Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2015

La ville de Besançon recrute un jardinier

Un jardinier botaniste (h/f) pour la ville de Besançon

 

 La Ville de Besançon recrute un jardinier botaniste (h/f) au sein de la Direction Espaces Verts, Sportifs et Forestiers (site du Jardin Botanique de la Ville et de l’Université).

Missions :
-  Gérer et cultiver une partie des collections extérieures (systématique, plantes aquatiques, plantes de zones humides tourbeuses...),
-  Réaliser des petits travaux d’entretien des espaces verts et de la multiplication des plantes,
-  Participer à l’accueil du public et aux manifestations organisées pour le grand public et les scolaires (pouvant avoir lieu le samedi).

Profil recherché :
-  Être titulaire d’un titre de jardinier botaniste et d’un diplôme homologué dans le domaine des Espaces Verts
-  Aptitude au travail en équipe
-  Qualités relationnelles et pédagogiques
-  Rigueur
-  Dynamisme
-  Sens de l’organisation et de l’initiative .

Poste :
Le poste est ouvert aux agents relevant du cadre d’emploi des adjoints techniques.

Modalités de candidature :
Merci d’adresser avant le 12 novembre 2015 lettre et CV à :
Monsieur le Maire - Pôle des Ressources Humaines
Direction Emploi et Compétences
2, rue Mégevand - 25034 BESANCON CEDEX

Contact :
Corinne DUPRE - Chef du service Espaces Verts et Etablissement horticole au 03.81.41.53.14.

07/10/2015

Dérives climatique et démographique

Dérives climatique et démographique

 

par Francis Rougerie, avril 2015


“Avec un peu de patience, tout finira très mal” ! Catulle, 60 av.J.C.


Le climat semble être devenu un sujet à la mode, un sujet porteur sur lequel il est bon d’avoir quelque avis, et sur lequel nos représentants politiques prennent volontiers des poses volontaristes et organisent de grandes messes internationales. La conférence sur le Climat, prévue à Paris en décembre 2015, sera la 21e sur le sujet en moins de 30 ans.


Les sceptiques ricanent : “Pourquoi s'inquiéter pour quelques petits degrés en plus dans un siècle, on aura moins froid l’hiver, la belle affaire !” La démographie humaine, à l’inverse, ne semble pas passionner les foules et leurs représentants. Le concept de “transition démographique” est immédiatement opposé à quiconque s’inquiète de ce qui ressemble pourtant fort à une prolifération incontrôlée de l’espèce humaine. Celle-ci est en effet passée de un à plus de sept milliards en deux siècles, et continue à croître de 75 millions chaque année, pour, d’après les projections des experts de l’ONU, culminer vers 12 milliards dans un siècle.

 

 

Démographie-humaine-Évolution-450.jpg

Évolution de la démographie humaine

 

 

Chronique d’un désastre annoncé ?

 

Cette fameuse “transition démographique“, sorte de main invisible censée maintenir les effectifs de l’humanité dans des proportions adéquates, eu égard aux ressources et aux fondamentaux écologiques, serait donc un leurre. Et comme le montre le tableau inclus dans le graphique ci-dessus, les ressources naturelles non renouvelables fondent aussi vite que la glace des pôles, et manqueront de plus en plus à nos descendants.

Voici venir le temps du monde fini…

 

Cette citation de Paul Valéry date de 1930, et s’est pleinement réalisée en moins d’un siècle, celui de la bombe atomique, des satellites, des premiers pas sur la Lune, des premiers engins sur Mars, sur Titan et sur une comète. Siècle aussi des avions gros porteurs, des ordinateurs miniatures, des écrans multifonctions et des moteurs jamais au repos. Tout comme l’espèce humaine, plus que jamais en désir de dompter la terre et l’océan, le ciel et les abysses. Et qui en général y arrive assez bien, enchaîne les exploits technologiques, les prouesses médicales et les découvertes scientifiques. Tout serait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes ?


Comme on le sait, pas tout à fait. Des guerres par ci, des émeutes par là, des famines récurrentes et des misères multiples assaillent une humanité plus que souvent souffrante, voire un peu désespérée. Bilan fort contrasté donc, où la balance oscille entre le triomphe d’un capitalisme qui affiche 2000 milliardaires en cravate et jets privés, et des hordes de millions de réfugiés qui fuient l’insupportable.

 

Tentative d’interprétation en forme de pavés dans la mare :

 

  • Premier pavé : “Pour pouvoir vivre avec le niveau de vie d’un parisien moyen, l’humanité ne devrait pas dépasser les 2 milliards“. C’est de Jacques-Yves Cousteau, qui fut un peu le pape de l’océanologie.

 

  • Deuxième pavé : “Pour continuer à vivre sur son (grand) pied, il faudrait que l’humanité trouve (et exploite) une nouvelle planète tous les 20 ans.” C’est de Jacques Chirac-Nicolas Hulot (Déclaration à la conférence de Johannesburg en 2002 ).

 

  • Troisième pavé : “Notre petite planète a une peau, et cette peau peut avoir des maladies. La plus terrible s’appelle l’homme.” Frédéric Nietzsche.


On pourrait continuer, mais c’est assez clair, on a été trop loin dans les effectifs (les loca-terre !) et dans l’exploitation de notre petite planète, et on commence à en percevoir les effets dévastateurs en terme d’épuisement des ressources, de pollutions et de déséquilibres divers.


Homo sapiens est devenu Homo sapiens demens proliferens... ce n’est pas encore officiel, mais qui pourrait prétendre le contraire ? Et bien beaucoup de monde, des grands croyants natalistes aux dictateurs bornés, en passant par les exploiteurs et négriers de toute sorte. Restent donc les communautés scientifiques, et les citoyens informés et responsables...


Et ce que disent les scientifiques est également de plus en plus clair et convainquant, à savoir que les activités de notre prodigieuse et insatiable humanité ont un effet notable sur tous les compartiments bio-géochimiques de la planète, et également sur le climat. (En fait une petite fraction de la communauté scientifique conteste la réalité du changement climatique, mais ces climato-fixistes n’ont jamais produit d’arguments robustes, même s’ils contribuent à alimenter d’indispensables débats contradictoires).


Ça va chauffer...


La teneur en gaz carbonique (CO2) est faible dans notre atmosphère (300 ppm au siècle dernier), mais il se trouve que ce gaz piège le rayonnement solaire, en particulier dans la bande infra-rouge. Sans la présence de ce gaz, à “effet de serre”, la température moyenne globale serait de -15°C, et la Terre serait une boule de glace (et ce phénomène s’est effectivement produit dans un très lointain passé).


Actuellement la température moyenne globale se situe autour de + 15°C, pour le plus grand bonheur de la bio-diversité. Mais les mesures de
CO2 atmosphérique montrent que ses teneurs croissent rapidement, comme le montre la courbe ci-dessous (établie par C.D. Keeling à Hawaii et validée en divers points de la planète).

 

Teneur-atmosphérique-en-CO2-450.jpg

 

Cette courbe montre que le CO2 est passé de 300 ppm avant 1950 à 400 ppm en 2014. De sorte que, en 2014, ce sont 40 milliards de tonnes de CO2 (40 billion tonnes of CO2) qui ont été émis. D’où vient cet excès de gaz à effet de serre ?


Chacun connaît la réponse : la seule source de
CO2 possible à pareille échelle pointe vers les activités humaines; la combustion des combustibles fossiles (charbon, pétrole, méthane) dégage actuellement de l’ordre de 100 millions tonnes /jour de CO2 (36 milliards tonnes/an). Ce carbone fossile a une signature isotopique spécifique, ne possède pas la forme 14C, et cette caractéristique permet d’identifier avec certitude une origine “hydrocarbure fossile”.


Ces hydrocarbures fossiles ont été piégés au cours des temps géologiques, et chaque année l’homme brûle un stock correspondant à un million d'années de séquestration de carbone dans les entrailles de la Terre. Pour résumer, l’atmosphère est très sensible à la présence de
CO2 (et également de méthane), et l’activité humaine en dégage des quantités de plus en plus importantes.


Les prélèvements d’air effectués dans les glaces forées au Groenland et en Antarctique montrent qu’il y a 12 000 ans, au plus fort de la dernière glaciation, la teneur en
CO2 était de 200 ppm, la température moyenne de 12,5°C, et l’océan plus bas de 120 mètres.


Un cycle climatique naturel astronomique (Cycle de Milankovitch, calé sur 100 000 ans) a alors déclenché la passage du glaciaire vers le tempéré. Ainsi, 100 ppm de
CO2 en plus ont accompagné le passage d’un climat glaciaire vers le climat tempéré du type de celui où nous étions vers 1900, et donc sur un laps de temps de 10 000 ans ; les 100 ppm que nous venons d’ajouter en un siècle représentent un rythme 100 fois plus rapide. Comment l’équilibre océan/atmosphère se débrouillera avec ça, nul ne le sait avec précision. Mais nous irons inévitablement vers un climat de plus en plus chaud, voire torride.


La Conférence sur le Climat tenue à RIO en 1992 avait bien cerné la gravité du problème. Les intervenants économiques et politiques s’étaient quittés en s’engageant à réduire leurs émissions de
CO2, pour que les émissions globales (18 milliards tonnes/an à l’époque) soient réduites de moitié.


23 ans plus tard le constat est sans appel : les émissions ont doublé ! (et donc la courbe de Keeling n’en finit pas de monter.) Voulons-nous, ou pas, la laisser monter jusqu'à épuisement des réserves de carbone fossile, donc en laissant le “business as usual” pendant encore un petit demi-siècle ?


Du fait d’une course effrénée vers une croissance économique combinée à une démographie galopante, nous poussons de plus en plus la chaufferie planétaire, avec les conséquences logiques qui en découlent : fonte des glaciers, rétraction des banquises et des calottes polaires, modification du régime des pluies, élévation du niveau océanique de 3 à 4mm/an, etc. Dans quelques générations, la vie sur Terre, avec plusieurs degrés en plus, deviendra alors tout autre chose que ce qu’elle est aujourd’hui...


”Tous ne mourront pas, mais tous seront touchés”. (Corneille, dans “Le Cid”).


Le mythe des mains invisibles


Comme on le sait, deux mains invisibles étaient censées protéger l’homme, la société, voire l’humanité dans son ensemble : une main divine, garantissant pour l’éternité la puissance politique et religieuse des familles régnantes, et une main économique, (la main du marché), assurant la liberté des échanges et la croissance inexorable du PIB mondial. La troisième main (sic) assurerait la régulation démographique et une quatrième main la constance des conditions climatiques, une sorte d’optimal, pour le plus grand bénéfice de l’espèce humaine. C’est peu de dire que la science en général, et l’état des connaissances actuelles (évidemment très perfectibles) accordent peu de cas à ce mythe des mains invisibles.


Laissons les archaïsmes aux archaïques...


Mais il reste que nous sommes tous dans le même bateau, tous issus du même berceau planétaire, et que celui ci est de plus en plus malmené (et mal-mené ?) La mise en évidence des dérives climatiques qui menacent les grands équilibres biologiques planétaires était un préalable à toute action réparatrice, voire thérapeutique.


C’est ce que fait le GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat), qui tous les 4 ans, publie un rapport de synthèse et une évaluation sur l’avancée des connaissances, les ajustements sur les courbes prospectives, et les recommandations des communautés scientifiques. Beaucoup a donc déjà été fait en ce sens, et les diagnostics abondent, qui portent sur telle ou telle dégradation de compartiments entiers de notre biosphère, sur l‘ennoiement des côtes basses du fait de la transgression marine, sur l'acidification de l’océan, sur la modification des moussons et du régime des pluies, etc.


En moyenne, ce sont plusieurs dizaines de publications scientifiques qui paraissent chaque jour sur cette immense problématique. Avec toujours cette recommandation des communautés scientifiques concernées : il faut agir avant que l’irréversible ne soit atteint. Mais en avons nous la capacité et la volonté ?

 

Le Développement  durable  (D.D.)  impératif  et  impossible ?


Pour agir efficacement en direction d’un D.D, deux leviers majeurs devraient donc être maniés : la stabilisation démographique et l’abandon des combustibles fossiles.

 

  • On voit dans le schéma 1 (Évolution de la démographie humaine, source ONU), que la population humaine se stabilisera aux environs de 2100, puis commencera à fléchir. Mais nous serons alors une douzaine de milliards, presque le double d’aujourd’hui. On peut évidemment arguer que plus nombreux seront alors les génies des sciences et des arts, et plus avancées nos connaissances sur l’Univers. Mais, franchement, deux fois plus de monde, cela implique encore plus de béton-goudron-pollutions, de cultures industrielles arrosées aux insecticides, etc. Quant à promouvoir une diminution réelle des naissances, halte-là, les inquisitions et les fatwas sont déjà prêtes. Resteront les bonnes vieilles méthodes guerrières de réajustement conjoncturel, éventuellement modernisées à l’arme atomique.

 

  • Quant aux énergies fossiles et uranium, l’affaire se réglera de toute façon vers le milieu du siècle, avec l’épuisement progressif de ces ressources. Idem pour un certain nombre de métaux. Nos descendants se battront-ils alors autour des derniers tas de charbon ?

 

  • Une lueur subsiste néanmoins pour éclairer ce triste tableau : les énergies renouvelables. L’hydraulique peut encore progresser, et l’éolien et le photovoltaïque sont en plein boom, avec plus de 100 gigawatts (Gw) installés/an (2 Gw /an en France). D’ores et déjà la puissance installée de ces énergies renouvelables (550 Gw) est supérieure à celle du nucléaire (370 Gw), et leur potentiel de croissance est énorme et très rapide.

 

  • La fée électricité nous sauvera-t-elle in extremis de l’haleine surchauffée du dragon fossile ? De toute façon elle nous aidera à survivre dans un monde gazé au CO2...


Une humanité suffisamment civilisée pour s’organiser autour d’un D.D. devrait donc nécessairement avoir des effectifs constants, voire inférieurs à ce qu’ils sont aujourd’hui, et une économie décarbonée, basée sur l’utilisation presque exclusive de l’électricité d’origine solaire. On peut le faire, on commence à le faire, et on le fera de mieux en mieux... Mais ce rythme sera-t-il suffisant, eu égard à la vitesse du changement climatique ? Et cela impliquera à terme de vivre différemment, de repenser notre place, et notre rôle d’espèce pensante et dominante. Peut-on vraiment imaginer Homo sapiens devenant modeste, frugal et comptable de sa planète ? Et pourtant il faudra bien. Les utopies délirantes ne sont-elles pas les plus belles ?
Du poète Alain Souchon : “On avance, on avance, mais on n’a pas assez d’essence, pour prendre la route dans l’autre sens…

 

 

Indicateurs-de-l'empreinte-anthropique-sur-le-climat-450.jpg

10 indicateurs de l'empreinte anthropique sur le changement climatique

(Ce schéma date de 2005)

06/10/2015

Non Monsieur Hollande, les chasseurs ne défendent pas la nature

Non Monsieur Hollande, les chasseurs ne défendent pas la nature. Ils l'aiment ensanglantée

 
L'Obs-Publié le 23-10-2015 à 06h58  Modifié à 14h18

Temps de lecture Temps de lecture : 6 minutes

Avatar de Yves Paccalet

Par 
philosophe écologiste
 

LE PLUS. Si notre contributeur Yves Paccalet a apprécié des passages du chef de l'Etat dans le magazine "Le Chasseur français", il a beaucoup moins aimé sa défense des chasseurs ou ses propos sur les loups. "Monsieur le Président, pourquoi ne raisonner qu’avec l’esprit du bourreau ?", se demande-t-il.

 
Monsieur le président ! Je lis l’entretien que vous accordez au magazine "Le Chasseur français" du 21 octobre 2015. Vous voulez protéger l’appellation "Laguiole" (le couteau et le fromage) que de gros malins ont accaparée : d’accord ! Vous refusez de créer une nouvelle niche fiscale qui ferait aux chasseurs le cadeau de leur permis de tuer : encore heureux…

 

D’autres de vos propos me plaisent moins. Je ne pense pas, comme vous, que les chasseurs entrent dans la catégorie de ceux qui "défendent la nature". Ils l’exploitent et la massacrent plus qu’ils ne la gèrent. Ils ne l’aiment qu’ensanglantée.

 

Les chasseurs, ces "nuisibles"

 

Je comprends que, pour des raisons électorales, vous manifestiez "beaucoup de considération" à leur égard : mais vous oubliez que d’autres, parmi vos électeurs potentiels, et bien plus nombreux selon les sondages, désirent protéger et contempler ces espèces que les chasseurs n’apprécient qu’au bout de leur fusil.

 

En France, le nombre des chasseurs a chuté au-dessous du million, probablement même à moins de 900.000 (les chiffres de l’Office national de la Chasse posent problème). Or, ces moins de 1,5 % de la population nationale privent les parents et les enfants de toute promenade en forêt le mercredi et le dimanche (voire d’autres jours lorsqu'une "battue" est ouverte).

 

Au vu des accidents que provoquent ces Nemrods (une quarantaine de morts et plusieurs dizaines de blessés par an, rien que dans notre pays), ils devraient, bien davantage que les requins (lesquels causent moins de dix morts chaque année, et dans le monde entier), être classés parmi les espèces les plus dangereuses de la Terre. Parmi les "nuisibles", pour utiliser un adjectif de leur vocabulaire que je récuse…

 

Je vous rappelle que le loup est protégé

 

Monsieur le président, dans votre entretien au "Chasseur français", votre sortie sur les loups me semble particulièrement inadmissible :

 

"Chaque année, dites-vous, il sera décidé du nombre de loups à abattre en fonction de l’évaluation des risques et de la croissance de la population de loups".

 

Je vous rappelle que Canis lupus est une espèce protégée par la Convention européenne de Berne, que la France a ratifiée, et qui ne saurait être modifiée que par une décision des deux tiers des signataires. Je m’étonne de la contradiction qui surgit, ici, entre votre fonction régalienne de gardien de la Constitution et des institutions du pays, et l’autorisation littéralement hors la loi que vous accordez à des tueurs d’animaux protégés.


Sur le fond, je vous rappelle que les loups sont revenus par eux-mêmes sur notre territoire, depuis l’Italie voisine (certains, désormais, y rentrent depuis l’Allemagne et la Suisse ; en attendant leurs congénères espagnols). Au rebours de ce que vous suggérez, leur population n’est nullement en accroissement. En France, ils étaient un peu plus de 300 en 2014.

 

Cette année, on en dénombre moins. Or, les "autorisations" de "prélèvement" (la litote utilisée pour dire qu’on leur loge une balle dans le ventre) ont été augmentées de moitié : elles passent de 24 à 36. Une absurdité, fût-ce aux yeux du plus ignorant des naturalistes…

 

13 loups déjà fusillés de façon "officielle"


Monsieur le Président, depuis le mois de juillet 2015, comme le relève l’association de protection de la nature FERUS, 13 loups ont déjà été fusillés de façon "officielle" (et d’autres braconnés). Les éleveurs de brebis réclament qu’on en exécute toujours davantage. Certains bergers (et les politiciens qui les caressent dans le sens de la laine) vont jusqu’à exiger l’"éradication" du prédateur. Allez-vous leur donner raison ?

 

Je vous rappelle que, s’il existe 300 loups en France, on en recense 1 500 en Italie et 2 000 en Espagne, où les problèmes que pose le carnivore sont infiniment moins aigus que chez nous. Si nous désirons réellement aider les bergers (ce qui est notre volonté à tous deux), nous devons améliorer le gardiennage des troupeaux dans la montagne (en embauchant par exemple des chômeurs), plutôt que d’envoyer ad patres les rares "fauves" qui nous restent.

 

Car l’ennemi numéro un de l’éleveur n’est pas le loup, mais le prix de la viande de mouton sur un marché mondial dominé par l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Argentine.

 

Je regrette que, tels les pires politiciens de la droite de la droite (mettons Christian Estrosi ou Laurent Wauquiez), vous vous entêtiez à faire de Canis lupus le trop facile bouc émissaire de notre incapacité à réguler ce secteur de l’économie.

 

Les loups, les bouquetins : du sang, toujours du sang !

 

Monsieur le Président, durant votre quinquennat, j’ai la tristesse de constater que la nature sauvage endure le martyre. Vous êtes en train, en ce moment même, de transformer nos forêts, nos montagnes et nos mers en parages où le sang ruisselle. Les abattages succèdent aux carnages, et cela ne semble guère vous toucher.


Vous avez entamé, et vous vous préparez à conclure, une extermination du troupeau de bouquetins du massif du Bargy, en Haute-Savoie. La justice a rejeté le recours des associations naturalistes : plusieurs centaines de ces ruminants vont donc mourir dans les alpages, tirés à l’arme lourde par une légion de nervis aidés d’hélicoptères.

 

Pourquoi cette folie ? Parce que certains ongulés seraient vecteurs de la brucellose. Mais le massacre a été ordonné avant même qu’on ait confirmé la contamination, et au mépris de la seule solution scientifique et efficace au problème : la vaccination !

 

Les chasseurs réclament (et obtiennent !)

 

Monsieur le Président, pourquoi ne raisonner qu’avec l’esprit du bourreau ? À l’île de la Réunion, je constate la même indignité : dans le cadre du plan gouvernemental intitulé "Cap Requins", plusieurs requins bouledogues, des requins tigres et même un grand requin blanc ont été récemment "prélevés".

 

Ces poissons superbes n’avaient mordu personne. On les harponne et on les achève à titre "préventif", alors qu’ils figurent (au moins pour le tigre et le grand blanc) sur la liste des espèces en voie d’extinction dressée par l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (l’UICN).


Partout en France, les chasseurs réclament (et obtiennent !) qu’on les autorise à organiser des battues au renard ou des déterrages de blaireaux. Au nom de la tradition et de la "ruralité", ils veulent continuer à piéger à la trappe ou à la glu les ortolans, les pinsons ou les bouvreuils.

 

Ils exigent qu’on leur permette de "résoudre" le "problème" des vautours, qu’ils accusent ridiculement d’attaquer les vaches vivantes. Ils se font forts de régler le sort des corbeaux, des cormorans, des phoques, des dauphins, que sais-je ?

 

Je l’ai entendu hier et j’en suis resté sur le derrière : des grues cendrées en migration par milliers au lac du Der ! Les chasseurs, ces prétendus "amis de la nature", désirent en vérité éliminer manu militari tout ce qui les "gêne" dans leur utilisation simpliste et univoque (tuer ! tuer !) des composants sublimes et nécessaires de nos écosystèmes.

 

Je n’aime pas, monsieur le Président, que vous vous placiez unilatéralement dans leur camp.

 

L'écologie ne doit pas se résumer aux questions d'énergie


Monsieur le Président, nous sommes nombreux, dans ce pays, à ne plus supporter l’holocauste. Je désirerais que, pour vous et votre gouvernement, l’écologie ne se résume pas aux questions d’énergie, de pollution ou de transport, bref à des combats que je mène également, depuis quarante ans, mais qui ne sont pas suffisants.

 

J’aimerais qu’en prononçant le mot "biodiversité", vous preniez enfin conscience que la nature subit davantage de blessures et de désastres qu’elle n’en a jamais enduré depuis que l’Homo est sapiens. Je voudrais que vous formiez, dans votre imagination, l’image de vraies plantes, de vrais animaux, de vrais prédateurs.

 

Faites taire les fusils et écoutez la symphonie du monde !

 

Je serais ravi que vous n’adoptiez pas pour ligne politique l’idée de confier la gestion de la "ruralité" aux chasseurs plutôt qu’aux écologistes ; aux mitrailleurs plutôt qu’aux amoureux de la beauté vive ; aux massacreurs en tenue léopard plutôt qu’aux amis de la subtilité et des équilibres ; aux assassins des beautés palpitantes plutôt qu’aux naturalistes, aux promeneurs, aux écrivains, aux cinéastes, aux peintres, aux poètes et aux rêveurs.


Je revendique de votre compréhension et de votre amour de l’humanité même que vous laissiez à l’usage de nos enfants et des enfants de nos enfants les trésors vivants que nourrit encore la Terre. Que vous preniez la défense du requin, du loup, du lynx et de l’ours brun, plutôt que de les laisser agonir d’injures et anéantir à la balle ou au couteau par des êtres basiques, obsédés par la mort du "nuisible" ou du "gibier", et fiers de revêtir l’uniforme martial pour aller répandre la terreur à travers champs et bois.


Je vous en supplie, monsieur le président : faites taire les fusils et écoutez la symphonie du monde !

Permaculture

La permaculture

 

La permaculture est une méthode systémique et holistique de conception d'habitats humains et de systèmes agricoles inspirée de l'écologie naturelle (biomimétisme) et de la tradition. Elle n'est pas un mode de pensée mais un mode d'agir qui prend en considération la bio-diversité des écosystèmes1,2. En outre, elle vise à créer une production agricole durable, très économe en énergie (travail manuel et mécanique, carburant...) et respectueuse des êtres vivants et de leurs relations réciproques, tout en laissant à la nature « sauvage » le plus de place possible1,2.

Cette conférence a pour but de donner une idée du stage PDC de permaculture qui aura lieu du 6 au 18 juin 2016 au Lycée agricole de Valdoie.

Permaculture-450.jpg

05/10/2015

Automne flamboyant

Automne flamboyant

 

par Dominique Delfino

Photographe paysagiste, naturaliste et animalier

 

Après l'avoir évoqué l'automne à plusieurs reprises, je ne résiste pas à partager cette image réalisée aux Bréseux depuis le belvédère du Rocher du Bourbet.

 

Dominant la vallée du Dessoubre, le point de vue me laisse découvrir au petit matin un panorama intégralement noyé dans une mer de brouillard et dans le silence que seul le cri d'un Pic noir rompt de temps à autre. La brume se dissipe progressivement comme un rideau qui dévoile le paysage laissant apparaître les feuillages roux, flamboyants sous le soleil dominant.

 

Durant deux heures, je profite du temps qui s'écoule et découvre cette superbe vallée, symbole de la Franche-Comté au cœur de l'automne. La splendeur de ce tableau de saison restera gravée dans nos mémoires tout comme dans les cartes numériques de nos appareils photo.

 

Automne-flamboyant-450.jpg

Fruits et légumes d'automne

 

La vraie roue de la fortune

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste

 

Qu'elle est belle et originale cette composition de saison découverte au bord d'une ferme des Bréseux sur le plateau de Maîche !

 

Jour après jour, je surveille l'évolution des couleurs d'automne qui, durant ce week-end ensoleillé, a pris des tons chatoyants superbes marquant certainement l'apogée de la saison pendant encore quelques jours.

 

C'est en me rendant au Rocher du Bourbet dominant la vallée du Dessoubre que la vieille roue de bois attire mon attention. Les fruits et légumes qui l'ornent résument à eux seuls toute la richesse et la beauté que la nature peut nous offrir avant la fin d'année, le symbole de la roue laissant penser au temps qui s'écoule au cours des saisons.

 

Un avant-goût de bonheur avant de découvrir le panorama d'automne tout proche depuis ce belvédère remarquable du Haut-Doubs.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier

Cliché © Dominique Delfino

Kenya : Safari stage photo

Kenya : Safari stage photo

 

animé par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

SAFARI-KENYA-2016-450.jpg

SAFARI STAGE DELFINO MARS 2016 (1)_Page_1.jpg

SAFARI STAGE DELFINO MARS 2016 (1)_Page_2.jpg

SAFARI STAGE DELFINO MARS 2016 (1)_Page_3.jpg

SAFARI STAGE DELFINO MARS 2016 (1)_Page_4.jpg

SAFARI STAGE DELFINO MARS 2016 (1)_Page_5.jpg

SAFARI STAGE DELFINO MARS 2016 (1)_Page_6.jpg

SAFARI STAGE DELFINO MARS 2016 (1)_Page_7.jpg

SAFARI STAGE DELFINO MARS 2016 (1)_Page_8.jpg

SAFARI STAGE DELFINO MARS 2016 (1)_Page_9.jpg

 

03/10/2015

Armillaria mellea

Bouquet d'automne

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste

 

L'automne me conduit à la découverte des paysages de notre région, embellis par les couleurs de saison qui s'imposent progressivement.

 

La vallée du Dessoubre reflète particulièrement cette magie de l'automne, mais le temps couvert de ces derniers jours me fait espérer un soleil radieux afin que flamboie la palette de couleurs.

 

Surprise sur le talus de la petite route : je découvre une superbe place de champignons qui s'offre à moi comme un véritable bouquet d'automne. Quelques images réalisées couché à même le sol pour traduire le volume et que je transmets à un ami passionné par le sujet, Michel Gaillardet, afin d'identifier l'espèce.

 

Cela ne fait aucun doute, c’est l’armillaire couleur de miel (Armillaria mellea). Malgré une décevante saison fongique, ce champignon est relativement abondant et il n’y a guère que cela en ce moment.

 

Armillaria-mellea.jpg

Armillaria mellea

Cliché © Dominique Delfino

 

 

02/10/2015

Le brame du cerf

Le temps du brame

 

Par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Période incontournable de l'année pour se plonger dans cette ambiance d'automne durant un mois à l'écoute du brame du cerf.

 

Ce grand mammifère voit depuis quelque temps ses populations augmenter progressivement. Dans notre région, la forêt de Chaux compte encore aujourd'hui les effectifs les plus importants de cerfs mais la Haute-Saône, le Haut-Doubs et les Vosges offrent à ce cervidé les forêts où il s'est largement implanté et la période du brame permettant de le localiser plus facilement.

 

Le parc de Sainte-Croix près de Sarrebourg (57) offre des conditions d'accès et d'observation particulièrement intéressantes pour profiter de cette ambiance déclenchée par la saison des amours.

Que ce soit pour les photographes ou pour les familles accompagnées d'enfants, tous seront aux premières loges pour profiter de ce spectacle dans un vaste cadre naturel très bien aménagé et sécurisé alors que les animaux peuvent croiser votre sentier de découverte.

 

Les vieux mâles veillent jalousement sur leur harde qu'ils ont réintégrée, essayant en plus d'attirer les femelles de la harde voisine.

 

Principalement actif en soirée et jusqu'au petit matin, le cerf brame pour s'imposer et défendre sa harde de biches. Aux provocations sonores succèdent parfois des combats impressionnants durant lesquels les bois des animaux s’entrechoquent. Mais c'est avant tout le brame, qui résonne dans l'univers de la forêt, qui restera gravé dans votre mémoire imprégnée de cette atmosphère d'automne unique.

 

Cerf-Brame-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

01/10/2015

Chamois en herbe

 Chamois en herbe

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

Nul besoin de parcourir la montagne aujourd'hui pour observer le Chamois. Aux portes du Pays de Montbéliard, les environs de Saint-Hippolyte offrent de superbes sites pour le découvrir.

 

Les pâtures bordées de falaises et de pierriers constituent le biotope où l'on aura le plus de chances de pouvoir observer ce mammifère. Bien plus que l'altitude, c'est le relief qui conditionne l'établissement du chamois. Partout où il est présent, on remarque un relief plus ou moins accidenté d'où sa présence dans notre secteur à basse altitude dans la vallée du Doubs.

 

C'est une harde de près de 25 chamois que j'observe régulièrement tous ces jours et la présence de nombreux jeunes de l'année confirme que la reproduction s'est particulièrement bien déroulée en 2015.

 

Un grand moment de bonheur au cours de cette fin de journée, lorsque par chance, la harde sortie du bois encercle mon affût. Les Chamois et leurs jeunes broutent tranquillement, pour certains à une dizaine de mètres de moi dans la plus grande confiance tout en s'éloignant progressivement dans les dernières lueurs du jour.

 

Chamois-Delfion-450.jpg