Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2016

Quel avenir pour le Lynx dans le Massif du Jura et en France ?

 Quel avenir pour le Lynx dans le Massif du Jura et en France ?

 

 par le Centre Athénas

 

lynx,athenas,jura,franche-comté

Durant des années, l'optimisme a été de rigueur et les Autorités, par la voix du réseau Lynx annonçaient dans les Vosges une population de 15 à 20 individus pour finalement s'apercevoir brutalement au début des années 2010 que l'espèce avait disparu sous l'effet du braconnage (et pas en un seul jour…).

 

Dans le Massif du Jura où il a été difficile de faire admettre que le braconnage était régulier, iI est encore de bon ton de dire que le Lynx est abondant et sa population en bonne santé.

 

Or, il n'en est rien.

 

L'évolution de l'aire de présence de l'espèce donne une image fausse de l'état de conservation de l'espèce : ainsi en 2015 est annoncée une augmentation de l'aire de présence du seul fait de l'observation répétée d'un individu en Haute-Saône, alors que parallèlement, les mortalités d'adultes se multiplient dans le Massif, cœur de la population nationale, et que des territoires vacants ne sont pas réoccupés.

 

Le suivi par piège photographique, dont le but avoué était de démontrer une supposée surabondance du Lynx pour pouvoir le réguler, n'a mis en évidence qu'une population de 70 adultes pour les départements du Jura (40) et du Doubs(30), et un total de 90 à 100 individus adultes pour l'ensemble du Massif, Bugey inclus C'est tout !

 

Cette année, 8 adultes ont disparu dans le Doubs et le Jura (11,5% de la population), seulement deux sont morts suite à une collision.

Les autres se sont... évaporés.

 

Sept de ces adultes étaient des femelles avec des jeunes (20 jeunes estimés, 4 survivants). Le moins que l'on puisse attendre de ces disparitions est un déséquilibre dans le sex-ratio de la population, un trou démographique qui mettra dans la meilleure hypothèse des années à se résorber (puisque les 3/4 des jeunes de ces femelles sont morts, le recrutement sera donc limité). Face aux apparitions de jeunes orphelins, on commence à nous objecter, sans le moindre début de fondement scientifique qu'il peut s'agir d'abandons et de sélection naturelle. L'abandon d'un jeune — et a fortiori de plusieurs jeunes — de toute la portée en fait, n'a jamais été décrit, observé ou documenté, chez aucune des espèces de Lynx présentes sur la planète, pas plus que chez d'autres félidés. Les femelles passent plutôt pour de bonnes mères et il a été rapporté à plusieurs reprises que certaines attendaient et recherchaient un jeune écrasé.

 

Il est urgent que l'État prenne la mesure du phénomène et dote les acteurs en place des moyens de mener leurs missions, qu'il s'agisse de l'ONCFS pour la lutte contre le braconnage ou d'Athénas et d'autres pour les actions, de conservation. 40 ans après sa réapparition, le Lynx pourrait disparaître une nouvelle fols en l'espace d'un siècle. Personne ne pourra dire qu'il ne savait pas. L'hallali qui a été sonné pour le Loup, a sans nul doute donné des idées et encouragé le passage à l'acte pour le Lynx.

 

La question est de savoir quel territoire on veut promouvoir, et pour quel avenir. Récemment en Bavière, suite à l'exécution illégale de deux jeunes lynx dont les pattes ont été déposées devant le domicile d'une des personnes chargées de leur suivi, les réactions ont été très vives : les réservations touristiques ont chuté de façon significative, et les annulations de séjour ont été nombreuses Motif : les touristes boudaient un pays de tueurs de lynx.

 

Il serait bon que les acteurs du tourisme, et les collectivités envisagent le problème sous cet aspect, et qu'il soit fait cause commune pour la préservation de TOUT notre patrimoine.

 

D'autres régions produisent du vin et du fromage, beaucoup ont des lacs et des rivières, toutes ont des musées et des campings.

 

Une seule région recèle le Lynx, et c'est la nôtre. C'est une de ses richesses, un de ses charmes, mais c'est surtout un atout unique.

 

Source :

Athénews n°s 68-69-70, 2e, 3e et 4e trimestres 2015

13/06/2011

Le Lynx des Vosges

Lynx-Vosges-logo.jpgLe Lynx des Vosges

 

Le Lynx est un animal appartenant à la faune originelle des forêts vosgiennes et alsaciennes. Chassé, braconné, il a disparu au XXe siècle du massif vosgien.

Le projet de réintroduction du Lynx boréal dans le massif vosgien est né en 1972, date à laquelle, un groupe régional est créé dans le but de préparer les dossiers nécessaires à la réintroduction du félin et d'informer le grand public. Le débat entre "pro" et "anti-lynx" est tendu. Cependant, lors d'un colloque à Strasbourg, en 1978, les spécialistes européens donnent un avis favorable à la réintroduction du lynx en Alsace.

Le programme de réintroduction a débuté le 3 mai 1983, pour se terminer le 2 juin 1993. Cette réintroduction a concerné 21 animaux (12 mâles et 9 femelles), qui ont été relâchés sur 4 sites au cours de 12 opérations différentes :

 

- Massif de Taennschel, dans la forêt domaniale de Ribeauvillé (Haut-Rhin) : 3 individus en mai 1983 (Boric, Xenie, Alex) ; 2 individu en novembre 1983 (Eddy et Diana) ; 2 individus en avril 1984 (Oska, Pavel) ; 2 individus en juillet 1984 ; 2 individus en juin 1987 (Jack et Thibor), 1 individu en avril 1990 (Jacynthe) ; 1 individu en avril 1992 (Borka) et 1 individu en juin 1992 (Besquide). Au total, 13 lynx (8 mâles et 5 femelles) ont été relâchés au cours de 8 opérations différentes.

- Massif du Climont, sur la commune d'Urbeis (Bas-Rhin) : 4 individus (2 femelles et 2 mâles) ont été réintroduits en mars 1987 (Hectorine, Elisa, Sixty et Aloyse), au cours d'une seule opération.

- Massif du Rossberg, dans les forêts communales de Bourbach-le-Haut et de Masevaux (Haut-Rhin) : 1 mâle (Balkan) a été relâché en juin 1992 et 1 femelle (Tatra) a été relâchée en avril 1992, au cours de 2 opérations différentes.

- Massif du Grand Ballon-Markstein, dans la forêt domaniale de Guebwiller (Haut-Rhin) : 1 mâle (Frenz) et 1 femelle (Suzelle) ont été réintroduits en juin 1993 au cours d'une même opération.

 

La quasi-totalité des lynx relâchés sont originaires des Carpates (Slovaquie). Mais avant leur arrivée en France, ils ont tous été détenus en quarantaine, entre 6 mois et 2 ans, dans des zoos slovaques.

Dès leur arrivée en France, les félins ont été anesthésiés, examinés, vaccinés, tatoués et équipés de colliers émetteurs. Ils sont cependant restés quelque temps en cage, au zoo de Chizé (Deux-Sèvres), le temps de se "fortifier" à base de vitamines.

Malheureusement, pas tous les lynx réintroduits n'ont pu se reproduire et participer à la constitution de la population :

  • 6 lynx ont été trouvés morts : une femelle a succombé à la suite d'une gastrique hémorragique, une mâle et 2 femelles ont été victimes d'actes de braconnage et 3 lynx sont morts sans que les causes n'aient pu être identifiées.

 

  • 2 lynx (1 mâle et 1 femelle) ont dû être repris : provenant du zoo du Birmingham en Grande-Bretagne, ils étaient trop imprégnés par l'homme.

 

  • 3 lynx réintroduits en 1992 (2 mâles et 1 femelle) ont vu leur collier cesser de fonctionner brutalement, respectivement après 37, 108 et 129 jours. L'arrêt des émissions après une période si courte est certainement dû à la mort, volontaire ou accidentelle, de ces lynx.

 

En admettant la mort de ces 3 lynx, le nombre d'individus potentiels ayant constituer la population de lynx dans les Vosges est de 10 individus seulement (6 mâles et 4 femelles).

 

 

Élisa, Alex ou Boric ont aujourd’hui disparu, tout comme Alex, Xénie ou Sixty qui ne répondent plus aux appels du collier émetteur.

 

Une population à la dérive

 

Au cours de l'hiver 2011-2012, une seule donnée de présence avérée du prédateur a été recueillie dans le massif du Donon. Il semble donc que la disparition du lynx dans les Vosges est irrémédiable. La descendance du groupe de 21 animaux graduellement réintroduits dans les Vosges entre 1983 et 1993, risque donc de s'éteindre rapidement, faute de relève, tant la chance de rencontre entre un mâle et une femelle est désormais infime. Pourtant, jamais un prédateur n'avait été autant suivi, espionné…

 

Lynx-des-Vosges.jpg

Ce mâle, pris au piège photo le 17 mars 2012 au Donon représente l'unique survivant de l'espèce

 

 

Une unique donnée résume la situation critique du lynx boréal dans les Vosges : lors de l'hiver 2011-2012, les pièges photographiques éparpillés ça et là au cœur de la Ligne bleue n'ont révélé la présence effective que d'un seul animal, Douze clichés d'un mâle, toujours le même, pris dans le secteur du Donon, l'une des aires d'évolution dites régulières du félidé. Ailleurs, c'est le silence complet. Cette déconfiture n'étonne pas outre mesure François Léger, de la direction de la recherche et du développement de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) basée à Gerstheim, dans le Bas-Rhin.

"Depuis les années 2008-2010, le volume de données recueillies sur le terrain est en chute libre. Cela se traduit par une nette rétractation des zones de répartition et forcément une diminution du nombre d'individus. Le dernier cas de reproduction avéré, une femelle observée avec un jeune dans le massif du Taenchel, date de l'hiver 2008-2009" ajoute le spécialiste, co-animateur du Réseau Lynx avec son collègue Alain Laurent.

Bref, après l'espoir d'une implantation pérenne entre 2000 et 2005 où l'ONCFS avait même constaté une expansion territoriale de l'animal vers le nord de la vieille montagne, c'est bien le phénomène inverse qui se produit actuellement. Résultat : alors que la population était estimée au-delà d'une vingtaine de sujets il y a encore 7 ans, il en subsisterait aujourd'hui tout juste une poignée. Autant dire que l'avenir de ce gros chat à la robe parcimonieusement tachetée est plus que compromise.

 

Le réseau Lynx dans le massif vosgien

 

Créé après son retour dans le Jura afin d'évaluer les dommages qu'il pouvait occasionner sur le cheptel domestique, le Réseau Lynx s'est étendu ensuite au massif vosgien. Il compte 345 correspondants, des naturalistes, techniciens de fédération de chasse, agents de l'ONCFS. de l'ONF, de la gendarmerie...

Difficile de passer entre les mailles d'une telle trame d'observateurs avertis renforcée de surcroît par les mouchards photographiques. Car, malgré sa personnalité farouche et solitaire, l'animal se trahit par les indices qu'il sème : traces dans la neige, reliefs de proies, crottes ou bouloches de poils. "L'hiver dernier, 60 membres du réseau ont parcouru 2.500 km dans la neige en condition optimale et ils n'ont rien observé de significatif", souligne François Léger qui voit dans le braconnage un coupable idéal quand d'autres spécialistes de l'animal ciblent plutôt le mitage routier de la montagne pour l'exploitation forestière ou le développement de la fréquentation touristique. Une forte emprise humaine qui épargne encore le vieux karst jurassien où les effectifs de lynx se portent bien et dépassent la centaine de spécimens. Depuis le mois de décembre, l'ONCFS a donc déployé les grands moyens pour y voir plus clair : elle a placé 60 pièges photographiques sur un périmètre de 300 km2, là où l'espèce est censée se manifester. Trois semaines après l'installation du dispositif, aucune présence n'a été détectée. Bilan final en mars 2013.

Source :

Patrice Costa, Est Républicain (06/01/2003).

Lynx_Vosges.jpg

Le Lynx boréal : un magnifique félin !

 

Voir également la vidéo sur le Lynx réalisée par le Muséum National d'Histoire Naturelle pendant le Tour de France