Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2013

Les cocktails de pesticides modifient le développement des fœtus

Les cocktails de pesticides modifient le développement des fœtus


Femme enceinte et impact des pesticides sur le fœtus

 

La mise sur le marché des pesticides est conditionnée à leur autorisation par les autorités en charge de l’évaluation des principes actifs qui les composent. La procédure vise, entre autres, à vérifier que ces produits sont efficaces et n’exercent aucun effet inacceptable sur l’environnement, la santé humaine ou animale, dans des conditions d’utilisation normales. Néanmoins, outre la faillibilité de ce système qui repose essentiellement sur les données fournies par les fabricants de pesticides, les cocktails de substances actives ne sont jamais évalués les autorités.

 

C’est dans ce cadre qu’une étude dirigée par Sylvaine Cordier, regroupant des chercheurs de l’INSERM, de l’université de Rennes 1 et de l’école des Hautes Etudes en Santé Publique, vient d’être publiée par la revue scientifique Plos One. Il y est mis en évidence des modifications et perturbations physiologiques sur le déroulement de la grossesse et de la croissance du fœtus de femmes enceintes, résidant dans des zones où des cultures céréalières sont très présentes. Les éléments trouvés conduisent les chercheurs à suggérer une exposition des femmes enceintes à des mélanges complexes de pesticides.

 

Si l’évaluation des conséquences sur le développement de l’enfant est en cours, les résultats déjà obtenus confortent ceux dus à PÉLAGIE (1). Cette étude, reposant sur près de 3 500 femmes et enfants bretons, menée de 2002 à 2006, avait en effet apporté un éclairage sur les préoccupations de santé liées à la présence quotidienne de composés toxiques dans l’environnement de vie. PÉLAGIE avait notamment corrélé la présence, dans les urines, d’Atrazine, un herbicide interdit en Europe depuis 2003, à un impact sur le développement du fœtus se traduisant par une diminution du poids et du périmètre crânien du nouveau-né.


Pour François Veilllerette, porte-parole de l’association Générations Futures, « Ces études n’auront de sens que si elles incitent à des prises de décisions politiques claires et volontariste en terme d’interdiction de certains pesticides, notamment les perturbateurs endocriniens, et dans cette attente la mise en place de zones de protection de 100 mètres minimum le long des habitations jouxtant ces zones agricoles. »

 

1- PÉLAGIE (Perturbateurs endocriniens : Étude Longitudinale sur les Anomalies de la Grossesse, l’Infertilité et l’Enfance).

 

Source : Univers Nature 26/05/2013

Écrire un commentaire