Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2016

Taux élevé de glyphosate dans les urines des citoyens européens

Des tests révèlent un taux élevé de glyphosate

dans les urines des citoyens européens

 

(Dernière mise à jour : 30 juin 2016)

 

Peu avant que les députés européens ne demandent le 13 avril 2016 une réutilisation limitée du glyphosate, molécule active du Roundup, 48 d’entre eux, venant de 13 pays, ont effectué un test d’urine afin de détecter leur taux de glyphosate. Le résultat est édifiant : tous avaient du glyphosate en taux élevé dans l’urine !

 

Alors que le taux de glyphosate dans l’eau potable, selon la norme européenne, est fixé à 0,1 microgramme/litre, la moyenne du taux de glyphosate dans l’urine des députés européens y est 17 fois supérieure – soit de 1,7 μg/l. En regardant au cas par cas, on remarque que les taux individuels peuvent être bien plus alarmants ! Le record : 35 fois ce taux pour des eurodéputés belges (3,57 μg/l), 29 fois pour le député lituanien (2,84 μg/l) et 25 fois pour certains députés français (2,45 μg/l). Le résultat global du test ne montre pas de variations significatives selon les critères de sexe, âge, pays d’origine ou encore de régime alimentaire.

 

Ce test se veut prouver que le glyphosate, substance classée comme cancérigène probable,1 est présent non seulement dans notre environnement, mais aussi dans notre alimentation – que l’on mange bio ou pas ! Ceci est renforcé par une étude allemande, menée en 2015 sur 2000 échantillons provenant d’un large panel de citoyens, où des traces de glyphosate furent détectées sur 99,6 % des échantillons, avec des concentrations allant de 5 à 42 fois la valeur maximale de résidus autorisés dans l’eau potable en Europe.

 

Le vote du 19 mai sur l’autorisation du glyphosate a été ajourné, l’autorisation actuelle du glyphosate expire fin juin, mais si le comité technique chargé de se prononcer pour l’Union européenne ne peut parvenir à une majorité, quelle qu’elle soit, ce sera à la Commission européenne de trancher. Dans ce cas, la réutilisation limitée pour 7 ans avec des restrictions d’usages (pour les particuliers et les collectivités, notamment) est la plus probable.

 

1 : Le glyphosate a été classé comme cancérigène probable par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), quand l’agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) juge « improbable » qu’il soit cancérigène. Pour comprendre les enjeux derrière cette opposition, je vous invite à consulter l’article de Stéphane Foucart, journaliste au Monde, qui détaille les vices de forme de la recherche conduite par l’Efsa.

 

Pour en savoir plus, lire l'article de Science & Vie de juillet 2016

Scianna Yves (2016). — Le pesticide qui empoisonne la science, Science & Vie n° 1186, juillet 2016, pp. 42-48

 

 

 

La Cétoine dorée

Le monde des insectes

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

L'image de cette semaine est le fruit d'une série de prises de l'un de mes amis Alain se promène rarement sans son appareil photo et ce sont les oiseaux qui retiennent particulièrement son attention, son jardin constituant souvent son terrain de chasse photographique.

 

Le regard porté sur un monde où la diversité est certainement la plus importante, notre photographe en herbe assure chaque année un suivi sur un superbe insecte qui colonise son jardin, la Cétoine dorée (Cetonia aurata).

 

Ce Coléoptère est très commun au jardin. On reconnaît la Cétoine dorée facilement à sa carapace vert métallisé, aux reflets dorés. D'allure assez pataude, elle aime visiter les fleurs où l'on pourra l'observer au milieu des étamines.

 

De la larve à l'adulte, la cétoine est bien utile ! La larve de cétoine est précieuse : elle contribue largement au fonctionnement des écosystèmes en permettant le recyclage de la matière organique. En se nourrissant des déchets végétaux, elle permet leur décomposition en humus.

 

Cétoine-dorée-450.jpg

Cliché © Alain Lejeune

25/05/2016

Le Foulque Macroule

Un appel en trompette

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

 

Souvent pris pour une Poule d'eau par les promeneurs non avertis, le Foulque macroule est présent, parfois même en grand nombre, sur tous les plans d'eau et grandes mares.

 

Les poules d'eau bien qu'assez fréquentes, sont moins nombreuses et plus isolées, leur aspect et même leur comportement étant très différents.

 

Le Foulque macroule présente une petite tête et un cou noirs qui contrastent fortement avec un bec blanc surmonté d'une plaque frontale, également blanche, très caractéristique et impossible à confondre avec la plaque frontale rouge de la Poule d'eau, une espèce plus petite que le Foulque.

 

En dehors de la période de nidification, les Foulques sont très grégaires mais, dès le printemps, elles défendent leur nid avec véhémence en adoptant une posture de menace (tête baissée et ailes déployées).

 

Cette espèce de la famille des rallidés est omnivore, bien que son régime alimentaire soit essentiellement végétarien. L'oiseau s’alimente de végétaux terrestres et aquatiques (joncs, roseaux, graminées…), de petits animaux notamment de mollusques, de larves et d'insectes.

Excellent plongeur, il s'immerge d'un petit saut pour racler les algues du fond de l'eau avant de réapparaître quelques instants plus tard, semblant flotter comme un bouchon.

 

Généralement très bruyants, les Foulques se caractérisent par leurs cris ou appels en trompette qu'ils émettent régulièrement lors de leurs déplacements au fil de l'eau.

 

foulque macroule,dominique delfino,photographe naturaliste et animalier

Cliché © Dominique Delfino

24/05/2016

Moutons au pâturage

Portrait de campagne

 

par Dominique Delfino

 Photographe naturaliste et animalier

 

Cliché instantané réalisé au détour d'un chemin alors que je me laisse guider par une petite route du Haut-Doubs plongeant dans la vallée du Dessoubre.

 

En cette fin de journée, la lumière à contre-jour m'offre tout au long de cette balade une transparence végétale propre au feuillage printanier qui vient de renaître.

 

Je poursuis mon chemin dans le jeu continuel de lumière en scrutant les moindres détails qui peuvent se mettre en scène face à mon objectif.

 

C'est finalement un tableau champêtre qui capte mon attention. De jeunes moutons au pré sous la vigilance de leur mère ne me lâchent pas du regard dans cet endroit perdu. Le contre-jour dont je profite et la pose prolongée des animaux me laissera le temps de leur tirer le portrait au sein d'un véritable éclairage de studio naturel de campagne.

 

Moutons-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

17/05/2016

Le Faisan de Colchide

Le coq en parade

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

La floraison des fruitiers et des haies qui arborent les paysages du plateau de Dambenois guident mes balades de fin de journée. Entre cultures et prairies, il n'est pas rare de croiser au sein de ces milieux naturels le chemin d'un gallinacé semi-sauvage haut en couleurs, le Faisan de Colchide.

 

Originaire d’Asie, il est introduit en Europe, dès l’Antiquité, par les Romains. Bien plus tard, lors des différentes croisades, nos preux chevaliers et seigneurs, séduits par ce bel oiseau, le ramènent dans leurs fiefs et comtés. Sa présence est confirmée en Europe Occidentale, dès le IXe siècle, par les peintures de scènes de chasse et de nombreux textes.

 

D’abord réservé aux rois, princes et nobles, la Faisan devient au fil des siècles le gibier de base de nombreux territoires.

 

Ce superbe coq surpris au détour d'une haie me distance très rapidement pour se réfugier dans un champ de céréales, le regard toujours tourné dans ma direction.

 

Son œil vif brille à travers mon téléobjectif le temps d'une série d'images, dans un contraste de couleurs où se mêlent plumage et végétaux.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,faisan de colchide

Cliché © Dominique Delfino

02/05/2016

Mosaïque de colza

Mosaïque de colza

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliiste et animalier

 

En ce printemps 2016, qui n'a pas remarqué la métamorphose de couleurs que subissent nos campagnes depuis quelques semaines ?

 

Le colza semble avoir pris le dessus au sein des parcelles agricoles et sa floraison se maintient particulièrement bien dans le temps cette saison. En revanche, le maïs n'est pas sorti du sol car le début d'année trop pluvieux ne permettait pas le travail de la terre et qu'il n'a pas encore été semé m'explique un agriculteur.

 

Je profite d'une très belle lumière de début de soirée en ce dimanche 8 mai pour prendre de la hauteur et redécouvrir à vol d'oiseau ces paysages dans les environs de Montbéliard.

 

Très vite, les parcelles d'un jaune lumineux se dessinent à l'horizon de la campagne environnante mais s'affichent également aux portes de l'agglomération, contrastant entre agriculture et urbanisme.

 

C'est l'immensité de certaines parcelles qui surprend par leur taille tel un gigantesque damier vu du ciel. L'exploitation de terrains à une échelle bien moindre offre des cultures qui s'imbriquent les unes dans les autres comme en témoigne cette image de mosaïque végétale.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,colza,paysage printanier

Cliché © Dominique Delfino

01/05/2016

Tableau de printemps

Tableau de printemps

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

La floraison des cerisiers s'inscrit dans les paysages de printemps de manière temporelle.

 

La météo variable d'une année sur l'autre conditionne l'épanouissement des arbres fruitiers à cette saison profitant d'un développement des fleurs plus ou moins remarquable.

 

Si les cerisiers arborent cette parure de manière simultanée, il suffit de légères différences d'altitude et d'exposition pour constater des niveaux de floraison souvent très différents.

 

En parcourant les très beaux vergers de Vandoncourt en fin de journée, au détour de nombreux chemins, je finis par me retrouver sur les hauteurs du village de Glay. Les cerisiers éclairés par le soleil couchant illuminent ce paysage champêtre et se détachent de la vallée qui, progressivement, plonge dans l'ombre.

 

Un tableau de printemps fugace dont il ne fallait pas se priver, particulièrement cette année 2016 marquée par une météo très instable.

 

Tableau-de-printemps-Delfino-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino