Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2013

Le karst en Franche-Comté

Source-de-la-Loue_logo.jpgLe karst en Franche-Comté

 

par André Guyard

(dernière mise à jour : 28/02/2014)

Voir l'émission de France 3 Franche-Comté du 2 mars 2014 à 11h25

 

Définition

 

Le karst est un paysage façonné dans des roches solubles carbonatées : calcaire (principalement), marbre, dolomie ou encore craie. Les paysages karstiques se caractérisent par des formes de corrosion de surface (lapiaz), mais aussi par le développement de cavités dues aux circulations d'eaux souterraines.

 

Le paysage karstique résulte de processus particuliers d’érosion qu'on appelle la karstification.

 

La karstification est commandée par la dissolution des roches carbonatées (calcaires et dolomies) constituant le sous-sol des régions concernées. C’est l’eau de pluie infiltrée dans ces roches qui assure cette dissolution. L’eau acquiert l’acidité nécessaire à la mise en solution de la roche en se chargeant de gaz carbonique (CO2) produit dans les sols par les végétaux et les colonies bactériennes.

 

Indices géomorphologiques définissant le karst

 

Le déroulement de la karstification peut être décomposé en six étapes successives définies par des indices géomorphologiques.

 

dolines_1&2-450.jpg

Indices géomorphologiques définissant le karst

 

  • Indice 1 : zone alluvionnaire récente ou ancienne théoriquement indemne de tout karst.

 

  • Indice 2 : Cavités sous recouvrement marneux (liasique ou triasique) pouvant être continu, à savoir : les zones de calcaires recouvertes d'argiles à chailles, les terrasses anciennes importantes et les zones à marnes liasiques ou triasiques.

 

  • Indice 3 : Dolines empâtées stables. Sous cet indice sont placées les zones comprenant des dolines empâtées, des vallées sèches et des niveaux calcaires du Jurassique moyen et supérieur non affectés par des phénomènes karstiques apparents.

 

  • Indice 4 : Zone calcaire très facturée. Ces zones sont rares le long du tracé. Elles situent principalement au nord du massif de la Serre.

 

  • Indice 5 : Doline active ou perte à écoulement temporaire. Ces zones sont relativement nombreuses mais localisées essentiellement autour de phénomènes actifs (dolines, perte, gouffres). Une exception à cette règle est constituée par les niveaux du Keuper inférieur (Trias) à marnes à sel gemme et à gypse qui sont particulièrement délicats en raison de la probable présence de cavités dues à des phénomènes de dissolution des roches salines. Ces dernières ont été traitées au même titre que la karstification des calcaires en raison de leurs implications au niveau de l'évaluation des aléas potentiels.

 

  • Indice 6 : Contacts linéaires par faille entre calcaires et marnes induisant des écoulements d'eau. Ces zones sont très localisées et mettent souvent en évidence les contacts entre les marnes de l'Oxfordien et les niveaux calcaires du Jurassique moyen ou supérieur.

 

Évaluation du temps de formation des conduits karstiques

 

Le graphique présenté ci-dessous évalue le temps de formation des conduits karstiques.

karst_temps-de-formation-450.jpg

Conditions de mise en place d’un réseau de drainage karstique

 

1) La mise en place d’un réseau de drainage karstique est déterminée par des facteurs fixant l’architecture du milieu et précédant les processus de karstification. Ces facteurs ne sont pas les causes de la karstification ; ils déterminent le cadre dans lequel les processus karstiques interviennent pour transformer le milieu, dès que les conditions nécessaires sont réunies. Ce sont :

 

-   la géologie : lithologie, géométrie de la formation aquifère, fracturation (= perméabilité initiale) découlant de la succession des mouvements tectoniques et du comportement mécanique de la roche,

 

-   l’association de bassins versants de surface sur terrains imperméables aux roches calcaires,

 

-   la géomorphologie régionale : position du niveau de base hydraulique, fixant la localisation du point bas de la formation aquifère (= position de la source, qui est le niveau d’eau imposé le plus bas vers lequel convergent tous les écoulements souterrains), importance du relief (= épaisseur de la zone d’infiltration).

 

L'étude de ces facteurs définit le cadre dans lequel le karst a pu se développer, mais ne fournit aucune information sur l’organisation karstique, ni sur son fonctionnement.

