Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2011

Pollution de Thise : la solution

Une seule demi-journée a suffi pour déboucher la conduite des eaux usées de la commune de Thise, mettre fin à la pollution du ruisseau voisin et lever le risque de contamination des puits d'eau potable de la Ville de Besançon.


 

Pollution-Thise-071.jpgPollution de Thise : la solution

 

par André Guyard 

(Texte, photos, vidéos)

 

Après l'alerte lancée sur notre blog, les choses ont évolué d'une façon accélérée. Dès aujourd'hui lundi 18 janvier, une équipe était envoyée sur le terrain pour déboucher la conduite obturée.  Pour ce faire l'intervention d'un véhicule hydrocureur chargé d'eau était nécessaire. Malheureusement le camion hydrocureur de la Ville de Besançon ne pouvait accéder au site, étant donné que l'accès n'est possible que par un chemin enherbé. Finalement l'équipe technique dut faire appel à un camion hydrocureur 4x4 d'une entreprise privée. 


Pollution-Thise-101.jpg

Il a fallu un véhicule hydrocureur 4x4

pour atteindre le site

 

L'équipe commença par obturer en amont la conduite de l'égout par un ballon pour stopper le flux d'eaux-vannes, opération indispensable pour permettre l'intervention.

Un long tuyau muni d'un furet et autotracté par la pression fut introduit dans un regard en aval du bouchon.



Le camion 4x4  hydrocureur en action

 

Pollution-Thise-081.jpg

Le furet qui va attaquer le bouchon

obturant la conduite

 

Le furet attaque le bouchon


Le bouchon est constitué

principalement de lingettes agglutinées

par de la graisse

 

Pollution-Thise-121.jpg

Pas très ragoûtant tout ça

 

Du savon et des lingettes dans les égouts

 

Biodégradables ces lingettes ? Peut-être. Mais avant d'être digérées par les bactéries, elles ont le temps de participer à l'édification de bouchons dans les canalisations.

 

En ce qui concerne les dépôts solides de graisses et d'huiles dans les canalisations d'eaux usées, ils sont responsables de près de la moitié des bouchons, qui eux-mêmes provoquent près de 50 pour cent des débordements. Des dépôts bien connus dans les bacs à graisse récoltant les eaux usées en aval des éviers de cuisine. Mais de quoi sont faits ces dépôts et comment se forment-ils ?

 

L'équipe de Francis de los Reyes, à l'Université de l'État de Caroline du Nord (États-Unis), a établi que la plupart de ces dépôts sont composés à plus de 50 pour cent par des lipides, essentiellement de l'acide palmitique, un acide gras saturé très répandu. De même, dans 85 pour cent des dépôts, l'élément métallique dominant est le calcium, avec une concentration moyenne de 4,2 grammes par litre. F. de los Reyes et ses collègues ont confirmé expérimentalement l'hypothèse que les dépôts se forment par une réaction de saponification entre du dichlorure de calcium (CaCl2) et des acides gras libres. Pour cela, ils ont notamment fabriqué du savon en laboratoire à partir de CaCl2 et ont comparé, par spectroscopie infrarouge, ce savon avec les dépôts échantillonnés. Ainsi, ces dépôts seraient pour l'essentiel des sels métalliques d'acides gras : du savon.

 

X. He et al., Environmental Science & Technology, en ligne, 21 avril 2011


Opération couronnée de succès.

On retire le furet dans une émulsion :

une mayonnaise réussie

 

Finalement, une matinée de travail a résolu ce problème apparemment récurrent : la conduite est débouchée. La cause de cette obturation : des amas de lingettes jetées dans les toilettes qui constituent des bouchons. Peut-être qu'une campagne invitant les administrés à éviter ce genre de comportement serait souhaitable. En amont de la zone d'obturation, l'eau était éjectée au niveau d'un regard, ce qui provoquait ces petits geysers masqués par la nappe d'eaux usées.

 

Saluons ici la rapidité de la réaction du Syndicat Besançon-Thise-Chalezeule et de la Ville de Besançon qui sont intervenus dans les 24 heures suivant mon alerte téléphonique ainsi que le professionnalisme de l'équipe intervenante.

 

Par ailleurs, le chantier a reçu la visite d'une équipe d'un cabinet d'environnement équipée d'une caméra permettant de visionner l'intérieur des conduites. Mais étant donné la turbidité importante de cette eau très chargée, elle n'a pu procéder à aucune opération. Mais ce n'est que partie remise.

 

Des analyses d'eau périodiques devraient rassurer les Bisontins sur la qualité de l'eau provenant du puits proche même si la contamination de la nappe profonde paraît incertaine.

 

On peut s'interroger sur le fonctionnement de la station d'épuration de Thise-Chalezeule-zone industrielle dont l'alimentation a été privée pendant plusieurs semaines des eaux usées de la commune de Thise..

 

Il reste que le ruisseau du Trébignon, affluent du Doubs, a dégusté comme le montre la photo ci-dessous.

 

Pollution-Thise-061.jpg

Fond colmaté, végétation étouffée :

le Trébignon devra se refaire une santé

 

pollution,assainissement,thise,station de pompage,station d'épuration

État des lieux fin février 2011 : un champ de déjections avec en prime une odeur tenace

Commentaires

Courriel reçu le 18/01/2011
André,
Bravo! tu as bien fait de remuer toute cette "boue". Les personnes responsables sont souvent lamentablement inefficaces face à des problèmes urgents. Ton reportage est fort intéressant et je vais encourager des amis à le lire et à le diffuser.
Amitiés

G.V.

Écrit par : Guyard | 18/01/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour André,

et merci pour ces informations dont Gerda m'a parlé. Il est quand même inquiétant que seule la vigilance de promeneurs a finalement pu attirer l'attention des autorités à cet incident. Je me pose néanmoins des questions :
- le fait que le nettoyage a pu arrêter la fuite apparente ne retranche rien au fait qu'il y a eu une fuite. En effet celle-ci montre bien qu'il existe un problème d'étanchéité du système d'égout et apparemment cela ne date pas d'aujourd'hui. Espérons donc que la réparation envisagée est faite dans des meilleurs délais ;
- reste néanmoins une question : est-ce qu'il est raisonnable (où même conforme aux règlementations en vigueur) qu'un tuyau d'assainissement passe à proximité d'une zone de captage d'eau - il existe quand même des périmètres de protection (qui, à mon goût, sont souvent bien trop restreints). En tout cas, dans le cas présent, il existe un risque de pollution apparent des ressources en eau potable.
- Est-ce que le nouveau système d'assainissement à haute pression permettre de condamner cette conduite ?

Tu peux, si tu veux te servir de mes observations et les mettre sur un site.

A bientôt

Pierre

Écrit par : Pierre Frankhauser | 18/01/2011

Répondre à ce commentaire

Salut André et bien joué !
Nous étions nombreux a avoir remarqué le petit geyser près du Trébignon sans en soupçonner l'origine. Mais ton œil avisé était là !
Espérons une réparation définitive à cette fuite bien préoccupante.
Très cordialement
Denis Bon Fils

Écrit par : denis Bonfils | 19/01/2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire