hui environ 400 races aux différences souvent plus évidentes que celles qui distinguent les chiens des loups. Celles-ci sont subtiles (voir ci-contre), chiens et loups, toujours interféconds, n'étant pas séparés par une frontière définitive. Ces différences n'en sont pas moins caractéristiques de la domestication. Les loups se retrouvent en effet alors proches d'un prédateur (l'Homme), avec une mobilité réduite et une promiscuité inédite. Ce nouvel environnement social modifie la production d'hormones influençant le développement et maintient les animaux dans un état de dominé permanent.

 

Le processus de domestication a pu aller très vite, comme le montre une expérience menée depuis 1959 en Sibérie sur le renard argenté, un animal sauvage apparenté au loup. En sélectionnant les renards les plus dociles, puis en les croisant entre eux, le généticien Dmitry Belyaev a obtenu en six générations des animaux qui recherchaient le contact avec les expérimentateurs. À partir de la huitième génération, le pelage de certains est devenu tacheté, vers la douzième génération, certaines oreilles sont restées pendantes et la queue enroulée, et à la vingtième génération, des individus présentaient des pattes plus courtes. À la dixième génération, 18 % des renards étaient devenus sociables. Ils sont plus de 80 % aujourd'hui, après quelque 35 générations...

 

6. Le chien provient d'Eurasie (Ajout du 2 juillet 2015)

 

L'ADN d'un loup vieux de 35 000 ans retrouvé en Russie atteste de sa proche parenté avec notre compagnon.

 

Le chien ne descend pas directement du Loup gris car celui-ci est apparu trop récemment. Une nouvelle analyse génétique révèle qu'il descendrait plutôt d'une ou de plusieurs espèces de canidés voisines plus anciennes aujourd'hui disparues. C'est la découverte d'une côte vieille de 35 000 ans d'une espèce éteinte, le Loup de la péninsule de Taimyr (Russie) qui apporte cet éclairage nouveau sur les origines du chien.

 

Des chercheurs du Muséum suédois d'histoire naturelle et de l'université de Stockholm (Suède), après étude de son ADN, révèlent dans la revue Current Biology[1] qu'il s'agit d'un proche parent à la fois du loup et du chien. Ce dernier proviendrait donc bien du continent eurasiatique comme le suggérait déjà son absence sur le continent américain avant l'arrivée de l'Homme, il y a plus de 12 000 ans. Mieux, les chercheurs ont retrouvé des traces génétiques du Loup de Taimyr chez certains chiens actuels comme le husky sibérien et dans une moindre mesure chez le spitz et le shar-pei.



[1]  Skoglund P. Ersmark E. Palkopoulou E & Dalén L. (2015). - Ancient Wolf Genome Reveals an Early Divergence of Domestic Dog Ancestors and Admixture into High-Latitude Breeds, Current Biology 25 (11) 1515-1519.

loup,chien,prédateurs,carnivores,mammifères,canidés

D'après Skoglung & al (2015)

 

 

6. Des variations sur deux gènes expliqueraient la domestication des chiens (ajout du 10 août 2017)

 

Des chercheurs américains de l'Oregon State University (OSU) ont identifié une variation de deux gènes chez les chiens et les loups domestiqués qui pourrait expliquer la grande sociabilité des chiens.

Cette découverte, publiée le 19 juillet 2017 dans le revue Science Advances, fournirait une nouvelle compréhension de la divergence comportementale entre les chiens et les loups, commencée il y a des milliers d'années. C'est la première étude à intégrer des données comportementales et génétiques pour comprendre les fondements moléculaires des changements survenus sur le comportement social des chiens lors de la domestication, explique Monique Udell, coauteur de l'étude. (voir la suite).

 

Entre chien et loup : 4 différences subtiles

 

Chez le chien :

  • une taille inférieure (en moyenne, les chiens sont plus petits).

 

  • une physionomie plus juvénile. Comme chez la plupart des espèces domestiquées, les chiens conservent également certains traits juvéniles comme les oreilles pendantes, une queue enroulée, un pelage tacheté, des dents moins longues, un museau raccourci et un cerveau moins grand.

 

  • Une reproduction plus fréquente. Les chiens atteignent leur maturité sexuelle plus tôt et connaissent deux périodes de chaleur au lieu d'une.

 

  • Un comportement plus docile. Les chiens sont globalement bien plus dociles que leur ancêtre sauvage. Logique : les chasseurs du Paléolithique avaient tout intérêt à sélectionner les animaux les plus soumis.

 

Ajout de juillet 2016 (Sciences et Avenir n° 833, juillet 2016 p. 20) : Les chiens ont une double origine

par Jean-Denis Vigne, archéozoologue au CNRS et au Muséum national d'histoire naturelle

 

L'origine du chien est difficile à déterminer. Si toutes les races de chiens descendent du Loup, elles ont été tellement croisées et modifiées, entre le XVIIIe et le XXe siècle, que les traces des premières domestications sont difficiles à interpréter. Selon les analyses génétiques menées depuis dix ans, il y aurait une « Ève canine », issue soit de Chine, soit d'Europe. Mais les archéozoologues privilégiaient l'hypothèse d'une domestication multiple.

 

Une étude pluridisciplinaire conduite par 29 chercheurs internationaux en apporte la preuve. C'est un fonds exceptionnel qui comprend 59 séquences d'ADN mitochondrial de chiens européens âgés de 3000 à 14 000 ans ainsi que le génome d'un chien vieux de 4800 ans découvert en Irlande. Ces données ont été comparées au génome de 2500 chiens modernes. Les résultats montrent l'existence d'au moins deux origines indépendantes : l'une en Europe de l'Ouest, l'autre en Asie orientale, respectivement vers -15 000 et -12 500 ans.

 

De sorte que les hypothèses concurrentes se voient ainsi conciliées. La domestication multiple confirme que des interactions fortes ont existé entre les chasseurs-cueilleurs du paléolithique et les loups, produisant des résultats comparables dans des régions éloignées. Elle permet aussi de mieux expliquer la diversité génétique des chiens actuels.

 

Sources :

 

- Barnéoud L. (2014). - Origine, domestication, diversité… Les nouveaux mystères du chien. Science & Vie, Avril 2014, n° 1160, pp. 78-83.

 

- Clutton Brock J., Jewel P. (1993). - Origin and domestication of the dog. In Miller’s anatomy of the dog 3ème ed. W B Saunders in H. E Ewans, 1993, 21-31.

 

- Germonpré M. et al. (2009). - Fossil dogs and wolves from Palaeolithic sites in Belgium, the Ukraine and Russia : osteometry, ancient DNA and stable isotopes, Journal of Archaeological Science, vol. 36, pp. 473-490, 2009.

 

- Jouventin P. (2012). - Kamala, une louve dans ma famille, Flammarion, 2012. et http://kamala-louve.fr/

 

- Jouventin P. (2013). - La domestication du Loup, Pour la Science n° 423 janvier 2013, 42-49.

 

- de Landry J.-M. (2006). - Le loup, Delachaux & Niestlé.

 

- Néault L. S. P. (2003) . - Entre chien et loup : étude biologique et comportementale. Thèse vétérinaire. Université Paul Sabatier, Toulouse.

 

- Papet R. & Duchamp Chr. (2005) - Rapport Réseau Grands Carnivores.

 

- Schilling D., Singer D. & Diller H. (1986) - Guide des Mammifères d'Europe 284 p. Delachaux & Niestlé Éd.

 

- Teroni E. et J. Cattet J. (2004). - Le chien, un loup civilisé, Les Éditions de l'Homme.

 

- Vadrot C.-M. (2009). - Le roman du loup, Les Éditions du Rocher.

 

22/01/2014

Du fond des yeux

Du fond des yeux

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Dans la série '' la mère et son petit '', voici un cliché de babouins du Kenya témoignant d'une scène de grande tendresse.

 

Non loin du camp où nous logeons, nous croisons régulièrement la route d'une population de Babouins. Les scènes de la vie quotidienne de ces primates ne nous laissent pas indifférents et je prends plaisir avec les photographes qui m'accompagnent à observer le comportement et les attitudes particulièrement amusantes des très jeunes babouins.

 

Ce sont des animaux forts et agressifs. Ils vivent en groupes dominés chacun par un mâle dominant reconnaissable à sa façon de s'asseoir. La pratique de l’épouillage mutuel qui peut durer des heures témoigne de la solidarité qui règne dans le groupe. Chez les babouins, il existe une hiérarchie stricte. Si un babouin veut intégrer un groupe, il devra se battre contre le mâle dominant et le vaincre pour entrer dans le groupe. Un comportement social qui ne manque pas d'intérêt.

 

Babouins-Delfino-450.jpg

24/11/2013

Ours noirs : photo de famille

ours noir,mammifères,usa,canadaOurs noirs : photo de famille

 

Les ours noirs ont généralement deux petits, rarement, un ou trois. Au printemps 2007, dans le nord du New-Hampshire[1], une ourse noire a donné naissance à cinq jeunes en bonne santé.

 

On connaît deux ou trois cas de naissance de quadruplés,mais des quintuplés c'est extraordinaire.

 

Le photographe a été prévenu de ce cas dès que les oursons sont sortis de leur tanière et n'a eu de cesse que de vouloir photographier les cinq oursons avec leur mère. Il savait qu'ils suivaient assez régulièrement la même piste, généralement peu de temps avant la nuit.

 

Après avoir passé près de quatre heures par jour, sept jours par semaine, pendant plus de six semaines, il eut cette opportunité unique de les photographier. Il a utilisé un appareil photo numérique à une vitesse très rapide. L'image est bien cadrée et bien exposée, avec les six ours posant comme s'ils étaient dans un studio pour un portrait de famille.

 

Ours-noir+5-petits-2007-450.jpg

 

Le photographe est resté en contact avec d'autres personnes qui ont vu les ours durant l'été et la saison de chasse à l'automne . Tous les six ours ont continué à prospérer. Comme le temps pour l'hibernation approchait, il est resté sur place jusqu'à fin octobre, mais sans succès de rencontre.

 

De retour au printemps 2008, après la fonte des neiges, il eut la chance d'observer les six ours sortant de leur tanière et parcourant le même territoire familier qu'au printemps 2007.

 

Le 25 avril 2008, il eut la chance de pouvoir renouveler une photo de toute la famille.

 

Ours-noirs+25_04_2008-450.jpg


[1] État dans la région de la Nouvelle-Angleterre du Nord-Est des États-Unis, bordé à l'ouest par le Vermont et au nord par la province canadienne du Québec.

12/04/2013

Pas farouches les ours en Alaska

Pas farouches les ours en Alaska

 

Voici des photos de notre ami Patrick Cabrol, c'était en juillet 1993, aux chutes de Brook Falls dans le parc national de Katmai en Alaska.


 
Les légendes, mythes et rumeurs détestables répandues par les anti-ours sont ici clairement démontées !

 

Alaska-4-Pecheurs&ours©PatrickCabrol_1993-450.jpg

© Patrick Cabrol

ALASKA007©Patrick-Cabrol_1993-450.jpg

© Patrick Cabrol

11/10/2012

Micromammifères de France métropolitaine


clemicromp.jpgLa Clé d’identification

« en main » des micromammifères de France métropolitaine

Exclusivité SFEPM, prix de lancement
10€ frais de port inclus


Un livret de 60 pages édité par la SFEPM avec :

- une clé d’identification inédite,
- la présentation des 44 espèces,
- 75 dessins originaux.

 

Naturaliste confirmé ou débutant, identifiez les micromammifères avec ce petit livret au format pratique ! Pour la première fois réunis dans une clé unique, tous les critères d’identification utiles, des planches noir & blanc inédites, les mesures et les « trucs » pour reconnaître les différentes musaraignes, mulots, campagnols et autres petits mammifères…

 

07/08/2012

L'Écureuil roux

 

Ecureuil_1_logo.jpgL’écureuil roux (Sciurus vulgaris)

 

par André Guyard

dernier ajout 08/04/2016

 

Des écureuils roux hantent mon jardin de Thise. Visites hivernale et estivale de ces superbes rongeurs.

 

écureuil3.jpg
 

On ne se lasse pas d’admirer ces magnifiques bestioles qui se poursuivent de branche en branche au moment du rut ou qui visitent, l’automne venu, chênes et noisetiers du petit bois qui jouxte mon jardin. Je les aperçois de la fenêtre de mon bureau et je peux les filmer à une distance de 40 m. Voir le petit film joint à ce texte. (Il faut pardonner les soubresauts du caméscope car le zoom est assez élevé).

 

La coloration du pelage varie en fonction de la saison : roux en hiver, noir en été. Le ventre est toujours blanc. En hiver, les oreilles arborent un long pinceau de poils.

 

Ecureuil-Hiver.jpg
L'écureuil n'hiberne pas
 
Il reste actif,malgré les intempéries comme le prouve cette vidéo d'un écureuil bondissant dans la neige due à BBC news.
 
 

zoologie,mammifères,rongeurs,sciuridés

Écureuil en fin d'été en robe noire (Thise 11/09/2014)
 

Extrêmement rapide, l'écureuil est arboricole mais il n’hésite pas à descendre au sol pour rechercher les noisettes qu’il préfère d’ailleurs aux glands. Il saute et grimpe remarquablement bien. Il construit un nid à deux ouvertures avec des rameaux rongés qu'il fixe dans le houppier d'un arbre au contact du tronc et qu'il garnit d'herbes et de mousses. Il utilise parfois un trou d'arbre ou un nid de pie ou de corneille abandonné. Il fait des provisions qu'il enterre ou enfonce dans des cavités.

 

Son domaine vital couvre 10 à 50 ha de bois de feuillus ou de conifères avec de vieux arbres et des fourrés. Il n'hésite pas à annexer parcs et jardins.

 


L'écureuil visite les noisetiers et

épluche les noisettes encore vertes

(Thise, 30 juillet 2012)

 

Il se nourrit de graines de conifères, de faines, de noisettes, de glands, de champignons, de bourgeons, de jeunes pousses et ne dédaigne pas escargots, insectes, œufs et oisillons.

 

zoologie,mammifères,rongeurs,sciuridés

zoologie,mammifères,rongeurs,sciuridés

Cônes de pin au sol rongés par un Écureuil

 

zoologie,mammifères,rongeurs,sciuridés

Quelques cônes de conifères rongés par des écureuils

 

zoologie,mammifères,rongeurs,sciuridés

Quelques cônes de conifères rongés par des écureuils

(a) cône de pin mûr, (b) cône de pin vert

 

zoologie,mammifères,rongeurs,sciuridés

Rameaux de sapin coupés par des écureuils

qui ont mangé les boutons floraux

 

zoologie,mammifères,rongeurs,sciuridés

Cônes d'épicéas sur la neige épluchés par des écureuils

 

écureuils.jpg
Maman écureuil et son petit

 

La reproduction a lieu au printemps et au début de l'été. Les plus jeunes femelles ont des portées de deux petits et les plus âgées peuvent en avoir jusqu'à cinq. Il peut y avoir deux portées par an.








Nid d'écureuil

(Vidéo trouvée sur internet. Auteur inconnu.

Manipuler le curseur pour obtenir l'animation)

 

Pour les scientifiques, l’Écureuil roux s’appelle Sciurus vulgaris Linné 1758. Il appartient à l’ordre des Rongeurs, à la famille des Sciuridés tout comme les marmottes.

 

zoologie,mammifères,rongeurs,sciuridés

Voie d'Écureuil sur neige durcie

En haut les pattes postérieures à 5 doigts,

en bas les mains à 4 doigts

 

zoologie,mammifères,rongeurs,sciuridés

Piste d'écureuil bondissant

 

Je porte au fond de moi une espèce de remords qui me vient de ma prime enfance.

 

J'avais alors une dizaine d'année et j’habitais les Fontenelles, un village du Haut-Doubs. Mon voisin Maxime m’avait confié la garde de son chien de chasse, une espèce de bâtard, sourd comme un pot que j’allais promener au bout d’une laisse de peur de le voir partir tout seul. Il était costaud et me faisait traverser des haies et des buissons et j’affrontais les épines noires et autres églantiers en y laissant souvent quelques égratignures.

 

Pour me récompenser, Maxime m’emmena un jour à la chasse avec lui. Nous voilà partis dans le Grand Bois. Le chien lâché, la truffe à terre, cherchait une piste.

 

Quand soudain, Maxime me pousse du coude : "tu veux le tirer" me dit-il en me montrant du doigt un écureuil qui, dans les branchage, nous observait avec curiosité. Maxime me passa son fusil. Je n’avais jamais manipulé une arme. "Vise-le et quand tu le vois dans l’œilleton, tu appuies sur la détente".

 

Je visai la pauvre bête. Le coup partit et la décharge de plombs pulvérisa l’animal dont la dépouille sanguinolente s’écrasa au sol. On la donna au chien qui l’engloutit aussitôt. Ma mémoire a conservé intacte l’image de la queue de l’écureuil disparaissant dans la gueule du corniaud.

 

J’imaginais l’incompréhension du "Guerriot" de Louis Pergaud observant avec intérêt l’œil noir du canon de l’arme qui le fixait pour s’allumer en déluge de feu.

 

De ce jour, je fus complètement guéri de la chasse.

 

Un hommage à l’écureuil, ce superbe lutin de nos bois, qui est aujourd’hui une espèce protégée. Heureusement !

 

Vidéos : André Guyard

 

Source : Bang P. & Dalhström P. (1977). - Guide des traces d'animaux. Delachaux & Niestlé Ed.

 

Voir aussi une vidéo proposée par le Muséum National d'Histoire Naturelle pendant le tour de France 2014.

 

Vidéo du net sur la prédation de l'écureuil.

13/06/2011

Le Lynx des Vosges

Lynx-Vosges-logo.jpgLe Lynx des Vosges

 

Le Lynx est un animal appartenant à la faune originelle des forêts vosgiennes et alsaciennes. Chassé, braconné, il a disparu au XXe siècle du massif vosgien.

Le projet de réintroduction du Lynx boréal dans le massif vosgien est né en 1972, date à laquelle, un groupe régional est créé dans le but de préparer les dossiers nécessaires à la réintroduction du félin et d'informer le grand public. Le débat entre "pro" et "anti-lynx" est tendu. Cependant, lors d'un colloque à Strasbourg, en 1978, les spécialistes européens donnent un avis favorable à la réintroduction du lynx en Alsace.

Le programme de réintroduction a débuté le 3 mai 1983, pour se terminer le 2 juin 1993. Cette réintroduction a concerné 21 animaux (12 mâles et 9 femelles), qui ont été relâchés sur 4 sites au cours de 12 opérations différentes :

 

- Massif de Taennschel, dans la forêt domaniale de Ribeauvillé (Haut-Rhin) : 3 individus en mai 1983 (Boric, Xenie, Alex) ; 2 individu en novembre 1983 (Eddy et Diana) ; 2 individus en avril 1984 (Oska, Pavel) ; 2 individus en juillet 1984 ; 2 individus en juin 1987 (Jack et Thibor), 1 individu en avril 1990 (Jacynthe) ; 1 individu en avril 1992 (Borka) et 1 individu en juin 1992 (Besquide). Au total, 13 lynx (8 mâles et 5 femelles) ont été relâchés au cours de 8 opérations différentes.

- Massif du Climont, sur la commune d'Urbeis (Bas-Rhin) : 4 individus (2 femelles et 2 mâles) ont été réintroduits en mars 1987 (Hectorine, Elisa, Sixty et Aloyse), au cours d'une seule opération.

- Massif du Rossberg, dans les forêts communales de Bourbach-le-Haut et de Masevaux (Haut-Rhin) : 1 mâle (Balkan) a été relâché en juin 1992 et 1 femelle (Tatra) a été relâchée en avril 1992, au cours de 2 opérations différentes.

- Massif du Grand Ballon-Markstein, dans la forêt domaniale de Guebwiller (Haut-Rhin) : 1 mâle (Frenz) et 1 femelle (Suzelle) ont été réintroduits en juin 1993 au cours d'une même opération.

 

La quasi-totalité des lynx relâchés sont originaires des Carpates (Slovaquie). Mais avant leur arrivée en France, ils ont tous été détenus en quarantaine, entre 6 mois et 2 ans, dans des zoos slovaques.

Dès leur arrivée en France, les félins ont été anesthésiés, examinés, vaccinés, tatoués et équipés de colliers émetteurs. Ils sont cependant restés quelque temps en cage, au zoo de Chizé (Deux-Sèvres), le temps de se "fortifier" à base de vitamines.

Malheureusement, pas tous les lynx réintroduits n'ont pu se reproduire et participer à la constitution de la population :

  • 6 lynx ont été trouvés morts : une femelle a succombé à la suite d'une gastrique hémorragique, une mâle et 2 femelles ont été victimes d'actes de braconnage et 3 lynx sont morts sans que les causes n'aient pu être identifiées.

 

  • 2 lynx (1 mâle et 1 femelle) ont dû être repris : provenant du zoo du Birmingham en Grande-Bretagne, ils étaient trop imprégnés par l'homme.

 

  • 3 lynx réintroduits en 1992 (2 mâles et 1 femelle) ont vu leur collier cesser de fonctionner brutalement, respectivement après 37, 108 et 129 jours. L'arrêt des émissions après une période si courte est certainement dû à la mort, volontaire ou accidentelle, de ces lynx.

 

En admettant la mort de ces 3 lynx, le nombre d'individus potentiels ayant constituer la population de lynx dans les Vosges est de 10 individus seulement (6 mâles et 4 femelles).

 

 

Élisa, Alex ou Boric ont aujourd’hui disparu, tout comme Alex, Xénie ou Sixty qui ne répondent plus aux appels du collier émetteur.

 

Une population à la dérive

 

Au cours de l'hiver 2011-2012, une seule donnée de présence avérée du prédateur a été recueillie dans le massif du Donon. Il semble donc que la disparition du lynx dans les Vosges est irrémédiable. La descendance du groupe de 21 animaux graduellement réintroduits dans les Vosges entre 1983 et 1993, risque donc de s'éteindre rapidement, faute de relève, tant la chance de rencontre entre un mâle et une femelle est désormais infime. Pourtant, jamais un prédateur n'avait été autant suivi, espionné…

 

Lynx-des-Vosges.jpg

Ce mâle, pris au piège photo le 17 mars 2012 au Donon représente l'unique survivant de l'espèce

 

 

Une unique donnée résume la situation critique du lynx boréal dans les Vosges : lors de l'hiver 2011-2012, les pièges photographiques éparpillés ça et là au cœur de la Ligne bleue n'ont révélé la présence effective que d'un seul animal, Douze clichés d'un mâle, toujours le même, pris dans le secteur du Donon, l'une des aires d'évolution dites régulières du félidé. Ailleurs, c'est le silence complet. Cette déconfiture n'étonne pas outre mesure François Léger, de la direction de la recherche et du développement de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) basée à Gerstheim, dans le Bas-Rhin.

"Depuis les années 2008-2010, le volume de données recueillies sur le terrain est en chute libre. Cela se traduit par une nette rétractation des zones de répartition et forcément une diminution du nombre d'individus. Le dernier cas de reproduction avéré, une femelle observée avec un jeune dans le massif du Taenchel, date de l'hiver 2008-2009" ajoute le spécialiste, co-animateur du Réseau Lynx avec son collègue Alain Laurent.

Bref, après l'espoir d'une implantation pérenne entre 2000 et 2005 où l'ONCFS avait même constaté une expansion territoriale de l'animal vers le nord de la vieille montagne, c'est bien le phénomène inverse qui se produit actuellement. Résultat : alors que la population était estimée au-delà d'une vingtaine de sujets il y a encore 7 ans, il en subsisterait aujourd'hui tout juste une poignée. Autant dire que l'avenir de ce gros chat à la robe parcimonieusement tachetée est plus que compromise.

 

Le réseau Lynx dans le massif vosgien

 

Créé après son retour dans le Jura afin d'évaluer les dommages qu'il pouvait occasionner sur le cheptel domestique, le Réseau Lynx s'est étendu ensuite au massif vosgien. Il compte 345 correspondants, des naturalistes, techniciens de fédération de chasse, agents de l'ONCFS. de l'ONF, de la gendarmerie...

Difficile de passer entre les mailles d'une telle trame d'observateurs avertis renforcée de surcroît par les mouchards photographiques. Car, malgré sa personnalité farouche et solitaire, l'animal se trahit par les indices qu'il sème : traces dans la neige, reliefs de proies, crottes ou bouloches de poils. "L'hiver dernier, 60 membres du réseau ont parcouru 2.500 km dans la neige en condition optimale et ils n'ont rien observé de significatif", souligne François Léger qui voit dans le braconnage un coupable idéal quand d'autres spécialistes de l'animal ciblent plutôt le mitage routier de la montagne pour l'exploitation forestière ou le développement de la fréquentation touristique. Une forte emprise humaine qui épargne encore le vieux karst jurassien où les effectifs de lynx se portent bien et dépassent la centaine de spécimens. Depuis le mois de décembre, l'ONCFS a donc déployé les grands moyens pour y voir plus clair : elle a placé 60 pièges photographiques sur un périmètre de 300 km2, là où l'espèce est censée se manifester. Trois semaines après l'installation du dispositif, aucune présence n'a été détectée. Bilan final en mars 2013.

Source :

Patrice Costa, Est Républicain (06/01/2003).

Lynx_Vosges.jpg

Le Lynx boréal : un magnifique félin !

 

Voir également la vidéo sur le Lynx réalisée par le Muséum National d'Histoire Naturelle pendant le Tour de France

26/05/2011

L'hibernation chez les Mammifères

mammifères,marmotte,hibernationL'hibernation chez les Mammifères

 

par André Guyard

 

 

Sur ce même blog, la note sur la Marmotte des Alpes aborde le problème de l'hibernation. Il faut savoir que ce sommeil hivernal n'est pas un somme de tout repos : il est ponctué de réveils périodiques. D'après André Malan, les mécanismes cellulaires, qui diminuent jusqu'à 100 fois les dépenses d'énergie de l'organisme, seraient hérités d'un ancêtre lointain.

 

mammifères,marmotte,hibernation

Fig. 1 : Marmotte des Alpes © André Guyard

 

L'hibernation est un mécanisme qui permet aux marmottes d'échapper aux mauvaises conditions hivernales. Il s'agit d'une migration dans l'espace temps comme d'autres animaux migrent dans l'espace géographique en quittant nos contrées enneigées où toute production végétale est interdite. Face à cette disette temporaire, la solution choisie par la Marmotte comme d'autres hibernants consiste à faire des réserves, puis à s'abriter et à réduire ses dépenses afin de pouvoir survivre jusqu'au retour de la végétation. L'hibernation est précédée, à la fin de l'été, par une période de préparation où l'animal choisit et aménage son abri, et accumule des réserves. Puis l'animal entre dans son abri, et sa température interne s'abaisse jusqu'au voisinage de celle de la paroi.

 

Ce comportement implique des mécanismes étonnants en termes de physiologie, d'énergie et de modifications cellulaires. Ainsi, pendant l'hibernation, certains neurones ressemblent à ceux des individus atteints de la maladie d'Alzheimer, à ceci près que les modifications sont réversibles chez les premiers alors qu'elles ne le sont pas chez les seconds. Enfin, l'hibernation apparaît non pas comme une série d'adaptations récentes, mais plutôt comme un bagage commun aux anciens mammifères dont certains se sont délestés, faute d'utilisation.

 

Quels que soient les mammifères (échidnés, opossums pygmées, marmottes, loirs, lérots, hérissons...), l'hibernation n'est jamais continue au cours de l'hiver. Les épisodes de torpeur, avec une température basse, durent de quelques jours à quelques semaines selon les espèces, et alternent avec des "réveils" au cours desquels l'animal se réchauffe spontanément pour revenir pendant quelques heures, voire quelques jours à l'euthermie, c'est-à-dire à une température normale (environ 37 °C) en dehors de l'hibernation. Ces réveils répondent à un besoin impératif, car ils sont extrêmement coûteux en énergie: ils représenteraient 83 pour cent de la dépense totale en période d'hibernation chez un spermophile (un écureuil) canadien.

 

Une mort clinique apparente

 

Au cours des épisodes de torpeur, l'animal est dans un état de vie ralentie. Toutefois, les différentes fonctions physiologiques ne sont pas modifiées de la même façon : la respiration et la circulation sont maintenues, tandis que la filtration rénale est très diminuée, voire arrêtée. L'activité cérébrale perdure seulement dans certaines zones du cerveau, notamment les aires du tronc cérébral indispensables au contrôle des fonctions végétatives autonomes, telles que la respiration. Toute activité électrique corticale spontanée disparaît. En d'autres termes, l'animal remplit les critères légaux de mort clinique ! L'hibernation n'est donc pas un sommeil, les critères électroencéphalographiques du sommeil ayant disparu. Toutefois, l'animal reste excitable et réagit à une stimulation auditive (on le détecte par des ondes corticales déclenchées par une telle stimulation), conduisant au réveil quand le bruit est intense ou prolongé.

 

Lorsque l'animal est endormi, la respiration est parfois discontinue. Ainsi, chez le Lérot et le Hérisson, des bouffées de cycles ventilatoires sont interrompues par des apnées de plus d'une heure. La quantité de dioxyde de carbone dans les tissus augmente notablement pendant toute la durée d'un épisode de torpeur, conduisant à une acidification du sang et des liquides intracellulaires : on parle d'acidose respiratoire. Au moment de l'entrée en hibernation, l'animal réduit sa ventilation plus vite que ne décroît la production métabolique de dioxyde de carbone, de sorte que ce dernier s'accumule dans le sang ; à l'inverse, le réveil commence par une phase d'hyperventilation qui élimine rapidement le gaz carbonique.

 

Des réserves pour tout l'hiver

 

Certaines espèces accumulent des graines. Un hamster d'Europe peut ainsi stocker jusqu'à dix kilogrammes de céréales dans son terrier, au sec : à chaque réveil, il se restaure avant un nouvel épisode de torpeur. Pour les espèces herbivores, telle la Marmotte, ou insectivores, comme le Hérisson, le stockage est impossible. L'animal recourt alors à une accumulation de graisse corporelle, représentant couramment 50 pour cent de la masse maigre et parfois jusqu'à 100 pour cent. Le calcul montre que la somme des calories accumulées assure à peine 26 jours de survie, ce qui est insuffisant.

 

C'est là qu'intervient l'abaissement de la température corporelle. Celle-ci est contrôlée principalement au niveau de l'aire préoptique de l'hypothalamus, qui fonctionne à la façon d'un thermostat : lorsque la température locale est abaissée en dessous du point de consigne apparent de 37 °C, la production de chaleur de l'organisme est augmentée proportionnellement à l'écart. Craig Heller, de l'Université Stanford, a montré que ce point de consigne apparent est abaissé lors de l'entrée en hibernation, jusqu'à atteindre 2 °C chez certaines espèces. Cette température est maintenue constante pendant l'épisode d'hibernation, la thermogenèse étant augmentée si la température corporelle s'abaisse au-dessous, évitant ainsi le risque de gel.

 

Quant aux dépenses d'énergie, la diminution du point de consigne apparent permet à l'animal de bénéficier de l'effet Van t'Hoff-Arrhénius, c'est-à-dire l'effet de la température sur les réactions enzymatiques. Ainsi lorsque la température s'abaisse de 37 à 5 °C, la vitesse maximale de toutes les réactions enzymatiques est divisée par un facteur compris entre 12 et 15. En outre, la dépense d'énergie de l'organisme est la somme de toutes les dépenses élémentaires. Par conséquent, la loi s'applique aussi à l'organisme entier, même chez un animal de la taille du crocodile.

 

Avec une température d'hibernation de 5 °C, l'effet de la température réduit la dépense quotidienne du spermophile, au repos, à 9,2 kilojoules. Ces économies d'énergie lui permettraient théoriquement de survivre 620 jours (plus d'un an !). Cependant, les réveils obligatoires multiplient jusqu'à six fois la dépense totale. Reste une centaine de jours de survie, un laps de temps encore insuffisant, d'autant plus qu'une marge de sécurité est indispensable, notamment quand l'animal vit dans un pays arctique ou en altitude, où la période de végétation n'excède pas quatre mois par an. Ce délai est trop court pour que les jeunes de l'année atteignent une taille suffisante et aient le temps d'accumuler assez de graisse pour passer leur premier hiver. Pour augmenter le temps disponible pour la croissance des jeunes, les adultes sortent alors d'hibernation avant la fonte des neiges. Les combats des mâles, la recherche des conjoints et la gestation font que la naissance des petits coïncide avec le retour de la végétation. Mais pour les parents, toutes ces activités ont lieu à jeun, alors qu'ils viennent de vivre la pénurie de l'hibernation. La sélection sexuelle se fait largement sur les réserves de lipides dont ils disposent encore.

 

La dépression métabolique : une biochimie au ralenti

 

Le facteur de réduction des dépenses énergétiques est compris entre 20 et 100. Lorsque l'on suit l'entrée en hibernation ou en torpeur quotidienne, la diminution du métabolisme précède souvent celle de la température au lieu de la suivre comme si elle en était la conséquence. Comment expliquer ces observations ? Par la dépression métabolique, c'est-à-dire une réduction réversible de la dépense énergétique par des mécanismes autres que l'abaissement de température.

 

En euthermie, la synthèse protéique représente environ le cinquième de la dépense d'énergie du cerveau. En hibernation, cette proportion est divisée par un facteur supérieur à 100 : la synthèse protéique est quasi inexistante. Dans la figure 2, La synthèse protéique, dans un cerveau de spermophile, est mesurée par l'incorporation de leucine radioactive, un acide aminé fréquent dans les protéines. Une absence de marquage indique une absence de synthèse protéique (en a, état normal; en b, hibernation).

 

mammifères,marmotte,hibernation

Fig. 2  : Synthèse protéique

dans un cerveau de Spermophile

© K. Freirichs

 

Dans les cellules, les mécanismes de la dépression métabolique agissent simultanément en de nombreux points, que ce soit dans les processus qui fournissent de l'énergie ou ceux qui en consomment. Un des mécanismes les plus fréquemment observés est la phosphorylation (la fixation d'un groupe phosphoryle,  PO43-) réversible de protéines spécifiques (voir la figure 3), cette liaison diminuant leur activité. C'est le cas par exemple de la pompe à sodium-potassium de la membrane cellulaire qui transporte des ions potassium et sodium contre leur gradient de concentration à travers la membrane cellulaire. Ce transport, essentiel au fonctionnement des cellules excitables, tels les neurones ou les fibres musculaires, représente environ 50 pour cent de la dépense d'énergie du cerveau en euthermie.

 

mammifères,marmotte,hibernation

mammifères,marmotte,hibernation

Fig. 3 : Séquence éveil-sommeil chez la Marmotte

© Virginie Denis

 

La figure 3 montre qu'au cours de l'hibernation chez la Marmotte,  le métabolisme est notablement ralenti pendant les épisodes de torpeur (en bas),  notamment par la fixation de groupes phosphoryle (en marron) sur les acteurs cellulaires qui participent aux processus coûteux en énergie. Ainsi les pompes à ions sodium ou potassium se ferment [a]. La synthèse protéique est réduite [b]. L'ARN polymérase ne transcrit plus l'ADN en ARN [c]. Les gènes de l'ADN qui s'enroule autour des histones sont inaccessibles et ne peuvent plus être exprimés [d]. Enfin, deux enzymes privilégient les lipides comme source d'énergie plutôt que les glucides [e].

 

De même, la quantité de formes phosphorylées de protéines ribosomales participant à la synthèse protéique est notablement augmentée en hibernation : la traduction des arn messagers en protéines en est diminuée d'autant.

 

Par ailleurs, l'expression des gènes est favorisée dans le noyau par la phosphorylation, mais aussi par l'acétylation (la fixation d'un groupe acétyle) des histones, les protéines autour desquelles s'enroule l'adn. Ces liaisons sont réduites de près de 40 pour cent en hibernation, tandis que l'activité des enzymes de désacétylation est augmentée.

 

Cependant, ces modifications n'ont pas lieu dans tout l'organisme. La dépression métabolique est particulièrement observée dans les organes dont l'activité est réduite en hibernation : le cerveau, les reins ou l'intestin. En revanche, le tissu adipeux brun, qui est une source de chaleur importante pour les réveils spontanés (voir la figure 4), n'est pas concerné.

 

mammifères,marmotte,hibernation

Fig. 4 : Production de chaleur dans les mitochondries

© Virginie Denis

 

La figure 4 explique la production de chaleur dans les mitochondries. Dans une cellule normale [a], des molécules réduites [en blanc] sont oxydées, c'est-à-dire qu'elles perdent leurs ions H+ qui sont captés et rejetés de l'autre côté de la membrane interne par les constituants de la chaîne respiratoire [en rosé]. Le gradient d'ions H+ qui en résulte (ils sont plus nombreux dans l'espace intermembranaireque dans la matrice) alimente l'ATP synthase [en vert] qui récupère l'énergie dissipée par l'oxydation et la « confine » dans des molécules d'ATP [flèche verte], la source d'énergie des cellules. Un peu d'énergie est perdue lors de ces réactions et est convertie en chaleur [les petites flammes]. Dans le tissu adipeux brun [b], le couplage de la chaîne respiratoire et de l'ATP synthase est supprimé par une protéine découplante [en bleu clair] qui réduit le gradient d'ions H+ [flèche rouge] : toute l'énergie de l'oxydation est alors convertie en chaleur [les grandes flammes].

 

En outre, la réduction du métabolisme s'accompagne du remplacement de la source principale d'énergie cellulaire. Dans une cellule à l'euthermie, les glucides sont les principaux pourvoyeurs d'énergie sous forme d'atp. Cette dernière restitue l'énergie emmagasinée lors des réactions biochimiques. Dans une cellule en hibernation, les glucides sont remplacés par les lipides, dont le rendement est meilleur (pour une même masse, l'énergie produite est supérieure). C'est ainsi que les gènes codant deux enzymes clés de cette réorientation, la pyruvate déshydrogénase kinase 4 et la triacylglycérol lipase, sont activés en hibernation, de même que ceux des protéines qui assurent le transport intracellulaire des lipides.

 

On ignore encore le détail des processus qui assurent le contrôle de l'entrée en hibernation et du réveil. L'hyperventilation observée au début du réveil, en éliminant rapidement une grande partie du dioxyde de carbone accumulé, lève rapidement l'inhibition qu'il exerçait pendant la phase de torpeur.

 

Réduire l'intensité métabolique comporte des risques. Le premier est qu'en supprimant le cycle de dégradation et de renouvellement des protéines, l'organisme s'expose à une accumulation de protéines détériorées. Les réveils périodiques constitueraient la principale adaptation à ce problème : le retour temporaire à un fonctionnement normal serait l'occasion d'un "nettoyage", et serait la raison d'être essentielle de ces réchauffements coûteux en énergie.

 

Hibernation et Alzheimer

 

Une des découvertes récentes les plus surprenantes est celle de l'analogie entre certains processus qui se déroulent dans le cerveau en hibernation et la maladie d'Alzheimer. Un des symptômes de cette maladie est l'apparition d'amas neurofibrillaires de la protéine tau. Normalement associée aux microtubules qui assurent le transport dans le neurone, cette protéine est hyperphosphorylée chez les malades : elle se désolidarise alors des microtubules et s'assemble en filaments hélicoïdaux dans les diverses ramifications du neurone (axone et dendrites) et en perturbe le fonctionnement. Au cours du développement de la maladie, les amas neurofibrillaires apparaissent en priorité dans les zones du cerveau qui participent aux phénomènes de mémorisation, notamment dans les neurones de l'aire ca3 de l'hippocampe.

 

Dans l'hippocampe, les contacts synaptiques entre les fibres moussues (du gyrus denté) et les neurones pyramidaux régressent notablement au cours des épisodes d'hibernation profonde, et se restaurent complètement lors des réveils (voir la figure 5). Partant, Thomas Arendt et ses collègues des Universités de Leipzig, Groningen et Iéna, ont eu l'idée d'étudier la phosphorylation de la protéine tau dans le cerveau de spermophiles en hibernation. Surprise, dans leur hippocampe, les cycles de régression et restauration des synapses des neurones de la zone ca3 sont en phase avec des cycles parallèles d'hyperphosphorylation et de déphosphorylation de la protéine tau. À l'inverse de ce qui se passe dans la maladie d'Alzheimer, cette hyperphosphorylation est totalement réversible : les neurones recouvrent pleinement leur fonction et remplissent de nouveau leur rôle dans la mémorisation.

 

mammifères,marmotte,hibernation

Fig. 5 : Déconnection des synapses de l'hippocampe au cours de l'hibernation © Virginie Denis

(Agrandissement : cliquer sur l'image)

 

La figure 5 montre que, dans l'hippocampe [a, chez le spermophile], une aire essentielle à la mémorisation, les fibres moussues du gyrus denté sont reliées aux neurones pyramidaux de la zone CA3 par des synapses [b]. Pendant l'hibernation, ces connexions sont interrompues par des amas neurofibrillaires, des filaments hélicoïdaux de protéines, nommées tau, fortement phosphorylées [c]. La protéine tau est normalement associée aux microtubules qui assurent le transport des constituants cellulaires. Ce mécanisme est identique à celui que l'on observe dans les neurones des individus atteints de la maladie d'Alzheimer, où l'on constate des amas délétères de protéines tau. Cependant, chez les animaux hibernants (et contrairement à ce qui se passe dans la maladie d'Alzheimer), le processus est réversible. Au réveil, les synapses se reforment [d], notamment grâce aux protéines PSA-NCAM et à la synaptophysine, tandis que, par un processus indépendant, la protéine tau est déphosphorylée et reprend sa fonction initiale.

 

Les fibres moussues sont le siège d'autres modifications. Elles sont riches en protéine psa-ncam, une molécule qui assure l'adhérence des cellules et dont l'expression est liée à la formation et au remodelage des synapses, des processus associés à l'apprentissage et la mémorisation. La protéine psa-ncam disparaît complètement au cours d'un épisode d'hibernation, et réapparaît progressivement lors du réveil suivant. Il en est de même d'une autre protéine, la synaptophysine, qui participe au fonctionnement de la synapse. Ces cycles sont en opposition de phase avec celui de la phosphorylation de la protéine tau : la protéine psa-ncam et la synaptophysine sont abondantes quand la protéine tau est déphosphorylée. On sait par ailleurs que l'hibernation entraîne la perte de certains apprentissages acquis, mais que cette perte est sélective, ne concernant pas la reconnaissance des congénères. Ainsi, pendant l'hibernation, l'hippocampe se détériore et se régénère pendant les éveils, les synapses étant rétablies.

 

La perte des connexions neuronales est-elle un moyen d'économie d'énergie, ou en est-elle une conséquence ? La phosphorylation de la protéine tau est-elle une protection, indispensable à la restauration fonctionnelle ? Quoi qu'il en soit, le fait que ces phénomènes soient réversibles constitue une piste pour un traitement de la maladie d'Alzheimer.

 

L'hibernation comme la reproduction sont des phénomènes saisonniers, nécessitant une anticipation sur les conditions d'approvisionnement. Nous avons vu comment chez certaines espèces la recrudescence de l'activité sexuelle des adultes au printemps intervient avant le retour d'une nourriture abondante. Inversement, l'accumulation des réserves doit anticiper la pénurie saisonnière. Bien qu'incompatibles entre elles (difficile de se reproduire quand on dort !), hibernation et reproduction partagent des mécanismes de contrôle saisonnier. Chez les mammifères, les cycles saisonniers sont contrôlés par la photopériode, c'est-à-dire le rapport de la durée du jour à celle de la nuit. L'information sur la luminosité est transmise par la rétine et analysée par l'hypothalamus qui la convertit, via la glande pinéale, en un pic de production nocturne de mélatonine. Ce mécanisme est indispensable au contrôle saisonnier de la reproduction, notamment à la production d'hormones. Or l'implantation chez des hamsters de capsules en silicone libérant de la testostérone (une hormone sexuelle) suffit à inhiber l'hibernation. Le contrôle saisonnier de l'hibernation résulterait donc de la levée de l'inhibition exercée par le système reproducteur.

 

Dormir ou se reproduire

 

Comment l'hibernation est-elle contrôlée par les hormones sexuelles ? Beaucoup de questions demeurent, mais on a montré que l'innervation par des fibres à vasopressine (des neurones qui fabriquent cette hormone) fluctue de façon saisonnière selon le taux d'hormones sexuelles. La vasopressine serait le relais entre ces hormones sexuelles et l'hibernation. De fait, lorsque ce taux d'hormones sexuelles s'effondre en automne, et que deux mois plus tard, les fibres à vasopressine disparaissent, l'hibernation commence. Ce délai est prolongé par l'implantation de capsules libérant de la vasopressine ; l'hibernation réapparaît dès la fin de cette libération.

 

L'expression saisonnière de l'hibernation fait l'objet d'un contrôle exercé par des protéines synthétisées dans le foie, et dont le transport vers le cerveau est assuré par le plexus choroïde de façon variable selon les saisons. Le rôle de la mélatonine et des hormones sexuelles dans le contrôle de ce transport restent à élucider.

 

Comment les organes  résistent-ils aux variations de températures ?

 

Soumis à de basses températures, la plupart des organes des mammifères subissent des lésions et ne pourraient résister à une hibernation.

 

mammifères,marmotte,hibernationRécemment, une équipe de l'Université de Groningen, aux Pays-Bas a montré que les tissus des poumons du Hamster doré changent de structure moléculaire dans les phases de torpeur (The Journal of Experimental Biology, mars 2011). Les alvéoles des poumons sont entourées de muscles lisses et de collagène, une protéine qui favorisent l'adhérence de ces alvéoles aux muscles.

 

Quand l'animal sombre dans la torpeur, la quantité d'actine – un composant des filaments musculaires - augmente progressivement, puis diminue pour retrouver son niveau initial deux heures après la sortie de la torpeur. De plus, la quantité de collagène augmente dans les premières 24 heures de l'hibernation avant de diminuer jusqu'au réveil.

 

Ainsi, chez les hamsters, la structure moléculaire des alvéoles pulmonaires peut changer rapidement et de façon réversible. Or les êtres humains souffrant d'asthme ou de troubles obstructifs chroniques présentent le même type de modifications moléculaires dans leurs poumons.

 

Peut-être pourra-t-on éviter ces anomalies chez l'homme quand on saura comment le Hamster retrouve si vite des poumons fonctionnels lors de ses réveils.

 

Adaptation récente ou processus ancestral ?

 

On décrivait classiquement l'hibernation comme une adaptation : à partir d'un type mammalien standard, l'amélioration des capacités de survie apportée par la faculté d'hiberner aurait conduit à la sélection des mutations génétiques correspondantes, aboutissant à une spécialisation d'espèces particulièrement performantes de ce point de vue. Dans cette conception, les similitudes des caractéristiques générales de l'hibernation observées dans des groupes par ailleurs éloignés relevaient d'un phénomène de convergence, tout comme les nageoires des phoques et celles des cétacés.

 

Cependant, cette conception est difficilement compatible avec la diversité des lignées de mammifères dont certaines espèces hibernent (sans compter les oiseaux). On en trouve en effet pratiquement dans tous les ordres existants qui contiennent des espèces de petite taille, depuis les plus primitifs comme les monotrèmes jusqu'aux primates. À l'exception de l'Ours, toutes les espèces hibernantes ont une masse inférieure à quelques kilogrammes, ce qui est probablement lié à la contrainte des réchauffements périodiques.

 

En outre, au sein d'un même groupe, on peut trouver des genres ou même des espèces voisines dont les uns hibernent et les autres pas. Ainsi, le Spermophile européen hiberne, mais pas son cousin, l'Écureuil roux de nos parcs. La séparation des deux espèces est trop récente pour avoir autorisé l'accumulation de mutations nécessaires à une adaptation complexe.

 

L'hypothèse selon laquelle l'hibernation correspond à un type ancestral, dont certaines caractéristiques auraient été souvent perdues faute d'emploi, est plus vraisemblable. Le gène de la protéine hp25, nécessaire au contrôle de l'hibernation, a été décrit chez plusieurs rongeurs hibernants de la famille des écureuils, mais aussi chez une espèce voisine arboricole qui n'hiberne pas. Chez cette dernière, le gène a fait l'objet d'une mutation qui l'a inactivé.

 

À quoi pouvait ressembler le type primitif de régulation thermique ? Un reptile de nos latitudes, le Lézard vert, en est un exemple. De tels lézards ont été placés dans des enceintes où ils étaient exposés à une température variable du plancher, de 5 à 35 °C. Le lézard, animal à "sang froid", peut ainsi contrôler sa température interne en se déplaçant. Au voisinage des équinoxes de printemps ou d'automne, il ajuste sa température à environ 30 °C le jour, tandis qu'il l'abaisse à 20 °C la nuit. En été, il maintient une température constante proche de 30 °C, voisine de celle d'un mammifère primitif, grâce à la chaleur fournie par le sol. En revanche, en hiver, il choisit spontanément une température de 12 °C environ. Le lézard se livre ainsi à une sorte d'hibernation comportementale ! À l'instar des cycles saisonniers des mammifères, cette saisonnalité est contrôlée par la photopériode via la mélatonine. Des comportements similaires ont été observés dans la nature, des batraciens et des reptiles sélectionnant des environnements froids au début de l'hiver. On a même décrit récemment des réveils périodiques chez un reptile en hibernation.

 

Les mammifères et les oiseaux ont ensuite acquis la production endogène de chaleur. L'alternance quotidienne entre température élevée et température basse telle qu'on l'observe chez le lézard au printemps et en automne existe encore dans de nombreuses espèces de mammifères et d'oiseaux, sous la forme d'une torpeur quotidienne, que seule la présence d'un réchauffement par thermogenèse endogène différencie du type lézard. Elle existe même à l'état juvénile chez des espèces comme le rat qui est parfaitement homéotherme à l'état adulte.

 

L'acidose respiratoire de l'hibernation serait aussi une caractéristique ancestrale. En effet, l'acidose respiratoire se retrouve en liaison avec une dépression métabolique saisonnière (hivernale ou estivale) dans tous les grands groupes zoologiques où s'est développée la respiration aérienne (mollusques, insectes, poissons, batraciens, reptiles, oiseaux et mammifères), et que la vie continentale expose à des disettes saisonnières.

 

L'hibernation humaine ?

 

Ce changement dans la conception de l'évolution de l'hibernation bouleverse notre approche de l'application à la médecine des données de l'hibernation. L'homme a-t-il conservé des traits primitifs, qui permettraient par exemple de mettre en jeu des phénomènes de dépression métabolique, fort utiles pour passer des caps difficiles ? Il en serait bien ainsi : on connaît maintenant un certain nombre de cas de survie à des arrêts cardiaques prolongés, en hypothermie, chez des enfants tombés dans des lacs gelés comme chez quelques adultes, qui ne peuvent s'expliquer que par la mise en jeu spontanée de mécanismes puissants de dépression métabolique qui permettent au cerveau de survivre à un arrêt circulatoire. Reste maintenant à en élucider les mécanismes afin de développer des applications cliniques. La recherche sur les mammifères hibernants est là pour nous aider.

 

Pour en savoir plus :

 

Malan A. (2007). - Sommeil d'hiver, Pour la Science, n° 352 février 2007 56:63 http://bit.ly/plsoer352).

 

Salthum-Lassalle B. (2011).- Poumons au repos, Pour la Science n°404 juin 2011. p. 14.

21/05/2010

Le Lémur à dos gris

lepilemur dorsalis1.jpgLe Lémur à dos gris

Lepilemur dorsalis Gray, 1870

 

par André Guyard

 

Le Lémur à dos gris est l'une des plus petites espèces appartenant au genre Lepilemur. Comme son nom l'indique, la face dorsale est gris-brun à brun moyen, avec une bande sombre brun le long du dos. La face ventrale est plus pâle brun grisâtre. La tête est grise avec une face gris-brun foncé avec un petit museau, des oreilles arrondies, qui sont presque cachées dans la fourrure. La queue est à peu près de la même longueur que le corps et devient plus sombre vers son extrémité. Les mains et les pieds sont dotés de grands blocs digitaux utilisés pour s'accrocher aux branches. La masse corporelle moyenne pour cette espèce est d'environ 500 grammes.

 

lepilemur dorsalis1.jpg
Lémur à dos gris mâle dans l'île de Nosy Komba

 

De tous les lépilémurs, cette espèce montre l'une des distributions les plus limitées. Le Lémur à dos gris vit dans les forêts humides de la région de Sambirano dans le Nord-Ouest de Madagascar, y compris la presqu'île d'Ampasindava et les îles de Nosy Be et Nosy Komba. C'est dans cette dernière île qu'ont été pris les clichés de cet article. Il s'agit d'une espèce arboricole et nocturne. Le Lémur à dos gris se déplace à travers la forêt en grimpant et en sautant dans les arbres.

 

Le Lémur à dos gris est une espèce folivore (mangeur de feuilles), bien qu'il puisse également se nourrir de fruits et d'écorce pour compléter son régime alimentaire. Cette espèce est aussi un cæcotrophe, ce qui signifie qu'il réingère ses excréments, ce qui facilite la décomposition de la cellulose contenue  dans les feuilles et la rend plus digeste. Toujours en rapport avec la digestion de la cellulose, il est muni d'un cæcum important qui abrite des bactéries adaptées à la lyse de la cellulose.


 

Le Lémur à dos gris vit en famille, première forme de cohésion sociale. Le groupe de base est composé de la mère et sa progéniture. L'espèce est polygame mais le mâle vit en solitaire et son territoire chevauche ceux d'une ou de plusieurs femelles. Il visite chaque femelle pendant la saison de reproduction. Tous les ans, la femelle donne naissance à un seul petit qui naît entre septembre et novembre. Quand elle fourrage la nuit, elle délaisse son bébé sur une branche, mais reste en contact avec lui en émettant des cris qui ressemblent à des baisers.

 

Cette espèce est très territoriale et le mâle adulte défend vigoureusement son territoire. Il émet un appel sonore utilisé comme un appel territorial. L'appel de contact se compose d'une série de sifflements suivis par une vocalise en deux phases. Cet appel est utilisé quand deux congénères sont à proximité l'un de l'autre .

 

Le Lémur à dos gris est classé comme espèce vulnérable dans la liste rouge de l'UICN.

 

Documents : photos et vidéo par André Guyard.

Voir également dans le même blog :

le Grand Hapalémur,

Le Lémur noir,

Le Lémur couronné,

Le Lémur à queue rousse.

 

Références :

 

Burton, Frances. 1995. The Multimedia Guide to the Non-human Primates. Prentice-Hall Canada Inc.

Fleagle, John G. 1988. Primate Adaptation and Evolution. Academic Press.

Harcourt, C. and Thornback, J. 1990. Lemurs of Madagascar and the Comoros. The IUCN Red Data Book. IUCN, Gland, Switzerland and Cambridge, U.K.

Petter, A. and Petter, J.J. 1971. Part 3.1 Infraorder Lemuriformes. in The Mammals of Africa : An Identification Manual. Smithsonian Institution Press, Washington, D.C.

Petter, J.J. and Charles-Dominique, P. 1979. Vocal communication in prosimians. in The Study of Prosimian Behavior. eds. G.A. Doyle and R.D. Martin. Academic Press, New York.

Tattersall, I. The Primates of Madagascar. Columbia University Press, New York.

20/05/2010

Le Lémur noir ou Lémur Macaco

Eulemur macaco_7logo.jpgLe Lémur noir

Eulemur macaco Linnaeus, 1766

 

par André Guyard

 

Le Lémur noir est un prosimien malgache de la famille des Lémuriens. Comme tous les Lémuriens, il s'agit d'une espèce protégée. Les spécimens que nous avons rencontrés à Madagascar se trouvaient dans la réserve de l'îlet de Nosy Komba au nord-est de la Grande Île, à proximité de l'île de Nosy Be.

 

Madagascar.jpg
Localisation de Nosy Komba à Madagascar
(Document Google Maps)
Nosy Komba-1.jpg
Nosy Komba se trouve à proximité de Nosy Be
(Document Google Maps)
 

Il existe deux sous-espèces de lémurs noirs, qui se distinguent par la couleur des yeux : brune chez E. macaco macaco, la sous-espèce présentée ici et bleue chez E. macaco flavifrons. Malgré les efforts de Roland Albignac, le spécialiste des Lémuriens qui nous guidait, nous n'avons pas pu observer cette dernière sous-espèce.

 

Eulemur macaco_7-1.jpg
Un couple de Lémurs : le mâle est noir, la femelle brun roux

 

Le Lémur noir a une taille moyenne de 90 à 100 cm (41 cm en moyenne pour le corps et 55 cm pour la queue), pour une masse corporelle d'environ 2,4 kg. Il présente un dichromatisme sexuel marqué : les mâles étant entièrement noirs et les femelles brun roux, avec le ventre blanc. Les oreilles sont recouvertes de longues touffes de poils, noires chez les mâles et blanches chez les femelles.


À Nosy Komba, les Lémurs noirs vivent

en bonne intelligence avec les humains

 

Le Lémur noir (Eulemur macaco macaco) se trouve uniquement au Nord-Ouest de Madagascar dans la région du Sambirano et dans les îles Nosy Be, Nosy Komba et Nosy Tanikely. C'est généralement la seule espèce du genre Eulemur dans ce domaine, cependant certaines zones de sympatrie avec E. fulvus fulvus ont été signalées. Le Lémur noir occupe la forêt primaire, la forêt secondaire dégradée et des plantations de caféiers, d'anarcadiers ou de cacaoyers. Il se nourrit de fruits, de feuilles, de fleurs, du nectar, occasionnellement d'insectes, et ce de façon variable en fonction de la saison. Pendant la saison humide les fruits prédominent dans le régime alimentaire, tandis que pendant la saison sèche les lémurs consomment certaines fleurs et feuilles qu'ils délaissent pendant d'autres parties de l'année.

 

Eulemur macaco_1-1.jpg

Une femelle dans le feuillage

 

Le Lémur noir présente une activité cathémérale, c'est-à-dire qu'il présente des périodes significatives d'activité  ayant lieu à la fois pendant les phases claires et obscures du cycle journalier.

 

Chez le Lémur noir, comme chez les autres lémuriens, la reproduction est saisonnière. La saison des accouplements s'étend de avril à juin à Madagascar. La maturité sexuelle est atteinte vers l'âge d'un an et demi, mais les jeunes ne se reproduisent généralement qu'à partir de la seconde saison de reproduction suivant leur naissance c'est-à-dire vers deux ans et demi. Le cycle œstral des femelles dure 33 jours, avec un œstrus de 3 jours pendant lequel la période de réceptivité est extrêmement courte : de quelques heures à 2 jours. Les femelles peuvent donner naissance à un ou deux jeunes après un temps de gestation moyen de 128 jours. La gestation a donc lieu pendant la saison sèche et les naissances au début de la saison humide.

 

Eulemur macaco_3-1.jpg
Une femelle au sol

 

Le Lémur noir vit en groupes multimâles multifemelles, de taille restreinte de l'ordre d'une dizaine d'individus en moyenne. L'organisation sociale de cette espèce se caractérise par une dominance des femelles : dans un contexte agonistique, toutes les femelles de Lémur noir peuvent supplanter tous les mâles de leur groupe. Cette caractéristique est partagée par un certain nombre de prosimiens malgaches dont le plus connu est le Maki catta.

 

Chez Eulemur macaco macaco les signaux de communication visuelle se résument essentiellement à des postures, des mouvements (de la queue en particulier) et de rares mimiques faciales. En revanche, ces animaux passent une grande partie de leur temps à échanger des signaux chimiques et sonores.

 

Pour en savoir plus : Wikipedia.

Documents : photos et vidéo : André Guyard.

Voir également dans ce même blog :

Le Lémur à dos gris,

Le Grand Hapalémur,

Le Lémur couronné,

Le Lémur à queue rousse.

19/11/2009

Écureuils de l'Ouest américain

 

ecureuil_rochers.1-1.jpgÉcureuils de l'Ouest américain

 

par André Guyard


Au cours d'un périple à travers les parcs nationaux de l'Ouest américain en octobre 2009, nous avons eu l'occasion de rencontrer trois espèces d'écureuils assez communes pour être aperçues par des touristes moyens.

Tout comme les marmottes les écureuils sont des Rongeurs de la famille des Sciuridés. Ils sont nombreux en Amérique du Nord, aussi bien au Canada qu'aux Etats-Unis.

 

Le Uinta Chipmunk (Tamias umbrinus)

 

Tamia1-1.jpg
Tamia à la recherche de graines dans un arbuste

 

Les Tamias sont communs dans les forêts de conifères, vers 1 800 m. Ils sont arboricoles et se déplacent de branche en branche à la recherche de graines. Ils dorment également dans les arbres. En guise de nids, les femelles utilisent des cavités d'arbres, utilisant parfois des nids d'oiseaux.

 

Tamia2-1.jpg
Comme tous les écureuils, le Tamia utilise ses pattes avant comme des mains

Les Tamias transportent leur nourriture dans leurs bajoues. Ils dorment en hiver, mais quittent leurs terriers durant les périodes chaudes.

 

Les populations de Tamias sont disséminées dans des biotopes montagneux insularisés par des habitats désertiques infranchissables pour l'espèce. Il est certain qu'au cours des prochains millénaires, ces populations isolées évolueront vers des espèces distinctes.

 

Tamia3-1.jpg
L'alternance de rayures colorées strie le dos de l'animal

 

La taille varie entre 21 et 24 cm avec une longueur moyenne de 23 cm. Le poids vaies entre 50 et 75 g avec une moyenne de 60 g. Les femelles sont nettement plus grandes que les mâles.

 

Une remarque à propos des Tamias. Les Tamias d'Amérique sont très voisins du Tamia de Corée, Tamias sibiricus, espèce introduite en Angleterre et qui commence à envahir le continent européen. Or cette espèce est vendue dans les animaleries françaises depuis 1970. Des individus relâchés ont fondé des colonies dans les forêts.

 

Des études récentes effectuées en région parisienne ont montré que cette espèce est parasitée par 30 à 60 fois plus de larves de la tique Ixodes ricinus que les espèces hôtes locales, comme le Mulot sylvestre ou le Campagnol roussâtre. De plus, ces tamias sont notablement plus infectés par Borrelia burgdorferi, l'agent de la maladie de Lyme qui touche environ 12 000 Français par an. L'apparition de cette espèce en France constitue  donc un nouveau réservoir de la maladie.


Source :

Allen, J.A., 1890. Bulletin of the American Museum of Natural History, 3:96.


Lien :

Smithsonian National Museum of Natural History. North American Mammals


http://www.mnh.si.edu/mna/image_info.cfm?species_id=392

 



 


L'Écureuil des rochers ou

Rock Squirrel (Spermophilus variegatus)


Très commun dans l'ouest des Etats-Unis, l'Écureuil des rochers, avec sa longue queue touffue, ressemble beaucoup aux écureuils arboricoles, mais il grimpe rarement aux arbres. Il se cantonne le plus dans les habitats rocheux, canyons, falaises et collines. La vidéo ci-dessous le montre admirant le paysage du Grand Canyon (Arizona).



 

En général, il creuse son terrier dans le sol bien qu'on trouve parfois des nids dans les arbres. La localisation du terrier tient compte de la sécurité qu'il offre. D'autres mammifères et même la chevêche des terriers peuvent utiliser leurs tanières si les écureuils les abandonnent. L'échelle de taille se situe entre 47 et 50 cm, le mâle étant plus grand que la femelle et l'échelle de poids entre 450 et 500 g. C'est le plus grand des spermophiles.


L'Écureuil des rochers est omnivore. Il se nourrit de pousses vertes, de haricots mesquites, d'insectes et de charognes.


L'Écureuil des rochers vit jusqu'à 2900 m d'altitude. Il vit souvent en colonies avec un mâle dominant. Les femelles ont une portée par an dans des lieux ou à des altitudes où les rigueurs de l'hiver durent plus longtemps, et deux portées dans les régions chaudes. Par grand froid, il entre en hibernation.

 

 

Spermophilus_variegatus_Grand_Canyon_Steffen Lorenz-1.jpg
Photo Steffen Lorenz

 

 

Source :


Erxleben, J.C.P., 1777. Systema regni animalis per classes, ordines, genera, species, varietas, cum synonymia et historia animalium. Classis I, Mammalia, p. 421. Wegand, Leipzig, 636 pp.


Liens :

Mammal Species of the World


http://www.bucknell.edu/msw3/


Smithsonian National Museum of Natural History. North American Mammals


http://www.mnh.si.edu/mna/image_info.cfm?species_id=340

 

 


L'Écureuil doré :

Golden-mantled Ground Squirrel (Spermophilus lateralis)

 

L'Écureuil doré (Spermophilus lateralis) est un écureuil terrestre qui vit dans les forêts d'Amérique du Nord. Il se nourrit de graines, de noix, de baies, d'insectes et de champignons souterrains. Il est la proie des faucons, des geais, des belettes, des renards, des lynx roux et des coyotes. Il est tiré par les chasseurs pour le sport. La fourchette de taille d'un adulte est 23-30 cm de longueur. L'Écureuil doré peut être identifié par une fourrure ornée de bandes colorées, mais contrairement aux tamias, il n'a pas de rayures faciales. Il est vit dans les mêmes habitats que le Tamia (Chipmunk Uinta).

 

 

Spermophilus lateralis4.jpg

L'Écureuil doré devant son terrier

 

L'Écureuil doré a beaucoup de points communs avec les tamias. Comme eux, il accumule de la graisse en vue de l'hibernation et stocke de la nourriture dans son terrier pour la consommer au réveil du printemps.


Comme le Tamia, l'Écureuil doré
est pourvu de bajoues pour transporter de la nourriture sans être gêné dans ses déplacements.

 

Spermophilus lateralis3.jpg
L'Écureuil doré creusant son terrier

 

L'Écureuil doré creuse des terriers peu profonds mais qui atteignent jusqu'à 30 m de longueur avec les ouvertures dissimulées dans un tronc d'arbre creux, dans des racines ou sous un rocher. La femelle donne naissance à une même portée de 4-6 jeunes chaque été.

 

L'Écureuil doré est abondant dans toute son aire et il est aussi à l'aise dans une grande variété d'habitats forestiers, ainsi que les prairies et les rochers.

 

La vidéo ci-dessous montre un Écureuil doré occupé à creuser son terrier dans le Sequoia Park.

 





À quoi sert l'énorme queue touffue du Spermophile ? Confronté de nuit à un serpent à sonnette, le Spermophile redresse la queue en l'agitant comme un plumeau. En filmant la scène en infrarouge, Aaron Rundus, de l'université de Californie, a constaté que la température de la queue de l'animal augmentait alors, probablement du fait d'un afflux de sang. Sensible aux infrarouges émis, le serpent est ainsi leurré sur la taille de la proie et bat en retraite. Le stratagème pourrait être d'un grand secours à la femelle de Spermophile qui niche à terre et protège farouchement ses petits.

 

Lien :

 

Smithsonian National Museum of Natural History. North American Mammals


http://www.mnh.si.edu/mna/image_info.cfm?species_id=350