 

2) Les processus de karstification proprement dits agissent sur les roches calcaires grâce au potentiel de karstification défini par :

 

-   le climat qui fixe les précipitations et le couvert végétal, dont dépendent le débit d’eau traversant l’aquifère et la quantité de CO2 disponible (flux de solvant),

 

-   la géomorphologie, qui impose :

 

  • l’énergie nécessaire à l’écoulement pour le transport des matières dissoutes (= gradient hydraulique),

 

  • en partie, le flux de solvant traversant l’aquifère, quand existe du ruissellement de surface aboutissant à des pertes,

 

  • l’épaisseur de la zone d’infiltration : l’eau souterraine conserve d’autant plus d’aptitude à dissoudre le calcaire en profondeur que la zone d’infiltration est peu épaisse.

 

3) Les phases de karstification successives, imposées par exemple par des variations climatiques ou morphologiques, sont responsables de la mise en place de formes de surface et souterraines qui constituent des paysages complexes. Cette complexité des paysages s’exprime dans la plupart des massifs karstiques par un fonctionnement hydrogéologique également complexe.

 

Le paysage karstique

 

Le paysage de surface, constitué en général de dépressions fermées (appelées dolines, pour les petites, et poljés, pour les plaines d’inondation), est associé à un paysage souterrain, dont les grottes et les gouffres parcourables par l’homme font partie. Le karst est par conséquent un paysage original, créé par les écoulements d’eau souterraine. L’eau circule en son sein, s’y accumule et émerge par des sources aux débits souvent considérables, mais très fluctuants dans le temps (Fontaine de Vaucluse, débit moyen : 20 m3/s ; source de la Loue, débit moyen : 10,8 m3/s). Le karst comporte donc un aquifère : l’aquifère karstique. Ainsi, le karst possède deux fonctions essentielles : stockage de l'eau souterraine et drainage de cette eau vers l'extérieur par des sorties du karst.

 

Les sorties d’eau du karst sont toujours des sites extraordinaires, ne serait-ce que parce que les massifs et les plateaux qui les dominent sont dépourvus d’eau. À la suite de E.A. Martel, le fondateur de la spéléologie en France, l’appellation “source” est en général soigneusement évitée sous le prétexte que les sources ne peuvent qu’être alimentées par des eaux pures, filtrées naturellement. Martel ne voyait dans la plupart des sources karstiques que la résurgence d’eaux de surface engouffrées dans des pertes. Il les distinguait des exsurgences, sources ne recevant aucune eau en provenance de pertes de rivière. Finalement, les résurgences sont des sources de systèmes karstiques binaires, alors que les exsurgences sont celles de systèmes karstiques unaires (voir plus loin). Quant aux émergences, ce sont celles dont l’origine n’est pas connue.

 

Vocabulaire du karst

 

Les paysages karstiques ont été décrits à partir de données recueillies en Dalmatie (Croatie). C'est pourquoi, les termes utilisés ont une consonnance croate.

 

Aquifère : formation géologique possédant une perméabilité suffisante pour que l’eau souterraine puisse y circuler. Un aquifère est constitué d’une zone non saturée, ou zone d’infiltration, dont les vides, occupés par de l’air, sont parcourus par de l’eau, et d’une zone noyée ou saturée, ou nappe aquifère, dont tous les vides sont remplis d’eau. Si la porosité du milieu, c'est-à-dire le rapport du volume des vides au volume total de la formation, est forte (supérieure à 10 %), l’aquifère peut posséder une capacité de stockage intéressante, dont les réserves peuvent être exploitées. La zone d’infiltration est séparée de la zone saturée par la surface de la nappe, dont on mesure le niveau piézométrique. Ce dernier varie en fonction de l’alimentation par l’infiltration et de la vidange naturelle, par les sources ou au profit d'autres aquifères, et de la vidange artificielle par les prélèvements (pompage et drainage).

karst_modelé-karstique-1-450.jpg

 

Aven ou Emposieu (Jura) : entonnoir reliant la surface d'un plateau à un gouffre. Les dimensions de l'ouverture varient de quelques décimètres à deux cents mètres.

 

Canyon : vallée aux parois verticales occupée par une rivière.

 

Cluse : vallée creusée perpendiculairement dans un anticlinal par une rivière, en créant une gorge ou un défilé encadré par des escarpements ou crêts.

 

Doline : dépression fermée de dimension décamétrique à hectométrique dont le fond est recouvert d'argiles de décalcification (résidu de la dissolution du calcaire).

Cottet_4998_Creux sous Roche1 .jpg

Une doline fonctionnelle : le Creux sous Roche

sur le plateau de Saône (Doubs)

cliché Michel Cottet

 

Galerie : conduit souterrain occupé par une rivière ou une nappe.

