Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2010

Coraux des Antilles (11)

Évolution des récifs coralliens actuels de la Caraïbe. Problème du blanchissement des coraux.

 


136Récif corallien-logo.jpgCoraux et milieu récifal de la Province Caraïbe

Chapitre XI : Évolution des récifs coralliens actuels de la Caraïbe

 

par André Guyard

 

 

(suite du chapitre X : Autres organismes associés au récif corallien)

 

(dernière mise à jour : juillet 2016)

 

Les Coraux actuels sont le résultat d'une longue évolution qui trouve son origine à l'ère primaire. Différents groupes de Cnidaires sont successivement apparus : Stromatopores, Tabulés et Tétracoralliaires qui se sont éteints à la fin de l'ère primaire.

 

Les Madréporaires apparaissent au début de l'ère secondaire, principalement au Trias, époque où l'Europe n'était qu'une immense mer de Corail avec un climat tropical s'étendant jusqu'au 60° de latitude nord. L'ère secondaire voit un lent recul des Coraux vers le sud, migration qui se poursuit au Tertiaire.

 

Au début du Tertiaire, l'Atlantique et le Pacifique sont en communication au niveau de l'Amérique centrale, de sorte que les genres coralliens des deux océans sont étroitement apparentés. Depuis la fermeture de l'isthme de Panama au Miocène et surtout de la Téthys, au niveau du Moyen-Orient actuel (fin du Miocène), les deux grandes zones récifales actuelles : régions antillaise et indopacifique se séparent et les Coraux de chacune de ces deux provinces vont évoluer isolément. Le nombre des genres atlantiques tombe à moins de vingt alors que celui des genres pacifiques atteint quatre-vingts (Vaughan, 1919). Il n'y a que trois espèces d'Acropora et six espèces de Porites en Atlantique contre respectivement 150 et 80 dans le Pacifique. Les genres Mussa, Meandrina et Agaricia qui ne sont trouvés que dans l'Atlantique seraient donc d'apparition plus récente que la fermeture de l'isthme de Panama.

 

Selon certains biologistes, la régression de l'aire couverte par les Coraux hermatypiques se poursuivrait de nos jours par suite du refroidissement du climat terrestre depuis le début de l'ère tertiaire. La Caraïbe, étant adjacente à l'Amérique du Nord, aurait subi davantage les fluctuations climatiques du Pléistocène que les zones tropicales pacifiques où les masses océaniques constituent un meilleur tampon thermique. En outre, l'immensité du Pacifique tropical explique l'expansion des Coraux et la diversification des espèces forcément plus importante que dans la petite Province Caraïbe.

 

Diploria-blanchi-01-1.jpg
Diploria sp touché par le blanchissement

 

Le blanchissement des coraux

 

Les coraux ont toujours été victimes de nombreuses agressions, naturelles ou anthropiques et la raréfaction des coraux est due à l'ensemble des facteurs qui affectent actuellement la vie océanique. Depuis les années cinquante, la pression anthropique s'est accrue sur le récif corallien. Surpêche, installations portuaires ou touristiques, dragages inconsidérés de sable, rejets d'effluents, développement du trafic maritime, pêche à la dynamite causent de graves dommages aux récifs et perturbent l'équilibre biologique des zones coralliennes.

 

Dès le début des années quatre-vingt-dix, les scientifiques,  inquiétés par le blanchissement des Coraux par perte des Zooxanthelles, ont tiré la sonnette d'alarme. En témoignent les extraits ci-dessous de deux articles de Francis Rougerie & coll. publiés dans deux revues : Tahiti Pacifique (octobre 1991) et La Recherche (juillet 1992) (Documents aimablement communiqués par Francis Rougerie).

 

coraux,antilles,cnidaires,anthozoaires,scléractiniaires,madrépores,récif corallien,caraïbe

coraux,antilles,cnidaires,anthozoaires,scléractiniaires,madrépores,récif corallien,caraïbe

coraux,antilles,cnidaires,anthozoaires,scléractiniaires,madrépores,récif corallien,caraïbe

coraux,antilles,cnidaires,anthozoaires,scléractiniaires,madrépores,récif corallien,caraïbe

coraux,antilles,cnidaires,anthozoaires,scléractiniaires,madrépores,récif corallien,caraïbe

coraux,antilles,cnidaires,anthozoaires,scléractiniaires,madrépores,récif corallien,caraïbe

 

À l'origine de cette mort blanche, plusieurs hypothèses : infections bactériennes, abaissement de la salinité, stress dû à un coup de chaleur de l'océan tropical en liaison avec le réchauffement climatique et l'accentuation de l'effet de serre. Selon le Réseau mondial de surveillance des récifs, le courant marin chaud El Niño de 1998 aurait ainsi entraîné un blanchissement de 16 % des coraux de la planète, dont 6,4% seulement sont aujourd'hui sauvés ou en passe de l'être.

 

corail-blanchi_01-1.jpg
Début de blanchissement dans une colonie corallienne

 

Le réchauffement climatique menace les récifs de disparition

 

Le réchauffement des océans peut s'avérer fatal pour les organismes fixés comme les coraux. Au-delà d'un certain seuil, il rompt la délicate symbiose entre le polype et l'algue microscopique qui lui donne vie. Cette rupture provoque le blanchissement des coraux, et leur mort s'ils ne parviennent pas à accueillir de nouvelles algues. En 1998, année parmi les plus chaudes, 16 % des coraux de la planète ont blanchi, et seule une infime partie d'entre eux s'en sont remis. La fréquence et la sévérité des épisodes de blanchissement devraient croître avec le réchauffement climatique actuel. Les menaces changent d'échelle et les agressions se multiplient, ne laissant plus assez de temps aux scléractiniaires pour se refaire une santé. Combinés à la surpêche et à l'acidification, ils menacent l'ensemble des coraux de disparition à l'horizon 2050.

 

corail-blanchi_02-1.jpg
La pigmentation originelle disparaît progressivement
(Crédit image Ove Hoegh-Guldberg, Centre for Marine Studies, The University of Queensland)
 
corail-blanchi_03-1.jpg
Le phénomène est également observé dans la Grande Barrière de Corail
(Crédit image Ove Hoegh-Guldberg, Centre for Marine Studies, The University of Queensland)

 

Les coraux seraient mieux protégés que prévu (Sciences et Avenir n° 792, février 2013, p. 31)

 

Les récifs coralliens devraient mieux résister que prévu à l'acidification des océans provoquée par l'augmentation de dioxyde de carbone dans l'atmosphère terrestre. Ce pronostic rassurant émane d'une équipe de l'Université nationale d'Australie, qui étudie des récifs situés aux abords de l'île Héron, sur la Grande Barrière australienne. Les chercheurs se sont penchés sur la composition minérale des algues qui vivent en symbiose avec les coraux.

 

« Un récif, c'est comme une maison, explique Merinda Nash, principale auteure de l'étude publiée dans rature Climate Change. Les coraux sont les briques, mais les algues coralliennes sont le ciment qui tient le tout. »

 

Or les  scientifiques australiens ont découvert que ces algues contiennent autant de magnésium que de calcium, alors que les enveloppes calcaires du corail ne contiennent, elles, que 20 % de magnésium. C'est ce surcroît qui protège chimiquement le récif de la dissolution provoquée par des eaux de plus en plus acides.

 

Les chercheurs vont désormais vérifier que la composition des algues est similaire sur tous les récifs coralliens du monde, ce qui est probable. Les conservateurs de ces milieux vont, eux, modifier leurs méthodes de protection en consacrant une partie de leurs efforts à améliorer les conditions favorisant la vitalité des algues, notamment sur les parties les plus vulnérables des récifs.

 

L'acidification de l'eau de mer pénalise les organismes calcaires

 

L'augmentation des émissions de CO2 dans l'atmosphère provoque une acidification des océans, qui ralentit la croissance des récifs coralliens. Si elle stimule la photosynthèse des algues, l'accumulation de gaz carbonique entrave la croissance des coraux et des autres organismes calcaires : mollusques, crustacés, oursins et algues calcaires. Depuis le début de l'ère industrielle, l'acidité des eaux de surface aurait augmenté de 30 %. réduisant du même coup la disponibilité des ions carbonates nécessaires à la fabrication de coquilles ou de squelettes calcaires. Très marquée au niveau des pôles (le CO2 est plus soluble dans l'eau froide), la baisse du pH y serait telle que les coquilles seront même dissoutes dans certaines zones de l'Océan Arctique dès 2018.

 

  "En fait, le CO2 de l'atmosphère se dissout dans l'eau de mer sous forme d'acide carbonique, ce qui entraîne une baisse du pH des océans, détaille Isabelle Domart-Coulon, du Muséum national d'histoire naturelle. Or, cette transformation en acide carbonique se fait au détriment du carbonate qui est utilisé pour la biominéralisation des récifs."

 

Résultat : dans les zones où les eaux sont naturellement acides, le nombre de coraux diminue fortement. Des observations qu'il reste à expliquer, car cela ne fait qu'une dizaine d'années que les scientifiques se penchent sur ce phénomène.

 

Le corail peut-il proliférer dans des eaux acides ?

 

Un espoir à partir d'une observation des coraux des Îles Palaos.

 

Dans un article de janvier 2014, Kathryn Shamberger, de l'Institut océanographique de Woods Hole (États-Unis) a constaté que, malgré l'acidité particulièrement élevée des eaux des îles Palaos, en Océanie, les coraux y prospèrent.

 

Aux îles Palaos comme ailleurs, la formation de coquillages et la respiration des animaux aquatiques contribuent aussi à acidifier l'eau. Mais ces effets sont ici amplifiés par la stagnation des eaux de baies, qui se renouvellent lentement. De sorte que leur acidité atteint des niveaux  records, que l'on s'attendrait à trouver dans le Pacifique vers 2100 ! Et pourtant, les coraux y abondent, tant en espèces qu'en quantité.

 

Les chercheurs n'ont pas encore d'explication à ce phénomène. Il est possible qu'ils se soient adaptés génétiquement à leur environnement, ou que ce dernier possède des caractéristiques particulières leur permettant de survivre. Dans tous les cas, identifier les facteurs autorisant ce foisonnement permettrait de mieux cerner l'avenir incertain des massifs coralliens sur tout le globe.

 

En savoir plus sur ce sujet.

 

L'hypoxie  gagne du terrain avec le réchauffement climatique

 

Au cours des cinquante dernières années on a pu mettre en évidence l'expansion de masses d'eaux pauvres en oxygène, notamment sous les tropiques. Situées au large, à des centaines de mètres de profondeur, ces masses d'eau hypoxique doivent leur existence à la stratification thermique des océans, qui limite les échanges gazeux avec l'atmosphère, et à la dégradation de la matière organique produite en surface, qui pompe leur oxygène. Ce phénomène naturel est amplifié par le réchauffement et la hausse de la teneur en CO2. Ces eaux participent à la création des zones mortes lorsqu'elles remontent le long des côtes, sous l'effet des courants marins (upwelling).

 

Conséquence du réchauffement climatique et de l'hypoxie  : les zones océaniques mortes se multiplient

 

Depuis 1960, le nombre de zones mortes double tous les dix ans. On dénombre aujourd'hui 534 zones côtières dans lesquelles la teneur en oxygène dissous dans l'eau est insuffisante pour la survie des organismes marins. En cause : la prolifération d'algues en surface, favorisée par les rejets d'azote provenant des zones agricoles et urbaines. Une fois mortes, ces algues tombent et sont décomposées par des bactéries qui consomment au passage l'oxygène de l'eau. Au-dessous d'une concentration de 0,5 ml par litre, les organismes peu mobiles vivant sur le fond décèdent en masse par hypoxie.

 

La destruction de l'habitat affecte des écosystèmes entiers

 

Un champ fraîchement labouré, tel est l'aspect des fonds marins après le passage des chaluts de fond. Le chalutage consiste à racler le plancher océanique avec un filet en forme d'entonnoir, un mode de pêche considéré comme le plus destructeur pour les habitats naturels et la biodiversité. Plus de 20 millions de km2 de fonds marins seraient ainsi ratissés le long des côtes, et la multiplication des passages laisse peu de temps aux écosystèmes pour se remettre.

 

La pollution empoisonne les océans

 

Des dizaines de milliers de fragments de plastique au kilomètre carré. Voilà ce que l'on peut récolter à la surface des océans dans les zones où ces déchets s'accumulent du fait des courants marins. La moitié du plastique produit dans le monde finirait dans l'océan. Leur effet le plus visible est l'asphyxie qu'ils provoquent chez les animaux qui les ingèrent (oiseaux et tortues de mer). Plus difficile à évaluer : l'impact des fragments microscopiques, ainsi que celui des additifs qu'ils contiennent (tels que le bisphénol A). En outre, d'autres molécules toxiques présentes dans l'eau, comme les PCB et les hydrocarbures polycycliques aromatiques, se fixent sur les microparticules de plastique et rentrent par ce biais dans la chaîne alimentaire.

 

Le récif corallien, écosystème complexe, productif mais particulièrement fragile, est menacé non seulement par l'évolution du climat terrestre, mais également par d'obscurs facteurs écologiques. On a remarqué que dans les régions où les Science & Vie septembre 2011 n° 1128 p. 84-91 Science & Vie septembre 2011 n° 1128 p. 84-91 oraux ont été détruits soit à la suite de tempêtes ou de cyclones, soit à la suite d'agressions d'origine anthropique, le Corail repousse difficilement et tend à être remplacé par d'autres organismes. Le rapport du World Resources Institute (février 2011) montre que les pressions locales (surpêche, urbanisation des côtes, pollution) sont les risques les plus immédiats et directs pour plus de 60% des récifs. Mais en temps normal, cet organisme sait se défendre. "Un récif endommagé met une quinzaine d'années pour se reconstruire", rappelle Serge Planes, directeur du Centre de recherches insulaires et observatoire de l'environnement (Criobe) sur l'île de Moorea, en Polynésie française. D'une certaine manière, ces agressions ponctuelles rendent plus forts les récifs en participant à leur régénération et au brassage des espèces.

 

Les pullulations d'Acanthaster planci, une étoile de mer géante, d'un diamètre moyen de 25 à 35 cm à l'âge adulte et surnommée "couronne d'épines", se font de plus en plus fréquentes depuis les années 1970 dans les océans Indien et Pacifique. Or, cet animal est friand de polypes et peut consommer entre 5 et 6 mètres carrés de corail par an ! Les cyclones et les tsunamis, dont l'intensité semble augmenter avec le réchauffement, brisent les coraux ou les asphyxient sous les boues qu'ils charrient et la sédimentation qu'ils engendrent. Acanthaster planci  peut en effet détruire 10 m2 de récif par an en dissolvant les coraux avec ses sucs gastriques. Acanthaster planci n'a que de rares prédateurs et connaît, de brusques explosions de populations, détruisant 90 % de la vie d'un récif.  Encore inexpliqué, ce phénomène pourrait provenir des déversements en mer de nitrates d'origine agricole ou urbaine. Les rares moyens de lutte disponibles aujourd'hui (bisulfate de sodium ou introduction d'une maladie virale) sont peu efficaces et surtout pourraient avoir des effets délétères sur l'environnement en affectant notamment d'autres espèces.  Ainsi, testée en 2011, l'injection de vibrion du choléra sur des Acanthasters a donné quelques résultats, mais son utilisation à grande échelle n'est pas à l'ordre du jour. Or, si l'on trouvait un remède contre les étoiles de mer, les récifs pourraient de nouveau augmenter de 0,89 % par an. À l'inverse, si rien n'est fait, la surface de la Grande Barrière pourrait encore baisser de 5 à 10 % d'ici à dix ans.

 

Triste bilan : la Grande Barrière de corail d'Australie a perdu la moitié de ses prairies coralliennes entre 1985 et 2012. En vingt-sept ans, ce sont des milliards de coraux et des milliers d'espèces d'une extrême richesse biologique qui ont disparu. Pour établir ce constat, les chercheurs de l'Australian Institute of Marine Science (AIMS) se sont plongés dans les 2258 observations effectuées sur 214 récifs pour un total de 3000. Les principales causes de ces pertes : « Les tempêtes tropicales comptent pour 45 %, suivies par la prédation par Acanthaster planci pour 42 % et le blanchiment pour 10 %, soit un taux de mortalité moyen de 3,38 % par an. »

 

La Grande Barrière, inscrite au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1981, a connu 34 tempêtes tropicales depuis 1985 et deux sévères attaques de la maladie blanchissant les coraux en 1998 et 2002. Le responsable ? Le réchauffement climatique qui accélère la fréquence des cyclones et génère une hausse des températures de l'eau, l'un des facteurs du blanchiment. « Réduire les émissions de gaz à effet de serre figure, bien sûr, parmi les objectifs à long terme, affirme John Gunn, directeur de l'AIMS. À court terme, nos efforts doivent porter sur la lutte contre les étoiles de mer. »

 

L'Australie sommée de prendre des mesures

 

En juin 2012, l'Unesco a donné huit mois à l'Australie pour améliorer la protection de la Grande Barrière, menaçant de l'inscrire sur la liste des sites « en danger ». En cause, la construction d'installations industrielles sur la côte du Queensland, comme le port charbonnier et gazier de Gladstone, et des efforts insuffisants pour réduire les rejets agricoles et urbains. À la suite de la publication de l'AIMS, le gouvernement australien a admis qu'il y avait eu des » négligences depuis des décennies » dans la gestion de la barrière de corail.

 

coraux,antilles,cnidaires,anthozoaires,scléractiniaires,madrépores,récif corallien,caraïbe

Acanthaster planci, la grande étoile de mer

prédatrice de coraux

dans la Grande Barrière de Corail

 

Une théorie veut que la stabilité d'un écosystème croît avec sa complexité. Dans ces conditions, le milieu récifal qui présente un écheveau extraordinairement compliqué d'interactions des espèces entre elles et avec leur environnement devrait être un système stable. En fait, l'adaptation à la stabilité des paramètres mésologiques, la sténoécie des espèces rend les écosystèmes tropicaux particulièrement fragiles et la moindre perturbation entraîne des déséquilibres parfois irrémédiables.

 

Conscients de la menace que constitue le blanchissement des Coraux, plusieurs programmes internationaux en cours ou en projet, contribuent à la défense de l'écosystème corallien. Ainsi, le Programme pour la productivité marine de la Côte Caraïbe, fondé en 1990 rassemble une vingtaine d'instituts qui ont commencé un suivi systématique des récifs coralliens. D'autres programmes s'élaborent notamment dans le Pacifique.

 

Rappelons que 8% de la population mondiale tire sa subsistance des récifs coralliens. Ceux-ci fournissent aux populations concernées une source de nourriture essentielle : environ 90% de leurs protéines animales. Un récif sain peut ainsi donner plus de 15 t de poissons et de crustacés par an et par kilomètre carré de quoi nourrir 2 500 personnes.

 

Du point de vue touristique, ils attirent chaque année environ 15 millions de plongeurs dans les 2 500 centres de plongée recensés dans 91 pays.

 

Enfin, les récifs coralliens abritent près de 95 000 espèces. Cet écosystème est un réservoir de molécules que l'on commence à étudier : des ascidies (tuniciers), certains cônes (gastéropodes) et des éponges recèlent ainsi des molécules utilisées dans la recherche pour le traitement de la douleur, de la leucémie, du cancer de la peau ou du sida.

 

En cosmétologie, la crème solaire idéale pourrait s'inspirer des bactéries, algues et coraux. Ces organismes se protègent efficacement des rayons du soleil grâce à des substances résistantes aux UV, comme les acides aminés de type mycosporine (AAM). Diego Sampedro a réussi à comprendre le mécanisme chimique de la forme la plus simple d'AAM : la palythine, présente chez de nombreuses espèces de coraux. Sous sa forme "protonée" (avec un proton supplémentaire sur l'un de ses atomes d'azote), elle dissipe plus rapidement l'énergie lumineuse des UV en chaleur, protégeant ainsi les cellules.

 

Il ne resterait plus que 46 % des récifs en bon état

 

Surpêche, réchauffement... D'ici à 2050, les récifs pourraient disparaître. Comment inverser le processus ? Un rapport publié le 23 février 2011 par le centre de réflexion américain World Resources Institute avance que si aucune action n'est entreprise, les récifs coralliens pourraient totalement disparaître d'ici à 2050. Même si ce rapport est quelque peu catastrophique, le constat est inattaquable : les coraux sont en danger. En effet, ces formidables architectes, plus gros bioconstructeurs du globe, qui protègent nos côtes en édifiant d'immenses remparts contre les assauts des océans et forment des écosystèmes foisonnant, sont particulièrement fragiles. Leur disparition représenterait une catastrophe écologique, économique et sanitaire, car ils recèlent un tiers de la biodiversité marine et font vivre plus de 500 millions de personnes.

 

En 2008, l'Initiative internationale pour les récifs coralliens (Icri) dressait un bilan plutôt sévère de leur état de santé dans un document plus consensuel, préparé par 372 experts de 96 pays. Selon ce Status of coral reefs of the world, 19% des récifs recensés en 1950 sont déjà perdus, 15% sont dans un état critique, risquant de mourir dans les dix à vingt prochaines années, 20%, sérieusement menacés, pourraient s'éteindre d'ici vingt à quarante ans. Seuls 46% sont encore en bon état, notamment dans le Pacifique où les récifs de Nouvelle-Calédonie ont été inscrits au patrimoine mondial par l'Unesco en 2008, après ceux de la Grande Barrière de corail en 1981.

 

Pour en revenir à la zone caraïbe, les décideurs, conscients de l'attrait touristique sinon biologique et écologique de l'écosystème récifal, développent dans les Antilles des réserves sous-marines, petits éclats des parcs naturels régionaux. Souhaitons que les mesures prises se révèlent efficaces afin que la splendeur des paysages sous-marins antillais soit sauvegardée et que l'écogénocide du récif corallien avec ses conséquences économiques soit évité.

 

Des pistes pour sauver le récif corallien ?

 

Pour faire face à l'hécatombe annoncée, recherches et expérimentations se multiplient dans le monde. Certaines se concentrent sur la biologie des coraux, encore mystérieuse à bien des égards. "Nous tentons de comprendre, dans la nutrition des coraux, quelles sont les parts respectives de la symbiose avec les zooxanthelles et de la prédation, raconte Serge Planes. Nous avons également remarqué que certaines lignées génétiques de zooxanthelles donnent au corail une meilleure résistance face au stress et nous cherchons à identifier quelles sont les meilleures combinaisons." Peut-être pourrons-nous ainsi doper le polype esseulé après un "blanchissement".

 

D'autres misent davantage sur les greffes et les transplantations. Dans l'archipel d'Okinawa, au Japon, l'équipe de Mineo Okamoto, de l'université de Tokyo, cultive des coraux en laboratoire pour régénérer des récifs menacés. Ils prélèvent des œufs ou des coraux naissants, les font croître à l'abri avant de les réimplanter, une fois arrivés à maturité. En 2006, une première transplantation de 5 000 boutures a donné un résultat mitigé : certains coraux n'ont pas supporté le déplacement. "Nous replantons des forêts depuis quatre mille ans, mais nous commençons seulement à régénérer les récifs coralliens", temporise Mineo Okamoto. Baruch Rinkevich, de l'Institut national d'océanographie d'Haïfa (Israël) assimile aussi ses pépinières de corail à de la "sylviculture sous-marine". Sa technique diffère peu : il installe des filets horizontaux au fond de la mer Rouge pour protéger la croissance, en milieu naturel cette fois, de petits morceaux de coraux. "À l'avenir, on ne pourra pas se passer de cette bioingénierie des récifs, reprend Isabelle Domart-Coulon. Mais elle ne pourra fonctionner que si le milieu n'est plus dégradé ! " À quoi servirait en effet de relancer un récif sain, si le stress lié au changement climatique ne lui laisse aucune chance ?

 

Greffes et transplantations constituent une des pistes étudiées pour espérer régénérer les récifs coralliens (ci-dessous, la mission Auracéa dans les îles Glorieuses de l'océan Indien).

 

coraux,antilles,cnidaires,anthozoaires,scléractiniaires,madrépores,récif corallien,caraïbe

Sylviculture sous-marine

(cliché Science et Vie)

 

Suivi de la santé des récifs coralliens : définir des bio-indicateurs

 

Comment évaluer l’état écologique des récifs coralliens de l’outre-mer  français ? Afin de définir les meilleurs bio-indicateurs pour le suivi de ces milieux, un groupe de travail spécifique a été créé début 2011. Piloté par l’Onema et le Muséum national d’histoire naturelle, il regroupe des spécialistes de l’IRD de Nouméa et d’autres organismes de recherche. Sa mission est d’expertiser la pertinence des éléments de qualité biologique explorés actuellement et de proposer de nouvelles pistes de développement. Des indicateurs performants pour évaluer les impacts des activités humaines sur les masses d’eau récifales pourraient être les macro-algues, dans le cas de l’eutrophisation, ou bien certains groupes d’invertébrés benthiques pour la problématique de l’hypersédimentation.

 

Contact : olivier.monnier@onema.fr

 

Limiter la pêche sauverait le corail caribéen (Science & Vie, n° 1164, septembre 2014, p. 24)

 

Un espoir pour les récifs coralliens des Caraïbes : leur déclin pourrait être prévenu par la simple régulation de la pêche des poissons herbivores, en particulier des poissons-perroquets. Ces récifs, qui ont perdu la moitié de leurs coraux depuis les années 1970, semblaient condamnés à disparaître dans vingt ans. La faute au réchauffement climatique, pensait-on. Mais le rapport d'un groupe d'experts internationaux, qui a compilé 35 000 études menées depuis 1969 dans 34 pays, est formel : la surpêche et la pollution côtière seraient à l'origine du déclin observé.

 

Le changement climatique aurait juste accentué le phénomène. Après l'épidémie qui décima l'oursin-diadème des Antilles en 1983, les poissons-perroquets sont les seules espèces capables de limiter, en les mangeant, la prolifération des algues qui étouffent les récifs coralliens. Une fonction qu'ils ne peuvent plus remplir s'ils disparaissent eux-mêmes. La couverture corallienne a ainsi bien plus souffert dans les zones de surpêche, comme en Jamaïque ou au Belize, que dans les régions où la pêche est réglementée. En meilleure santé, ces récifs riches en poissons-perroquets ont aussi mieux résisté aux cyclones.

 

 

Ajout de juillet 2016

Malgré tout, le blanchiment des coraux devient planétaire.

Si, depuis les années 1980, les épisodes de blanchiment se sont multipliés, souvent corrélés au phénomène El Nino, ils n'ont jamais atteint l'ampleur du blanchissement qui a débuté en 2014. Un phénomène sans précédent à l'échelle de la planète, indique Mike Eakin, de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA). Le phénomène a démarré dans le Pacifique, s'y est développé en même temps que le très puissant El Nino actuel, puis s'est étendu au point de toucher aujourd'hui les trois océans qui abritent des coraux. Bien qu'El Nino ait commencé à décroître, nous nous attendons à ce que cela continue quelques mois encore".

Même la Nouvelle-Calédonie, jusqu'ici épargnée, est touchée. La question qui se pose à présent est de savoir quelles sont les capacités de récupération des récifs. Car si le blanchissement est réversible, il est tout de même traumatisant pour le corail, "blessé et affamé", selon Mike Eakin. Des épisodes sévères et répétés lui sont généralement fatals.

 

L'extinction des coraux n'est pas pour demain (Science & Vie n° 1172, mai 2015, p. 30)

 

Dans les années 1990 et 2000, plusieurs études envisageaient la fin des coraux sous l'effet de la pollution, du changement climatique et de l'acidification des océans. Mais voilà qu'une équipe de 23 spécialistes nuance ce pronostic. D'après eux, les communautés coralliennes subiraient plutôt une réorganisation qu'une destruction :  "Nous avons croisé des données paléontologiques issues des réchauffements passés, des observations remontant à plusieurs décennies sur sept récifs caribéens et indo-pacifique et des modélisations, indique Mehdi Adjeroud, de l'Ifremer. Certes des coraux vont disparaître, mais d'autres viendront les remplacer, au moins en partie." Ainsi les Porites, tolérants à la chaleur, devraient devenir dominants. Par ailleurs, certains phénomènes, comme le blanchissement ou les pullulations d'étoiles de mer prédatrices, n'auraient rien d'inédit et peuvent être réversibles. Les chercheurs n'en constatent pas moins une détérioration globale des récifs et soulignent l'importance de les protéger contre la surpêche et les pollutions.

 

L'article ci-dessous vient ternir ce bel optimisme.

 

Troisième événement du blanchiment de coraux à l’échelle mondiale ?

 

Mark Eakin, coordinateur à la NOAA (1) du programme « Coral Reef Watch », explique que grâce aux technologies satellites mises en place, son équipe remarque un scénario qui rappelle les blanchiments de 1998 et 2010. Il continue en prévenant que 2015 pourrait être le troisième événement du blanchiment de coraux à l’échelle mondiale.

Alors que les coraux peuvent survivre à de telles variations si elles n’occurrent pas trop souvent, il leur est difficile de s’en remettre si elles sont répétées. Aussi, selon l’Institut Australien de Science Marine, entre 1985 et 2012 la barrière de corail australienne a perdu la moitié de ses coraux ou polypes.

Le réchauffement des océans en 1998 tua 16 % des récifs coralliens. Bien que l’impact de 2014 soit encore à l’étude, Coral Reef Watch prévoit un phénomène similaire dans les quatre prochains mois. Leurs inquiétudes se portent sur Hawaii (2 % des récifs coralliens mondiaux), qui verrait pour la première fois depuis 1996 un blanchiment étendu et répété sur plusieurs années consécutives.

Une étude récente qui s’intéresse aux taux de CO2 montre qu’une telle fréquence et ampleur de blanchiment prédisent un futur sombre pour les récifs coralliens. De plus, avec notre taux d’émission actuel, la plupart des organismes marins subiront un très fort impact d’ici 2100 ; nombres d’entre eux seront affectés d’ici 2050. Même si les limitations évoquées par la convention des Nations-Unies pour le changement climatique sont tenues, les conséquences apparaîtront d’ici 2100. L’étude souligne aussi qu’une augmentation du CO2 rend les actions de protection sur l’océan moins effectives.

Il est primordial de comprendre que dans un tel cas de figure, la division Nord/Sud ne tient plus. Pour ceux qui se demandent en quoi cela les regarde, un huitième de la population mondiale dépend, physiquement et financièrement, des récifs, et les revenus globaux dus au tourisme corallien s’élèvent à $11,5 milliards.

1- Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique.

Source : Marine Farcy, Univers Nature 22/07/2015

 

QUELQUES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 

BELANGER (B.) (2011).- Océans : ils sont menacés de toutes parts. Science & Vie 1128 septembre 2011 p. 84-91.

 

BRIAUD (R.) (2011). - Le défi scientifique des coraux. Science et Vie1124 mai 2011 pp. 110-120.

 

BROWN (B.) & OGDEN (J.) (1993). - Le blanchissement des Coraux. Pour la Science185 mars 93 : 40-46.

 

CHASSAING (J.P.), DELPLANQUE (A.), LABOREL (J.), (1978). - Coraux des Antilles Françaises. Rev. Fr. Aquariophil. 5(3) : 57-83.

 

CHEVALLIER (J.P.), 1972). - Coraux. Encyclopédie de la Mer, Grange Batelière Ed. : 943-960.

 

COLIN (P.I.) (1978). - Caribbean Reef Invertebrates and Plants. T.F.H. Publc. Inc Ed., : 512 p.

 

DEMAGNY (B.), (1974). - Les Mangroves de la Guadeloupe. O.N.F., Guadeloupe : 73 p.

 

GOREAU (T.F.), GOREAU (N.), GOREAU (T.J.), (1979). - Coraux et Récifs coralliens. Pour la Science, oct 79 : 77-88.

 

GUILCHER (A.) (1988). - Coral Reef Geomorphology. J. Wiley Ed., : 285 p.

 

JONES (O.A.) & ENDEAN (R.) (1973-1975). - Biology and Geology of Coral Reefs. Academic Press Ed. 3 volumes.

 

RITCHIE K. B. DENNIS J. H., McGRATH T & SMITH G. W. (1993). Bacteria Associated with Bleached and Nonbleached areas of Montastrea annularis. Proc. 5th Symp. Nat. Hist. Bahamas, 75-80.

 

HANNOUN (H.W.) & MOCK (B.H.) (1969). - Beneath the seas of the West Indies. Argos Inc. Ed. : 104 p.

 

LABOREL (J.) (1969). - Les Peuplements de Madréporaires des Côtes Tropicales du Brésil. Ann. Univ. Abidjan, Sér. E, 11(3) : 1-261.

 

LOZET (J.B.) & PETRON (C.) (1977). - Coquillages des Antilles. Ed. du Pacifique : 138 p.

 

LOZET (J.B.) & PETRON (C.) (1981). - Guide sous-marin des Antilles. Ed. du Pacifique : 138 p.

 

PORTECOP (J.) (1980). - Les Mangroves de Guadeloupe et leurs zones annexes. C.D.D.P. Guadeloupe : 54 p.

 

RANDALL (J.E.) (1968). - Carribean Reef Fishes. T.F.H. Ed. Neptune City, New Jersey, U.S.A. : 318 p.

 

RENOUX (G.) & RENOUX-MEUNIER (A.) (1975). - Notions d'Écobiocénotique marine. Excursions en Martinique. C.D.D.P. Martinique : 96 p.

 

ROBIN (P.), PETRON (C.) & RIVES (C.) (1980). - Les Coraux. Ed. du Pacifique : 144 p.

 

ROOS (P.J.) (1974). - The Distribution of Reef Corals in Curaçao. Stud. fauna Curaçao other Car. Islands, 12 (3): 20-181.

 

ROUGERIE (F.), SALVAT (B.) & TATARATA-COURAUD (M.) (1992). - La "mort blanche" des Coraux. La Recherche 23 (245 Juil-Août 92) : 826-834.

 

SCHUHMACHER (H.) (1977). - L'Univers inconnu des Coraux. Elsevier Ed. : 254 p.

 

SMITH (F.G.W.) (1971). - Atlantic Reef Corals. Univ. Miami Press Ed. 2e Ed. : 164 p.

 

WARMKE (G.L.) & TUCKER ABOTT (R.) (1975). - Caribbean Seashells. Dover Public. inc. Ed. : 348 p.

 

YONGE (C.M.) (1943). - The Biology of Coral Reef. in Russel F. Ed. Advance in Marin Biology 1 : 209-260.

 

ZEILLER (W.) (1974). - Tropical Marine Invertebrates of Southern Florida and the Bahamas Islands. J. Wiley and Son Ed. : 132 p.

 

ZLATARSKI V. N., MARTINEZ ESTATELLA N. (1982) Les Scléractiniaires de Cuba. 472 p. Acad. bulg. Sci. Ed.

Écrire un commentaire