Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2015

En finir avec les idées reçues sur les changements climatiques

En finir avec les idées reçues sur les changements climatiques

 

Le 5e rapport du GIEC sur les changements climatiques et leurs évolutions futures publie un article concernant

les arguments climato-sceptiques réfutés en quelques mots.

 

Label bon état des rivières franc-comtoises

Label bon état des rivières franc-comtoises

(Mise à jour du 19 août 2016)

Label-bon-état-des-rivières-franc-comtoises-450.jpg

Avec de grandes absences :

 

Notamment les cours d'eau : L'Ain, La Loue, La Seille, La Cuisance, Le Cusancin, Le Dessoubre, Le Doubs, Le Drugeon , La Furieuse, La Glantine, etc.

 

et de nombreux lacs naturels : Remoray, St-Point, Les Rousses, Narlay, Chalain, Antre, etc.

 

Ajout du 26 mai 2016

 

La Bienne labellisée dans le tableau ci-dessus a pourtant connu une atteinte sérieuse en mai 2016, comme en témoigne un reportage de France 3 Besançon.

 

franche-comté,rivières,état des rivières,lacs,état des lacs

Ajout du 19 août 2016 : toujours sur la Bienne, un reportage de France 3 Franche-Comté

 

Le point de vue d'un observateur : l'affaire des rivières comtoises

 

par Simon Calla

EN DIRECT 259 - ]UILLET-AOÛT 2015 p. 6

 

Tout a commencé avec la Loue, puis a continué avec le Doubs, la Sorne, le Dessoubre... Fragilisées par des pollutions en tout genre liées à l'activité humaine, absence d'assainissement dans les communes, métaux lourds dévalant des routes les jours de pluie, pratiques agricoles intensives..., mal défendues par un milieu karstique dont les fissures favorisent l'infiltration des eaux polluées, attaquées par des parasites et autres bactéries nocives, les rivières comtoises sortent affaiblies de décennies de combat. Le peuplement de piscicole est décimé, l'emblématique truite en tête.

 

Si les études scientifiques révèlent la fragilité de la Loue dès les années 1970, ce n'est que depuis quelques années que l'affaire, gagnant en ampleur, devient un problème public, aidée par un contexte de sensibilisation aux problèmes environnement aux. Défenseurs de la nature, scientifiques, agriculteurs, industriels, élus, tous ses protagonistes débattent sur la place publique avec la volonté, chacun avec ses moyens, de mettre fin au désastre.

 

Doctorant en sociologie au LASA de l'université de Franche-Comté, Simon Calla se pose en observateur au cœur de ce forum où se pressent des acteurs toujours plus nombreux. « Certains tentent de connaître la situation, d'autres veulent la maîtriser. » Les rivières deviennent des laboratoires où, avec force capteurs et analyses, les scientifiques cherchent à comprendre le phénomène par un suivi à long terme, un préalable indispensable à l'action. Mais le temps n'est pas le même pour tous : celui de la science est long, il se heurte à celui du politique qui, lui, est très court, quand les usagers, forcément impatients, souhaiteraient des réponses plus rapides et plus efficaces. « Cela génère nécessairement des tensions. Mais malgré des intérêts parfois divergents et des façons d'opérer différentes, les groupes essaient de se comprendre dans une démarche constructive, relate le jeune chercheur. Les agriculteurs, en tant qu'individus, ne sont par exemple plus les boucs émissaires d'hier, c'est désormais la logique productive qui est pointée du doigt. »

 

Et chacun prend conscience des limites de la puissance du genre humain lorsqu'il est confronté à celle de son environnement, ici la perméabilité du karst contre laquelle il ne peut rien.

 

Contact : Simon Calla, Laboratoire de sociologie et d'anthropologie, Université de Franche-Comté, Tél. (0033/0) 6 79 86 41 45 — simon.calla@gmail.com

Le Circaète Jean-le-Blanc

Le Circaète Jean-le-Blanc

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Un bref séjour avec l'un de mes amis dans les Cévennes nous a permis d'observer ce superbe rapace.

 

Nous parcourons les petits chemins qui sillonnent le Causse Méjean, tout en observant les oiseaux dont les nichées arrivent à terme en ce début d'été. La silhouette d'un rapace, d'une envergure de 1,70 mètre, se présente à bonne distance. Très vite, nous identifions cet aigle que nos téléobjectifs ne lâcheront plus. Le Circaète se dessine magnifiquement sur un fond de ciel pur, tournoyant à notre verticale, scrutant le sol à la recherche de reptiles qui constituent quatre-vingt-dix pour cent de son régime alimentaire.

 

Observable essentiellement en migration dans le Doubs, la majorité des couples sont fixés dans le sud-est : Provence-Alpes-Côte d’Azur, Languedoc-Roussillon, sud de Rhône-Alpes et sud-est du Massif Central.

 

Une belle observation qui complète celles des Vautours fauves et moines, nichant dans les gorges de la Jonte et du Tarn, rapaces que l'on peut observer tous les jours dans d'excellentes conditions. Symboles de cette région, les Vautours réintroduits il y a une trentaine d'années constituent la fierté du parc national des Cévennes complétée aujourd'hui par un nouveau programme de réintroduction du Gypaète barbu.

 

Circaète-Jean-le-Blanc-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

 

26/06/2015

Le Cincle plongeur

Une nichée pour le printemps, une pour l'été…

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Il existe, dans le Pays de Montbéliard, des endroits rêvés pour observer le Cincle plongeur. Les ruisseaux de « têtes de bassin » avec leurs sources karstiques émergentes au fond de nos reculées, avec leurs grottes et leurs cascades moussues constituent toujours un cadre exceptionnel » explique.

 

Depuis plus de 25 ans, j'observe le Cincle, fidèle à ces endroits, trouvant dans ces biotopes les conditions idéales de « niche écologique », notamment pour assurer sa reproduction.

 

Ainsi chaque année, le couple s'installe dans la cavité d'un rocher, abritée par un rideau d'eau, qu'il franchit pour rentrer et sortir du nid parfaitement invisible. Le bec rempli de nourriture qu'il capture en partie sous l'eau, le couple assure, durant près de trois semaines, un va et vient permanent pour nourrir les poussins dont les cris stridents percent le bruit de la chute d'eau, témoignant ainsi de leur présence.

 

Il s'agit là d'une ponte de remplacement à la première nichée, noyée début mai, les cascades ayant connu partout des débits très puissants lors des pluies diluviennes. Dès la décrue, le Cincle plongeur a reconstruit très rapidement son nid. Mes observations de ces derniers jours confirment la réussite de la reproduction avec le départ des poussins à la découverte de leur milieu. Les parents nourriront les jeunes Cincles plongeurs durant une quinzaine de jours encore, avant de les chasser, pour les contraindre à acquérir leur indépendance et leur imposer de trouver un autre territoire pour passer l'hiver.

 

En attendant, peut-être, encore une belle nichée d'été pour animer les cascades de ces « petits bouts du monde » au Pays de Montbéliard.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier

Cliché © Dominique Delfino