Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2009

La Roche de Solutré et son musée préhistorique

 

roche de Solutré-logo.jpgLa Roche de Solutré et son musée préhistorique

 

par André Guyard

 

 

La Roche de Solutré est un site rendu célèbre par l'ascension annuelle qu'entreprenaient chaque lundi de Pentecôte, François Mitterrand et ses fidèles.

 

Le site de Solutré est sans conteste un des hauts lieux de la Bourgogne méridionale. Il est remarquable par sa composition paysagère insolite en Bourgogne. Cet éperon rocheux dominant le village de Solutré-Pouilly et le vignoble environnant a fait l'objet depuis plus d'un siècle de mesures de protection. Ensemble patrimonial prestigieux, il est exceptionnel à plus d'un titre.

 

 

satellite1.jpg
Le site, vu par satellite

 

Géologie et paysage

 

Le Grand Site de Solutré-Pouilly-Vergisson, qui constitue aujourd'hui une entité paysagère et humaine à part entière, doit son caractère spectaculaire à son histoire géologique.

 

Ce paysage original est remarquable, en particulier, par le rocher dressé au-dessus du vignoble du Maconnais. L'explication est à la fois géologique et tectonique : nous sommes, en effet, sur la bordure sud-orientale du Bassin parisien bouscule et fracture lors du plissement alpin. Les couches calcaires déposées dans les mers chaudes de l'ère secondaire ont été soulevées et fracturées ; l'érosion a, par la suite, mis à profit cette vulnérabilité pour dégager les matériaux les plus tendres et laisser en évidence des abrupts de calcaires coralliens. Ce phénomène est particulièrement mis en évidence ici où la dissymétrie du relief est évidente : la masse calcaire formée de plusieurs bancs superposés présente un front abrupt tourné vers le sud-ouest alors que son revers s'incline doucement vers le nord-est.

 

géologie1.jpg
Le paysage et sa géologie

 

Ce lambeau de plateau, situé à environ 450 m d'altitude porte les traces d'une ancienne exploitation agricole ou pastorale sous la forme d'alignements d'épierrement soulignés par des haies : ces terres plutôt ingrates sont aujourd'hui abandonnées à de maigres boisements ou aux pelouses calcicoles ; la grande parcelle rectangulaire sur la droite du rocher offre une surface appréciable de ce milieu particulier.

Outre le vignoble qui entoure la roche de toute part, on distingue sur ce modeste territoire, d'autres unités caractéristiques : les roches, les pelouses sèches, la forêt et le bocage. Le contraste entre les falaises abruptes et cette diversité dans la lecture des panoramas est tout à fait singulier en Bourgogne méridionale.

 

Roche de Solutré depuis Vergisson1.jpg
La Roche de Solutré vue de la Roche de Vergisson
 

Un site préhistorique

 

Depuis le XIXe siècle, Solutré occupe une place éminente dans la Préhistoire française. En 1866, un site archéologique majeur a été découvert au pied de la Roche de Solutré. Ont été mis au jour d'impressionnants gisements d'ossements animaux et des outils du Paléolithique supérieur. Les nombreuses fouilles qui s'ensuivront, facteur essentiel des premières mesures de protection, et les découvertes qui en seront tirées feront de Solutré un site archéologique de premier plan en Europe. Solutré, par la richesse des découvertes, devint même le site éponyme d'une culture du Paléolithique supérieur : le Solutréen (de 20 000 à 16 000 ans avant J.C.) caractérisée par ses "feuilles de laurier", chef d'œuvre de la taille du silex.

 

 

Coupe est-ouest1.jpg
Coupe est-ouest du site de Solutré

 

Parmi les trouvailles, de nombreux objets ont été regroupés dans un remarquable musée souterrain situé au pied de l'abrupt de l'éperon rocheux.

 

Ce qui fait surtout l'originalité de ce musée, c'est la reconstitution de l'élaboration de ces silex taillés en feuille de laurier. Un travail méticuleux qui demandait une haute technicité à l'artisan paléolithique.

 

feuille de laurier1.jpg
Feuille de laurier
 
Il fallait tout d'abord dénicher des silex parfaits se prêtant à la taille. L'opération débutait par la frappe du nucléus originel à l'aide d'un percuteur. C'est la percussion directe.
 
 
percussion directe1.jpg
Percussion directe
 
L'outil prenait forme par une technique de percussion indirecte par l'intermédiaire d'un percuteur.
 
 
percussion indirecte1.jpg
Percussion indirecte
 
Le finissage s'opérait par retouches successives de la lame en ôtant de petits éclats par pression ou par percussion.
 
retouche1.jpg
Retouche de la feuille de laurier
 
lames brutes de débitage1.jpg
Lames brutes de débitage
 
 
feuille de laurier débitage1.jpg
Feuille de laurier : résultat du débitage
 
feuilles de laurier1.jpg
Différents types de feuilles de laurier
 
Parmi la faune associée aux outils, on a trouvé, à Solutré de nombreux vestiges de squelettes de chevaux. L'hypothèse de la chasse qui consistait à effrayer le troupeau jusqu'à le précipiter depuis le sommet de l'éperon rocheux est fortement controversée.
 
os chevaux fossilisés1.jpg
Ossements de chevaux fossilisés
 
chevaux reconstitués1.jpg
Squelettes de chevaux reconstitués
 
série dentaire1.jpg
Séries dentaires de cheval
 
 
Mais les Solutréens travaillaient non seulement le silex, mais également les os des mammifères qu'ils côtoyaient, notamment les rennes.
 
 
bois de renne1.jpg
Bois de rennes travaillés
 
 
Les peaux des mammifères étaient travaillées comme le montrent les nombreux vestiges de grattoirs destinés à préparer les peaux.
 
 
grattoirs épais1.jpg
Grattoirs épais
 
grattoirs1.jpg
Grattoirs
 
grattoirs21.jpg
Autres grattoirs

 

Une biodiversité remarquable à préserver

 

 

Solutré village1.jpg
Le village de Solutré-Pouilly
vu du sommet de la Roche de Solutré

 

Ce site est par ailleurs remarquable par le biotope que constituent les pelouses calcaires présentes au sommet des roches. Grâce à des conditions particulières de sols et d'exposition, les pelouses abritent des plantes "méditerranéo-montagnardes" éloignées de leur station d'origine, telles l'Inule des montagnes, le Coronille arbrisseau, le Micrope droit... On note également une grande richesse en orchidées dont certaines très rares.

 

La faune comporte notamment des espèces d'oiseaux inféodées aux pelouses sèches (Bruant ortolan et Hibou Petit Duc) et une population de rapaces spécialistes des éboulis et des falaises.

 

En reconnaissance de l'intérêt européen de son patrimoine naturel, ce site a été intégré au réseau européen Natura 2000.

 

Un site menacé

 

Bien que bénéficiant d'un classement au titre des monuments naturels (loi de 1930), d'un arrêté de protection de biotope depuis 1991 et officiellement devenu Grand Site en décembre 2000, ce site est pourtant en danger : en l'absence de gestion coordonnée et durable, la banalisation du paysage et ['importance de sa fréquentation mettent en péril son caractère remarquable. Par exemple sur les pelouses, l'abandon des pratiques de pâturage laisse la voie à une fermeture du milieu, sans intervention l'embuissonnement menace et la qualité des paysages risque par   processus spontané de végétalisation de se voir banalisé.

 

Des actions en faveur de la préservation de ces milieux naturels

 

Dans le cadre d'une convention de gestion avec le Syndicat mixte de Valorisation du Grand Site de Solutré-Pouilly-Vergisson, le Conservatoire des Sites Naturels Bourguignons intervient depuis de nombreuses années sur ce site : en 2002 un troupeau de Konik Polski est installé pour la mise en œuvre d'un pâturage écologique. Depuis l'équipe du Conservatoire intervient régulièrement pour assurer un suivi du cheptel, pour la pose de clôture, pour effectuer des suivis scientifiques. En 2007 le plan de pâturage a été réactualisé, les pelouses du mont de Pouilly ayant été intégrées à la gestion tournante des pelouses, le calendrier de pâturage a été redéfini et un suivi scientifique de l'impact du pâturage a également été conduit. Depuis 2009, des panonceaux d'information sur les koniks Polskis sensibilisent les visiteurs.

 

 

solutré006.jpg
Les koniks Polskis ont remplacés les chevaux
de l'époque solutréenne
(document Bourgogne Nature)

 

Les roches de Solutré et Vergisson sont devenues au fil des ans le symbole emblématique de la région Bourgogne et plus particulièrement de la Bourgogne du sud à la fois par la beauté de leurs paysages et par la richesse patrimoniale et culturelle qui y sont rattachées. Le Syndicat mixte du Grand Site s'attache à développer, dans le cadre de l'Opération Grand Site, des actions pour sa gestion durable tout en continuant à accueillir des visiteurs de plus en plus nombreux.

 

Sources :

 

- Solutré-Pouilly-Vergisson, Bourgogne Nature n° 8, 2008.

- Documents photographiques : André Guyard

Commentaires

L.S. Notre premiere visite aux Rocher de Solutre', Musee et champs botaniques, était extrêmement intéressante. On vous félicite avec cette herance culturelle importante. L'information des artefactes montrées est très éducative, pour adultes comme enfants. Pour la seconde fois, il aurait être agréable pour le promeneur de prendre un grand cafe au lait ou boisson fraiche dans un cafèteria directement chez le Musee. La différence entre les niveaux du
promenade provoque du soif!

Écrit par : Hannedea van Nederveen Meerkerk | 14/08/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire