Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2017

La collète des saules : une abeille solitaire

La collète des saules : une abeille solitaire

 

par Patrick Paubel

Naturaliste

 

Avril 2017 en Bresse, la sécheresse s'installe du fait du manque de précipitations, aggravée par la bise, le vent du Nord soutenu. Les grenouilles agiles et rousses ont pondu, mais les fossés sont vides.

 

Cette météo semble bénéficier à une espèce d'hyménoptère qui a développé une "bourgade" importante que je n'avais jamais observée. Il s'agit du Collète des saules (ou des sables). Cette abeille sauvage, de type solitaire est classée dans les Apoidea, famille des Colletidae. Son nom latin est Colletes cunicularius.

 

Le Collète des saules creuse des terriers en sol meuble, laissant de petits éboulis de terre fine dans la pente du talus, qui est exposé plein Sud. Le territoire de cette "agglomération" représente un talus de vingt à trente mètres de long pour deux mètres de large contenant largement plus de deux cents terriers.

 

Photo-1-2-3-Talus-450.jpg

Photos : Patrick Paubel - Georges Janody

 

Colletes-cunicularius-Entrée-au-nid-450.jpg

Entrée au nid

Photo : Patrick Paubel - Georges Janody

 

 

Cette abeille a la particularité de vivre en communauté de "villages" ou "bourgades", en garenne en quelque sorte, comme le lapin, d'où son nom. On la rencontre dans les sablières ou dans les dunes.

 

Départ-pour-butiner-450.jpg

Collète des saules sortant du nid pour aller butiner

Photo : Patrick Paubel - Georges Janody


 

Le Collète des saules ressemble beaucoup à notre abeille domestique Apis mellifera, mais elle présente une pilosité abondante et hérissée, et son abdomen (On dit désormais "le gastre") est entièrement noir sans bande claire entre les segments. La modification adaptative de sa dernière paire de pattes est insuffisante pour pouvoir mettre le pollen en boulettes (pelotes).

 

Vol-de-retour-avec-pollen-450.jpg

Vol de retour avec pollen au nid

Photo : Patrick Paubel - Georges Janody

 

Chargée-de-pollen-450.jpg

Retour au nid après butinage

Photo : Patrick Paubel - Georges Janody

 

Le-pollen-n'est-pas-en-pelotes-450.jpg

Retour au nid après butinage. Le pollen n'est pas aggloméré en pelotes

Photo : Patrick Paubel - Georges Janody

 

Cette abeille vit plutôt dans le Sud et l'Ouest de la France, mais évite le pourtour méditerranéen.

 

Le genre Colletes présente plus de cent espèces, dont le cycle varie et s'étale au fil de la saison. Colletes cunicularius est la plus précoce, démarrant son cycle en février, principalement sur les Saules (Saules blancs et Saules Marsault dits Massaules en Bresse). En réalité, on a cru longtemps qu'elle était oligolectique sur les saules, ce qui est désormais démenti. Les mâles ou faux-bourdons de cette espèce sont leurrés par certaines Orchidées du genre Ophrys. Ils émergent les premiers et cherchent à s'accoupler à plusieurs sur une même femelle (essaim copulatoire).

 

Ophrys-apifera--Ophrys-abeille-Pascal Collin-450.jpg

Ophrys abeille (Ophrys apifera)

Cliché © Pascal Collin

Sources :

 

— Wikipedia : Colletes cunicularius

Guillaume Lemoine de la FNOSAD (Fédération nationale des organisations sanitaires apicoles départementales) : Les principaux genres d'abeilles sauvages en France

Écrire un commentaire