Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2017

Lapin en herbes

 

Lapin en herbes


par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier


Ce petit mammifère est certainement celui que l'on observe le plus couramment dans la nature le long des routes ou dans les champs.


Particulièrement craintif, le Lapin de garenne fuit la présence de l'Homme. Le Renard roux, la Fouine, la Martre ainsi que les rapaces font partie des nombreux prédateurs régulant les populations encore impactées par la myxomatose.


Affût indispensable en bordure du Doubs près de Voujeaucourt pour se confondre au sein de cette petite colonie de lapins.

 

Les conditions de prises de vues ne semblent pas présenter trop de difficultés lorsque que j'observe aux jumelles les animaux s'animer autour des terriers. Il en est tout autre une fois installé derrière mon appareil. Toujours très prudents les garennes ne pointeront le bout du museau qu'au bout de longs moments d'attente qui peuvent quelquefois compter des heures !!


Mais quel plaisir de saisir et de partager les attitudes toujours aussi sympathiques de ce petit rongeur pour le bonheur des enfants et des plus grands !»

 

Lapin-en-herbes-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino



 

 

24/05/2017

Chevreuil bondissant

Le grand saut

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Image de dernier instant réalisée ce dimanche soir 21 mai 2017 alors que je circulais sur une petite route au soleil couchant.

 

Non loin de moi, je remarque ce chevreuil se délectant d'herbe tendre en lisière de culture et dont le poil d'hiver a presque totalement laissé place au pelage d'été.

 

J'abandonne très vite mes jumelles pour saisir mon téléobjectif déjà bien rangé dans son étui tandis que l'animal disparaît progressivement dans les hautes herbes.

 

Les secondes sont comptées lorsque subitement, la chevrette revient sur ses pas et s'engage alors dans une course effrénée.

 

Je parviens à la suivre, les yeux rivés dans mon viseur, le doigt figé sur le déclencheur programmé pour une rafale d'images.

 

Le film de ce bref instant se déroulera à nouveau dans ma tête mettant en scènes les bonds du chevreuil volant au-dessus de la prairie.

 

Réussi ou pas ? C'est avant tout l'instant vécu qui compte. Si le résultat semble correct sur mon appareil, seul l'examen sur grand écran pourra le confirmer avec certitude.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,chevreuil

Cliché © Dominique Delfino

23/05/2017

Ateliers de jardinage de Champ-Pittet

Ateliers de jardinage de Champ-Pittet

 

Champ-Pittet-atelier-jardin-2017_Page_1-450.jpg

Champ-Pittet-atelier-jardin-2017_Page_2-450.jpg

 

 Ateliers pratiques, nature, santé et poésie du Centre Pro Natura de Champ-Pittet

 

Nous avons le plaisir de vous faire parvenir ci-joint la nouvelle offre « Ateliers pratiques, nature, santé et poésie » du Centre Pro Natura de Champ-Pittet.
 
Les ateliers permettront aux participants de produire leur lessive et produits d'entretien à base de composants naturels, de s'initier à l'art du pendule et de la baguette avec un géobiologue, de cuisiner des plantes sauvages comestibles, ou enfin  de participer à une balade poétique dans la magnifique nature sauvage de la Grande Cariçaie.
 
Nous vous invitons également à notre conférence photo exceptionnelle sur les orchidées ce jeudi 8 juin à 20h par Patrick Veya, spécialiste de ces fleurs. Présence de Gilbert Hayoz, auteur de la magnifique exposition actuellement visible au centre. Dédicace de leur livre "Chercheurs d'Orchidées" paru aux éditions Rossolis. Entrée libre.
 
Plus d’infos sur : www.pronatura-champ-pittet.ch.
Cordiaux messages !

Centre Pro Natura de Champ-Pittet
Chemin de la Cariçaie 1
1400 Cheseaux-Noréaz

024 423 35 70 : Réception

www.pronatura-champ-pittet.ch
www.pronatura.ch/devenir-membre

Tous nos différents événements sont détaillés sur notre site internet
http://www.pronatura-champ-pittet.ch/manifestations

 

ateliers de jardinage de champ-pittet,pronatura

ateliers de jardinage de champ-pittet,pronatura

Alerte sanitaire: le moustique tigre prolifère

Le moustique tigre prolifère

en France métropolitaine

(dernière mise à jour 5 mars 2018)

 

La surveillance estivale du moustique tigre, capable de transmettre la dengue, le chikungunya et le zika, est activée dès le 1er mai en France métropolitaine, où il est déjà implanté dans 30 départements. Voici quelques conseils pour l'éviter.

 

aedes albopictus,moustique tigre,dengue,chikungunya

Quelques aspects du virus du chikungunya

 

aedes albopictus,moustique tigre,dengue,chikungunya

Le Moustique tigre (Aedes albopictus)

 

 Signalement : lent et zébré. Plus petit qu’une pièce de un centime, il se déplace lentement, est facile à écraser en vol et porte un costume noir à rayures blanches sur les pattes et l’abdomen. Originaire d’Asie, doté d’une grande faculté d’adaptation, il a déjà colonisé 60 pays et accélère cette année sa progression en France où il sévit de mai à novembre.

 

Méfaits : il peut transmettre la dengue et le chikungunya. C’est pourquoi, cette année encore, la Direction générale de la santé sensibilise citoyens, médecins, pharmaciens et laboratoires d’analyses. Même si en France les risques sont faibles de contracter ces maladies tropicales véhiculées par le moustique tigre, on ne peut ignorer un risque d’épidémie comme à La Réunion en 2006.

 

Les symptômes sont ceux de la grippe (fièvre, douleurs musculaires et articulaires) et disparaissent en une semaine avec le repos. Chez les femmes enceintes, prudence le dernier trimestre car le virus peut se transmettre à l’enfant.

 

Champ d’action: principalement le grand sud. La majorité des départements placés en vigilance rouge se situent dans le sud-est de la France: c’est là que le moustique tigre concentre son activité. 11 autres départements l’ayant déjà intercepté sont placés en vigilance orange, tandis que 41 autres considérés comme zones sensibles sont estampillés vigilance jaune. Pour tous ceux qui se trouvent dans ces zones: en cas de symptômes grippaux, consulter au moins son pharmacien.

 

Comment se propage le moustique-tigre ? Les moustiques-tigres voyagent en voiture, c'est prouvé. Une équipe franco-espagnole vient de démontrer que le moustique-tigre est bien présent dans l’habitacle des voitures. Une démonstration qui n’a pas été simple à faire.

 

Le moustique-tigre a été repéré pour la première fois en 2004 en France et en Espagne. Depuis, il est présent partout en Espagne et dans une grande moitié sud de la France. Une colonisation aussi rapide ne peut être le fait des performances de l'insecte : il ne se déplace que de 200 à 300 m autour de son lieu de naissance lors de ses 2 à 3 semaines d'existence. Il faut donc imaginer qu'il prend la voiture ! L'hypothèse est étayée par le fait que sa progression suit les autoroutes. Mais jusqu'ici rien n'était prouvé. C'est désormais fait grâce au travail de jeunes chercheurs espagnols épaulés par David Roiz de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) de Montpellier. Leurs résultats viennent de paraître dans Scientific reports.

 

"Nous avons obtenu l'aide de la police catalane pour intercepter des voitures aux péages  autoroutiers de la banlieue de Barcelone et également examiner les véhicules subissant des tests anti-pollution ", raconte David Roiz. Durant l'été 2017, 770 particuliers ont ainsi accepté d'être immobilisés quelque temps pour informer les chercheurs de leur point de départ et de leur destination, de l'usage ou non de la climatisation (qui inhibe l'activité du moustique), des arrêts effectués. Puis les chercheurs ont inspecté l'habitacle et passé l'aspirateur dans les moindres recoins pour traquer cet insecte de 5 mm de long tout en surveillant l'environnement : un moustique a ainsi été rejeté de l'échantillon car les chercheurs se sont aperçus à temps qu'il venait d'entrer dans la voiture.

 

5 voitures sur 1000 embarquent un passager clandestin

 

Ayant écarté au maximum les biais possibles, l'équipe a pu constater la présence de quatre moustiques-tigres sur 770 voitures inspectées. " Cela peut paraître peu, mais il y a 6,5 millions de voitures qui circulent dans l'agglomération barcelonaise tous les jours, précise David Roiz. Selon nos calculs, nous arrivons à une fréquence de 5 voitures sur 1000 convoyant un moustique-tigre." Grâce aux indications des conducteurs, les chercheurs ont pu déterminer que Barcelone est bien la plus grande source de diffusion inter-provinciale de l'insecte. "Je pense que nous aurions des résultats similaires pour les régions méditerranéennes françaises où se trouvent les plus grandes concentrations de cet insecte", poursuit David Roiz.

 

 

aedes albopictus,moustique tigre,dengue,chikungunya

Répartition du Moustique-tigre en Espagne

 

Les citoyens sont ainsi invités à signaler la présence du moustique-tigre sur un site Internet dédié.

 

Pour améliorer encore la surveillance, l'équipe franco-espagnole à l'origine de cette étude vient de lancer une application mobile qui va permettre de photographier les insectes suspects pour envoyer les clichés aux chercheurs. " Nous espérons ainsi affiner et vérifier les constats effectués par les citoyens, mais aussi améliorer la détection d'un autre moustique qui arrive dans nos contrées, Aedes aegypti ". Présent en Égypte, en Turquie et aux Canaries, ce nouvel envahisseur vient d'être signalé au Portugal. C'est un des principaux porteurs de la dengue.

 

Votre département est-il concerné ?

Consultez les cartes sur

www.sante.gouv.fr/moustiques-vecteurs-de-maladies et 

www.vigilance-moustiques.com

 

aedes albopictus,moustique tigre,dengue,chikungunya

aedes albopictus,moustique tigre,dengue,chikungunya

Carte de la répartition du moustique tigre en France (2016)

 

aedes albopictus,moustique tigre,dengue,chikungunya

Carte de la répartition du moustique tigre en France (mai 2017)

 

Ajout du 21 novembre 2017 : En été 2017, le chikungunya est-il vraiment présent en France ?

 

Oui. La transmission locale du chikungunya a encore été attestée l'été 2017 dans le Sud-Est de la France, avec un foyer dans la commune de Cannet-des-Maures dans le département du Var : 8 cas ont été recensés, 6 confirmés et 2 probables*.

 

Pour le premier cas confirmé, aujourd'hui guéri, les symptômes étaient apparus le 2 août et il n'avait pas voyagé dans les 15 jours précédents. Les jours suivants, 13 personnes de 3 à 77 ans — habitant toutes dans le même quartier de Cannet des Maures — avaient déclaré des symptômes analogues et avaient alors été considérées comme des « cas suspects » par l'Agence régionale de santé. Leurs lieux de résidence ainsi que leurs abords et les endroits qu'ils avaient fréquentés avaient immédiatement été démoustiqués.

 

Il s'agit du deuxième épisode de transmission de chikungunya « autochtone » — c'est-à-dire acquis sur le territoire par opposition aux cas importés (personnes de retour de voyage) — dans le département du Var et du troisième en métropole: un foyer de 2 cas autochtones de chikungunya s'était déclaré en 2010 à Fréjus et un foyer de 11 cas en 2014 à Montpellier.

 

En cause dans tous les cas : le moustique tigre Aedes albopictus, identifié pour la première fois en France métropolitaine en 2004 dans les Alpes-Maritimes, et actuellement installé dans 33 départements métropolitains. Dans ces départements, il existe un risque de transmission autochtone du virus lorsque des personnes infectées sont de retour de voyage dans des pays où le virus circule. Ce moustique peut également véhiculer le virus de la dengue.

 

 * Au 7 septembre 2017. Source : Institut de veille sanitaire.

 

Source : La lettre de l'Institut Pasteur, novembre 2017 n° 99, p. 9.

aedes albopictus,moustique tigre,dengue,chikungunya

aedes albopictus,moustique tigre,dengue,chikungunya

Virus du chikungunya à la surface d'une cellule

Cliché © Institut Pasteur

 

Moustique Tigre en Bourgogne-Franche-Comté (mai 2017)

 

Vigilance rouge en Saône-et-Loire : surveillance dans les communes de Chalon-sur-Saône, Mâcon, Saint Rémy et Tournus.

Vigilance orange dans l’Yonne : surveillance dans les communes de Precy-sur-Vrin, Sceaux et Venoy.

Vigilance orange en Côte d’Or : surveillance dans les communes de Beaune, Dijon, Fontaine-les-Dijon et Merceuil.

Vigilance orange dans le Jura (2013).

Vigilance orange dans le Doubs : surveillance dans les communes de Besançon, Ecot, Exincourt, Marchaux et Sochaux.
Veille entomologique dans le Territoire de Belfort : surveillance dans la commune de Danjoutin.

Vigilance entomologique dans la Nièvre.

 

Ce qui attire le moustique tigre: l’eau croupie. Coupelles sous les pots de fleur, canalisations d’eau usée, brouette remplie d’eau, mare, cuve de récupération d’eau de pluie... toutes les réserves d’eau stagnante l'attirent. Il est conseillé donc de vider, surveiller ou bâcher ces sources. 

 

Comment se protéger: moustiquaire et répulsif adapté. La moustiquaire bordée autour du matelas et/ou aux fenêtres et imprégnée de répulsif a montré son efficacité contre le moustique tigre. De même que les répulsifs cutanés utilisant l’un de ces quatre actifs: IR3535, Icaridine, Citriodiol ou Deet (mais gare à ce dernier sur les femmes enceintes). Recommandé aussi: le port de vêtements longs, amples et clairs imprégnés de répulsif spécial tissus.

 

Sources : Parmi les innombrables sources possibles, nous vous recommandons de prendre connaissance des articles ci-dessous:

 

Sciences et Avenir mai 2017

Sciences et Avenir octobre 2017

Sciences et Avenir mars 2018

 

16/05/2017

Le Tarier pâtre

Joli Tarier pâtre

 

par Dominique Delfino

Photographe naturaliste et animalier

 

Ce petit passereau, très facilement identifiable à sa silhouette ronde et trapue, fréquente les milieux ouverts de nos campagnes en marge des cultures. Les friches constituent souvent son milieu de prédilection, les chardons lui offrant des perchoirs de choix pour surveiller son territoire et chasser ses proies.

 

Ce ne sont pas moins de cinq couples de Tariers occupant tous un territoire bien défini sur le plateau de Brognard que j'ai récemment pu identifier.

Nicheurs dès le mois d'avril, les couples d'oiseaux ont vu leurs poussins quitter le nid afin de prendre leur envol ces derniers jours. La tâche pour les parents n'est pas pour autant achevée. Durant de nombreux jours encore, les adultes suivront de près les jeunes quémandant la nourriture en se manifestant sans cesse par de petits cris, tout en restant bien dissimulés dans la végétation.

 

Alors que le mâle prendra en charge la progéniture, pendant que, très rapidement la femelle préparera un nouveau nid afin d'assurer une seconde nichée.

 

Tarier-pâtre-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino

 

 

08/05/2017

Renardeaux

Photo de famille

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

 

Surprise ! Alors que j’observe de petits passereaux nourrir leurs jeunes tout juste sortis du nid, je découvre dans mon dos ces renardeaux à l’affût, inquiets de ma présence.

 

Je fais aussitôt le lien avec une nichée de jeunes animaux que la Renarde a récemment déplacé d'un proche terrier à Allenjoie.

 

Les renardeaux ont finalement élu domicile dans cette canalisation d'un trop plein d'eau pluviale sur la ZAC Technoland 2.

 

dominique delfino,photographe naturaliste et animalier,pays de montbéliard

Cliché © Dominique Delfino

 

Les jeunes mammifères n’hésitent alors pas à quitter leur abri ''industriel'' pour s'adonner à de longues scènes de jeux dans la prairie environnante et les rochers qui recouvrent la conduite.

 

Ce site à découvert, impose aux renardeaux de se cacher rapidement pour s'abriter de tous dangers ou de se plonger dans de très longs cycles de sommeil.

 

Un refuge que la mère regagnera tard le soir, dans la nuit, ou au petit matin afin de rester la plus discrète et prudente pour nourrir ses jeunes»

03/05/2017

Stages jardinage/permaculture

 

STAGES 2017 : JARDINAGE / PERMACULTURE

 

PLANTES SAUVAGES dans le Doubs (25)



Le potager d’une curieuse est un jardin de 30 ares, cultivé depuis 21 ans avec les outils de la permaculture, et aussi un Organisme de Formation depuis 2010.

 

Ce jardin est un lieu d’expérimentation de différentes techniques de cultures bios, et un lieu de recherche et d’acclimatation de centaines d’espèces végétales alimentaires. Sont concernés les plantes sauvages, les fleurs comestibles, les plantes aromatiques, des légumes anciens et nouveaux, les fruitiers forestiers et les autres, glanés lors de voyages et dans les catalogues.

 

Stages au Potager d’une curieuse en 2017

 

Les modes de cultures au Potager d’une curieuse sont issus d’apports de :

  • La boite à outils de la permaculture

  • Maraîchage Sol Vivant

  • L’agroforesterie

  • La biodynamie

  • Les cultures bio-intensives de Jean-Martin Fortier et reprises par la ferme du Bec Helloin, destinées, ente autre, pour la création de micro-fermes.

Le dénominateur commun de ces approches est la vie du sol. Le reste est observations, expérimentations et adaptations à la situation particulière du lieu et de ses habitants: terrain orienté nord-est, en pente, en lisière de forêt, peu ensoleillé, et excessive gourmandise et curiosité pour acclimater des nouvelles plantes alimentaires.

 

Tous les stages comprennent des ateliers pratiques.

 

PERSPECTIVES 2e SEMESTRE 2017

  • Stage résidentiel de 5 jours pour la réalisation d’un design in situ et la réalisation pas à pas d’un jardin forêt pour le gîte qui nous accueille, avec la présence d’Eric Petiot.

  • Stage résidentiel de 3 jours pour une aide à la réalisation de votre propre design. Prérequis : avoir déjà suivi un stage de permaculture. Inscriptions limitées.

  • Stage de 3 jours sur les conserves du jardin (fruits, légumes et aromates).

  • Du 26 au 28 sept : biotopes et guildes, diversification en maraîchage avec Hervé Coves

 

 

08:52 Publié dans Botanique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

02/05/2017

Toiletteurs de la savane

Les toiletteurs de la savane

 

par Dominique Delfino

Photographe animalier et naturaliste

 

De retour du Kenya, ce cliché illustre le stage safari-photo que j'ai animé en avril 2017.

 

Les scènes de la vie sauvage au sein de la réserve du Masaï-Mara offrent à chaque instant des moments étonnants de découverte.

 

Les félins et les grands mammifères sont les acteurs majeurs qui animent la savane mais les oiseaux, très nombreux sur ce territoire, font également l'objet de riches observations.

 

Il est courant de voir de petits oiseaux tourner autour des troupeaux. Ce sont des pique-bœufs.

 

Ces oiseaux se nourrissent de tiques et de larves logées dans la peau des animaux et mangent les insectes soulevés par les pas des troupeaux dans la savane.

 

Les buffles n'ont aucune raison de les chasser, ils trouvent en eux un moyen de nettoyer des endroits inaccessibles : le dos ainsi que le museau ou bien les oreilles.

 

Un cliché qui rappelle le rôle que jouent les étourneaux dans nos régions lorsqu'ils capturent les mouches autour des yeux du bétail en pâture.

 

Buffle-et-oiseaux-nettoyeurs-450.jpg

Cliché © Dominique Delfino