Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2012

Une planète parée de diamant

Une planète parée de diamant

"En Direct" n°245 novembre 2012


 

Planète 55 Cancri e

   

C’est lors d’un passage devant son étoile, un soleil comparable à celui que nous connaissons, qu’elle a pu être identifiée et mesurée en 2011 : 55 Cancri e est une super terre d’un rayon deux fois supérieur à la nôtre ; sa masse, récemment évaluée, serait huit fois plus élevée. Ses mesures caractéristiques, mises en relation avec des modèles numériques explorant la potentialité de sa constitution interne, mettent en évidence pour la première fois l’existence d’une planète rocheuse à la composition chimique complètement différente de celle de la Terre. Sa surface principalement composée de carbone laisserait apparaître sous une enveloppe de graphite une épaisse couche de diamant, représentant un tiers de la masse de la planète. À l’inverse presque exempt de carbone, l’intérieur se montrerait riche en oxygène, révélant sous du silicium un noyau de fer en fusion.

 

Enseignant-chercheur en astrophysique à l’Institut UTINAM de l’université de Franche-Comté, Olivier Mousis a partagé l’aventure de cette exploration avec des chercheurs de l’université de Yale aux États-Unis. « Nous savons en outre que le soleil de 55 Cancri e possède plus de carbone que d’oxygène : des quantités importantes de carbone et de carbure de silicium étaient indiscutablement disponibles lors de la formation de la planète. » Une preuve supplémentaire de la validité d’une découverte donnant à reconsidérer l’hypothèse de recherche qui avait cours jusqu’à aujourd’hui en astronomie, selon laquelle les planètes rocheuses lointaines pouvaient se comparer à la planète bleue en termes de constituants chimiques, d’atmosphère ou de formes de vie. À quelque quarante années-lumière de la Terre, 55 Cancri e tourne autour de son soleil en dix-huit heures chrono. Lui seul est visible à l’œil nu, dans la constellation du Cancer : la planète de diamant garde pour elle son éclat et encore une grande partie de son mystère, que les astronomes vont s’employer à continuer de découvrir.

 

Contact : Olivier Mousis

Institut UTINAM

Observatoire des sciences de l’Univers THETA de Franche-Comté

Université de Franche-Comté / CNRS

Tél. (0033/0) 3 81 66 69 21