Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2017

Balades naturalistes : fréquentation

Objectifs de ce blog

Statistiques de fréquentation

 

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n'être qu'un penseur…

If, Rudyard Kipling, 1896.

 

 

CLASSEMENT INTERNATIONAL DE

"BALADES NATURALISTES"

 

Blog distingué par Golden Blogs Awards 2014 et classé troisième dans la catégorie "Biodiversité"

 

 

Lire la suite

Merle noir leucique

Merle-blanc-18-01-2017-200.jpgMerle noir leucique

 

"Connu comme le merle blanc" est une expression désignant une chose exceptionnelle ou rarissime. "Le Merle blanc"  est quelqu’un qui possède des qualités très difficiles à réunir.

En effet, des anomalies de coloration du plumage sont occasionnellement observées chez les Merles noirs. Les deux clichés joints sont l'œuvre de Christophe Mauvais, un ornithologue de obsnatu-fc qui a pu l'observer à la mangeoire durant les mois de décembre 2016 et de janvier 2017.

Même si ces phénomènes demeurent rares en chiffres absolus, ils semblent moins exceptionnels que chez les autres espèces d'oiseaux. Selon des observations menées en Grande-Bretagne, sur l'effectif total d'oiseaux décolorés recensés de toutes espèces, 29 % appartiennent au genre Turdus et sont principalement des Merles noirs, en l'occurrence des merles blancs. L'existence de merles blancs avait déjà été rapportée entre autres par Buffon.

Les anomalies s'expriment toutes par une décoloration plus ou moins prononcée, mais sont de natures diverses et peuvent relever de l'albinisme[1] véritable et total (l'albinisme est ou n'est pas, l'albinisme ne peut être partiel), de diverses formes d'aberration (leucisme[2], dilutions, schizochroïsmes[3]). Alors que pour les vrais albinos la cause est purement génétique, d'autres facteurs, comme le vieillissement ou les carences alimentaires et vitaminiques, peuvent intervenir pour expliquer les déficiences de pigmentation.

Il existe deux principales formes de leucisme : pâleur généralisée due à une diminution équivalente de pigments dans toutes les plumes ou présence de taches blanches causée par l’absence totale de pigments à certains endroits À la différence de l’albinisme, le leucisme touche tous les pigments comme les caroténoïdes et non seulement la mélanine. Les animaux leuciques ne sont pas plus sensibles au soleil que les autres. Au contraire, ils y seraient même légèrement plus résistants : la couleur blanche ayant un albédo élevé, elle protège davantage de la chaleur.

Les oiseaux albinos ont les yeux roses. Ce phénomène s’explique par le fait qu’en raison de l’absence de mélanine dans l’organisme de ces individus. Les yeux ne peuvent que laisser transparaître les vaisseaux sanguins situés derrière eux. Il est possible qu’un oiseau entièrement blanc produise certaines concentrations de mélanine. Par exemple, un individu tout blanc aux yeux foncés serait atteint de leucisme puisque cette mutation se limite au dépôt des pigments dans le plumage.

Réputés plus vulnérables, les individus entièrement blancs ont de moindres chances de survie et de reproduction (les albinos ont une déficience visuelle qui les voue à une mort rapide, en général les albinos rencontrés sont donc toujours des sujets jeunes ; en revanche les merles leuciques n'ont pas d'atteinte oculaire et peuvent très bien atteindre l'âge adulte). Aussi la plupart des merles tout blancs que l'on peut observer actuellement, qu'il s'agisse de véritables albinos ou non, sont des animaux reproduits sous la protection des humains. Quant aux décolorations partielles qui surviennent chez des animaux réellement sauvages, il semble qu'elles soient nettement plus fréquentes en milieu urbain.

Comme si la situation n’était pas assez complexe, il arrive parfois qu’un oiseau perde des plumes en échappant de justesse à un prédateur. Les nouvelles plumes peuvent être blanches et reprendre leur couleur normale à la prochaine saison de mue. Bien que la repousse en blanc s’apparente au leucisme, il s’agit d’un phénomène distinct.

Texte tiré de Wikipedia

 

[1] L'albinisme est une particularité génétique héréditaire qui affecte la pigmentation et se caractérise par un déficit de production de mélanine. L’albinisme ne renvoie qu’à l’absence totale de mélanine. Il est donc possible qu’un oiseau albinos présente tout de même des couleurs. L’albinisme touche les mammifères, les oiseaux, les poissons, les amphibiens et les reptiles et peut aller jusqu'à l'absence totale dans l’iris et les téguments (épiderme, poils et cheveux, plumes), malgré la présence normale de cellules pigmentaires.

[2] Le leucisme ou leucistisme est un ensemble de phénotypes caractérisés par la couleur blanche des téguments sur toute la surface ou par zones (aspect pie, bicolore, etc.), liés à un déficit (absence ou dégénérescence) des mélanocytes et autres cellules pigmentaires). Il s'agit d'une mutation génétique qui empêche la production le dépôt normal de mélanine et d’autres pigments dans le plumage. Dans ce cas, certains gènes soit interfèrent avec la différenciation ou la migration des chromatophores et des mélanocytes issus de la crête neurale lors de l’embryogenèse, soit entraînent leur dégénérescence, leur nécrose ou leur apoptose prématurée. La rétine est normalement constituée et l'iris est normalement pigmenté ou de couleur plus claire que le phénotype normal, mais jamais totalement dépigmenté comme dans l’albinisme. La raison pour laquelle le leucisme influence moins les yeux serait que les épithéliums pigmentaires de l’iris et de la rétine proviennent du tube neural et non de la crête neurale.

[3] Le schizochroïsme est une aberration de couleur liée à l'absence d'une des deux mélanines (eumélanine ou phéomélanine).

 

Merle-blanc-Paroy-18-01-2107-450.jpg

Cliché © Christophe Mauvais obsnatu-fc

 

Réédition du Faucon pèlerin de René-Jean Monneret

Réédition du Faucon pèlerin

de René-Jean Monneret

 

Début mars 2017, Delachaux et Niestlé va rééditer  le bouquin du Jurassien René-Jean Monneret sur le faucon pèlerin.

 

CP-Le-faucon-pèlerin-450.jpg

20/01/2017

Rencontres L.A.V.E. Grand Est des 28-29 janvier 2017 à Lons (Jura)

Rencontres L.A.V.E. Grand Est des 28-29 janvier 2017 à Lons (Jura)



Nous vous rappelons que c’est à la fin de la semaine prochaine, les samedi 28 et dimanche 29 janvier, au Carrefour de la Communication, le CarCom (Attention : nouveau lieu, cette année !) au centre de Lons-le-Saunier, Jura, qu’auront lieu les 14es Rencontres Grand Est (participation aux frais : 3 euros / personne)... pour lesquelles voici le programme, encore très dense cette année, des projections du samedi après-midi et le menu du samedi soir :
 
Samedi 28 :

  • Accueil à partir de 11h30 au CarCom de Lons pour pique-niquer dans une salle au 1er étage (pensez à votre casse-croûte !).
  • 14h : Projections de vos images en salle de conférence du CarCom, avec au PROGRAMME :

 

Première partie de 14h à 16h40


  1. Volcans du Nicaragua avec, entre autres, le lac de lave apparu dans le cratère du Masaya en 2016 / Annie Buard
  2. La Dominique, île la plus active des Antilles / Marie-Anne Bardet
  3. Éthiopie : plusieurs visites au lac de lave de l’Erta Alé avec des variations de niveau qui ont conduit à son débordement en novembre 2016. Caravanes de sel vues du ciel et images spectaculaires de Dallol pour compléter le spectacle / Annie Buard, Nathalie Duverlie, Régis Étienne, Patrick Marcel et Sylvain Chermette
  4. Xavier Bourgin présentera son projet de film géologico-poétique qui l’a mené des Alpes en Sicile : « Le clan des africaines aux noces des glaces »
  5. Pause de 16h40 à 17h15…
  6. Projection du film « Les éruptions de L.A.V.E. » réalisé  / Patrick Marcel

 

Deuxième partie de 17h15 à 19h30

 

  1. Visite des Canaries / Patrice Landry
  2. L’Indonésie mise en lumière via plusieurs destinations : un voyage sur les volcans de Florès / Jacques Kuenlin
  3. Java vue du ciel avec des images exceptionnelles faites avec un drone du volcan de boue Bluduggkuwu et du cratère du Kawah Ijen / Régis Étienne
  4. Final explosif dans les Moluques du nord sur les volcans Ibu et Dukono / Patrick Marcel

 

20h, repas au restaurant la Germandrée… à 17 euros, boissons non comprises, avec au MENU : Salade Franc-comtoise, Suprême de volaille au riesling et spätzles maison, et Profiterole chocolat, parfait glacé à l’orange, sauce chocolat !



Dimanche 29 :

  • Rendez-vous à 9h30 à l’hôtel Ibis Budget, pour une randonnée géologique de 10h à 12h à Saint-Laurent-la-Roche… selon météo, bien sûr.
  • 12h30, repas campagnard dans la salle au village Le Pin.

Voir le document joint pour le détail, les cartes et le coupon-réponse à compléter…

 

(cliquer sur les documents pour les agrandir)

LAVE-invit-Lons2017_Page_1-450.jpg

LAVE-invit-Lons2017_Page_2-450.jpg

 

En effet, si vous ne l’avez pas encore fait ou avez changé d’avis, vous pouvez encore vous inscrire auprès de Simone pour participer à tout ou partie de ces Rencontres Grand Est 2017, notamment pour le restaurant du samedi soir (si possible pour mercredi soir) et le repas campagnard du dimanche.
Pour proposer des images, vous l’aurez compris, le programme est complet !

Au plaisir de vous retrouver pour des explosions d’images volcaniques…

Patrick & Simone, délégation L.A.V.E. Est Alsace Lorraine

   Simone Chrétien : simone.chretien@lave-volcans.com
      +33 (0)3 83 51 52 98 ou +33 (0)7 86 01 73 08,
      13 rue Léon Blum, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy
   Patrick Marcel : marcel.pat@sfr.fr
      +33 (0)3 84 25 30 53

17/01/2017

Pic mar ou Pic épeiche ?

Histoire de Pics

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

 

La période de froid que nous traversons en ce mois de janvier 2017 favorise le rapprochement de certains oiseaux en quête de nourriture dans nos jardins et à proximité de nos maisons.

 

Beaucoup de monde s'inquiète cette année de la sensible diminution du nombre d'oiseaux aux mangeoires installées à leur attention. Aucune explication fondée ne permet pour le moment d'apporter de réponses à ce constat, mais il est certain que l'érosion de la biodiversité que l'on constate tous les jours n'y est pas étrangère.

 

La présence régulière sur un point de nourrissage d'un Pic épeiche et de son proche cousin plus discret, le Pic mar, me permet de photographier ces deux espèces dans d'excellentes conditions.

 

Pas toujours évident pour une personne non initiée de différencier à distance ces oiseaux dès le premier coup d'œil.

 

La comparaison de ces deux images ne laissera plus aucun doute sur l’identification des deux espèces si vous parvenez à mettre dans l'axe de vos jumelles l'un ou l'autre de ces Pics.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,pic mar,pic épeiche,picidés

Clichés © Dominique Delfino

14/01/2017

PESTICIDES : VENDRE COUTE QUE COUTE !

FNE-logo180.pngPESTICIDES : VENDRE COÛTE QUE COÛTE !

 

Le 28 décembre 2016, en toute discrétion, les vendeurs de pesticides ont réussi à faire annuler l’ordonnance établissant les certificats d’économie de pesticides (CEPP). Le nouveau dispositif les contraignant à réduire leurs ventes de pesticides de 20% d’ici 2020, les vendeurs et les distributeurs veulent préserver le marché très rentable des pesticides, sans être inquiétés !

Le constat est sans appel et connu de tous : les indicateurs d’usage des pesticides sont dans le rouge. Malgré les dispositifs volontaires mis en place depuis 2007 pour expérimenter et proposer des alternatives, l’usage des pesticides a augmenté notablement de 9.7% en 2014 par rapport au chiffre de l’année précédente. On est très loin de l’objectif du Grenelle de diviser par 2 la consommation en 2018[1].

Faut-il rappeler que les pesticides sont dangereux ?

L’impact des pesticides sur l’environnement et la biodiversité n’est plus à démontrer. Ils cassent les chaînes alimentaires, perturbent la reproduction des animaux ou les intoxiquent tout simplement. L’exemple de la surmortalité des abeilles, insectes si importants pour les équilibres naturels, est la parfaite illustration.

Pour Charlotte Lepître, coordinatrice du réseau santé de FNE « Nous ne pouvons plus sous-estimer la dangerosité des pesticides sur la santé. Chaque année, de nouvelles molécules utilisées pendant des années sont interdites à la vente à cause de leur toxicité pour l’Homme. Elles sont aussitôt remplacées par d’autres dont la non-toxicité n’est pas totalement prouvée. »

L’intérêt privé avant l’intérêt collectif et la santé publique

Et pourtant les pesticides ne sont pas une fatalité ! Des agriculteurs se sont lancés dans l’agro-écologie et démontrent chaque jour qu’il est possible de réduire de 30% et plus leur usage sans baisser les rendements. Les solutions existent ! Il est aujourd’hui nécessaire d’impulser fortement la transition en impliquant tous les acteurs. Pour cela, l’approche des certificats d’économie de pesticides est très intéressante. En plus d’être contraignants, ils impliquent réglementairement les distributeurs, généralement en charge du conseil aux agriculteurs, dans la réduction d’usage des pesticides. C’est une mutation profonde du rôle des coopératives et du négoce agricole.

Pour Jean-Claude Bévillard, responsable des questions agricoles pour FNE : « Les marchands de pesticides résistent pour ne pas réduire leurs ventes et préserver leurs intérêts. Ils attaquent de manière procédurière les mesures qui pourraient orienter intelligemment l'agriculture vers un usage réduit des pesticides. Le gouvernement et le Parlement doivent réagir rapidement pour remettre en place un processus essentiel dans la transition agro-écologique de l’agriculture Française mais surtout pour la protection de la santé des citoyens et de l’environnement ».

 
[1]Le chiffre de référence en ce qui concerne la consommation de pesticides en France est celui de 2007.

 


France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l´environnement. C'est la porte-parole d'un mouvement de 3500 associations, regroupées au sein de 74 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. France Nature Environnement, partout où la nature a besoin de nous. www.fne.asso.fr

13/01/2017

Destruction de la loi littoral par le sénat

FNE-CP-2017-01-13-450.jpg

04/01/2017

Biodiversité et productivité de la forêt

Relations positives entre biodiversité

et productivité prédominantes

dans les forêts mondiales

 

La relation entre la biodiversité et la productivité des écosystèmes herbacés a été explorée en long et en large. En revanche, en ce qui concerne la flore arborescente, c'est-à-dire les forêts, les schémas sont beaucoup moins bien compris. Jusqu'à présent, il y avait eu peu d'expériences sur la diversité des arbres et le BPR forestier (effet de la biodiversité sur la productivité des écosystèmes) n'a été exploré que dans le cadre d'études d'observation à échelle régionale. Ainsi, la force et la variabilité spatiale de cette relation restaient inexplorées à l'échelle mondiale.

 

Pourtant, le BPR forestier se trouve à la base de la compréhension de la crise mondiale d'extinction et de ses impacts sur le fonctionnement des écosystèmes naturels. Le BPR forestier a été un sujet de recherche important dans l'écologie régionale au cours des dernières décennies, mais ce n'est que récemment qu'on a commencé à développer une perspective globale.

 

biodiversité et productivité de la forêt,global forest biodiversity initiative

Parcelle monospécifique de charmes (forêt de Chaux, Jura)

Cliché DR

 

Dans le monde entier et sous toutes les latitudes, dans le cadre du projet international GFBI (Global Forest Biodiversity Initiative), un ensemble de 84 chercheurs (Liang et al. [2016]) ont amassé une somme impressionnante de données mondiales sur la forêt portant sur plus de 770 000 parcelles d'échantillonnage dans 44 pays.

 

Ils ont ainsi mis en évidence une relation positive et cohérente entre la diversité des arbres et la productivité des écosystèmes aux échelles du paysage, du pays et de l'écorégion. En moyenne, une perte de 10% de la biodiversité entraîne une perte de productivité de 3%. Cela signifie que la valeur économique du maintien de la biodiversité pour la productivité forestière mondiale est plus de cinq fois supérieure aux coûts de conservation globaux.

 

biodiversité et productivité de la forêt,global forest biodiversity initiative

Forêt primaire tropicale (Bélouve, Réunion)

Cliché © André Guyard

 

Les forêts sont les plus importants dépôts mondiaux de la biodiversité terrestre, mais la déforestation, la dégradation des forêts, le changement climatique et d'autres facteurs menacent environ la moitié des espèces d'arbres dans le monde. Bien que des efforts considérables aient été déployés pour renforcer la préservation et l'utilisation durable de la diversité biologique des forêts dans le monde entier, les conséquences de cette perte de diversité constituent une grande incertitude pour les efforts internationaux de gestion et de conservation des forêts. La BPR de la forêt représente un chaînon manquant essentiel pour une évaluation précise de la biodiversité mondiale et une intégration réussie de la conservation biologique et du développement socioéconomique.

 

biodiversité et productivité de la forêt,global forest biodiversity initiative

Parcelle de feuillus diversifiés

Cliché © André Guyard

 

 Les chercheurs du GFBI ont exploré l'effet de la richesse des essences forestières sur la productivité du volume d'arbres à l'échelle mondiale en utilisant des inventaires forestiers répétés de 777 126 parcelles d'échantillonnage permanentes dans 44 pays contenant plus de 30 millions d'arbres de 8737 espèces couvrant la plupart des biomes terrestres. Les résultats révèlent un effet positif cohérent de la biodiversité sur la productivité forestière à travers le monde, montrant qu'une perte continue de la biodiversité entraînerait un déclin accéléré de la productivité forestière mondiale.

biodiversité et productivité de la forêt,global forest biodiversity initiative

Parcelle monospécifique de Douglas

Cliché © André Guyard

 

Le BPR montre une variation géospatiale considérable à travers le monde. Le même pourcentage de perte de biodiversité entraînerait un déclin relatif relatif (c'est-à-dire en pourcentage) de la productivité dans les forêts boréales de l'Amérique du Nord, de l'Europe du Nord-Est, de la Sibérie centrale, de l'Asie de l'Est et des régions éparses de l'Afrique centrale et méridionale. Dans l'Amazonie, l'Afrique de l'Ouest et du Sud-Est, le sud de la Chine, le Myanmar, le Népal et l'archipel malais, le même pourcentage de perte de biodiversité entraînerait un déclin absolu de la productivité.

 

En conclusion, la santé d'une forêt est liée à la diversité de ses arbres. Plus une parcelle forestière contient d'espèces, plus elle est productive — autrement dit, plus elle fabrique de matière végétale au mètre carré.

 

Mais de l'avoir démontré à pareille échelle devrait définitivement tordre le cou à l'idée que la parcelle la plus productive est celle où tous les arbres appartiennent à la même espèce. "De plus, la biodiversité est une assurance contre le changement climatique : si l'on a plus d'espèces, on a plus de chances que la forêt résiste bien au réchauffement."

 

Ces résultats mettent en évidence l'effet négatif de la perte de biodiversité sur la productivité forestière et les avantages potentiels de la transition des monocultures aux peuplements mixtes dans les pratiques forestières. La BPR découverte à travers les écosystèmes forestiers du monde entier correspond bien aux progrès théoriques récents, ainsi qu'aux études expérimentales et observationnelles sur les écosystèmes forestiers et non forestiers. Sur la base de cette relation, la perte constante d'espèces dans les écosystèmes forestiers dans le monde pourrait réduire considérablement la productivité forestière et donc le taux d'absorption du carbone forestier pour compromettre le puits mondial de carbone forestier.

 

La valeur économique de la biodiversité pour le maintien de la productivité forestière commerciale est estimée de 166 à 490 milliards de dollars par an. Bien qu'elle ne représente qu'un faible pourcentage de la valeur totale de la biodiversité, cette valeur est de deux à six fois supérieure à ce qu'elle coûterait pour mettre en œuvre efficacement la conservation à l'échelle mondiale. Ces résultats soulignent la nécessité de réévaluer l'évaluation de la biodiversité et les avantages potentiels de l'intégration et de la promotion de la conservation biologique dans la gestion des ressources forestières et les pratiques forestières dans le monde entier.

 

Source :

Liang et al. (2016).— Positive Biodiversity–Productivity Relationship Predominant in Global Forests Science 14 oct. 2016 : Vol. 354, n° 6309, DOI: 10.1126 / science.aaf8957

 

Effet-global-de-la-diversité-des-essences-forestières-sur-la-productivité-forestière-450.jpg

Effet global de la diversité des

essences forestières sur la productivité forestière

 

Les données obtenues au sol provenant de 777 126 parcelles d'échantillonnage permanentes de la diversité biologique des forêts (zone bleu foncé), qui couvrent une partie substantielle de l'étendue forestière mondiale (en blanc), révèlent des relations positives. La ligne rouge concave avec des bandes roses représentant un intervalle de confiance de 95%).

 

03/01/2017

Kite-surf à Brognard

Kite-surf à Brognard

 

par Dominique Delfino

Photographe

 

Quelques centimètres de neige, un froid persistant sur le plateau de Brognard terrassé récemment dans le cadre de l'aménagement de Technoland 2, offriront sur certains espaces naturels le terrain de jeu idéal à des activités de plein air.

 

L'ambiance dont je profite en cette fin de journée à l'occasion de ce superbe coucher de soleil, rappelle plus celle d'une soirée d'été en bord de mer à la vue de ce kite-surf glissant sur l'horizon. Manquent juste les goëlands et les mouettes !

 

Le contre-jour et ma position en contreplongée me permettront de suivre les va-et-vient de ce sportif jouant avec le vent sur cette petite ligne de crête sur laquelle le rideau de théâtre se referme avec les dernières lueurs chaudes du soleil couchant.

 

Plus de hérons et autres oiseaux pour l'heure sur cet espace. Effarouchés par cette grande voile souvent considérée comme un prédateur, ils regagneront les lieux ultérieurement en toute confiance.

 

Kite-surf-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

02/01/2017

Prouesses migratoire de la Vanesse du Chardon

Vanessa-cardui-200.jpgProuesses migratoire de la Vanesse du Chardon

 

La Vanesse du Chardon ou Belle-Dame est un papillon de taille moyenne à grande : la longueur de l'aile antérieure est en général comprise entre 27 et 31 mm. Une grande partie du dessus des ailes consiste en un fond orange rosé orné de taches noires, à l'exception de la partie apicale des ailes antérieures qui est noire à taches blanches. Le dessus des ailes postérieures présente une série de 4 à 5 points postdiscaux noirs. Le revers des ailes postérieures est chamarré de beige et de blanc, avec des nervures blanches et cinq ocelles postdiscaux dont certains ont le centre gris-bleu. Les deux sexes sont semblables.

Vanessa-cardui-450_02.jpg

Vanesse du Chardon

(Cliché DR)

Probablement le papillon le plus commun d'Europe, l'espèce n’est pas résidente permanente en France métropolitaine, mais est présente une partie de l’année (d’avril à octobre environ) en tant que migratrice, et peut être observée dans tous les départements, en abondance très variable selon les années.

 

Non seulement la Belle-Dame est une espèce migratrice : elle est même considérée, parmi les papillons, comme le plus grand migrateur connu. L’espèce hiverne en Afrique puis migre vers l'Europe centrale et du sud au printemps (d'avril à juin), atteignant des latitudes plus ou moins élevées selon les années. Elle se reproduit alors en Europe durant la saison chaude, accomplissant d’un à trois cycles reproductifs. À l’automne, les descendants des migrants de printemps meurent ou migrent à nouveau vers le sud. L’espèce reste donc absente d’Europe de novembre à février.

 

La Belle-Dame est un prodige du voyage : deux chercheurs viennent de révéler qu'il accomplit une migration défiant l'entendement. Non seulement il forme, à l'automne, des vols pour traverser la Méditerranée et gagner le Maghreb - ce qui est déjà un bel exploit... Mais il franchit ensuite les 4 000 m d'altitude de l'Atlas, puis encore des centaines de kilomètres brûlants de Sahara... jusqu'aux hauts plateaux éthiopiens. Un périple de 4000 km !

01/01/2017

Hérons charognards

Réveillon de Nouvel An pour des hérons

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier

 

C'est une carte de vœux grandeur nature que nous offrait ce dimanche de Nouvel An. Le paysage de givre féérique que je découvre en ouvrant mes volets me précipite sur le terrain afin de profiter de la lumière matinale direction le plateau de Brognard.

 

Un groupe d'une vingtaine de hérons cendrés regroupés dans une friche givrée semble particulièrement intéressé par de la nourriture providentielle en cette période de disette.

 

Je découvre alors les restes d'un chevreuil mort que les renards , les rapaces et les corvidés n'auront pas tardé à dévorer.

 

Les Hérons, tels des vautours profiteront également de ce festin. Les échassiers ne disposent pas de l'anatomie des oiseaux charognards, leur long bec étant plus adapté à la pêche ou à la capture de petits mammifères.

 

Néanmoins, ils parviendront à prélever quelques restes jouant également les éboueurs de la nature.

 

Mais c'est avant tout cette ambiance, des oiseaux évoluant dans ces hautes herbes givrées, que je garde en mémoire tout comme à travers mon objectif photo.

 

Hérons_01-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

Hérons_02-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

Hérons_03-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino