Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2009

La Poule d’eau

pouledeau_logo.jpgLa Poule d’eau

Gallinula chloropus (Famille des Rallidés)

par André Guyard

 

 

On confond souvent la Poule d’eau ou Gallinule avec la Foulque macroule (Fulica atra). La Gallinule s’en distingue par sa taille inférieure et surtout par sa plaque frontale rouge et son bec rouge terminé par une pointe jaune (plaque frontale et bec blancs chez la Foulque).

 

Poule d'eau2-1.jpg
La Gallinule se repère à son bec et à sa plaque frontale rouges
 
Foulque.jpg
La Foulque préfère les collections d’eau plus ouvertes : étangs et lacs.
On la repère à son bec et à sa plaque frontale blancs
 
La Gallinule a un plumage noir. Les pattes vertes sont ornées d’une "jarretière" rouge. Les deux sexes sont semblables, avec le mâle légèrement plus grand.

La Poule d’eau vit près des eaux douces dans des zones humides où la végétation est abondante et émergente proposant un couvert. C’est un très bon plongeur, restant parfois plus de 45 secondes sous l’eau. Elle nage ou marche le long des rives, ou court se mettre à couvert.
 
Poule d'eau4-1.jpg
La Poule d’eau est un oiseau farouche qui se dissimule dans la végétation riveraine.
On la rencontrera de préférence dans les petits cours d’eau et les marécages.
 
Oiseau très peureux, la Gallinule vit souvent cachée, mais elle s’observe aussi à découvert dans les herbes au bord de l’eau (hélophytes). Elle peut marcher sur la végétation flottante et court à la surface de l’eau pour s’envoler, montrant un vol rapide et puissant.
 
pouledeau8-1.jpg
 
Pour se nourrir, elle explore la végétation émergente pour picorer graines et racines et mollusques, insectes, vers de terre, petits poissons, têtards et œufs d’oiseaux.
 
pouledeau13-1.jpg
pouledeau12-1.jpg
La Poule d’eau aime à se dissimuler parmi les hélophytes
 
 
Le couple est monogame. Il construit un nid parfois flottant, dans la végétation émergée, sur la terre ferme, dans les buissons bas. La femelle pond de 5 à 8 œufs. L’incubation dure 3 semaines et il peut y avoir 2 ou 3 pontes par an, entre avril et juillet.

Les poussins sont nidifuges. Ils sont souvent couvés pendant les deux premières semaines, surtout par temps froid et humide. Les parents et les jeunes des premières portées s’occupent des poussins pendant parfois 6 semaines. Les jeunes sont indépendants vers 3 ou 4 semaines.
 

 

16:30 Publié dans Ornithologie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Écrire un commentaire