 

Gouffre : cavité de grandes dimensions, le plus souvent formé par l'effondrement de la voûte d'une cavité karstique (ou grotte) dû à la dissolution des couches calcaires. Les gouffres de grande profondeur et/ou ayant une ouverture très large reçoivent parfois le nom d'abîmes ou abymes.

Jardel_450.jpg

Gouffre de Jardel (Doubs)

cliché Michel Cottet

 

karst_gouffre_Poligny-450.jpg

Coupe du Gouffre de Poligny (Jura)

 

 

Grotte : cavité souterraine plus ou moins profonde et comportant au moins une partie horizontale accessible, ce qui la distingue d'un aven, d'un gouffre, d'un abîme. Une grotte se forme par dissolution du calcaire. Une cavité naturelle qui n'est pas formée par la dissolution ne peut être appelée une grotte mais une caverne.

 

Impluvium :  par analogie avec le système inventé par les Romains de captage et de stockage des eaux pluviales dans leurs habitations, l'impluvium karstique se compose d'une aire de captage (bassin versant) et d'un système de transport constitué par le réseau souterrain.

 

relief-karstique-450.jpg

 

 

Karst : paysage façonné dans des roches solubles carbonatées : calcaire (principalement), marbre, dolomie ou encore craie. Les paysages karstiques se caractérisent par des formes de corrosion de surface (lapiaz), mais aussi par le développement de cavités dues aux circulations d'eaux souterraines.

 

Lapiaz (ou lapiez) : ciselures de dissolution dans la roche calcaire de taille centimétrique à métrique.

 

Lapiaz-de-Burren-(Irlande)-450.jpg

Lapiaz de Buren (Irlande)

 

Stalactite : colonne de calcite cristallisée à partir d'infiltrations du plafond d'une grotte.

 

Padirac_stalactites_450.jpg

Stalactites

 

Stalagmite : colonne de calcite cristallisée à partir de gouttes d'eau tombées du plafond sur le plancher d'une grotte.

 

Ouvala : dépression fermée issue de la jonction entre plusieurs dolines.

 

Poljé : dépression fermée allongée de dimension hectométrique à kilométrique, dont le fond est recouvert d'argiles de décalcification (résidu de la dissolution du calcaire) et possède un ponoc, entonnoir permettant l'évacuation des eaux. En période humide, par saturation du réseau souterrain, un lac temporaire peut se former dans le fond du poljé. Certains d'entre eux sont parsemés de reliefs résiduels calcaires aux parois verticales : les hums.

 

Réseau actif : réseau de conduits souterrains occupés par une rivière ou une nappe alimentée par une rivière.

 

Réseau fossile : réseau de conduits souterrains déserté par la rivière qui l'a engendré.

 

Résurgence : sortie à l'air libre d'une rivière après écoulement souterrain.

 

Sce-Lison-450.jpg

Exemple de résurgence la source du Lison (Doubs)

Cliché Michel Cottet

 

Ruz : petite vallée creusée  sur le flanc d'un anticlinal et perpendiculaire à l'axe de celui-ci.

 

Siphon ou voûte mouillante : rétrécissement de la galerie toujours remplie d'eau.

 

 

karst_modelé-karstique-2-450.jpg

Circulation des eaux en système karstique

 

 Dans sa 3e orientation, le SDAGE du bassin Rhône - Méditerranée - Corse fait explicitement référence aux systèmes aquifères à dominante karstique, “marqués par une forte extension territoriale dont les réserves sont sans doute sous exploitées (ils représentent 27 % des prélèvements en eau souterraine) du fait en partie de potentialités d’exploitation encore mal connues et probablement sous estimées, mais dont la vulnérabilité aux pollutions est bien souvent comparable à celle des eaux superficielles”.

 

Les eaux souterraines du bassin couvrent 70 % des volumes prélevés par les collectivités (AEP essentiellement) et environ 40 % de tous les usages confondus, excepté le refroidissement des centrales thermiques. Plus de 20 % des captages AEP d’eau souterraine de l’ensemble du bassin prélèvent l’eau d’aquifères karstiques. Dans certains départements de Franche-Comté, ce pourcentage atteint 80 %.

 

Le karst comtois est bien développé et concerne les formations géologiques suivantes : les calcaires du Trias (Haute-Saône), les calcaires et dolomies du Lias, du Jurassique et du Crétacé inférieur (Jura).

