Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2014

La Couleuvre d'Esculape (Zamenis longissimus)

Couleuvre-Esculape-logo.jpgLa Couleuvre d'Esculape (Zamenis longissimus)

 

par Michel Cottet, herpétologue

 

La Couleuvre d'Esculape est un grand serpent souple à tête longue et nettement distincte du cou. La longueur totale est de 1,40 à 1,60 m et peut atteindre jusqu'à 2 m dans le Sud de son aire de répartition.

 

Couleuvre-Esculape-longueur-450.jpg

La longueur du corps est remarquable  © Michel Cottet

 

Les yeux sont relativement grands à pupille ronde, les écailles sont lisses et la queue est très longue. La coloration du corps est brun-jaune, brune ou olive et pratiquement unie, avec de petits traits blancs sur le bord des écailles dorsales et latérales. La nuque peut porter de chaque côté une tache jaune pâle ou vif souvent bordée de sombre. La face ventrale est blanchâtre ou jaune. Dans certaines régions, la coloration peut s'ornementer de lignes longitudinales plus ou moins distinctes. Les jeunes ont une coloration bien différente des adultes et très voyante : la tête est bariolée et le corps jaunâtre ou brunâtre porte plusieurs rangées de taches sombres.

 

couleuvre d'esculape,michel cottet

Couleuvre d'Esculape juvénile © Michel Cottet

 

On rencontre la Couleuvre d'Esculape au Nord-Est de l'Espagne, en France, Italie, Sicile, Sardaigne, Sud de la Suisse, Autriche, Sud de l'Allemagne, Tchécoslovaquie, Sud de la Pologne, Hongrie, pays balkaniques, Asie Mineure, Caucase et Nord de l'Iran.

 

couleuvre d'esculape,michel cottet

 

La Couleuvre d'Esculape se plaît dans les régions chaudes et fortement ensoleillées. Elle fréquente la lisière des forêts de feuillus envahies de broussailles, les bosquets clairs à taillis épais, les pentes couvertes de buissons offrant de nombreuses cachettes, et les régions rocailleuses. Elle aime aussi les murs en ruine et les tas de pierres, ainsi que les talus qui délimitent les champs. Elle vit en plaine, colline et parfois en montagne jusqu'à 1500 m d'altitude dans la partie la plus méridionale de son aire de répartition géographique.

 

Couleuvre-Esculape-soleil-450.jpg

Couleuvre se réchauffant au soleil © Michel Cottet

 

Active de jour et au crépuscule, la Couleuvre d'Esculape ne quitte ses quartiers d'hiver qu'à la mi-avril ou début mai. Elle passe alors le plus clair de son temps à se chauffer au soleil.

 

Elle se nourrit de petits mammifères, lézards , oiseaux, oisillons et œufs d'oiseaux. Elle s'approche de sa proie lentement. Quand elle est suffisamment proche, elle replie son cou et frappe comme l'éclair. Elle mord alors sa proie et l'emprisonne en s'enroulant plusieurs fois autour, ce qui a pour effet d'étouffer la victime. Au bout d'un court instant, elle desserre ses mâchoires, se déroule et à l'aide de son odorat, recherche à tâtons la tête de l'animal, afin de l'engloutir tête la première. Quand la proie est assez grosse, la Couleuvre d'Esculape peut mettre 15 à 20 minutes pour l'avaler entièrement. elle nous démontre ainsi l'extrême flexibilité de la plupart des os qui forment la boîte crânienne chez les Ophidiens. Les différentes pièces des mandibules sont allongées en forme de baguettes et les deux branches de la mâchoire inférieure sont séparées et rattachées au crâne par un pédoncule, l'os tympanique ou carré qui est mobile et lié à une autre pièce mobile, l'os mastoïdien, détaché du temporal. Les branches de la mâchoire supérieure sont liées à l'os intermaxillaire ou incisif par des membranes ou ligaments extensibles ; même les os ptérygoïdiens et palatins présentent une certaine mobilité. L'os carré, placé très en arrière, très oblique à l'état de repos, devient presque vertical lors de l'ouverture de la bouche et l'angle des deux mâchoires est ainsi fortement abaissé et l'ouverture de la bouche considérablement agrandie.  Elle est même capable de gober un œuf. Après avoir avalé l'œuf et écrasé la coquille, elle la régurgitera. En fin de déglutition, la couleuvre ouvre grand sa bouche afin de remettre en place ses mâchoires.

 

couleuvre d'esculape,michel cottet

couleuvre d'esculape,michel cottet

© MNHN

 

La Couleuvre d'Esculape grimpe très habilement parmi les branches des buissons et des arbres, et elle peut même escalader avec une aisance surprenante de gros troncs d'arbres à écorce rugueuse. Elle utilise pour cela toutes les aspérités du support, sur lesquelles elle prend appui grâce à ses écailles ventrales carénées sur les côtés. Elle peut ainsi grimper presque à la verticale.

 

Couleuvre-Esculape-buisson-450.jpg

La Couleuvre d'Esculape est un serpent arboricole © Michel Cottet

 

Au sol, la Couleuvre d'Esculape se déplace de façon tranquille. Elle repose rarement enroulée, mais préfère faire de grands méandres ou s'étirer plus ou moins complètement. Quand on s'approche prudemment elle fuit rarement ; elle reste le plus souvent immobile et se laisse observer à loisir. Si on la touche, elle ne fuit pas précipitamment, mais disparaît plutôt lentement. Si on cherche à la capturer, elle peut s'enrouler autour de la main et mordre fortement.

 

Couleuvre-Esculape-mue-1-450.jpg

Couleuvre en cours de mue © Michel Cottet

 

Les grands individus de cette espèce ont surtout pour prédateurs les sangliers, les martres et les oiseaux de proie. Les plus petits se font aussi dévorer par les hérissons, les rats et les oiseaux de taille moyenne (comme les corneilles). Les tout petits serpents peuvent aussi être prédatés par des oiseaux tels que les pies-grièches et les grives. Mais le plus terrible ennemi de la Couleuvre d'Esculape est encore l'Homme. Dans de nombreuses régions, on la tue encore systématiquement. Elle est parfois convoitée par les amateurs de terrariums. Comme les grandes couleuvres sont les plus faciles à débusquer, ce sont elles qu'on capture en premier. L'espèce ne peut dès lors plus se reproduire en proportion suffisante et peut s'éteindre localement. La réduction des espaces sauvages, liée à l'extension des activités et des habitations humaines, contribue au déclin des effectifs. Dans de nombreuses régions il faut prendre des mesures d'urgence pour préserver l'habitat de la Couleuvre d'Esculape si on ne veut pas qu'elle disparaisse définitivement.

 

La période de reproduction commence fin mai-début juin. Les mâles errent alors des jours entiers à la recherche d'une femelle. Quand deux mâles se rencontrent, ils s'affrontent généralement dans un combat entièrement symbolique : ils rampent l'un sur l'autre, changeant sans cesse de position et essayant de se plaquer mutuellement au sol. Le duel, au cours duquel il n'y a aucune blessure, finit par la fuite de l'animal le plus faible.

 

Les couleuvres identifient le sexe de leur partenaire grâce à leur odorat qui est très développé. Pendant le rut — qui dure souvent plusieurs semaines —, les mâles ne cherchent pas à se nourrir. Quand un mâle rencontre une femelle, il rampe sur son dos et cherche à se maintenir en lui mordant la nuque ou le cou. Mais la femelle n'accepte souvent de s'accoupler que quelques heures après avoir rencontré le mâle. Elle essaie alors de s'enfuir en forçant le mâle à la lâcher en l'entraînant sur son dos. La copulation se prolonge généralement un certain temps. Le couple peut rester parfaitement immobile ou au contraire s'agiter. En cas de danger, les partenaires ne peuvent pas se séparer instantanément et ont de grandes difficultés à s'enfuir. Ils essaient de se sauver dans des directions opposées. Finalement, c'est la femelle, généralement plus grande, qui parvient à entraîner le mâle avec elle.

 

La ponte a lieu vers la fin juin : 5-8 œufs, parfois 10 ou plus, sont déposés au fond d'un terrier de petit mammifère, sous une pierre, dans un épais tapis de mousse ou au creux d'une souche en décomposition.

 

Les œufs ont besoin de chaleur et d'humidité ; par temps chaud, il leur faut environ 6-8 semaines pour éclore. Les petites couleuvres mesurent 20-25 cm à la naissance, elles portent une coloration typique et se nourrissent d'abord de petits lézards.

 

L'hibernation commence tôt, s'il fait froid, dès la fin septembre ou début octobre. Les couleuvres d'Esculape se glissent alors dans une fente rocheuse, sous une souche, dans un terrier naturel ou emprunté à un rongeur, afin de s'abriter du gel.

 

Couleuvre-Esculape-450.jpg

Couleuvre d'Esculape © Michel Cottet

 

La Couleuvre d’Esculape est le serpent qui figure partout sur le caducée des médecins, pharmaciens, infirmiers ; elle symbolise la médecine depuis l’Antiquité (c’était la divinité Asclépios chez les Grecs, Esculape chez les Romains).

 

Sources :

 

Diesener G. & Reichholf J. (1986). - Les batraciens et les reptiles, pp. 208-211. Ed. Solar, Paris.

Écrire un commentaire