Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2010

Le Barbeau fluviatile du Doubs

Barbeau01logo.jpgLe Barbeau fluviatile

Barbus barbus (Linné), 1758

Famille des Cyprinidés

 

par André Guyard

 

Au cours d'une campagne d'échantillonnages du peuplement ichtyologique du cours inférieur du Doubs entre Voujeaucourt et et Crissey (Doubs), nous avons été amenés à étudier les populations de poissons les plus représentatives de ce peuplement, aussi bien dans le cours du Doubs proprement dit que dans la partie du canal du Rhône au Rhin (canal Freycinet) qui le jouxte dans cette partie. Le présent article s'intéresse au Barbeau fluviatile qui se trouve dans sa zone.

 

Comme tous les barbeaux, le Barbeau fluviatile est un poisson de fond qui se distingue par sa bouche infère (s'ouvrant vers le bas) encadrée de 4 barbillons. Il vit en eau claire, courante mais qui ne doit pas être trop froide (zone des Barbeaux des cours d'eau).

 

barbeau_01-1.jpg
Le Barbeau fluviatile
 

Le corps est allongé, le dos légèrement bombé est brun-vert, les flancs sont dorés, le ventre blanc. La caudale, l'anale et les pelviennes sont orangées. La tête est longue, la bouche bordée d'épaisses lèvres charnues portant 4 barbillons sur la lèvre supérieure, les écailles sont de taille moyenne (55 à 65 le long de la ligne latérale). La nageoire dorsale comporte 7 à 11 rayons, le plus long est ossifié et dentelé sur son bord postérieur. La longueur moyenne est de 30 à 60 cm, le maximum est de 90 cm pour 8,5 kg.

 

barbeau_02-1.jpg
Un Barbeau fluviatile croisant deux perches
 

Le Barbeau fluviatile fréquente les cours d'eau clairs et oxygénés à fond sablo-graveleux. Il vit en bancs au fond de l'eau dans les zones de fort courant.

Durant le jour, il reste dans les courants, souvent au pied des barrages ou des jetées. Durant la nuit, les barbeaux se dispersent pour manger. Il est omnivore et se nourrit en fouillant le fond. La nourriture se compose de mollusques, d'insectes divers, d'œufs de poissons et parfois de débris végétaux. Les adultes mangent aussi des petits poissons. Ils passent l'hiver en une sorte d'hibernation, en petits groupes dans les parties profondes des cours d'eau, dans les cavités des rivages ou sous les pierres, les fascines, etc.

 
barbeau_04-1.jpg
 

À la saison de la fraie, soit en mai-juin, le mâle montre une éruption de tubercules de fraie blanchâtres, en rangées longitudinales sur la tête et le dos. Les barbeaux se rassemblent en grands bancs et se dirigent vers l'amont, sur les fonds graveleux ou pierreux, où la fraie a lieu. La femelle pond de 3 000 à 5 000 œufs. Les œufs, de 2 mm, jaunâtres, collent aux pierres, peu à peu ils sont emportés par les eaux, entre les pierres où ils éclosent au bout de 10 à 15 jours. Quand la vésicule est résorbée complètement le jeune se met à la recherche de nourriture en mangeant la faunule du fond. Les barbeaux sont matures à l'âge de 4-5 ans.

Barbeau07-1.jpg
Le Barbeau fluviatile
Barbeau_échantillon-moyen_Doubs1.jpg

Échantillon moyen de la population

de barbeaux fluviatiles dans le Doubs

La structure de la population est multimodale

 

On peut distinguer au moins six modes ce qui correspondrait à six cohortes centrées successivement autour de 33 cm, 45 cm, 50 cm, 53 cm, 56 cm et 62 cm. On peut penser que ces classes de taille correspondent à des âges successifs.

 

 

Barbeau-répartition-1.jpg

Répartition de la population du Barbeau fluviatile

entre les différentes stations

 

Comme le montre le graphe ci-dessus, le Barbeau fluviatile se cantonne principalement dans le Doubs à la hauteur de Baume les Dames, d'Avanne et Orchamps. Dans cette dernière station, on le rencontre exceptionnellement dans le canal, alors qu'il est absent dans toutes les autres stations-canal.

 

Sources :

 

- Guyard A. et coll. (1992) - Inventaire du peuplement ichtyologique du cours du Doubs et du canal du Rhône au Rhin entre Voujeaucourt et Crissey. Rapport d'étude pour le compte de la CNR (73 pages + annexes).

 

- Muus B. J., Dahlstrom P. (1968). - Guide des poissons d'eau douce et pêche, 248 p. Delachaux et Niestlé Ed.

Écrire un commentaire