 

Dans le bassin Rhône - Méditerranée - Corse, l’extension des ensembles karstiques est très variable, s’étendant de quelques km2 à environ 1100 km2 pour le système karstique de Vaucluse. Certains ensembles (Vaucluse, Corbières orientales) sont constitués d’un seul système, d’autres (karst nord-montpelliérain) d’un nombre important de petits systèmes. Ce fractionnement est en général bien expliqué par les conditions géologiques (faible extension de l’ensemble carbonaté, forte intensité de la tectonique), mais aussi par les variations de niveau de base, responsables de la création de nombreux réseaux de conduits karstiques plus ou moins superposés (cas des systèmes karstiques de haute montagne).

 

 Principales caractéristiques des karsts de Franche-Comté

 

Ces systèmes karstiques sont souvent binaires (voir plus bas), c’est-à-dire qu’ils drainent, en plus de l’infiltration directe dans les calcaires, des écoulements de surface par des pertes ; ceux-ci doivent être pris en compte dans la gestion et la protection des eaux souterraines.

 

Le cas de la liaison entre les pertes du Doubs et la source de la Loue (Franche-Comté) est de ce point de vue exemplaire.

 

La loi sur l'eau du 3 janvier 1992 (article 5) a institué les Schémas d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE), instruments juridiques permettant de concilier la protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, des écosystèmes aquatiques et des zones humides avec les différents usages de l'eau et favorisant une gestion locale et partenariale de la ressource en eau. Les SAGE privilégient une approche globale des différents problèmes liés à l'eau.

 

Dans les secteurs où les aquifères karstiques sont importants, les SAGE doivent donc prendre en compte les spécificités qui en résultent. Ceci doit entraîner des démarches diverses, parmi lesquelles :

 

  • des réflexions spécifiques concernant la délimitation du périmètre de certains SAGE,

 

  • la recherche de sources de pollution parfois lointaines,

 

  • des efforts particuliers pour la mise en valeur des ressources en eau des aquifères karstiques, afin de contribuer à la satisfaction des besoins en eau et, éventuellement, au soutien des étiages (gestion active).

 

Le principal enjeu du SAGE “Haut-Doubs - Haute-Loue” est la recherche d'une solution à des problèmes aigus de ressource en eau, notamment superficielle : entre Pontarlier et Ville du Pont, le Haut-Doubs perd dans des réseaux karstiques la quasi-totalité de son débit à l'étiage et ces pertes alimentent en partie la source de la Loue (voir l'article sur la source de la Loue). L'objectif à atteindre est évidemment de maintenir dans le Doubs un niveau d'eau suffisant, tout en respectant le débit de la Loue. Pour bien prendre en compte cette problématique particulière, directement liée à l'importance des aquifères et circulations karstiques dans le secteur, les deux bassins, celui du Haut-Doubs et celui de la Haute-Loue, ont été réunis dans le périmètre du SAGE, qui comprend la totalité du bassin d'alimentation de la source karstique de la Loue. Ainsi défini, ce périmètre, d'une superficie d'environ 2 325 km2, a permis de prendre en compte de façon satisfaisante l'essentiel des enjeux liés à l'eau et de conduire les investigations complémentaires nécessaires.

 

La Commission Locale de l'Eau a ainsi retenu un certain nombre de mesures qui devraient permettre d'améliorer la situation. Parmi celles-ci, on citera la mise en place, à titre expérimental, de dispositifs réversibles de limitation des pertes du Doubs qui devraient permettre de réduire l'effet de “court-circuit” résultant des circulations karstiques.

 

Les karsts de haute montagne sont en général dépourvus de couverture (sol, sédiments détritiques), ce qui les rend sensibles aux altérations de surface. Tel est le cas de certaines stations d’altitude des Préalpes calcaires. Dans le Jura et les Alpes, ces karsts possèdent des réseaux de drainage bien évolués. Dans certains secteurs des Alpes, la karstification a atteint un tel niveau de développement que le stockage est réduit. En revanche, dans certaines situations, les exutoires karstiques localisés en basse altitude (Jura et Alpes) peuvent être masqués par une couverture récente importante (fluvio-glaciaire, alluvions, moraines) qui peut engendrer la constitution de réserves notables. Cependant, les émergences cachées, directement dans des aquifères alluviaux, ne rendent pas facile l’étude de tels aquifères à fortes ressources potentielles.

Il n’est pas rare que des forages, atteignant en profondeur des calcaires, sous d’autres formations géologiques, recoupent des cavités importantes et fournissent des débits intéressants. Tel est le cas des calcaires du Jurassique moyen dans le cours moyen du Doubs entre Besançon et Laissey. Il s’agit d’aquifères, sans exutoire identifié en surface, dans lesquels la karstification s’est développée en profondeur selon des modalités encore mal élucidées. Présents dans de nombreux bassins, ces aquifères karstiques profonds très mal connus paraissent receler des réserves importantes, mais dont la reconstitution n'est pas évaluée ; la présence d’eaux à long temps de séjour a parfois été révélée. L’exploitation de ces aquifères profonds doit par conséquent être conduite avec une grande prudence, tant que leurs conditions de recharge n’ont pas été démontrées.

Quand la pression anthropique sur les territoires karstiques est faible, la pollution diffuse sur les karsts du bassin est réduite. Cependant, là où la couverture de sol ou de sédiments est assez épaisse et c'est le cas pour la Franche-Comté, des cultures intensives se développent et, avec elles, les teneurs en nitrates des eaux souterraines augmentent. La qualité bactérienne des eaux de sources karstiques est presque toujours médiocre pendant les périodes de hautes et moyennes eaux. Les rejets d’eaux usées dans le karst, concentrés ou dispersés, en sont l’origine. C’est pourquoi les captages de ces sources pour l’eau potable doivent comporter un dispositif de traitement adapté aux spécificités du karst. En revanche, l’apparition de turbidités fortes pendant ces mêmes périodes, habituelle sur nombre de sources, est un problème plus délicat à traiter, surtout pour de petits captages ; la disposition du captage lui-même (captage réalisé à proximité du conduit, et non directement dedans) peut dans certains cas améliorer la situation.

 

Caractéristiques et conséquences

 

Caractéristiques

 

La karstification transforme une formation carbonatée fracturée, l’aquifère carbonaté fissuré, caractérisé par une architecture géologique (géométrie de la formation, caractères pétrographiques et géochimiques, comportement mécanique, distribution des fractures), en un aquifère karstique.

 

1) L’aquifère karstique est le seul type d’aquifère où c’est la circulation d’eaux dans la formation géologique qui façonne les vides de l’aquifère et induit des caractéristiques aquifères spécifiques.

 

2) La constitution d’un aquifère karstique peut être rapide à l’échelle des temps géologiques : quelques milliers à quelques dizaines de milliers d’années. De ce fait, l’aquifère karstique enregistre les variations, même de faible amplitude, du niveau de base où est localisée la source, par le développement d’un drainage associé à chaque niveau. Toutes les régions karstiques présentent la marque de plusieurs phases de karstification, dont seules les plus récentes, associées au niveau de base actuel, participent au fonctionnement de l’aquifère. Ainsi, un aquifère carbonaté peut présenter un réseau de conduits visitables, ne fonctionnant plus : c’est une partie non fonctionnelle de l’aquifère karstique.

 

Figure02-450.jpg

Paysage karstique

 

C’est pourquoi il n’est pas suffisant de constater l’existence de phénomènes karstiques ; il faut aussi et surtout considérer la fonctionnalité karstique de l’aquifère. Cela revient à vérifier l’adéquation entre l’existence d’une structure karstique et son fonctionnement.

 

3) Dans l’aquifère karstique, les écoulements ont créé des vides organisés en une structure hiérarchisée de drainage, le réseau de conduits, de l’amont (la surface) vers l’aval (la source, exutoire en général unique de l’aquifère). Souvent, au cours de la saison de recharge de l’aquifère, des remontées importantes de l’eau dans le réseau de conduits provoquent l’inondation de réseaux supérieurs, habituellement sans écoulement, et la mise en fonctionnement de sources temporaires de trop plein.

 

Conséquences

 

L’aquifère karstique, à maturité, possède un réseau de conduits organisé à la façon d’un bassin versant de surface. L’aquifère karstique n’est pas d'un type unique : il existe une grande variété d’aquifères karstiques en fonction de l’état de développement de la karstification, depuis le pôle aquifère fissuré jusqu’au pôle aquifère karstique pur. Le degré d’évolution karstique de l’aquifère se traduit dans son fonctionnement hydrogéologique.

 

1) L’aquifère karstique présente une organisation des écoulements souterrains, qui détermine celle des vides qu’ils créent. Dans cette organisation, les deux fonctions classiques (stockage et drainage) sont séparées, au moins dans la zone noyée, et sont assurées par des éléments distincts de la structure : le drainage est assuré par un réseau de conduits hiérarchisé. le stockage est fourni soit par les parties microfissurées ou poreuses de la roche non karstifiée, soit par des cavités karstiques, parfois de grandes dimensions, connectées au drainage par des zones à fortes pertes de charge (Systèmes Annexes au Drainage, SAD). Le stockage est réalisé par un ensemble d’éléments hydrauliquement indépendants les uns des autres, mais tous connectés plus ou moins bien au réseau de conduits. Il en résulte un compartimentage hydraulique responsable de très fortes hétérogénéités.

 

2) L’aquifère karstique se distingue des aquifères poreux et des aquifères fissurés par le fait qu’il possède des vides de grandes dimensions, dans lesquels les eaux souterraines sont susceptibles de circuler très vite. Les dimensions des vides dans le karst couvrent une très large gamme de valeurs, depuis les fissures d’ouverture micrométrique et longues de plusieurs mètres jusqu’à des conduits de quelques dizaines de mètres de section et longs de plusieurs kilomètres. De même, les vitesses d’écoulement souterrain vont de moins de quelques centimètres par heure à plusieurs centaines de mètres par heure.

 

De ce fait, dans les aquifères karstiques fonctionnels, la très grande majorité des eaux séjourne moins d’un cycle hydrologique, et souvent seulement quelques jours à quelques semaines. Pour cette raison, toutes les caractéristiques physiques, chimiques et hydrauliques, présentent une très grande variabilité spatiale et temporelle.

 

Aquifère-karstique-450.jpg

L'aquifère karstique (d'après Mangin, 1975)

 

Système unaire L'ensemble de l'impluvium est constitué de terrains karstifiables. Le drainage s'effectue principalement à l'aval.

 

Système binaire Une partie de l'impluvium est constituée de terrains non karstifiables qui concentrent l'infiltration des eaux en un point. Le drainage est très développé. limite de l'impluvium limite de l'impluvium perte.

 

Systèmes-karstiques-450.jpg

 

3) L’aquifère karstique possède des modalités d’infiltration particulières qui n’existent pas dans les autres aquifères. Il existe en surface, sur quelques mètres d'épaisseur, une zone plus perméable du fait de l'altération : la zone épikarstique ou épikarst. L'épikarst rassemble l'eau d'infiltration dans une nappe perchée locale et discontinue, drainée vers le bas soit par les vides les plus larges en un ruissellement souterrain rapide, soit par les vides de petites dimensions, en une infiltration lente écoulant un mélange d'air et d'eau. Par ailleurs, au contact de formations imperméables et du calcaire, des pertes absorbent les écoulements de surface et constituent une alimentation directe par ruissellement à fort débit de la zone noyée. Par conséquent, lorsque des écoulements de surface contribuent à l’alimentation de la zone noyée à partir de pertes, l’aquifère karstique au sens strict n’est qu’une partie du système karstique, puisque ce dernier est alors constitué de l’aquifère proprement dit et du bassin de surface drainé par des pertes (photo 8). On distingue donc (figure 5) : les systèmes karstiques unaires (système karstique = aquifère karstique), les systèmes karstiques binaires.

 

4) Le karst est réputé très vulnérable aux pollutions par comparaison avec les autres aquifères, du fait des caractères suivants : faible rôle filtrant de la zone d’infiltration, faible effet de la dispersion et de la dilution lié à l’organisation des écoulements, temps de séjour de l’eau trop court pour qu’un effet auto-épurateur intervienne au sein de l’aquifère, importante variabilité temporelle de la qualité de l'eau.

 

La vulnérabilité du karst présente en contrepartie certains caractères intéressants qui doivent être pris en compte dans les projets de mise en valeur : élimination généralement rapide des pollutions accidentelles, effets retardateurs (adsorption, dispersion) en général réduits, amélioration rapide (à l’échelle du cycle hydrologique) de la qualité de l’eau à l’exutoire à la suite de changements dans les rejets de pollutions chroniques ou saisonnières (modifications des pratiques, mise en place de stations de traitement), c'est-à-dire que les effets cumulatifs d’un cycle sur le suivant sont faibles ou négligeables, du fait du temps de séjour très inférieur à un an, nette différence de qualité et de comportement entre les périodes d’étiage (fonctionnement capacitif, temps de séjour long) et de crue ou de hautes eaux (fonctionnement transmissif, temps de séjour court).

 

Source principale :

Guide technique n° 3 du bassin Rhône-Méditerranée-Corse. Connaissance et gestion des ressources en eaux souterraines dans les régions karstiquesjuin 1999.

Écrire un commentaire