Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2018

L'échinococcose à la trace

L'échinococcose à la trace

 

par Jenny Knapp
 
 
Article publié dans le numéro 276 de mai-juin 2018 du magazine "En Direct"

 

À proximité de Pontarlier et de la Suisse, la petite commune des Alliés se trouve, à près de mille mètres d’altitude, en plein pays saugeais. Elle est également située au cœur de la zone d’endémie de l’échinococcose alvéolaire, et à ce titre représente depuis plusieurs années un champ d’investigation privilégié pour les chercheurs du laboratoire Chrono-environnement de l'Université de Franche-Comté.
 
 
Depuis mars 2017, grâce au programme MoniZoo, pour monitoring des zoonoses, les chercheurs effectuent un prélèvement systématique et régulier des fèces d’animaux sauvages et domestiques sur tout le village. L’objectif ? Mieux connaître la prévalence d’Echinococcus multilocularis et repérer l’impact des saisons sur la prolifération et la diffusion du parasite, dans un secteur où près de 53 % des renards sont infestés, contre 14 à 20 % dans le nord de la France, et 7 à 17 % en région parisienne (Combes et al., 2012).
 
 
Ingénieure hospitalier de recherche rattachée laboratoire Chrono-environnement, Jenny Knapp est responsable du projet MoniZoo. « L’analyse biologique moléculaire des fèces animales récoltées tous les deux mois donne les informations voulues pour déterminer l’identité de l’animal infesté, sa charge parasitaire et la localisation des zones géographiques où la concentration de parasites est plus importante. » Les premiers résultats confirment ici l’hypothèse selon laquelle la présence du parasite serait moins forte après l’hiver, contrairement à ce qui est observé sur d’autres secteurs ; cette tendance demande à être vérifiée et expliquée sur les prochaines années. L’étude devrait par ailleurs se compléter d’une thèse comparative entre communes rurales et zones périurbaines, sur Pontarlier, Besançon et probablement Dijon, puisqu’on sait que les renards n’hésitent plus à s’approcher des lieux habités où ils trouvent facilement de quoi se nourrir, et que les chats et surtout les chiens sont aussi identifiés comme vecteurs du parasite.
 

Des conseils de prévention ? Donner régulièrement un vermifuge à ses animaux domestiques, idéalement toutes les cinq semaines, le parasite se développant en six semaines. « N’oublions pas que c’est la dissémination de vermifuges qui a permis d’éradiquer la rage… » Clôturer son potager et bien se laver les mains après avoir jardiné ou touché la terre sont également de sages précautions à adopter. Rappelons que le parasite est insensible à l’eau de Javel, au vinaigre et autres désinfectants, qu’il ne craint pas la congélation et n’est détruit qu’à la cuisson, à une température de 70°C.

 

Le projet MoniZoo est porté par le CNR Échinococcoses, Centre national de référence créé à Besançon en 2011, dont les missions s’étendent depuis 2017 à l’échinococcose kystique. Mandaté par le ministère de la Santé, le CNR est placé sous la tutelle du CHU de Besançon, de l’université de Bourgogne - Franche-Comté, du laboratoire Chrono-environnement, de l’Agence santé publique France ; il est également centre collaborateur pour l’Organisation mondiale de la santé.

 

 

carte notifiant les relevés de fèces de renard, chien et chat

 

Relevé de fèces de renard, chien et chat,

Echinococcus multilocularis positive, Les Alliés, mars 2017

 

Contact :

Jenny Knapp - Laboratoire Chrono-environnement - UFC / CNRS

Tél. +33 (0)3 70 63 21 06

 

Sur ce même blog, en tapant "Echinoccose" dans la fenêtre en haut et à droite de la page d'accueil, vous trouverez  nombre d'articles concernant l'échinoccose, notamment en Franche-Comté.

      
   

 


 

 

Écrire un commentaire